LA MONNAIE NUMÉRIQUE PLUS TÔT QUE VOUS NE LE PENSEZ – 90 % DES BANQUES CENTRALES SE PRÉPARENT

currencymay

Partager avec les autres

Par Tyler DURDEN  –   le 3 décembre 2022

Les banquiers centraux et les financiers des entreprises internationales ont longtemps fait semblant de détester le concept même de crypto-monnaies comme Bitcoin et Ethereum, tout en investissant massivement dans les technologies et les infrastructures de la blockchain.  

Le but de la ruse n’est pas clair

mais il s’agissait plus que probablement d’une tentative de psychologie inversée de masse – “Nous n’aimons pas les crypto-monnaies et les monnaies numériques parce que nous n’avons soi-disant aucun contrôle sur elles ; les partisans du marché libre devraient les adopter aveuglément parce que c’est ainsi que vous nous battrez.”

Entre-temps, alors que les grandes entreprises bancaires investissent des milliards dans divers produits de blockchain, les banques centrales et les institutions mondiales comme la BRI et le FMI ont développé leurs propres systèmes. En fait, la BRI note avec enthousiasme qu’environ 90 % des banques centrales du monde sont déjà en train d’adopter les CBDC.

Utiliser des crypto-monnaies

Mais pourquoi quelqu’un voudrait-il utiliser des crypto-monnaies contrôlées par le gouvernement et les établissements bancaires alors qu’il a accès à Bitcoin et à des dizaines d’autres pièces censées être indépendantes ? Pourquoi troquer la liberté contre plus de centralisation ?

Premièrement, les crypto-monnaies existantes ne sont pas aussi libres que beaucoup de gens le pensent, avec un suivi gouvernemental important des transactions de blockchain en place depuis des années, la notion d’utilisateur de crypto complètement anonyme est un peu un fantasme, et l’idée qu’un produit comme le bitcoin va “faire tomber” les banques centrales devient moins réaliste d’année en année.

Deuxièmement, le marché de la cryptographie est très instable, en partie parce qu’il est encore très limité. Alors que l’utilisation de la cryptographie en Amérique est plus élevée que dans la plupart des autres pays avec environ 12 % des personnes qui l’utilisent comme investissement (et non comme monnaie), le reste du monde n’est généralement pas intéressé avec une empreinte mondiale estimée à environ 4 %. Sur ces 4 %, seule une poignée de personnes possèdent réellement la majorité du marché ; ces personnes sont connues sous le nom de “baleines” et elles ont la capacité de faire basculer le marché vers le haut ou vers le bas avec peu d’effort.

Cela se produit également dans de nombreux autres produits de base et monnaies papier. Le fait est que la crypto n’est pas à l’abri de la manipulation.

Troisièmement, la crypto est attrayante pour les gens en raison des bénéfices rapides qui peuvent être réalisés, mais les pertes massives sont également un danger. Le marché global de la cryptographie a plongé de 2 000 milliards de dollars au cours de la seule année écoulée, soit plus de 60 % de sa valeur. L’implosion d’énormes sociétés de négoce comme FTX sape également la stabilité du marché, et c’est généralement l’investisseur moyen qui finit par en subir les conséquences.

Tous ces facteurs et bien d’autres peuvent être utilisés par les élites bancaires comme justification de la mise en œuvre des CBDC et de la réglementation mondiale du crypto trading. Et, si le bain de sang dans les pièces existantes se poursuit, les gens pourraient même accueillir les CBDC comme un investissement ou un système monétaire “sûr”.

Les pertes d’investissement dans les produits blockchain

ainsi que les scandales dans les échanges, sont une opportunité plutôt pratique pour l’établissement bancaire de promouvoir leurs propres devises en remplacement. À la suite de l’événement FTX, plusieurs banques internationales, dont JP Morgan et Goldman Sachs, ont appelé à une réglementation gouvernementale et à un passage aux CBDC.

La US House a prévu des audiences sur FTX en mettant l’accent sur la réglementation. En Europe, la mondialiste Christine Lagarde et la BCE appellent à une coopération mondiale sur la surveillance et le contrôle des crypto-monnaies. Lagarde veut qu’un “euro numérique” remplace les pièces existantes et blâme FTX et les pertes plus importantes du marché sur le manque de surveillance.

De nombreux analystes de la cryptographie exigent également une réglementation, qualifiant la cryptographie de “cassé et inutile” jusqu’à ce que les gouvernements interviennent pour arbitrer (contrôler) le commerce. C’est exactement le contraire de ce que les militants de la cryptographie avaient initialement prévu il y a plus de dix ans, lorsque Bitcoin en était à ses balbutiements, et le commerce numérique à l’époque était vendu comme une sorte de révolution contre l’oligarchie bancaire. Cependant, il est facile de voir où tout cela mène.

Cela signifie une centralisation encore plus omniprésente. Avec les monnaies papier, il y a au moins un véritable anonymat, mais avec les CBDC, l’existence du grand livre de la blockchain exclut toute confidentialité dans le commerce.  

Non seulement cela, mais la capacité institutionnelle à couper les gens de leur richesse et de leur accès économique va être profonde. 

Si vous pensez que la culture d’annulation dirigée par les entreprises et le gouvernement est mauvaise maintenant, attendez simplement qu’ils puissent geler vos comptes numériques à tout moment à cause de quelque chose que vous avez dit sur les réseaux sociaux. Et, dans une société sans numéraire, il y a peu d’alternatives au-delà d’une sorte de marché noir.

Les CBDC signifient la mort totale de toute liberté économique laissée au public, et les banques centrales exploitent des catastrophes comme FTX pour que cette mort se produise encore plus rapidement.

Source

Traduit par PLEINSFEUX

close

Ne manquez rien !

Rejoignez les nouvelles de PleinsFeux.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !
En savoir plus dans notre politique de confidentialité

Translate »