Fin des Temps

Publié le 20 septembre, 2021 | par Equipe de Pleinsfeux

0

LA NORME EN VOIE DE DISPARITION

Par Chris Corlett – Le 1 septembre 2021

« Quelle(s) norme(s) sont en jeu ici ? »

Les gros titres des mois d’été 2021 couvrent toute la gamme des expériences humaines, des catastrophes naturelles aux horreurs causées par l’homme.  Le suivi de chaque histoire s’avère à la fois une tâche intimidante et décourageante. Les gros titres qui auraient pu passer sous votre radar ces derniers mois concernent l’adoption dans l’État de l’Oregon du projet de loi 744 du Sénat qui  « suspend l’exigence de démontrer la maîtrise des compétences d’apprentissage essentielles comme condition d’obtention d’un diplôme dans les années scolaires 2021-2022 ou 2022- 2023. »  Les Neuf Compétences Essentielles sont des compétences interdisciplinaires que les élèves devraient développer de la maternelle à la 12e année.  Pour les étudiants engagés dans leur 9ème année en 2010-2011 ou plus tard, trois des Compétences Essentielles sont des exigences pour la graduation :

  1. Lire et comprendre une variété de textes

  2. Écrire clairement et avec précision

  3. Appliquer les mathématiques dans divers contextes.

Les gros titres se lisent :

  • La nouvelle loi de l’Oregon suspend l’exigence d’examen de fin d’études. Le gouverneur de l’Oregon signe un projet de loi mettant fin aux de compétence en lecture et en mathématiques pour l’obtention  diplôme.
  • La gouverneure de l’Oregon, Kate Brown, n’a pas besoin que les élèves du secondaire prouvent leurs compétences en mathématiques, en lecture et en écriture pour obtenir un diplôme dans le but de soutenir les élèves des  minorités qui ne réussissent pas bien.
  • De nombreux développements dans le domaine de l’éducation sont susceptibles d’un récit très varié basé sur le parti pris et l’objectif de l’auteur ; Cette question n’a pas fait exception.  Le premier titre se concentre sur l’évaluation ; Le second signale un problème avec le programme d’études ; Et la finale souligne un motif discriminatoire pour ceux qui ont voté et signé le projet de loi.

Lors de ma présentation à la Conférence sur les perspectives stratégiques IX5 de 2014, j’ai présenté ce que j’ai appelé le « tabouret à trois pieds de l’éducation » composé de trois éléments requis pour tout programme éducatif :

  1. Curriculum (ce qui sera appris)

  2. Pédagogie (comment sera-t-elle apprise)

  3. Évaluation (ce qui a été appris)

Au cours des décennies des années 1990, un récit national à travers les cinquante états a pris de l’ampleur pour développer des normes nationales qui décriraient les connaissances et les compétences que les étudiants américains étaient censés connaître et faire.  Un programme d’évaluation a été associé à la création de ces normes pour mesurer si les élèves répondaient à ces attentes.  « Nous ne pouvons pas gérer ce que nous ne pouvons pas mesurer » est un adage de gestion populaire et puissant.  Ce qui était auparavant décrit comme « une portée et une séquence » du programme d’études a cédé la place à la terminologie à la mode de « normes » et de « tests standardisés ».  En 2001, le président Bush a ré autorisé et amendé la Loi sur l’enseignement primaire et secondaire (« ESEA ») de 1965 avec sa législation bien connue que la plupart appellent Aucun enfant laissé de côté.  Des tests standardisés ont trouvé des fans et du financement, et ces partisans ont réclamé des normes qui pourraient être mesurées.  « Veuillez noter qu’aux États-Unis, le rôle fédéral dans l’éducation est limité.  En raison du dixième amendement (de la Constitution des États-Unis), la plupart des politiques éducatives sont décidées au niveau des états et au niveau local. » 

Cela a conduit au développement et à la publication, en 2010, des Common Core State Standards en anglais et en mathématiques.  Incités par l’initiative de subvention compétitive Race To The Top du président Obama, plus de quarante états ont adopté les normes et les entreprises privées ont réalisé des bénéfices significatifs pour développer des tests pour mesurer les résultats.

Cette conversation sur les normes en matière d’éducation se poursuit depuis plus de trente ans et l’Oregon a maintenant suspendu les tests pour mesurer ces normes.  Cela semble-t-il être un moyen d’améliorer l’éducation ou d’utiliser efficacement les ressources financières et humaines ?

Bien qu’il s’agisse d’un développement actuel dans le domaine des normes, ma prémisse est que les normes de vérité se sont érodées et effondrées au cours du siècle dernier.  Dans son célèbre sermon de 1922 intitulé Les Fondamentalistes Devraient-ils Gagner ?, Harry Emerson Fosdick a mis l’église au défi d’être plus tolérante et moins dogmatique.  Fosdick s’est opposé à ceux qu’il a décrits comme des fondamentalistes qui insistent sur certaines vérités inflexibles.  « Il est intéressant de noter où les fondamentalistes conduisent dans leurs enjeux pour marquer l’échéance de la doctrine autour de l’église, à travers laquelle personne ne doit passer sauf en termes d’accord.  Ils insistent sur le fait que nous devons tous croire à l’historicité de certains miracles particuliers, en premier le lieu la naissance virginale de notre Seigneur ; Que nous devons croire en une théorie spéciale de l’inspiration : Que les documents originaux de l’Écriture, que nous ne possédons bien sûr plus, étaient inexorablement dictés aux hommes comme un homme pourrait dicter à un sténographe ; Que nous devons croire en une théorie spéciale de l’expiation, que le sang de notre Seigneur, versé dans une mort substitutive, apaise une divinité aliénée et rend possible l’accueil du pécheur qui revient ; Et que nous devons croire à la seconde venue de notre Seigneur sur les nuées du ciel pour établir un millénaire ici, comme le seul moyen par lequel Dieu peut amener l’histoire à un digne dénouement.  Tels sont quelques-uns des enjeux qui sont déterminés, pour marquer une échéance de doctrine autour de l’église. »  Fosdick abhorrait tout engagement envers les vérités fondamentales ou ce que l’on pourrait appeler les normes de la Vérité.  Paul, en écrivant ses épîtres pastorales à Timothée et à Tite, a plusieurs fois fait référence à la « saine doctrine ». « attaché à la vraie parole telle qu’elle a été enseignée, afin d’être capable d’exhorter selon la saine doctrine et de réfuter les contradicteurs.  Mais, pour vous, parlez des choses qui sont propres pour la sainte doctrine ».  «Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs ».

Le sermon de Fosdick a trouvé un grand lectorat et il a fait la couverture d’une édition de 1930 du magazine Time. L’assaut contre les normes fondamentales de la vérité était en cours.

Le mouvement post-moderne suit le modernisme adopté par Fosdick et fait généralement référence à un mouvement du milieu du siècle pour se déconnecter des priorités et des prémisses même du moderniste.  « Le postmodernisme a renversé l’idée qu’il y avait un sens inhérent à une œuvre d’art ou que ce sens était déterminé par l’artiste au moment de la création.  Au lieu de cela, le spectateur est devenu un déterminant important du sens, même autorisé par certains artistes à participer à l’œuvre comme dans le cas de certaines pièces de performance.  D’autres artistes sont allés plus loin en créant des œuvres qui nécessitaient l’intervention du spectateur pour créer et/ou compléter l’œuvre. »  Cette trahison des normes fondamentales de l’art a conduit à des résultats inquiétants.  Un professeur raconte un devoir pour ses étudiants où il leur demande de décrire une œuvre d’art particulière remplie de formes amorphes et de toutes sortes de couleurs.  Les élèves décrivent ce qu’ils considèrent comme « audacieux », « ambitieux » et « courageux ».  Il leur révèle qu’il s’agit d’une photo de sa blouse d’art !  Des lunettes ont été laissées sur le sol d’une galerie d’art et ont été célébrées comme une œuvre d’art jusqu’à ce qu’il soit révélé qu’il s’agissait d’une farce.  « Le compte Twitter vérifié de la galerie a établi ses propres parallèles avec le travail d’autres artistes ».  Et, des productions plus dérangeantes et grotesques étiquetées comme de l’art envahissant, une toilette dorée nommée America ou de l’urine sur une croix.

Dans les années 1990, le mouvement de l’Église Émergente (ou ce que j’aime appeler la post-Église) a pris de l’ampleur.  « Le mouvement de l’Église Émergente est un mouvement chrétien progressiste qui tente d’élever l’expérience et les sentiments au même niveau que la doctrine chrétienne. Beaucoup ne croient pas que l’homme puisse connaître la vérité absolue et croient que Dieu doit être expérimenté en dehors des doctrines bibliques traditionnelles ».  Durant une étude biblique dans les années 1990, un étudiant en pleurs a déclaré : « Mais, ne sommes-nous pas supposés défier tout ? »  Ce à quoi j’ai répondu : « Vous voulez dire que nous sommes censés nous demander si Jésus est Dieu ? »  L’élan pour saper toutes les normes fondamentales était en train de vaincre la société, l’art, la philosophie et même la saine doctrine.

En 2016, le dictionnaire Oxford a identifié la « post-vérité » comme son mot de l’année et défini comme « reliant ou désignant des circonstances dans lesquelles des faits objectifs ont moins d’influence sur la formation de l’opinion publique que les appels à l’émotion et à la croyance personnelle ».  Cette érosion des normes, les normes en voie de disparition, porte les fruits des graines plantées.

Les médias sociaux sur les normes.  L’expérience plutôt que les preuves.  La subjectivité sur l’objectivité.  L’opinion sur les faits.  Le long arc des douze dernières décennies a érodé toute obligation envers les normes, les fondations ou les principes fondamentaux.  La vérité universelle est transformée en vérités personnelles.  La somme de 2 plus 3 est à débattre.  Ainsi, la prochaine fois que vous vous retrouverez dans un dialogue ou un débat, posez la question : « Quelle(s) norme(s) sont en jeu ici ? »  S’il n’y a pas d’accord sur ce qui constitue douze pouces, nous ne pourrons jamais nous entendre sur la façon de couper un morceau de bois d’un pied de long !  Pour un exemple plus pratique, je me retrouve dans d’innombrables conversations sur la vaccination actuelle.  Je pose la question : « Pouvons-nous convenir que ceux qui se font vacciner sont moins à risque de contracter la maladie et plus à risque de se faire vacciner, tandis que ceux qui ne se font pas vacciner sont moins à risque de se faire vacciner et plus à risque de maladie ? »  Cela mériterait peut-être une relecture.  Si cette norme axiomatique ne peut pas être convenue, le reste de la conversation est infructueux.

 

Source:  KHouse  

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

Mots clés: , , , , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • LES SECRETS DE L’ATLANTIDE 2021

  • Conférence 2020

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction


Real Time Web Analytics