Économie

Publié le 09 octobre, 2018 | par Equipe de Pleinsfeux

0

LA RÉSERVE FÉDÉRALE

 Par Virginia Fidler – Le 16 septembre 2018

Le comité pour détruire le monde.

 

Les citoyens moyens sont généralement convaincus que les banques centrales ont pour mission d’aider l’économie en luttant contre l’inflation et en atténuant les effets des crises financières.  C’est un conte de fée que les politiciens aiment encourager.  S’il y avait du vrai, cependant, où était la Réserve Fédérale pendant la crise de 2007 ?  Plutôt que d’aider, il élargissait la crise avec leurs politiques de l’argent facile.

Bien que les banques centrales ne soient pas une entité gouvernementale, leur objectif principal est de créer de la monnaie au profit du gouvernement.  En imprimant inconsciemment de la monnaie fiduciaire, les banques centrales créent une illusion fragile de stabilité financière.  En réalité, chaque banque centrale est un monopole qui contrôle la production de la distribution de la monnaie et des taux d’intérêt.  Plus important encore, il contrôle également les réserves d’or.  Bien que le papier soit censé avoir le soutien du gouvernement, c’est la banque centrale qui contrôle la valeur de la monnaie à un moment donné.

La première banque centrale, la Banque Centrale d’Angleterre, a été créée au 17ème siècle dans le but de permettre au roi de rembourser ses dettes.  Chaque pays ayant créé sa propre banque centrale, son gouvernement l’a utilisée comme compte bancaire personnel.

Avec l’autorisation du gouvernement, les banques centrales impriment de l’argent que les banques commerciales peuvent utiliser pour prêter à un taux d’intérêt déterminé.  Ensemble, ils travaillent à gonfler la masse monétaire via un système appelé banque à réserves fractionnaires.  Les banques commerciales sont tenues de garder une fraction de leur argent en réserve.  Par exemple, si quelqu’un dépose 1000 dollars, la banque doit conserver 10% dans ses coffres. Ces $100 ne peuvent pas être prêtés.  Ils ne peuvent prêter que 900 dollars, créant ainsi deux créances distinctes sur ces fonds : Le dépôt initial de 1000 dollars et l’emprunteur ultérieur des 900 dollars.  L’offre de monnaie en circulation a été artificiellement augmentée à 1900 dollars.  Ce n’est qu’un des moyens utilisés par les banques centrales pour manipuler la masse monétaire.

Cette masse monétaire gonflée encourage les consommateurs à dépenser et à accumuler une dette croissante qu’ils auront éventuellement du mal à rembourser, en particulier parmi ceux qui ont un revenu inférieur.  Au fur et à mesure que la monnaie fiduciaire circule dans une économie, le prix des biens achetés affecte en premier lieu la population à faible revenu, puis, ralentit à la hausse.  Les plus riches conserveront leur monnaie de consommation bien plus longtemps que ceux situés au bas de l’échelle économique.  Lorsque les prix augmentent, les riches peuvent toujours se permettre d’acheter les biens nécessaires.  Le segment le plus pauvre de la population finira par pouvoir acheter beaucoup moins qu’avant.  De cette manière, les banques centrales aident à créer et à maintenir un système de classes séparé.

Au cours de la crise financière de 2007-2008, les banques centrales ont imprimé de la monnaie pour gonfler les bilans des banques commerciales à des taux d’intérêt bas.  Les banques en ont bénéficié, tandis que l’augmentation de la monnaie fiduciaire a entraîné une hausse des prix à la consommation.  Dans le même temps, ceci a augmenté la valeur des actifs, tels que les actions et l’immobilier.  Ceux qui ont eu la chance de détenir des actions et de l’immobilier ont vu leurs actifs augmenter.  Ceux qui ont tenté d’acheter un bien immobilier ou un logement ont trouvé que le prix était hors de leur portée, leur pouvoir d’achat diminuant.

Les banques centrales n’ont jamais existé pour le plus grand bien.  Leur objectif même est de profiter aux élites et aux personnes au pouvoir.  L’inégalité de la richesse est un fait de la vie ; Cependant, les politiques des banques centrales peuvent exacerber ces inégalités.  Le simple fait est que les gens seraient mieux lotis sans les manipulations monétaires des banques centrales.  Les régimes de la centrale ne font que creuser l’écart de revenu au lieu de le combler.

C’est la puissante Réserve Fédérale qui détermine l’économie mondiale avec ses taux d’intérêt.  Le président Donald Trump nommera plus de membres du conseil de la Réserve Fédérale que n’importe quel président depuis Woodrow Wilson, qui a en fait contribué à la création de la Réserve Fédérale.  Toute l’attention est portée sur les candidats à la Cour Suprême du président Donald Trump, mais peu sur ses candidats à la Réserve Fédérale.  Cependant, les effets de ces nominations se feront sentir pendant des décennies.

Jusqu’à présent, le président Donald Trump a nommé Richard Clarida, républicain modéré et directeur de Pacific Investment Management Co., au poste de vice-président sous la présidence de Jerome Powell.  La deuxième personne nommée par Donald Trump est Michelle Bowman, qui a été commissaire aux banques pour le Kansas.  Les deux candidats ont une longue expérience des relations avec la Réserve Fédérale et sont susceptibles de maintenir le statu quo du crédit facile au lieu de le contester.

Les nouveaux membres de la Réserve Fédérale rejoindront John C Williams, l’ancien directeur de la Réserve Fédérale à San Francisco, à la tête de la Réserve Fédérale à New York.  C’est pendant le mandat de Williams que Wells Fargo a créé plus de 3 millions de faux comptes et s’est vu infliger une amende d’un milliard de dollars pour avoir conclu des contrats d’assurance automobile et hypothécaire trompeurs.

Wall Street a accueilli avec enthousiasme ces candidats de la Réserve Fédérale. Cela n’est pas surprenant, car ils semblent disposés à poursuivre l’afflux de monnaie fiduciaire et à maintenir artificiellement des intérêts bas.  Les banques commerciales resteront le principal bénéficiaire de cette politique.  Cette même politique maintiendra l’emprunt des entreprises facile et attractif, car les entreprises accumulent un niveau d’endettement insoutenable.  Tandis que les grandes entreprises continuent de spéculer avec un crédit facile, le reste de la population devrait se méfier des conséquences.

Le crash de Lehman Bros., en 2008, a peut-être disparu du rétroviseur lorsque la Réserve Fédérale a dépensé 16.000 milliards de dollars pour renflouer des institutions financières en difficulté.  La même situation pourrait se reproduire si les méga-banques connaissaient un nouvel effondrement lorsque leurs emprunteurs seraient incapables de rembourser ces prêts faciles.  C’est pour cette raison que les nominations du président Donald Trump à la Banque de Réserve Fédérale sont cruciales et potentiellement catastrophiques.

En dépit de la dure rhétorique de Donald Trump, il a adopté la politique de l’argent fiduciaire facile du passé.  Il a nommé Steve Mnuchin, ancien associé de Goldman Sachs, au poste de Secrétaire au Trésor.

Au cours du premier semestre de 2018, l’économie était en plein essor et la confiance des consommateurs était forte.  Mais, telle était la situation en 2007 quand un effondrement économique semblait inimaginable.  Malheureusement, la dette nationale américaine a maintenant dépassé les 23.000 milliards de dollars.  Grâce au crédit facile, l’endettement des consommateurs devrait atteindre 4.000 milliards de dollars d’ici la fin de l’année.

À l’heure actuelle, les banques centrales ont le pouvoir de contrôler l’économie. Ils peuvent, en effet, faire ce qu’ils veulent.  Ce pouvoir illimité pourrait être vérifié avec la ré-instauration de l’étalon-or, ce qui placerait la valeur de la monnaie à la valeur marchande au lieu du caprice artificiel de la banque centrale.  Pour citer l’économiste Murray Rothbard, « Abolir la Réserve Fédérale et revenir à l’étalon-or, dans un système monétaire où un métal produit par le marché, tel que l’or, servant de monnaie standard et non de billets papier imprimés par la Réserve Fédérale ».

Dans un système de monnaie adossée à l’or, les prix et la disponibilité des biens fluctueraient toujours, mais ils seraient soumis aux circonstances économiques plutôt qu’au caprice politique.  Et, la fluctuation serait nettement inférieure.

Les personnes nommées par le président Donald Trump à la Réserve Fédérale continuent les erreurs du passé.  Alors que tous se réjouissent du boom économique, tout le monde évite les dettes grandissantes qui risquent de s’effondrer.  Et, si elle se brise, cela créera un chaos mondial que le monde n’a jamais connu auparavant.

Source: Gold Telegraph 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Mots clés: , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics