Bruit de guerre

Publié le 17 juillet, 2019 | par Equipe de Pleinsfeux

0

LA TENSION MONTE ENTRE LES ÉTATS-UNIS ET L’IRAN

Par Amil Imani –Le 15 juillet 2019

L’hostilité entre Washington et Téhéran s’intensifie depuis mai 2018, date à laquelle Donald Trump s’est retiré de l’accord relatif à l’accord nucléaire de 2015, connu sous le nom de Plan d’Action Global Commun (JCPA), sous P5+1, avec la présence des États-Unis, du Royaume-Uni, de la France, de la Chine, de la Russie et de l’Allemagne.  Cet accord a mis de côté les ambitions nucléaires de Téhéran, (mais, pas vraiment).

L’accord sur le nucléaire iranien était simple : Téhéran devait accepter de limiter sa capacité nucléaire et, en retour, les sanctions économiques seraient levées.  C’est facile !  Mais, le diable est toujours dans les détails. L’administration Obama a bêtement permis à l’Iran de disposer d’une marge de manœuvre suffisante pour procéder à des essais de missiles balistiques.  La résolution 2231 du Conseil de Sécurité a certifié l’accord, remplaçant l’embargo par un libellé encourageant :

« L’Iran est appelé à ne mener aucune activité reliée aux missiles balistiques conçus pour être en mesure de fournir des armes nucléaires ».

En outre, dans le cadre de l’accord, le régime islamiste aurait accès à plus de 100 milliards de dollars d’actifs gelés à l’étranger, et pourrait reprendre la vente de pétrole sur les marchés internationaux et utiliser le système financier mondial à des fins commerciales.

L’inspection des sites est venue avec quelques stipulations.  Les mollahs iraniens doivent se conformer à l’AIEA.  (Hautement improbable) !  Les dirigeants iraniens trichent et mentent depuis longtemps au sujet de leur programme nucléaire, et il n’y a aucune raison de les croire maintenant.

« Au moment de l’accord, l’administration du président américain, alors Barack Obama, a exprimé sa confiance dans le fait que le JCPOA empêcherait l’Iran de construire un programme nucléaire en secret.  L’Iran, a-t-il déclaré, s’était engagé à une surveillance, une vérification et une inspection extraordinaires et robustes. »

Après que le président Donald Trump ait abandonné l’accord sur le nucléaire iranien, l’AIEA, l’organisme de surveillance nucléaire mondial, a déclaré que l’Iran avait déjà accru sa production d’uranium enrichi, mais on ne sait pas à quel point.

Remontons à une décennie :

Selon le National Intelligence Estimate (NIE), « Iran : Intentions et capacités nucléaires », contenait une bombe surprenante : La conclusion que l’Iran avait stoppé son programme d’armement nucléaire en 2003.  On ne sait pas ce qui a motivé ce renversement sans précédent de l’analyse du renseignement, le rapport ne contenait qu’un résumé des arrêts clés et excluait la preuve sur laquelle ils étaient fondés.  Déjà, cependant, plusieurs experts compétents ont accusé le NIE d’avoir un défaut critique.

Au fil du temps, le président Bush a promis que l’Iran ne serait jamais autorisé à atteindre son objectif sous sa gouverne.  Bush a continué à utiliser toutes sortes de menaces et de promesses pour persuader les mollahs d’abandonner le projet, en vain.  Ahmadinejad, négateur de l’Holocauste, est devenu le président de la République Islamique d’Iran, et les choses ont commencé à se réchauffer.

À maintes reprises, le belliqueux Ahmadinejad a vilipendé le Grand Satan et son acolyte, Israël, qui avait le courage de demander à l’Iran d’abandonner son programme alors que ses deux principaux adversaires disposaient de leur propre arsenal d’armes nucléaires.  Ahmadinejad a informé le monde de ce que la République Islamique avait les droits de ses propres droits nationaux.  Il a habilement renforcé sa crédibilité en envoyant une série de négociateurs sans fin pour rencontrer les Européens.  Il a réussi à gagner du temps, alors qu’il travaillait jour et nuit pour atteindre une capacité accrue.

Le rapport de la NIE nous a assuré que la République Islamique de l’Iran avait abandonné son programme d’armes nucléaires il y a environ trois ans.  Il n’y a donc vraiment rien à craindre et encore moins de raisons de maintenir le jeu dangereux du bras-de-fer avec les mollahs.  À la lecture superficielle du rapport, on peut avoir l’impression que les mollahs ne sont pas exactement les saints d’Allah comme Jimmy Carter les avait imaginés pendant qu’il les avait aidés à les amener au pouvoir.  Pourtant, ils ne sont pas non plus aussi intrigants que les ennemis de leurs ennemis.

Le meilleur prédicateur du futur est le passé.  Le bilan des mollahs fanatiques religieux est celui de la tromperie, de la dissimulation, de la trahison, de la violence et bien plus encore.  Ces agents d’Allah courroucés et entraînés par le Coran ne sont ni des Iraniens ni des personnes fiables.  Ils sont des maîtres tricheurs.  Ils ont été dans les affaires du complot pendant des siècles.  Ils ont perfectionné l’art de la tromperie, du double langage, du double jeu et de la trahison.  Par conséquent, pour que le rapport de la NIE soit basé principalement sur une supposée interception de conversations secrètes de hauts dirigeants iraniens, il ne s’agit là que d’une pratique de la crédulité. La prudence exige de meilleures preuves, de bien meilleures preuves.

Si, en effet, la République Islamique de l’Iran a abandonné l’ensemble de son programme pour atteindre une capacité de surtension, pourquoi ne pas permettre à l’AIEA d’accéder sans entrave à plus de 30 installations connues ? L’AIEA n’est autorisée à en visiter qu’une poignée, et seulement sur préavis.

Les libéraux au cœur sanglant, également connus sous le nom de Idiots Utiles, citent la demande de la NIE selon laquelle nous devrions commencer immédiatement à négocier avec les mollahs sans conditions préalables.  Nous n’avons jamais eu beaucoup de poids auprès des mollahs.  Le peu de poids que nous avions est effacé par notre propre NIE.  Ce que ces idiots utiles ne semblent pas comprendre, c’est que l’on ne peut négocier qu’avec une partie réellement intéressée par la négociation.

En bref, oui, les mollahs sont des tueurs de masse.  Les peuples civilisés chérissent et célèbrent la vie.  Les islamistes savourent la mort telle qu’énoncée dans leur idéologie et pratiquée quotidiennement.  Rappelez-vous de ce que Hassan Nasrallah a dit ; Le dirigeant du Hezbollah libanais devait expliquer pourquoi son peuple l’emporterait dans une guerre contre Israël.  Il a déclaré :   « Les Israéliens aiment la vie.  Nous, les musulmans, nous aimons la mort. »  Ces fanatiques croient fermement en un monde prochain, incomparablement magnifique en plaisir, qui attend les fidèles musulmans.  Pour eux, ce monde n’est qu’un tas de poussière, tandis que le suivant est un paradis de convoitises éternelles.

NON, les mollahs iraniens ne doivent jamais être autorisés à acquérir un système de livraison pour transporter leur bombe nucléaire.  Ce serait la fin du monde.

Source: New With Views 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Mots clés: , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics