L’ÂGE DE LA TROMPERIE

L’ÂGE DE LA TROMPERIE

Partager avec les autres

Par Ron Matsen • Le 1 juin 2022

Dans les articles précédents de « L’âge de la Tromperie », nous avons identifié les stratégies d’attaque de Satan de la contradiction, de la condescendance et de la déconstruction, la désinformation et l’infiltration et l’accommodation. Dans cet article session, nous exposerons ce qui se passe quand la tromperie passe par l’endoctrinement.

Tromperie par endoctrinement

Le Cambridge Dictionary définit le terme endoctrinement comme « le processus de répétition d’une idée ou d’une croyance à quelqu’un jusqu’à ce qu’il l’accepte sans critique ni question », jusqu’à imprégner l’esprit innocent des jeunes.

L’Encyclopédie de l’Holocauste nous dit :

« À partir des années 1920, le parti nazi a ciblé la jeunesse allemande comme public privilégié pour ses messages de propagande. Ces messages soulignaient que le Parti était un mouvement de jeunesse : Dynamique, résilient, tourné vers l’avenir et plein d’espoir. Des millions de jeunes allemands ont été gagnés au nazisme dans la classe et à travers des activités extrascolaires. En janvier 1933, la jeunesse hitlérienne comptait environ 100.000 membres, mais à la fin de l’année, ce chiffre était passé à plus de 2 millions. En 1937, le nombre de membres de la jeunesse hitlérienne est passé à 5,4 millions avant de devenir obligatoire en 1939. »

« Les autorités allemandes ont alors interdit ou dissous toutes les organisations de jeunesse concurrentes. Le but initial de la jeunesse hitlérienne était de former des garçons à entrer dans les SA (Storm Troopers), une formation paramilitaire du parti nazi. Après 1933, cependant, les leaders de la jeunesse ont cherché à intégrer les garçons dans la communauté nationale nazie et à les préparer au service en tant que soldats dans les forces armées ou, plus tard, dans l’élite SS. »

Le dirigeant soviétique Lénine a déclaré : « Nous avons besoin de cette génération de jeunes qui ont commencé à atteindre la maturité politique au milieu d’une lutte disciplinée et désespérée contre la bourgeoisie. Dans cette lutte, cette génération forme de véritables communistes ; Elle doit subordonner à cette lutte, et lier avec elle, chaque étape de ses études, de son éducation et de sa formation. » Il est important de noter que le terme « bourgeoisie » est un mot français que le révolutionnaire russe Karl Marx a popularisé dans une tentative de vilipender l’ennemi des idéaux communistes. « Cela signifie que la classe moyenne, généralement en référence à ses valeurs matérialistes perçues ou à ses attitudes conventionnelles. » En d’autres termes, un capitaliste.

La tromperie par endoctrinement ne se limite pas aux institutions despotiques. Malheureusement, il existe de nombreux exemples de lavage de cerveau au sein de groupes religieux. Beaucoup de gens utilisent une expression comme « boire le Kool-Aid » et savent vaguement que cela signifie abandonner son libre arbitre et croire tout ce qu’on leur dit de faire. Cette expression vient de la tragédie de Jonestown en 1978, dans la nation sud-américaine de la Guyane, où plus de 900 personnes ont été massacrées alors qu’elles suivaient leur chef Jim Jones dans un pacte de suicide communautaire. Parmi les morts se trouvaient plus de 300 enfants qui « buvaient le Kool-Aid » additionné d’un poison mortel au cyanure, démontrant ainsi le pouvoir du contrôle de l’esprit. Ces dévots du Temple du Peuple ont été programmés pour faire tout ce que Jones leur a dit de faire car ils croyaient largement qu’il était l’autorité de Dieu sur terre. Il y a beaucoup d’autres exemples qui pourraient être offerts dans ce récit, mais il suffit de dire que beaucoup ont été emmenés comme des moutons à l’abattoir par ces « loups déguisés en moutons ».

Comment se passe l’endoctrinement ?

Je soumets à votre considération trois éléments clés pour parvenir à un endoctrinement généralisé, autrement connu sous le nom de lavage de cerveau.

1 – L’endoctrinement commence par l’isolement. L’Union des républiques socialistes soviétiques (ou URSS) a entouré son empire de ce que le Premier Ministre britannique Winston Churchill a appelé le rideau de fer. « Churchill l’a utilisé pour désigner spécifiquement la barrière politique, militaire et idéologique créée par l’URSS. » Selon les historiens de l’URSS, il a été créé comme un voile de protection après la Seconde Guerre Mondiale pour empêcher tout contact ouvert entre lui et l’Occident. Comme la Grande Muraille de Chine vieille de 2500 ans avec ses fortifications frontalières s’étendant sur 4000 kilomètres (2500 milles), la prétention de protection a l’inconvénient d’empêcher l’intégration avec les progrès réalisés autour de vous.

2 – L’endoctrinement est établi par la privation. La rareté manufacturée est une arme puissante pour tenter de contrôler les masses. Cela se fait en rendant tout le monde dépendant de la bienveillance de l’Élite. Dans les camps de jeunesse nazis et soviétiques, la nourriture, le logement et l’acceptation sociale étaient distribués en petites portions afin de maintenir l’attention des enfants. Cela cultiverait alors la loyauté en récompensant la soumission. Vêtus de l’uniforme approuvé par le parti, ces jeunes disciples ont été moulés à l’image préétablie par l’élite au pouvoir.

3 – L’endoctrinement est maintenu par la répétition. La substance de ce lavage de cerveau est construite par l’élite, qui règne sur la majorité des ignorants. Il se fait souvent passer pour de l’éducation. Il y a une différence fondamentale et importante entre l’éducation et l’endoctrinement. L’éducation implique une vaste enquête sur ce qui est vrai et ce qui n’est pas vrai. L’endoctrinement vise uniquement à influencer l’auditeur à croire en un récit étroit sans pouvoir étayer ces nouvelles « vérités » par autre chose que sa propre opinion. Il offre un monologue froid sur un dialogue constructif. Elle limite tout recoupement ou validation indépendante. En fin de compte, cela conduit à la méchanceté des « étrangers », fermant l’esprit de l’enfant afin qu’il puisse être rempli de propagande soigneusement construite.

Joseph Goebbels, Ministre de la Propagande du Reich de l’Allemagne nazie, a déclaré : « La technique de propagande la plus brillante ne donnera aucun succès à moins qu’un principe fondamental ne soit constamment gardé à l’esprit, elle doit se limiter à quelques points et les répéter encore et encore. » Il dit encore : « Si vous répétez un mensonge assez souvent, les gens le croiront, et vous finirez même par le croire vous-même ».

La force et la peur constituent la base de tout endoctrinement réussi. La force s’exprime comme le pouvoir écrasant de soumettre tous les adversaires. Ce pouvoir n’est pas nécessairement celui de la seule puissance militaire mais se révèle souvent comme le tsunami irrésistible de l’opinion publique. Nourrir la peur conduit à un aveuglement spirituel qui produit le fruit de la haine. Quand la haine s’empare d’un cœur humain, il est étonnant de voir les choses terribles qu’elle peut produire. Aujourd’hui, nous voyons le pouvoir omniprésent des cartels d’intérêts particuliers qui cherchent à contrôler ce qui doit être considéré comme le récit sociétal acceptable.

Les médias l’appellent la culture d’annulation. Philosophiquement, la culture d’annulation est jugée nécessaire pour empêcher la propagation de l’incitation raciste, violente et insurrectionnelle. Pour ses fidèles, être « réveillé », c’est être conscient des injustices systémiques de la société et, par extension, du reste de la civilisation occidentale. Leurs pensées sont que cette civilisation actuelle fait partie d’une longue lignée d’oppression et de génocide qui doit être démolie dans son intégralité. Pour imposer cette idée aux autres, les Woke utilisent les tactiques du harcèlement de la foule, de la pénitence publique, de la dénonciation hystérique et, surtout, de la militarisation de la culture d’annulation pour priver les gens de leurs plateformes, de leurs moyens de subsistance et de leur réputation. Contrairement au rideau de fer érigé par les dirigeants du Parti Communiste pour solidifier leur base de pouvoir, ces guerriers éveillés tentent d’ériger un rideau idéologique qui encerclera le monde entier dans lequel ils seront l’incarnation de la « police de la pensée » du roman dystopie, « Nineteen Eighty-Four ». Compte tenu de l’état actuel des choses, il semblerait que l’idée fictive orwellienne de « Thoughtcrime » soit mise en œuvre ici et maintenant par l’élite éveillée.

Briser la forteresse de l’endoctrinement

Il existe un moyen de briser la forteresse de l’endoctrinement. En 1865, à la suite de la guerre civile américaine, qui fit plus de 600.000 morts, le poète américain William Ross Wallace écrivit un poème faisant l’éloge de la maternité. Ici, à l’intérieur, il a créé une phrase de pouvoir qui a été citée hors de son contexte pendant des décennies, qui déclare : « Parce que la main qui berce le berceau, est la main qui gouverne le monde ». Lorsque vous le lisez dans son contexte, vous trouverez une révélation puissante de son intention originale.

« La main qui berce le berceau est la main qui gouverne le monde ».

Bénédictions sur la main des femmes !

Les anges gardent sa force et sa grâce,

Dans le palais, chaumière, taudis,

Oh, peu importe où l’endroit ;

Si jamais des orages ne l’assaillaient,

Des arcs-en-ciel toujours doucement bouclés ;

Parce que la main qui berce le berceau

Est la main qui gouverne le monde.

L’enfance est la tendre fontaine,

Le pouvoir peut avec le flux de la beauté,

Mère est la première à guider les ruisseaux,

D’eux poussent des âmes incessantes

Grandir pour le bien ou le mal,

Le soleil a coulé où le mal a été lancé ;

Parce que la main qui berce le berceau

Est la main qui gouverne le monde.

Femme, comme ta mission est divine

Ici sur notre gazon natal !

Gardez, oh, gardez le jeune cœur ouvert

Toujours au souffle de Dieu !

Tous les vrais trophées des âges

Sont parés de l’amour maternel ;

Parce que la main qui berce le berceau

Est la main qui gouverne le monde.

Bénédictions sur la main des femmes !

Pères, fils et filles pleurent,

Et le chant sacré se mêle

Avec le culte dans le ciel

Se mêle là où aucune tempête ne s’assombrit,

Les arcs-en-ciel sont de plus en plus lancés ;

Parce que la main qui berce le berceau

Est la main qui gouverne le monde.

La Bible nous dit que nous pouvons contrecarrer les ténèbres de l’endoctrinement sociétal avec la Lumière de la Vérité. Deutéronome 4:4-9 nous dit,

« Écoute, ô Israël : L’Éternel, notre Dieu, l’Éternel est un ! Tu aimeras l’Éternel, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. Et ces paroles que je te commande aujourd’hui seront dans ton cœur. Tu les enseigneras assidûment à tes enfants et tu en parleras quand tu seras assis dans ta maison, quand tu iras en voyage, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras. Tu les lieras comme un signe sur ta main, et ils seront comme des fronteaux entre tes yeux. Tu les écriras sur les poteaux de ta maison et sur tes portes. »

Souvenez-vous de l’encouragement de Salomon lorsqu’il dit :

« Un homme prudent prévoit le mal et se cache ; Mais, les simples passent et sont punis. C’est par l’humilité et la crainte de l’Éternel que naissent les richesses, l’honneur et la vie. Les épines et les pièges sont sur le chemin de l’oppressé : Celui qui garde son âme s’en éloignera. Instruis un enfant dans la voie qu’il doit suivre : Et quand il sera vieux, il ne s’en écartera pas. » (Proverbes 22:3-6)

Source

Traduit par PLEINSFEUX

close

Ne manquez rien !

Rejoignez les nouvelles de PleinsFeux.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !
En savoir plus dans notre politique de confidentialité

Translate »