Le CERN identifié comme entrée secrète du siège souterrain de la CIA sous le lac Léman en Suisse

Le CERN identifié comme entrée secrète du siège souterrain de la CIA sous le lac Léman en Suisse

Partager avec les autres

BABYLON FALLING: ENTRÉE SECRETE DU CERN AU SIÈGE DE LA CIA SITUÉ SOUS LE LAC DE GENÈVE EN SUISSE

SWISS NAZIS: 10 RAISONS POUR LESQUELLES LA SUISSE EST LE DOMICILE DE LA CIA 

OBAMA 666: LE PREMIER DICTATEUR D’AMÉRIQUE VEUILLE-T-IL SE LEVER?

LA TROISIEME GUERRE MONDIALE: LA NAISSANCE DE LA RUSSIE NAZIE

DAVID CHASE TAYLOR

911TRUTHER.ORG 

TERRE, Undisclosed Location – Parce que le CERN est le plus grand et le plus avancé laboratoire de physique des particules nucléaires et dans le monde, la sécurité à l’installation de top-secret est la plus rigoureuse de la Terre. Par conséquent, c’est l’endroit idéal pour cacher l’entrée de la seule et unique Central Intelligence Agency (CIA).

Comme décrit à l’origine dans le rapport du 31 mars 2015, Truther.org intitulé « 10 raisons pour lesquelles la Suisse abrite la CIA », des preuves tangibles confirment désormais que la Suisse héberge en fait la CIA. Cependant, l’emplacement exact du siège de la CIA en Suisse est resté un mystère – jusqu’à présent.

En bref, le CERN sert d’entrée secrète au siège de la CIA qui est situé dans les canyons alpins sous-marins du lac Léman , un lac si profond qu’il a dû être exploré par Mir 1 et Mir 2. , des sous-marins russes connus pour leur capacité à plonger. jusqu’à 6000 mètres (19 685 pieds).

Par conséquent, le siège de la CIA sous le lac Léman n’est accessible que par des trains souterrains du CERN et par des sous-marins qui traversent un tunnel souterrain de 275 kilomètres (170 miles) qui commence évidemment à Gênes, en Italie, et se termine dans le lac Léman.

Bien que ce ne soit que conjecture, il semble que Sub-Biosphere 2 est calqué sur le siège de la CIA sous le lac Léman . Cette notion est basée sur le fait que la sous-biosphère 2 imite la grande chambre à bulles européenne (BEBC) qui sert évidemment de centre de commande central.

Le tunnel LEP du CERN , d’une longueur de 26,659 kilomètres (16,6 miles), passe certes par la Suisse et la France , probablement en route vers le siège de la CIA. Par coïncidence, le CERN est à environ 27 kilomètres du centre du lac Léman (c’est-à-dire 46 ° 27’19.8 ″ N 6 ° 36’01.9 ″ E ) où se trouve manifestement le siège de la CIA.

Par conséquent, il semble que le tunnel LEP du CERN soit une couverture politique pour le tunnel souterrain à travers lequel les trains de banlieue quotidiens transportent le personnel de la CIA de la banlieue de Genève, en Suisse, au siège de la CIA au fond du lac Léman .

3

Le siège de la CIA est manifestement connu sous le nom de «Zone Nord», l’un des soi-disant sites expérimentaux du CERN . La zone nord serait le plus grand des sites expérimentaux du site de Prévessin , qui serait la station cible des expériences sans collisionneur sur l’accélérateur SPS.

Alors que la zone nord sert évidemment de couverture au siège de la CIA, le CERN abrite le plus grand supercalculateur du monde qui est utilisé par la CIA pour mener des activités d’espionnage et de surveillance électroniques 24h / 24 et 7j / 7, ainsi que pour contrôler la pègre (par exemple, dégonfler / gonfler les devises, manipuler les marchés mondiaux, exécuter des attaques de drones, etc.).

Le CERN est par coïncidence situé à côté de Genève, en Suisse, qui abritait auparavant la Société des Nations. Aujourd’hui, Genève abrite le plus grand nombre d’organisations internationales au monde, dont la Croix-Rouge internationale et les Nations Unies.

Par conséquent, il est parfaitement logique que Genève, la capitale de facto de la pègre, abrite également la tristement célèbre Central Intelligence Agency. . Puisque Genève dirige essentiellement la pègre à la demande de la CIA, on lui a donné le surnom de «La ville mondiale».

L’idée que le CERN est l’entrée secrète du siège de la CIA sous le lac Léman est corroborée par le fait qu’en 2013, le CERN comptait 2513 membres du personnel et 12313 boursiers, associés et apprentis, dont la majorité sont probablement des personnels de la CIA.

Étant donné qu’environ 15000 personnes se rendent quotidiennement au CERN et / ou au siège de la CIA, elles doivent le faire via des trains souterrains secrets car il n’y a pas de grands parkings au CERN comme le montre la vue aérienne du siège de la CIA à Langley, en Virginie .

L’idée que le supercalculateur du CERN est utilisé comme arme est préfigurée dans le roman « Angels & Demons » (2000) de Dan Brown qui décrit l’ antimatière créée au CERN utilisée dans une arme contre le Vatican. En réalité, cependant, le CERN est utilisé comme une arme contre toute l’humanité.

L’idée que le CERN est responsable d’orchestrer le chaos et la terreur des enfers est corroborée par un rapport du 7 juin 2015, qui déclarait que l’ attaque d’astéroïdes artificiels apocalyptique imminente « sera déclenchée par le Grand collisionneur de hadrons du CERN ».

Un rapport secondaire daté du 8 juin 2015 déclarait que les scientifiques du CERN pourraient « provoquer un trou noir » et que « le logo du CERN est 666 – le signe de la bête » pourrait théoriquement provoquer l’ événement de la « fin des jours » comme le prévoyait dans le livre Livre de l’Apocalypse de l’Église catholique romaine.

En bref, le CERN est responsable de tout événement comme apocalyptique futur qui pourrait détruire théoriquement la planète Terre (par exemple, attaque astéroïde, pandémie biologique, attaque terroriste nucléaire, la troisième guerre mondiale, etc.) qui est exactement ce que l’ on pourrait attendre de la centrale Agence de renseignement (CIA).

CHAPITRES CI-JOINT :

1. Big European Bubble Chamber (BEBC)
2. Gargamelle Bubble Chamber
3. Aquarius Reef Base
4. Sub-Biosphere 2
5. Lake Geneva
6. Mir ‘s Exploration of Lake Geneva
7. Tunnels secrets vers le siège de la CIA
8. Le tunnel de Genève
9. CERN: accueil du World Wide Web
10. Le superordinateur du grand collisionneur de hadrons (LHC)
11. Grille de calcul du LHC dans le monde (WLCG)
12. Réseau optique privé du LHC
13. Numérologie et symbologie du CERN
14. Numérologie et symbologie du CIA
15. Statue de Shiva au CERN
16. L’étoile de la mort de la CIA apparaît au-dessus du CERN
17. Le canular de l’étoile de la mort de la CIA de la NASA

1. Grande chambre à bulles européenne (BEBC)

La grande chambre à bulles européenne (BEBC) est une chambre en acier inoxydable qui aurait été utilisée pour étudier la physique des particules au CERN . Le projet BEBC aurait été lancé en 1966 par la France et l’Allemagne et a été utilisé au CERN de 1973 à 1984. En réalité, cependant, il est beaucoup plus probable que le BEBC était un prototype pour le siège souterrain de la CIA maintenant situé profondément sous le lac Léman . Par coïncidence, à la fin des années 1960, lorsque le CERN était en construction, la pollution du lac Léman rendait trop dangereux la baignade et visibilité sous le lac était proche de zéro.. Cette pollution était probablement le résultat de la construction massive qui se déroulait profondément sous la surface, brouillant littéralement les eaux du lac Léman. Comme le montrent les photos du BEBC, les fenêtres à l’intérieur de la chambre permettent la pénétration de la lumière artificielle et naturelle, tandis que les entrées circulaires plus grandes et plus profondes peuvent servir de tunnels vers des pods externes ou des ports sous-marins. En raison de la structure compartimentée du BEBC, l’ Empire romain au Groenland(qui commande et contrôle à la fois le CERN et la CIA) est capable d’inonder une chambre ou une nacelle donnée s’ils jugent que ses habitants constituent une menace potentielle. L’accès au BEBC sous le lac Léman se fait probablement par train depuis une ou plusieurs des 6 entrées du CERN (voir ci-dessous), et par sous-marin à travers le tunnel de Genève qui commence évidemment à Gênes, en Italie. Basé sur la forme en dôme du BEBC, il sert probablement de pièce maîtresse du siège de la CIA, comme en témoigne Sub-Biosphere 2 qui est probablement calqué sur lui. Bien qu’il ne s’agisse que de conjectures, il semble que le terme «BEBC» (c’est-à-dire «BBC») ait été choisi en partie à cause de la BBC(British Broadcasting Corporation) qui fournit une couverture linguistique aux personnels de la CIA qui utilisent accidentellement ou intentionnellement le terme «BEBC» en public. Par conséquent, si le terme «BEBC» ou «BBC» est jamais entendu en public, il ne sera pas distinctement reconnaissable. Enfin, la forme cylindrique et le dôme du BEBC se retrouvent également par coïncidence dans l’architecture du bâtiment 40 du CERN, situé sur le site de Meyrin, un hommage apparent au siège de la CIA sous le lac Léman.

800px-CERN-20060225-24

2. Chambre à bulles

Gargamelle La Gargamelle est une chambre à bulles qui a été construite en France et qui aurait été utilisée pour étudier la physique des particules au CERN de 1970 à 1978. En réalité, cependant, Gargamelle était probablement un prototype de la toute première chambre souterraine qui abritait le siège de la CIA sous Lac Léman . En raison des progrès de la technologie (par exemple, Internet), Gargamelle a probablement été mis au rebut et remplacé par le BEBC susmentionné. Le nom de la chambre souterraine aurait été dérivé de la géante «Gargamelle», la mère de Gargantua dans les œuvres de François Rabelais. Avec un diamètre de seulement 2 mètres et seulement 4,8 mètres de longueur, Gargamelle ne mérite manifestement pas son titre à moins bien sûr qu’elle n’ait été un prototype d’une énorme chambre à bulles souterraine qui abritait auparavant le siège de la CIA au fond du lac Léman.

Verseau3

3. Aquarius Reef Base

Lorsque l’on compare la Big European Bubble Chamber (BEBC) et la Gargamelle avec l’ Aquarius Reef Base , le seul laboratoire sous-marin admis au monde, les similitudes sont indéniablement frappantes. En plus d’avoir la même forme générale de cylindre, l’Aquarius Reef Base contient les mêmes fenêtres de type sous-marin, la même tuyauterie en forme de tube, les mêmes rivets métalliques et le même échafaudage sur le dessus.

Pods du siège de la CIA

4. Sub-Biosphere 2

Selon toute vraisemblance, le siège de la CIA sous le lac Léman a une forme presque identique à Sub-Biosphere 2 , un projet souterrain futuriste prétendument conçu par Phil Pauley. Cependant, contrairement à Sub-Biosphere 2, le siège de la CIA ne dispose que de 6 modules externes attachés au centre de commande central dont le prototype était la Big European Bubble Chamber (BEBC). Le prototype du CERN pour ces 6 pods semble être la cavité RF du grand collisionneur électron-positon qui est maintenant exposée à l’ exposition Microcosm au CERN . Fait intéressant, le Globe de la science et de l’innovation, dont le but est de désinformer les visiteurs sur la recherche au CERN, est par coïncidence formé exactement de la même forme que le pod Sub-Biosphere 2 ainsi que la cavité RF susmentionnée, corroborant davantage l’idée que le projet Sub-Biosphere 2 est une couverture politique pour la CIA Siège caché profondément sous le lac Léman.

lac de Genève

5. Lac Léman

La Grande Chambre à Bulles Européenne (BEBC), autrement connue sous le nom de Siège de la CIA, se trouve évidemment sous le Lac Léman qui est situé au nord-est du CERN et de Genève, Suisse. Le lac Léman, le plus grand plan d’eau de Suisse, est beaucoup plus grand que tous les autres lacs situés dans les vallées des Alpes . Bien que le lac ait une profondeur présumée de 309,7 mètres (1016 pieds), il y a un total de 537 montagnes dans les Alpes qui ont une hauteur supérieure à 3000 mètres (9842 pieds), y compris le Mont Blanc.qui mesure 4 809 mètres (15 778 pieds) de hauteur et se trouve directement au sud du lac Léman. Les lacs alpins étant à l’inverse des Alpes qui les entourent, il est fort probable que le lac Léman soit beaucoup plus profond qu’on ne le prétend. Cette notion est corroborée par le fait qu’un lac non alpin comme le lac de Zurich a une profondeur de 143 mètres (469 pieds), soit environ la moitié de la profondeur présumée du lac Léman. La partie la plus profonde du lac Léman se situerait entre Évian-les-Bains et Lausanne, là où il y a une frontière droite entre la France et la Suisse. Par conséquent, le siège de la CIA est très probablement situé à 46 ° 27’19.8 ″ N 6 ° 36’01.9 ″ E; la moitié en France, la moitié en Suisse. Mis à part les aspects mathématiques et symboliques de cette disposition, un quartier général divisé de la CIA permet à la Suisse d’attaquer la France ou la France pour attaquer la Suisse si l’Empire romain au Groenland le juge justifié. Par conséquent, il y a toujours un équilibre des pouvoirs en ce qui concerne le siège de la CIA qui est chargé de diriger la pègre.

Mir Lake Geneva

6. L’exploration du lac Léman par Mir

L’idée que le lac Léman est bien plus profond que ce qui est allégué a été annoncée dans un rapport du 14 juin 2011 de Russia Today intitulé « Russian Submersibles Explore Lake Geneva ». Fait intéressant, le rapport indique que «deux célèbres sous-marins russes équipés d’une technologie de pointe explorent les profondeurs du lac Léman en Suisse» pour tester prétendument la propreté de l’eau. Le rapport indique également que deux russes intitulés Mir 1 et Mir 2 sont « deux des rares au monde à pouvoir fonctionner jusqu’à 6 000 mètres de profondeur.», Et que les« mini-sous-marins sont célèbres pour leur expédition sur le site de l’épave du Titanic en 1997 ». Inutile de dire que les sous-marins de plongée les plus profonds du monde ne sont nécessaires que pour plonger à des profondeurs supérieures à 309,7 mètres (1016 pieds), la profondeur présumée du lac Léman. On ne sait pas exactement pourquoi les sous-marins Mir ont été déployés dans le lac Léman, mais ils étaient probablement utilisés pour nettoyer à l’extérieur du siège de la CIA ou pour assurer la maintenance d’un autre type. Dans un rapport du 20 juillet 2011 de Der Spiegel intitulé « Deep in the Alpine Abyss: Submarines Explore Mysterious, Murky Depths of Lake Geneva», Il a été révélé que les sous-marins russes susmentionnés étaient utilisés pour« explorer les profondeurs cachées de la plus grande étendue d’eau de Suisse »et que«… même aujourd’hui, on en sait relativement peu sur les 580 kilomètres carrés (224 milles carrés ) étage du lac Léman ». Sous le sous-titre « Canyons dangereux dans les profondeurs », le rapport indique que les sous-marins russes ont été utilisés pour «explorer les canyons du Rhône, qui sont probablement les plus grands secrets du lac». Inutile de dire que les canyons sous-marins sont plus révélateurs d’un lac alpin que d’une rivière. Selon le dictionnaire Webster, un « canyon»Est défini comme« une vallée profonde avec des parois rocheuses abruptes »avec« un ruisseau ou une rivière qui la traverse ». Selon toute vraisemblance, le lac Léman est la vallée profonde et le fleuve qui le traverse est le Rhône. Le rapport Der Spiegel indique également que les sous-marins russes ont fait leur «descente à 40 mètres (131 pieds) par minute» et que le «voyage au fond du lac» a duré environ «deux heures et demie». Sur la base de ces chiffres, on peut déduire mathématiquement que le lac Léman a une profondeur d’environ 3 000 mètres (9 842 pieds), offrant amplement d’espace pour abriter le siège de la CIA. Le rapport indique également qu ‘«il n’y a que quatre autres sous-marins de ce type dans le monde qui peuvent atteindre des profondeurs de plus de 3 000 mètres (9 843 pieds)». Inutile de dire que 50% des sous-marins de plongée les plus profonds du monde ne seraient pas déployés dans le lac Léman à moins que la profondeur ne le justifie réellement. Dernièrement, afin de vendre l’idée que le lac Léman a été exploré en profondeur, il abritait auparavant deux véhicules de type sous-marin. Premièrement, le “Auguste Piccard »aurait effectué 1 100 plongées dans le lac Léman entre 1964 et 1965, emmenant environ 33 000 visiteurs à une profondeur d’environ 150 mètres. Deuxièmement, le « F.-A. Forel »(PX-28) aurait effectué 3 600 plongées entre 1979 et 2005, totalisant plus de 6 000 passagers. Qu’il suffise de dire qu’un effort concerté a été fait pour dissiper toute idée selon laquelle le lac Léman est beaucoup plus profond que ce que l’on prétend et que le lac n’a pas été complètement exploré.

f457ed1f18a41a884bf9b517a58f8c8b

7. Tunnels secrets vers le siège de la CIA

Parce que le CERN sert également d’entrée au siège de la CIA sous le lac Léman , il existe un certain nombre de tunnels secrets qui permettent au personnel de la CIA avec la bonne identification (par exemple, une puce RFID ) d’entrer dans l’enceinte souterraine. C’est peut-être là que le mariage entre la puce RFID et la «Marque de la Bête» a été fait puisque le numéro «666» est représenté dans le logo du CERN . Par conséquent, il est fort probable qu’il y ait 6 entrées et 6 sorties vers le siège de la CIA, ainsi que 6 chambres ou pods externes rappelant la sous-biosphère 2projet. 

Cette notion est corroborée par le fait qu’il existe certes 6 entrées au CERN, dont une ou plusieurs peuvent accéder au siège de la CIA sous le lac Léman. L’une de ces 6 entrées mène au tunnel LEP susmentionné, d’une longueur de 26,659 kilomètres (16,6 miles). Par coïncidence, le CERN est environ 27 kilomètres du centre du lac Léman où siège de la CIA est évidemment situé à 46 ° 27’19.8 “N 6 ° 36’01.9” E . Par conséquent, il semble que le tunnel du LEP soit couvert pour les trains de banlieue quotidiens qui transportent le personnel de la CIA de la banlieue de Genève au siège souterrain de la CIA. 

Considérant que le tunnel du LHC du CERN est certes situé à 175 mètres (574 pieds) sous l’ aéroport international de Genève, on peut en déduire qu’un certain nombre des 15 millions de passagers de l’aéroport par an montent à bord d’un train caché dans l’aéroport qui les transporte secrètement au siège de la CIA. Cette configuration permet essentiellement aux personnes arrivant à Genève d’accéder au siège de la CIA sans jamais être vues en public. 

Fait intéressant, l’aéroport international de Genève possède une seule piste en béton d’une longueur de 3 900 mètres (12 795 pieds), la plus longue de Suisse et l’une des plus longues d’Europe. Par conséquent, l’aéroport peut équiper des avions de toutes les tailles existantes, y compris les aéronefs militaires et spatiaux. Enfin, Meyrin est la ville suisse la plus proche du site principal du CERNlaboratoire. Outre le fait que l’aéroport international de Genève est partiellement situé à Meyrin, la ville dispose de 6 entrées au CERN. 

Bien que ce ne soit que conjecture, il est fort probable que le «tunnel inter-sites» soit l’un des tunnels secrets menant au siège de la CIA sous le lac Léman, autrement connu sous le nom de zone nord.

ENTRÉES CONNUES AU CERN :

1. Entrée «A»: accès pour tout le personnel du CERN à des heures spécifiques (Suisse)
2. Entrée «B»: accès pour tout le personnel du CERN à tout moment. Souvent appelée «Entrée principale» du CERN (Suisse)
3. Entrée «C»: Accès pour tout le personnel du CERN à des heures spécifiques (Suisse)
4. Entrée «D»: Pour ce que l’on appelle la réception des marchandises à des heures spécifiques (Suisse) )
5. Entrée «E»: accès pour le personnel du CERN résidant en France à des heures spécifiques. Nommée «Porte Charles de Gaulle » en reconnaissance du rôle présumé de de Gaulle dans la création du CERN (France)
6. Entrée «Tunnel intersites»: Apparemment pour le transfert d’équipement vers et depuis les sites du CERN en France par du personnel avec un permis spécifique. C’est le seul itinéraire autorisé pour de tels transferts (France)

Tunnel de Genève

8. Le tunnel de Genève

Bien que ce ne soit que conjecture, il est fort probable que Gênes, en Italie, marque l’entrée d’un tunnel souterrain de 275 kilomètres (170 milles) qui permet aux sous-marins en provenance du Groenland d’accéder au siège de la CIA sous le lac Léman . 

Cette notion est corroborée par le fait que Genève (G + N + V) et Gênes (G + N + V) sont en harmonie le même nom qui suggère que le «Tunnel de Genève» pourrait en fait être le nom officiel du tunnel. Le drapeau de Gênes et les armoiries de Gênes portent une croix romaine semblable au drapeau de la Suisse et identique au logo de la Croix-Rouge qui a son siège social à Genève, en Suisse. 

En d’autres termes, les noms et symboles associés à la Gênes sont essentiellement en Suisse. Fait intéressant, en 1946, un projet de forage colossal a été lancé pour creuser un tunnel à travers la base du Mont Blanc , la plus haute montagne des Alpes. Ce projet est finalement devenu connu sous le nom de Tunnel du Mont Blanc qui relierait finalement Chamonix , France, à Courmayeur , Italie. 

Considérant que le CERN a été fondée publiquement le 29 septembre 1954, il semble que le tunnel du Mont Blanc ait pu être le projet de couverture pour la construction du tunnel de Genève entre Gênes et Genève. 

Dans le cas où les deux tunnels seraient construits simultanément, toute activité de type sismique liée au tunnel du tunnel de Genève serait naturellement imputée à la construction du tunnel du Mont Blanc. L’idée que le tunnel du Mont Blanc était la couverture du tunnel de Genève est corroborée par le fait que le tunnel du Mont Blanc a pris 20 ans pour être achevé, alors qu’il ne mesurait que 11,611 kilomètres (7,215 miles). 

À l’inverse, le tunnel de base du Saint – Gothard, qui comprend 151,84 km (94,3 miles) de tunnels, a également pris 20 ans. L’argument selon lequel l’amélioration de la technologie est en fin de compte responsable de l’augmentation de plus de dix fois du taux d’achèvement du tunnel, considérez ceci: le tunnel du Simplon sous les Alpes italo-suisses n’était en construction que pendant 9 ans (1912 à 1921) et mesure 39,524 kilomètres (24,5591 miles) de longueur. Par conséquent, la construction de 20 ans du tunnel du Mont Blanc sur 11,611 kilomètres (7,215 miles) suggère qu’il s’agissait d’une couverture de construction pour la construction du tunnel de Genève qui est situé directement à l’est de celui-ci. 

L’idée qu’un tunnel au niveau de la base pourrait être foré à 275 kilomètres (170 miles) sous les Alpes est étayée par le fait que des tunnels connus les plus longs et les plus profonds du monde, La Suisse abrite ou fait partie d’au moins 11 d’entre eux, totalisant 315,937 kilomètres (196,314 miles) de longueur. Ces tunnels comprennent, mais sans s’y limiter: le tunnel de base du Saint – Gothard (57,104 kilomètres), le tunnel de base du Mont d’Ambin (57 kilomètres), le tunnel de base du Ceneri (39,8 kilomètres), le tunnel de base du Lötschberg (34,57 kilomètres), le LEP Tunnel (26,659 kilomètres), le tunnel du Simplon (19,824 kilomètres), le tunnel de la Vereina (19,058 kilomètres), le tunnel routier du Saint – Gothard (16,9 kilomètres), le tunnel de base de la Furka (15,407 kilomètres), le tunnel du Saint – Gothard(15,003 kilomètres) et le tunnel du Lötschberg (14,612 kilomètres).

Internet mondial

9. CERN: Home of the World Wide Web

Le World Wide Web a commencé comme un projet du CERN nommé INQUIRE, qui aurait été lancé par Tim Berners-Lee en 1989 et Robert Cailliau en 1990. Puisque le CERN est certes le berceau et le foyer du monde Web , il exerce un pouvoir presque absolu sur la Terre, dont la plupart est désormais géré par des supercalculateurs. Étant donné que pratiquement toutes les opérations bancaires, le commerce, les communications, la guerre des drones et les voyages sont désormais contrôlés par des ordinateurs, quelle que soit l’agence qui a le pouvoir sur, le CERN gouverne essentiellement le monde. 

Le site principal du CERN à Meyrin dispose d’une «grande installation informatique contenant de puissants traitements de données installations, principalement pour l’analyse des données expérimentales », et« a toujours été un important centre de réseautage étendu ». 

Le terme «réseau étendu» est défini en partie comme «un réseau de télécommunications ou un réseau informatique qui s’étend sur une grande distance géographique». En d’autres termes, le CERN est le hub Internet ou la carte mère du monde entier. 

Cette notion est confirmée par le CERN Internet Exchange Point (CIXP) qui est le premier backbone Internet paneuropéen et la première connexion T1 à NSFnet ont été créés en 1989 et 1990. Traduction: CIXP est la carte mère d’Internet car tous les autres hubs et portails Internet lui sont connectés. Par conséquent, si et quand la CIA veut cibler un pays, une entreprise ou une personne, elle peut facilement le faire car elle a un accès instantané à toutes les informations disponibles en temps réel.

10. Le Grand collisionneur de hadrons (LHC) superordinateur

Le Grand collisionneur de hadrons (LHC) est prétendument le plus grand et le plus puissant du monde collisionneur de particules , le plus grand, l’ installation expérimentale la plus complexe jamais construit, et la plus grande machine du monde. 

Il aurait été construit par l’ Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) entre 1998 et 2008 en collaboration avec plus de 10 000 scientifiques et ingénieurs de plus de 100 pays. En réalité, cependant, le LHC est le plus grand supercalculateur du monde qui rassemble des données pour le compte du siège de la CIA sous le lac Léman . 

L’idée que le LHC est le plus grand ordinateur du monde est confirmée par la Grille de calcul du LHC(voir ci-dessous) ainsi que les nombreux bâtiments de surface qui abritent des équipements informatiques auxiliaires tels que compresseurs, équipements de ventilation, électronique de commande et installations de réfrigération. Les supercalculateurs antérieurs basés au CERN comprennent, mais sans s’y limiter: l’accélérateur linéaire d’origine ( LINAC 1 ); le synchrocyclotron (SC) de 600 MeV qui a fonctionné entre 1957 et 1991; les anneaux de stockage à intersections (ISR) qui ont fonctionné entre 1971 et 1984; le grand collisionneur électron-positon (LEP) qui a fonctionné entre 1989 et 2000; et l’ anneau antiproton à basse énergie (LEAR), qui a fonctionné entre 1982 et 1996.

Grille de calcul LCH

11. La Grille de calcul mondiale pour le LHC (WLCG)

La Grille de calcul mondiale pour le LHC (WLCG), anciennement connue sous le nom de Grille de calcul du LHC (LCG), est un projet collaboratif international qui consiste en une infrastructure de réseau informatique en grille . 

Il a été certes conçu par le CERN pour gérer le volume massif de données produites par le World Wide Web, d’où son nom. Par conséquent, il intègre à la fois des liaisons par câble à fibres optiques privées et des parties haut débit existantes de l’ Internet public qui permettent le transfert de données depuis le CERN et les institutions universitaires et gouvernementales gérées par la CIA à travers le monde. 

En 2010, le WLCG se composait de quelque 200 000 cœurs de traitement et 150 pétaoctets d’espace disque, réparti dans 34 pays. En 2012, le WLCG a incorporé plus de 170 centres de calcul dans 36 pays. À partir de 2015, le nombre est probablement beaucoup plus élevé. Il va sans dire que la grille de calcul du LHC est la plus grande grille de calcul du monde . 

Le WLCG contient 7 détecteurs , chacun conçu pour certains types de recherche. Le flux de données des détecteurs fournit environ 300 Go / s de données qui sont ensuite filtrées pour les «événements intéressants» et les «données de résumé d’événements» via des calculs exécutés par la CPU ferme au centre de données du CERN. 

En d’autres termes, les 7 détecteurs identifient les menaces potentielles au sein de la pègre (par exemple, les mouvements politiques, les bouleversements sociaux, etc.) afin qu’elles puissent être identifiées et neutralisées par la CIA avant même qu’elles n’aient une chance de se matérialiser, d’où la statue de Shiva du CERN.

(voir ci-dessous). Parce que le WLCG surveille et suit l’ensemble de la pègre, il utilise la plate- forme BOINC qui permet un accès en temps réel à tous les ordinateurs exécutant Mac OS X , Windows , Linux ou Scientific Linux

Considérant que pratiquement tous les ordinateurs exécutent l’un des programmes susmentionnés, ils sont essentiellement une extension du WLCG, autrement connu sous le nom de WWW (c’est-à-dire le World Wide Web). Le WLCG est également intimement lié à l’ Institut européen de bio informatique (EMBL-EBI), au GSI Helmholtz Center for Heavy Ion Research , à l’ Open Science Grid ainsi qu’au CERN Openlab , une collaboration entre le CERN et des entreprises privées qui développent de nouvelles informations et communications. Technologies pour espionner et contrôler la pègre. Les sociétés Openlab du CERN incluent, mais sans s’y limiter: Brocade , Cisco , Huawei , IDT ,Intel , Oracle , Rackspace , Seagate , Siemens et Yandex .

Terminal CIA

12. La communication secrète du réseau optique privé du LHC

Depuis le siège de la CIA via le supercalculateur du CERN, qui est connu sous le nom de «niveau 0» du réseau informatique mondial du LHC (WLCG), est évidemment effectuée via le réseau privé optique du LHC (LHCOPN). 

Les données seraient envoyées du CERN via le LHCOPN à 11 établissements universitaires de «niveau 1» en Asie, en Europe et en Amérique du Nord via des liaisons dédiées à 10 Gbit / s. 

Traduction: les commandes sont envoyées depuis le siège de la CIA sous le lac Léman vers 11 sous-stations de la CIA dans le monde, dont l’une est située à Langley, en Virginie. Plus de 150 institutions de «niveau 2» sont ensuite connectées aux 11 institutions de «niveau 1» de la CIA, créant un réseau de sous-stations de la CIA qui font également office de réseau de recherche et d’éducation(NREN) centres. Bien que les NREN soient prétendument dédiés à soutenir les besoins de recherche et d’ éducation au sein d’une communauté donnée, ils servent en fait de sous-station secrète de la CIA qui mène des assassinats, de l’espionnage et des attaques terroristes.

CERN II

13. Numérologie et symbologie du CERN

En déchiffrant les noms et symboles associés au CERN et au siège de la CIA sous le lac Léman , une compréhension plus claire et concise de ces organisations et de leur programme respectif commence à émerger. 

Utilisant l’ alphabet roman-anglais moderne , le terme « CERN » est en harmonie le même que « CROWN » (la lettre «W» est souvent bénigne) car il représente le véritable siège du pouvoir dans le monde souterrain. 

Lorsqu’on emploie la partition romaine (c’est-à-dire l’alphabet romain), le terme « CERN » équivaut en consonance à «CRX» qui se traduit par « Crux », le mot latin pour «Cross». Par coïncidence, ledrapeau de la Suisse et le logo de la CIA portent tous deux une croix romaine qui équivaut à la lettre «D», un acronyme pour «Die» et «Death». Le logo du CERN contient le numéro «666» qui est indicatif de « La Bête », un euphémisme biblique pour le Diable ou l’Antéchrist. 

En employant les méthodes rudimentaires d’algèbre utilisées dans la Gématrie juive , la valeur absolue de «666» équivaut à «18» (soit 6 + 6 + 6 = 18) dont la racine numérique est «9» (c’est-à-dire 1 + 8 = 9 ). 

Dans l’ alphabet romain-anglais , la 18e lettre est «R» tandis que dans la partition romaine(c’est-à-dire l’alphabet romain) le 9e symbole est «Γ» (c’est-à-dire la lettre originale «R»). 

Puisque la lettre «R» et le symbole «Γ» sont tous deux des acronymes pour «Rome», on peut en déduire que le nombre «666» équivaut à l’Empire romain. Parce que l’ Empire romain est maintenant situé au Groenland , il dirige le monde souterrain via la Suisse qui abrite la CIA . Le siège de la CIA étant situé au CERN, son logo contient naturellement le numéro 666.

Cela étant dit, le triple-6 est également représentatif des 6 entrées, 6 sorties et 6 chambres ou pods associés au siège de la CIA. Cette notion est représentée dans le logo de la CIA qui représente une étoile ou une balle avec de nombreuses pointes, indicatives des nombreux tunnels qui se connectent au siège de la CIA sous le lac Léman. Dans leArmoiries originales de Genève , un symbole jésuite orne l’écu composé des lettres «IHE». 

Comme le montre le livre « Greenland Theory: Apocalypse Now », les jésuites (c’est-à-dire la Compagnie de Jésus) sont le plus grand ordre religieux de l’Église catholique qui sont connus sous le nom de «marines de Dieu». Fait intéressant, les jésuites prennent leurs ordres du « pape noir » qui semble être la voix de l’empire romain au Groenland. 

Par conséquent, il est fort probable que la majorité des employés travaillant au CERN et au siège de la CIA soient des jésuites.

CIA suisse

14. Numérologie et symbologie de la CIA

Lors du déchiffrement des noms et symboles associés au CERN et au siège de la CIA sous le lac Léman , une compréhension plus claire et concise de ces organisations et de leur programme respectif commence à émerger. Étant donné que la lettre «A» se double d’un symbole Chevron (c’est-à-dire «Ʌ»), le nombre / lettre utilisé pour représenter les lettres «C» et «K» dans la partition romaine, l’acronyme «CIA» équivaut à «CIɅ» qui peut être représenté de 9 manières différentes (c’est-à-dire, CIC, CIK, KIC, KIK, CIɅ, ɅIC, KIɅ, ɅIK, ɅIɅ). 

Les doubles Ʌ, C ou K sont des hommages grammaticaux et numérologiques à La Canée, en Crète , berceau de l’Empire gréco-romain qui dirige désormais le monde depuis le Groenland via le siège de la CIA. 

Le logo de la CIA représente un Aigle romain qui est également trouvé dans le armoiries de Genève , ainsi que dans le blason du canton de Genève , les deux contiennent aussi une clé pour qu’ils détiennent les secrets de la pègre. 

Les armoiries de Genève représentent également une croix romaine qui se trouve par hasard dans le logo de la CIA. 

Fait intéressant, le sourcil de l’aigle romain a ce qui semble être un Nike Swoosh, symbolique de Nike (N + K), la déesse gréco-romaine de la victoire pour laquelle la capitale du Groenland «Nuuk» (N + K) a été nommée d’après . Le lac Léman lui-même a la forme d’un croissant romain qui se double de la lettre «C», un acronyme pour la Crète (berceau de l’Empire gréco-romain) ainsi que les termes «Kill» et «Cull», d’où le terme Saint-Siège (c’est-à-dire la «Sainte CIA»), le nom officiel du Central Intelligence Agence (CIA). 

Fait intéressant, selon Wikipédia, «la forme du croissant était plus régulière dans une période géologique récente, lorsque [le lac Léman] s’étendait jusqu’à Bex », une ville suisse située à environ 20 kilomètres au sud du lac Léman. Par conséquent, il semble que la zone entre Bex et le lac Léman était auparavant remplie de terre et de roches afin de créer une forme en forme de croissant à partir du lac Léman. Un croissant est représenté par coïncidence dans les armoiries d’au moins trois villes bordant le lac Léman, y compris, mais sans s’y limiter:Chens-sur-Léman , France; Meyrin , Suisse et Montreux , France.

Shiva Suisse

15. Statue de Shiva au CERN

Shiva ou Siva est considéré comme le Dieu suprême au sein Shaivism qui est le créateur et destructeur de tout ce qui est. Par coïncidence, le 18 juin 2004, une statue de Shiva de 2 mètres de haut a été dévoilée au CERN . 

Le nombre sacré de Shiva est «5», ce qui équivaut au symbole «Ж» (c’est-à-dire « Chi ») dans la partition romaine (c’est-à-dire l’alphabet romain) qui indique le pays de la Suisse. Shiva est souvent représenté avec 10 bras, ce qui symbolise la forme géographique de la Suisse qui semble avoir 10 bras ou jambes. Tripurantaka , une manifestation de Shiva, est représenté avec quatre bras brandissant un arc et une flèche. Il tient une hache et un cerf sur la paire supérieure de ses bras, et un arc et une flèche inférieure des bras, respectivement. 

Tripurantaka est le symbole de la croix à quatre bras de la Suisse qui est responsable de l’exécution d’assassinats, d’espionnage, d’attaques terroristes et de guerres dans le monde souterrain à la demande de l’ Empire romain au Groenland . 

Shiva monte également sur un taureau, son véhicule, qui est représentatif de Babylone , l’ancienne capitale de l’Empire romain. Par coïncidence, la Suisse est responsable de la gestion et de la maintenance du système Babylon dans le monde souterrain. 

Le terme anglais « sieve»(S + V), qui est en consonance la même chose que« Siva » (S + V), est un dispositif qui est utilisé pour séparer les éléments voulus du matériel indésirable. 

Métaphoriquement parlant, la Suisse est le tamis de la pègre car elle neutralise les personnes et les idées indésirables, en particulier en ce qui concerne le siège de la CIA sous le lac Léman et le fait que l’ Empire romain est bien vivant au Groenland .

CIA Death Star CERN

16. L’étoile de la mort de la CIA apparaît au-dessus du CERN

Comme décrit à l’origine dans le rapport Truther.org du 1er août 2015 intitulé « L’étoile de la mort apparaît au CERN, Suisse , patrie de la CIA », en mars 2015, les citoyens suisses ont commencé à remarquer un nouvelle étoile brillante dans le ciel occidental de la Suisse. 

Plus brillante que Vénus qui la flanquait, l’étoile apparemment artificielle était située à environ 160 km au-dessus de la Terre en orbite terrestre inférieure (LEO). Fait intéressant, l’étoile artificielle a été temporairement positionnée au-dessus du CERN, situé juste à l’extérieur de Genève, en Suisse, la capitale de facto de la pègre. 

Par coïncidence, la géométrie du CERN imite celle de l’ étoile de la mortde Star Wars exactement. Ce n’est pas un hasard car le siège de la CIA sous le lac Léman a été responsable de l’exécution de pratiquement tous les assassinats, attentats terroristes et guerres observés dans le monde souterrain au cours des 715 dernières années.

Ce qu’est exactement l’étoile de la mort de la CIA ou comment est arrivé au-dessus du CERN n’est pas encore connu, mais son apparence a coïncidé avec la couverture de la CIA suisse qui a été soufflée pour la première fois de l’histoire le 31 mars 2015, comme le montre le Truther. rapport de l’organisation intitulé « 10 raisons pour lesquelles la Suisse abrite la CIA ». 

Bien que ce ne soit que conjecture, il semble que la seule puissance de la planète Terre (c’est-à-dire l’ Empire romain au Groenland ) a décidé d’élever la partie de commandement de son quartier général de la CIA à l’étoile de la mort de la CIA au-dessus du CERN.afin d’empêcher les sbires de la CIA sur le terrain de découvrir qu’ils ne sont en fait pas responsables. En d’autres termes, la CIA en Suisse dirige la pègre à la demande de l’Empire gréco-romain au Groenland. 

Par conséquent, une fois que la couverture opérationnelle de la CIA a été soufflée pour la première fois de l’histoire , le quartier général de la CIA a ensuite été déplacé vers l’étoile de la mort de la CIA, hors de danger. Que ce soit ou non la Station spatiale internationale(ISS) est la couverture opérationnelle de l’étoile de la mort de la CIA n’est pas encore connue, mais le terme «ISS» (S + S) et «Suisse» (S + S) sont en harmonie parlant la même chose. 

Par conséquent, le terme ISS peut en fait être un mot de code pour désigner l’étoile de la mort de la CIA. On ne sait pas non plus si les Gréco-romains font maintenant des allers-retours du Groenland à la Suisse via l’étoile de la mort de la CIA, mais l’apparition de la star en mars 2015 et sa disparition ultérieure vers le 15 juillet 2015, est hautement suspecte de dire que le moins. 

Selon toute vraisemblance, l’étoile de la mort de la CIA a soit: a) retournée au Groenland ou dans un autre endroit éloigné où elle reste cachée des regards indiscrets des enfers, ou b) a atterri quelque part dans le complexe du CERN (peut-être sous le lac Léman), un exploit improbable en raison de sa taille.

Étoile de la mort de la CIA

17. Le canular de l’étoile de la mort de la CIA de la NASA

Parce que la CIA suisse m’espionne activement en surveillant mes ordinateurs et mon téléphone portable, ils savaient que moi, David Chase Taylor , prévoyais de publier un rapport sur l’étoile de la mort de la CIA. Afin de prévenir cela, la NASA a publié un rapport de propagande le 11 juin 2015 , déclarant que l’étoile de la mort de la CIA était un phénomène naturel. Selon la NASA, l’étoile de la mort de la CIA n’était que Jupiter ou Vénus se rapprochant, un phénomène qui ne se reproduirait pas avant 2023 . 

Cependant, le premier problème avec le faux rapport de la NASA est qu’ils déclarent que le phénomène n’a été relégué qu’en juin 2015.

Ceci est complètement contradictoire avec des dizaines de rapports de témoins oculaires qui déclarent que l’étoile de la mort de la CIA était dans le ciel nocturne depuis mars 2015. J’ai personnellement été témoin de l’étoile de la mort de la CIA en Mai 2015 et je l’ai surveillé presque quotidiennement jusqu’à ce qu’il disparaisse le 15 juillet 2015 ou vers cette date.

J’attendais cependant de publier le rapport jusqu’à ce que je puisse me rendre personnellement au CERN, mais je n’en ai jamais eu l’occasion. 

Le deuxième problème avec le faux rapport de la NASA est qu’il n’y a actuellement aucune étoile aussi brillante que l’étoile de la mort de la CIA dans le ciel nocturne. En d’autres termes, lorsque Jupiter et Vénus sont situés dans le ciel nocturne, leur luminosité échoue par rapport à celle de l’étoile de la mort de la CIA, comme le montrent de nombreuses photos et vidéos. 

Le troisième problème avec Le faux rapport de la NASA est qu’il n’y a pas d’étoile aussi grande que l’étoile de la mort de la CIA dans le ciel nocturne. En d’autres termes, lorsque les plus grandes étoiles sont situées dans le ciel nocturne, leur taille échoue par rapport à celle de l’étoile de la mort de la CIA, comme le montrent de nombreuses photos et vidéos. Le quatrième problème avec le faux rapport de la NASA est qu’il n’y a pas de photos ou de vidéos corroborant la prétendue conjonction de Jupiter et de Vénus. 

En d’autres termes, il n’y a aucune preuve qui dépeint la conjonction graduelle des deux corps planétaires; ils ne sont observés qu’à la même distance relative par rapport aux autres, comme le montrent les photos et les vidéos. Afin de brouiller davantage les eaux concernant l’étoile de la mort de la CIA, Russia Today a publié un rapport le 1er juillet 2015, intitulé «Des milliers attrapent Jupiter, Vénus formant une «étoile de Bethléem» très brillante ». Le nom «Étoile de Bethléem» a été conçu pour ajouter une connotation biblique à l’étoile de la mort de la CIA, vendant davantage l’idée qu’il s’agissait d’un phénomène naturel.

À PROPOS DE DAVID CHASE TAYLOR 
David Chase Taylor est un journaliste américain sur liste noire et rédacteur en chef de 911Truther.org , le site Web de dénonciation n ° 1 au monde (le site Web original de Taylor, Truther.org, a été détourné par la CIA et détenu contre rançon en 2017 , d’où le changement d’adresse Web). 

Parce que le blog de Taylor 911Truther.org est le site Web d’actualités alternatif le plus populaire sur Internet, il est à plusieurs reprises piraté et censuré par la CIA et ses innombrables robots. Naturellement, par conséquent, Taylor s’est vu refuser une page Wikipédia officielle depuis 2011.

Cela étant dit, en raison de la popularité croissante de Taylor, la CIA a été obligée de donner à Taylor une page Everybody Wiki et à Truther.org une page RationalWikiqui, juridiquement parlant, constitue une diffamation, une diffamation et une calomnie qui se définit comme «la communication orale ou écrite d’une fausse déclaration sur autrui qui porte injustement atteinte à sa réputation». Bien que Taylor vit actuellement dans un lieu inconnu, il a officiellement demandé l’asile politique en Suisse le 17 juillet 2015 , après avoir publié The Nuclear Bible (2011), un livre qui a déjoué une attaque terroriste nucléaire au Super Bowl XLV à Dallas, Texas le 6 février 2011.

Malgré la prévention de la troisième guerre mondiale, Taylor s’est vu refuser l’asile politique en Suisse par le Bundesgericht (c’est-à-dire la Cour suprême de Suisse ) parce que la Suisse abrite la seule et unique CIA.dont le siège secret se trouve sous le CERN au bord du lac Léman en Suisse. 

Taylor est également l’auteur de The Bio-Terror Bible (2012), qui expose la pandémie biologique mondiale imminente, ObamaCSI (2012), qui a empêché un “ événement ” d’assassinat sous faux drapeau ciblant Barack Hussein Obama conçu pour lui donner la “ blessure mortelle ” comme décrit dans Apocalypse 13: 3 et Greenland Theory (2014), qui expose la véritable structure du pouvoir du monde, en particulier en ce qui concerne le Groenland et son principal État mandataire de la Suisse.

Source

Placé par PLEINSFEUX

close

Ne manquez rien !

Rejoignez les nouvelles de PleinsFeux.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !
En savoir plus dans notre politique de confidentialité

, ,

Translate »