Géants

Publié le 15 septembre, 2021 | par Equipe de Pleinsfeux

0

LE DESTIN SECRET DE L’AMÉRIQUE

Par SkyWatch Editor-Le 2 septembre 2021

ISIS et une apologétique Nephilim ?

Rappelez-vous, Dieu avait promis l’inimitié entre la semence de la femme (toute l’humanité, se réalisant ultimement en Christ) et la semence du Nachash, l’entité serpentine qui a trompé Eve et attiré Adam.  Compte tenu de la « guerre de la semence » déclarée dans Genèse 3:15, il semble raisonnable de penser qu’un nettoyage génétique était nécessaire pour extirper les traits géants des Veilleurs, mélangés à des générations de Cananéens et de géants de diverses races.  Cela ne concernait pas les Israélites, car ils savaient que l’appel à la guerre sainte venait de Yahvé.  Les archives historiques et les preuves archéologiques suffisent à justifier les anciens récits hébreux par-dessus tout.

Douglas Stuart, président d’études bibliques et professeur d’Ancien Testament au Séminaire théologique Gordon-Conwell, plaide en faveur de l’honnêteté intellectuelle, en ce qui concerne l’extermination de certains peuples anciens du Proche-Orient :

« C’est ce qui semble le plus difficile à comprendre pour la plupart des gens : L’idée de l’anéantissement total de l’ennemi.  Cela semble très brutal.  Quand vous lisez les descriptions, vous savez : « N’épargnez pas un seul d’entre eux, détruisez-les tous, détruisez leurs animaux, brûlez tout ».  Vous dites : Wow, quel genre de comportement vicieux est-ce ?   Vous devez vous rappeler un certain nombre de choses.  Premièrement, c’est une guerre de jugement.  Dieu qui connaît très bien le bien et le mal a dit : « Je veux éliminer cette culture amorite ».  Il ne dit pas qu’aucun des enfants ne peut aller au paradis avant l’âge de deux ans.  Rien de tout cela n’est dit.  Nous ne savons rien de l’équité de Dieu dans le traitement de ces personnes à ce moment-là, dans ces conditions, mais il dit : « Je dois éliminer la culture. »

En tant que croyants en l’inspiration divine des Écritures, nous croyons que ces commandements de « dévotion à la destruction » viennent vraiment du Créateur de l’Univers.  Ainsi, nous croyons que Dieu avait une très bonne raison d’ordonner ce qui semblerait autrement être un génocide, un grand mal.  Nous avons confiance que le caractère de Dieu est droit et savons qu’il est patient et fidèle.  La génétique des Nephilim était comme une ancienne malédiction antédiluvienne, et il semble convaincant que le Seigneur ait ordonné aux envahisseurs israélites d’en nettoyer la terre.  Cela constitue une réplique d’excuse intéressante face à un sceptique qui utilise ces passages pour dépeindre Dieu comme un « intimidateur malveillant ». 

Nous croyons que Dieu avait de bonnes raisons pour ordonner l’extermination de groupes humains particuliers.  Michael Heiser a noté que les tribus « vouées à la destruction » sont les mêmes clans géants associés aux géants Rephaïm et Nephilim.

Il ne fait aucun doute que les Écritures décrivent des tribus organisées ou des groupes de géants vivant dans les grandes villes fortifiées de Canaan (Nombres 13)Ces tribus comprennent : Amalécites, Amorites, Anakims, Ashdothites, Aviums, Avites, Caphtorims, Ekronites, Emins, Eshkalonites, Gazathites, Geshurites, Gibeonites, Giblites, Girgashites, Gittites, Hittites, Hivites, Horims, Kaïtes, Jébus, Kénizzites, Maachathites, Manassites, Nephilim, Perizzites, Philistins, Rephaïm, Sidoniens, Zamzoummins, Zébusites et Zouzims.

Nous sommes toujours stupéfaits par les interprètes apparemment bien intentionnés mais embarrassants qui ne mettent pas en corrélation la théorie des guerres de croisade et de la guerre juste contre de telles personnes maudites et qui tentent de censurer les géants de la Bible.  Les géants font partie intégrante de la compréhension du contexte de la malédiction de l’errance dans le désert, au cours de laquelle Moïse a composé la Torah sous l’inspiration divine.  Les interprètes qui nient que les fils surnaturels de Dieu se sont mariés avec les « filles des hommes » dans Genèse 6 ont encore plus de mal avec tous les géants de la Terre promise, et certains sceptiques essaient de les considérer comme des fictions lâches.

Un exemple courant mais facilement réfuté soutient que le rapport des espions,  « Le pays que nous avons parcouru, pour l’explorer, est un pays qui dévore ses habitants ; Tous ceux que nous y avons vus sont des hommes d’une haute taille ; Et nous y avons vu les géants, enfants d’Anak, de la race des géants : Nous étions à nos yeux et aux leurs comme des sauterelles. » (Nombres 13:33), était nécessairement faux parce qu’il est étiqueté comme « un mauvais rapport du pays » (Nombres 13:32) par Moïse, dans la voix du narrateur.  Cependant, ils n’étaient pas tous des menteurs.  Le groupe d’espions comprenait Caleb, le fils de Jephunneh, et Josué, qui non seulement n’a pas dénoncé la présence de géants comme un mensonge, mais a soutenu que Dieu aiderait surnaturellement les Israélites à accomplir la croisade de la guerre juste et à les vaincre (Nombres 13:30).  Enfin, cela n’a pas de sens que les espions (possédant des connaissances de première main) errent dans le désert pendant trente-huit ans pour protéger un mensonge connu.

En fin de compte, la peur des géants fait que la majorité des évadés de l’Exode meurent pitoyablement en errant en rond dans le Sinaï.  À dessein, les seuls survivants étaient aussi des témoins du « rapport du mal », Josué et Caleb, qui à l’origine ne craignaient pas les géants : « Josué, fils de Nun, et Caleb, fils de Jephunné, restèrent seuls vivants parmi ces hommes qui étaient allés pour explorer le pays. » (Nombres 14:38).  Enfin, Moïse a reconnu que « les descendants d’Anak étaient là » en tant que narrateur, et non à partir du mauvais rapport des espions (Nombres 13:22), et il les a ensuite reliés aux « fils d’Anak, qui viennent des géants » (Nombres 13:33), alors que l’hébreu sous le mot anglais « géants » était en fait nephilim, un terme araméen pour « géants ».

Ainsi, nous concluons que la réplique du « mauvais rapport » comme alternative à la présence de vrais géants en Terre promise, est incohérente avec l’intention de l’auteur inspiré pour ses lecteurs originaux.  En théologie, c’est étiqueté « démythologisation », mais en termes simples, « incrédulité » est un bon synonyme.

Il est important de noter que, mis à part l’éthique de la guerre de croisade, Yahweh s’attribue la majeure partie du mérite des victoires d’Israël (Josué 24:5-13)Nous n’imaginons pas Josué décapité des journalistes cananéens sur les réseaux sociaux comme les vidéos de guerre psychologique de l’Etat Islamique. Le but est connu sous le nom de propagande de peur ; Ils veulent infiltrer votre esprit avec une peur irrationnelle.  Cependant, l’Etat Islamique devrait craindre une réponse plus sophistiquée que les drones et les frappes aériennes, probablement de la part d’une force de coalition internationale comme prescrit par le pape et prédit par ces auteurs.

CONNECTÉ À LA GUERRE DU MOYEN-ORIENT À VENIR !? Plus d’une décennie en préparation ! Documentaire révolutionnaire en avant-première à COUNTDOWN CONFERENCE !

Cliquer sur l’image afin de visionner la vidéo (anglais)

Un passage du même périscope nous fait réfléchir.  « Et j’envoyai devant vous les frelons, qui les chassèrent loin de votre face, comme les deux rois des Amoréens : Ce ne fut ni par ton épée, ni par ton arc. » (Josué 24:12).  Le terme hébreu tsirah, traduit par « frelon », est utilisé de la même manière dans d’autres livres (Exode 23:28 ; Deutéronome 7:20). Parce que c’était aussi un idiome pour la panique, certains érudits pensent que le contexte est mieux servi par le sens « peur-panique ».  Et la version du Roi Jacques déclare : « L’Éternel, ton Dieu, enverra même les frelons contre eux, jusqu’à la destruction de ceux qui échapperont et qui se cacheront devant toi. » (Deutéronome 7:20).  Les rendus plus récents ont l’avantage de sources plus anciennes trouvées dans les manuscrits de la mer Morte.  La traduction de la Bible anglaise de Lexham laisse de côté toutes les virgules non originales et donne une impression plus sinistre des insectes supposés, « Yahweh votre Dieu enverra les frelons [tsirah] parmi eux jusqu’à ce que les survivants et les fugitifs soient détruits devant vous » (Deutéronome 7:20).  Si les combattants ennemis sont détruits « devant vous », la grammaire implique que vous êtes un spectateur et que les soi-disant frelons font tout le travail.  Nous avons l’impression qu’il s’agit d’entités mortelles plus proches des monstruosités hybrides génétiques qui émergent lors des jugements de trompette plutôt que d’insectes communs (Apocalypse 9:10 ; 9:19).

Le premier livre d’Hénoch, «Le livre des veilleurs », est apparemment vérifié comme étant écrit par « Hénoch, le septième depuis Adam », par le frère de Jésus, Jude, qui le cite dans le Nouveau Testament (Jude 14)A l’intérieur, Dieu dit à Hénoch :

« Et maintenant, les géants, qui sont produits des esprits et de la chair, seront appelés esprits mauvais sur la terre, et sur la terre sera leur demeure.  Des esprits mauvais sont sortis de leur corps ; Parce qu’ils sont nés des hommes, et des saints Veilleurs est leur commencement et leur origine primordiale ; Ils seront des esprits mauvais sur la terre, et des esprits mauvais seront-ils appelés. Quant aux esprits du ciel, dans le ciel sera leur demeure, mais quant aux esprits de la terre qui sont nés sur la terre, sur la terre sera leur demeure.  Et les esprits des géants affligent, oppriment, détruisent, attaquent, livrent bataille et détruisent la terre, et causent des troubles : Ils ne prennent pas de nourriture, mais ont néanmoins faim et soif, et causent des offenses.  Et ces esprits s’élèveront contre les enfants des hommes et contre les femmes, parce qu’ils sont issus d’eux. » (Hénoch 15:1-12)

Selon les textes anciens, les géants hybrides humains décédés sont maintenant des esprits maléfiques sur la terre.  De plus, le texte biblique atteste que Dieu avait averti les habitants adorateurs de démons du pays de Cana : « Mais à la quatrième génération, ils reviendront ici : Car l’iniquité des Amoréens n’est pas encore complète » (Genèse 15:16).  De toute évidence, il y a un niveau particulier de dépravation que Yahweh ne respectera pas.  Pourtant, ce passage implique la persévérance de Yahweh sur quatre générations, avec le peuple même qu’il a ordonné plus tard d’anéantir par la guerre sainte.  Le texte des Nombres le relie à la descendance des Veilleurs, les clans des géants précédemment répertoriés.

Fait intéressant, lorsque les Israélites ont traversé le Jourdain pour revendiquer des terres, ils ont rapporté avoir rencontré des géants Nephilim (Nombres 13:33 ; Genèse 6:4)En fait, c’est la peur des peuples des Nephilim qui a entraîné leur punition d’errer dans le désert du Sinaï.  Après la mort de cette génération dans le désert, les soldats immortels de Yahweh (en hébreu tsaba) ont combattu la bataille de Jéricho, menés par le divin « capitaine de l’armée de l’Éternel » (Josué 5:14,15), tandis que les Israélites marchaient en cercle soufflant du shofar (« cornes ») (Josué 6:1-27).  En vérité, l’armée invisible de Yahweh (2 Rois 6:17) massacrait les Nephilim dans les murs qui tombaient autour de Jéricho.

Cet immortel « capitaine des armées » est décrit comme un « ange théophanique » dans le lexique hébreu standard, Brown-Driver-Briggs Hebrew and English Lexicon.  Nous sommes d’accord avec Chuck Missler que ce passage concernant la rencontre de Josué avec l’immortel « capitaine de l’armée de l’Éternel, je suis maintenant venu.  Et Josué tomba la face contre terre, et se prosterna, et lui dit : Que dit mon seigneur à son serviteur ? » (Josué 5:14) indique une théophanie (« une apparition de Dieu dans l’Ancien Testament ») par un Jésus-Christ préincarné.  Dans son commentaire de Josué, Missler note :

« Les anges ne doivent pas être adorés !  Jean le fait deux fois dans l’Apocalypse et l’ange ne le permet pas, notez également l’appellation : « Seigneur ».  Il est le  « capitaine de notre salut » (Hébreux 2:10).  Cet « ange » permet (commande) d’adorer (Apocalypse 19:10 ; 22:8-9) ; Et utilise le même langage donné à Moïse et à Josué quarante ans plus tôt (Exode 3:5). » 

Pour ces raisons, Missler croyait que Jésus-Christ était le véritable commandant de l’armée de Yahweh.  Son opinion était également basée sur un passage de Zacharie : « L’Éternel paraîtra, et il combattra ces nations, comme il combat au jour de la bataille. (Zacharie 14:3).  Missler demande alors : « Quand ce dernier « jour de bataille » a-t-il été comparé à Armageddon ? »  Et il répond : « Ici ! »  Si tel est le cas, alors Josué a vraiment rencontré Jésus-Christ, en tant que commandant.

Cliquer sur l’image afin de visionner la vidéo (anglais)

Les érudits ont noté que « le matériel de Josué, en particulier les chapitres 5 à 7, possède la qualité d’un récit de témoin oculaire ».  Récemment, même le New York Times a concédé : « Après des années de doute parmi les archéologues, une nouvelle analyse des fouilles a fourni un large éventail de preuves soutenant le récit biblique de la chute de Jéricho. »  Alors que l’historicité de la Bible continue d’être confirmé et les événements de la prophétie de la fin des temps semblent s’aligner au Moyen-Orient (Amos 9:14-15), l’inquiétude croissante concernant les jugements de la fin des temps décrits est illustrée par les anciens silos nucléaires convertis en bunkers de catastrophe pour les riches.  Curieusement, ils semblent également accomplir la prophétie (Apocalypse 6:15).

Plus tard, suggérer une référence énigmatique à un ancien rouleau perdu de Moïse appelé « le livre des guerres du Seigneur » pourrait également décrire les batailles de Celui que le livre de l’Apocalypse prophétise reviendra avec fureur comme le « Lion de la tribu de Juda » (Nombres 21:13-14 ; Zacharie ; Apocalypse 5:5 , 16:19).  Comment le Seigneur (physiquement présent dans la ville) fait-il pleuvoir le feu sur Sodome de la part du Seigneur au ciel, sans deux Seigneurs, un sur terre et un au ciel ?

Le terme « théophanie » est défini comme « une apparition de Jésus-Christ dans l’Ancien Testament ». Une source académique standard fournit une définition plus rigoureuse, y compris l’étymologie grecque Koine :

« La théophanie, la révélation de Dieu, est un phénomène largement attesté dans la littérature de l’ancien Israël, enregistré par ses historiens, prophètes, sages et psalmistes.  Le mot « théophanie » lui-même est un terme grec, de theos, « dieu » et phainein, « apparaître », dont un exemple classique en Grèce était un festival à Delphes au cours duquel les statues d’Apollon et d’autres dieux ont été montrées à des personnes.  Bien que le terme ne soit pas un terme hébreu, et bien que les images divines ne fassent pas partie du rituel israélite, « théophanie » et les termes connexes, « épiphanie », « apparence » et « hiérophanie », « l’apparence du sacré », sont venus à utiliser parmi les érudits pour les descriptions de l’apparition de Dieu dans les Écritures hébraïques. »

De nombreux érudits croient que les apparitions de « l’Ange du Seigneur » représentent de tels événements surnaturels.  Une recherche de Logos Bible Software dans l’Ancien Testament renvoie 220 résultats pour le terme « Ange du Seigneur »Moïse lui a attribué des capacités télépathiques extrasensorielles. Robert Alter a noté comment « l’ange de Yahweh » a lu l’esprit de Sarah.

« L’ange du Seigneur, avec l’avantage de l’équivalent auditif de la clairvoyance, entend ces paroles non dites, mais c’est ainsi qu’il les répète à Abraham : L’ange, avec un tact divin, a clairement tempéré la véhémence du monologue intérieur de Sarah. » 

Considéré comme une théophanie, une manifestation de Yahvé, cet immortel a tué une armée de 185.000 hommes en une nuit (2 Rois 19:35).  Le théologien Millard Erickson propose trois possibilités :

« (1) Il n’est qu’un ange avec une commission spéciale ; (2) Il est Dieu lui-même temporairement visible sous une forme humaine ; (3) Il est le Logos, une visite préincarnée temporaire de la deuxième personne de la Trinité.  Bien qu’aucune de ces interprétations ne soit pleinement satisfaisante, à la lumière des déclarations d’identité claires, la deuxième ou la troisième semble plus adéquate que la première. » 

L’ange du Seigneur ressemble beaucoup au capitaine de l’armée des armées dans Josué.

Source: Sky Watch Tv 

 Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

Mots clés: , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • LES SECRETS DE L’ATLANTIDE 2021

  • Conférence 2020

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction


Real Time Web Analytics