Enlèvement

Publié le 27 septembre, 2020 | par Equipe de Pleinsfeux

0

LE FIGUIER, LES FESTIVALS ET LA DOCTRINE DE L’IMMINENCE

Par Gary – Le 23 septembre 2020

En d’autres termes, la venue de Jésus pour l’Église est maintenant super imminente !

Frères et sœurs, j’espère que vos yeux restent fixés sur le ciel.  Ce voyage peut être fatigant, mais il en vaudra toujours la peine.  Quand le jour viendra enfin, toute l’attente, l’observation et le désir seront éternellement confirmés.  Veiller au Seigneur n’est pas sans douleur (Apocalypse 10:10).  Certains ne sont pas capables de supporter ce fardeau, tous les gémissements intérieurs (Romains 8:24–26), les doutes et les railleries continuelles de ceux qui sont mariés à ce monde (2 Pierre 3:3–13 ; 1 Corinthiens 7:31 ; 1 Jean 2:17–29)  font des ravages. Mais, nous ne pouvons pas être ébranlés.  Pourtant, pour ceux à qui Dieu a donné la capacité de le porter, cela vaut plus que tous les trésors du monde.

Il y a une certaine tentation de penser que nous devons en quelque sorte équilibrer notre espoir dans le monde à venir avec nos espoirs et nos plans pour ce monde actuel.  Et cela peut même sembler sage, tempéré et spirituel.  Mais, Dieu nous appelle loin de ce monde, parce que tout en lui est en train de mourir. Toute espérance placée ici est une espérance mal placée (Matthieu 6:19-21 ; Luc 12:34 ; 18:22).  Dieu a promis et Dieu est fidèle.  La foi n’est pas toujours facile, mais, elle est simple.  Notre foi est en Christ qui vient de façon imminente pour nous sauver, nous guérir et nous glorifier.

Il arrive bientôt, non pas parce que je le dis, mais parce qu’Il le dit (Apocalypse 1:3 ; 22:6-7, 12, 20).  Croyez-vous ceux qui disent qu’il retarde sa venue (Matthieu 24:48–51 ; 2 Pierre 3:3–13 ; Apocalypse 3:3), ou bien croyez-vous en lui ?  Il y a ceux qui disent que sa venue est retardée depuis longtemps, mais il y a aussi ceux qui disent qu’elle est retardée à court terme.  Beaucoup sont à l’aise avec les signes qui convergents, mais, ils ne sont pas aussi à l’aise avec les signes ayant déjà convergé.  Au cours de leur voyage vers la Mer Rouge, les Israélites ont à peine prononcé un mot contre le plan de Dieu, mais une fois leur dos contre l’eau, les chars de Pharaon se rapprochant, ils ont immédiatement commencé à remettre en question tous les signes et merveilles dont ils venaient d’être témoins quand Dieu les avait fait sortir (Exode 14:10–14).  De même, nous venons d’assister à l’année la plus apocalyptique de toutes nos vies, avec des signes clairs d’effondrement économique mondial imminent, un gouvernement mondial, la marque de la bête et des menaces mondiales de persécutions contre les croyants, et beaucoup sont tentés de détourner leurs yeux du trône de Dieu, à la place en regardant les vagues sous leurs pieds.

Celui qui a promis est fidèle.  Nous n’avons qu’à être tranquilles (Exode 14:13–14), car la bataille appartient au Seigneur (1 Samuel 17:47).

Placer votre espoir ici est un attrait si puissant dans cette dernière génération étant donné que nous vivons à l’époque la plus prospère et technologiquement avancée de l’histoire du monde.  Nous pouvons acheter tout ce que nous voulons, manger tout ce que nous voulons, aller où nous voulons et faire tout ce que nous voulons.  Nous avons même des comptes de retraite, de sorte que nous puissions alléger une partie de la malédiction de l’automne, un privilège que les générations précédentes n’ont jamais eu.  Tout cela est une illusion, car cette génération la plus prospère se trouve être la génération même qui connaîtra une perte totale de tout cela.  Notre génération a amassé des trésors sur terre plus que toute autre génération, mais elle n’est pas riche envers Dieu (Luc 12:16-21).

Dans cet article, je veux revenir sur plusieurs sujets récurrents qui ont été des pierres d’achoppement pour certains, en particulier la parabole du figuier, les festivals et la doctrine de l’imminence.  J’espère que cela sera encourageant et clarifiant, surtout compte tenu du retard de l’heure.

Revisiter le figuier

Je crois fermement que la parabole du figuier de Jésus est une référence claire à la nation d’Israël et à son rétablissement historique en 1948 pour plusieurs raisons clés :

  1. La nation d’Israël est sans équivoque comparée à un figuier et les Israélites sont mentionnés comme des figues dans de nombreux passages (par exemple, Jérémie 24:5 ; Osée 9:10 ; Joël 1:6-7 ; 1 Rois 4:25 ; Matthieu 21:18-20 ; Marc 11:12–14 ; Luc 3:7–9 ; 13:6–9 ; Jean 1:47–49).

Certains partisans de la post-tribulation comme Irvin Baxter croient qu’Israël est plutôt comparé à l’olivier en se basant sur Romains 11.  Il y a une justification biblique pour cela (par exemple, Jérémie 11:16-17), cependant, cet argument ne peut pas être soutenu.  Tout d’abord, Israël est comparé à beaucoup de choses différentes : Un figuier, une vigne, un olivier, un fils premier-né, une femme, etc.  Cette objection est un exemple clair d’arracher un moucheron, mais d’avaler un chameau (aka manque la forêt pour les arbres, jeu de mots prévu).  C’est comme dire que l’enfant de sexe masculin dans Apocalypse 12 ne peut pas représenter l’Église parce que l’Église ne peut être que l’épouse.  Eh bien, non, en fait, l’Église est comparée à beaucoup de choses : L’olivier uni de pousses naturelles et sauvages (Romains 11), un temple (Éphésiens 2:19–22 ; 1 Corinthiens 3:16 ; 6:19) ), un homme nouveau (Éphésiens 2:14-16), le corps collectif du Christ (1 Corinthiens 12:27), et même la progéniture singulière d’Abraham (Galates 3:29), qui correspond parfaitement à l’homme concept d’enfant dans Apocalypse 12: 5.

Deuxièmement, Paul relie explicitement l’olivier au Christ lui-même.  Le Christ est l’olivier et les Juifs sont les branches naturelles.  Les Juifs ne sont pas l’arbre lui-même.  Les pousses d’oliviers sauvages, les Gentils, ne sont pas greffés en Israël, mais sont greffées en Christ.

L’identité d’Israël en tant que figuier est un enseignement clair de l’Écriture.

  1. Les sources extra-bibliques, telles que l’Apocalypse de Pierre au IIe siècle, ne laissent aucun doute sur le fait que le figuier était considéré comme un symbole d’Israël à l’époque du Christ :

« Et moi, Pierre, répondis et lui dis : Interprète-moi au sujet du figuier, par lequel nous l’apercevrons ; Car pendant tous ses jours le figuier envoie des pousses, et chaque année il produit son fruit pour son maître.  Que signifie alors la parabole du figuier ?  Nous ne le savons pas. »

« Et le Maître (Seigneur) répondit et me dit : Ne comprends-tu pas que le figuier est la maison d’Israël ?  Même comme un homme qui a planté un figuier dans son jardin, et cela n’a produit aucun fruit.  Et il en cherchait le fruit de nombreuses années et quand il ne le trouva pas, il dit au gardien de son jardin : Déracinons ce figuier pour qu’il ne rende pas notre terre stérile.  Et le jardinier dit à Dieu : Débarrassons des mauvaises herbes et creusons le sol autour de lui et arrosons-le.  Si alors il ne porte pas de fruit, nous retirerons aussitôt ses racines du jardin et en planterons une autre à sa place.  N’as-tu pas compris que le figuier est la maison d’Israël ?  En vérité, je te le dis, lorsque ses brindilles auront poussé dans les derniers jours, alors des Christs simulés viendront et se réveilleront dans l’attente en disant : Je suis le Christ, qui suis maintenant venu dans le monde.  Et quand ils (Israël) verront la méchanceté de leurs actes, ils se détourneront après eux et renieront celui [que nos pères ont loué], le premier Christ qu’ils ont crucifié et qu’ils ont commis un grand péché.  Mais ce trompeur n’est pas le  Christ. »

  1. Jésus avait déjà maudit un figuier qui s’est desséché, ce qui représente le manque de fruits d’Israël quand il est venu pour sa première inspection. Sa malédiction du figuier dans Matthieu 21:18–20 a servi de toile de fond à sa parabole prophétique trois chapitres plus tard (Matthieu 24:29–34). Effectivement, ce qui restait d’Israël s’est desséché, ou vous pourriez dire a été abattu, en 70 après Jésus-Christ lorsque les armées romaines sous Titus Vespasien ont détruit le Second Temple et la ville de Jérusalem et dispersé les Juifs.  Ainsi le second rassemblement des Juifs et le rétablissement de la nation d’Israël en 1948 représentent naturellement la repousse du figuier et sa « production de feuilles »L’Apocalypse de Pierre le dit même : « Quand ses brindilles auront poussé dans les derniers jours, alors les Christs sembleront venir…»  Avez-vous compris cela ?  Ayant déjà établi que le figuier représente Israël, l’auteur poursuit en disant que la parabole de Jésus du figuier dans le discours des oliviers se produira dans les derniers jours, précédant les événements qui se produisent pendant, ou peut-être peu avant, les Tribulations (telle comme l’apparition de faux christs).

 Maintenant, je voudrais changer un peu de sujet et discuter de ce qui devient plus spéculatif, à savoir combien de temps durera la fin de la génération des figuiers avant que tout soit accompli.  Selon le Seigneur Jésus, toutes choses, y compris le retour du Christ, se produiront en une génération.  Je crois actuellement que le Psaume 90:10 fournit la meilleure estimation de la durée d’une génération, car il semble être la seule définition générique de la durée d’une génération fournie dans la Bible (70 à 80 ans). Cependant, j’ai pris soin de ne jamais mettre Dieu dans une boîte.  Jésus ne mentionne pas explicitement le Psaume 90:10 dans le discours des Oliviers.  Si Dieu décide que cette dernière génération durera 83 ou 84 ans, qui se disputeront avec lui ?

Ses voies sont plus élevées que nos voies.

Tout cela pour dire que nous ne faisons pas ce lien entre Matthieu 24 et Psaume 90:10 arbitrairement.  Pour commencer, l’espérance de vie elle-même est un indice que le Psaume 90:10 est assez proche, sinon juste.  Ce n’est que cette dernière décennie, pour la première fois depuis l’âge des patriarches, que l’espérance de vie mondiale a dépassé 70 ans.  Pour le dire autrement : En même temps que l’incroyable convergence des signes prophétiques, ce n’est qu’au cours des 10 dernières années que l’espérance de vie mondiale a atteint la fourchette de 70 à 80 ans, et juste à temps pour la montée en puissance finale des Tribulations (par exemple, les lunes de sang, le signe de l’Apocalypse 12, la marque de la technologie de la bête, la préparation du troisième temple, la loi de l’état-nation juif, les accords d’Abraham, et ainsi de suite).

Deuxièmement, cette année, déjà aussi folle et pleine de signification prophétique qu’elle est, est arrivée à montrer un lien étonnant avec la parabole du figuier : Le figuier est Israël et le psaume 90:10 dit qu’une génération a entre 70 et 80 ans.  Deux dirigeants d’Israël, Benjamin Netanyahu et Reuven Rivlin, avaient respectivement 70 et 80 ans jusqu’au 9 septembre.  Rivlin a eu 81 ans juste une semaine avant la signature des accords d’Abraham.

Troisièmement, Matthieu 1:17 nous dit que 42 générations se sont passées entre Abraham et Christ.  Cela représenterait en moyenne 47 à 50 ans par génération. Certes, l’espérance de vie était significativement plus courte pour la plupart de cette période qu’elle ne l’est maintenant, mais ces générations beaucoup plus courtes jettent le doute sur les suggestions de générations de 90, 100 ou même 120 ans concernant le figuier.

Quatrièmement, j’ai étudié plusieurs tableaux de population pour les États-Unis et Israël et seulement environ 7% de l’une ou l’autre population à plus de 72 ans (la nation d’Israël a 72 ans maintenant).  D’ici environ 2027, ces sept pour cent qui étaient présents à la renaissance d’Israël seront réduits de moitié.  En 2037, ce sera environ un demi pour cent.  Et cela ne tient même pas compte des  Tribulations elles-mêmes et du nombre de personnes qui mourront pendant les événements catastrophiques qui doivent se produire pendant celles-ci.  Il ne tient pas non plus compte de la COVID-19, qui cible principalement les personnes âgées. Nous sommes en heures supplémentaires.  D’après ce que nous pouvons voir, même en étant aussi généreux que possible, le retour du Christ sur terre au milieu des années 2030 et le début des Tribulations au milieu ou à la fin de cette décennie actuelle semblent être une limite dure et rapide à la génération 1948, et ce n’est pas étonnant, puisque les études considèrent généralement la crucifixion de Jésus s’est produite au cours des années 30 à 33 après Jésus-Christ, soit il y a deux millénaires exactement.

Pour renforcer l’argumentaire concernant le Psaume 90, le passage contient un certain nombre de thèmes prophétiques de la fin de l’âge.  Pour commencer, la signification du Psaume 90 s’applique à toutes les générations (Psaume 90:1). Deuxièmement, l’apôtre Pierre tire son langage de la patience du Seigneur avant les Tribulations de ce psaume même (2 Pierre 3:8–10 ; Psaume 90: 4). Troisièmement, le psaume contient un langage de nouvelle croissance semblable à la parabole du figuier de Jésus (Psaume 90:5-6).  Quatrièmement, Psaume 90:10 lui-même est enveloppé dans un langage sur la colère à venir de Dieu et Son jugement sur le péché, ce qui rend le verset 10 d’autant plus pertinent pour la fin des temps (Psaume 90:7–9, 11)Cinquièmement, le verset 10 contient une allusion possible à l’événement de l’Enlèvement («… et nous nous envolons.»Il se pourrait très bien que l’Église s’envole au début de la période de 70 à 80 ans et qu’Israël ne s’envole pas avant le milieu ou à la fin (Apocalypse 12:6, 14).  Sixièmement, le psaume se termine par l’espoir prophétique que Moïse et les Israélites avaient reçu enfin les promesses de Dieu, un accomplissement qui ne se produira pas avant l’établissement du Royaume de Christ sur terre (Psaume 90:13–17).

Une note sur les festivals et les spéculations sur les dates

Nous devons tracer la ligne sur les doctrines essentielles.

Une chose que j’ai apprise en étudiant les Écritures est de ne jamais dire jamais. Ok, je suis un peu facétieux ici !  Je ne prêcherai jamais un faux évangile.  Je n’adorerai jamais un faux dieu.  Mais, mis à part l’essentiel, j’ai trouvé que de nombreux étudiants de la Bible disent « ce n’est pas scripturaire » et quelques secondes plus tard, ils sont réfutés par les Écritures.  Prenons par exemple « personne ne connaît le jour ou l’heure ».  C’est l’arrêt ultime et le plus utilisé pour toute discussion sur les prophéties de la fin des temps ou la spéculation sur la date, mais la manière dont il est utilisé ignore une pléthore d’autres Écritures qui brossent un tableau différent (par exemple, Daniel 12:4 ; Matthieu 24:48-51 ; 1 Thessaloniciens 5:4 ; Hébreux 10:25 ; Apocalypse 1:1, 19 ; 3: 3 ; 22:10).

Pour commencer, « personne ne sait » n’est même pas une traduction littérale du texte.  Jésus a parlé au temps parfait, qui est une action achevée (c’est-à-dire « personne n’a connu »), mais, la plupart des traductions insistent pour ne pas tenir compte de cela en faveur du présent.

Deuxièmement, finalement tout le monde saura une fois que le jour et l’heure seront venus, et Jésus, ayant été glorifié après l’Ascension, le sait déjà.  Par conséquent, il n’est pas possible de concilier avec les Écritures l’idée que représente une incapacité perpétuelle à savoir.  Le fait qu’Edgar Whisenant se soit trompé en 1988, ou Harold Camping en 2011, n’est pas pertinent.  Une fois que la date est connue, elle sera connue pour l’éternité future.  Les moqueurs n’ont droit qu’à cette dispense pour se moquer, tout comme ceux du temps de Noé se moquaient seulement jusqu’à ce que le déluge arrive.

Troisièmement, « personne ne sait » est utilisé pour étouffer de véritables spéculations qui, autrement, renforcent l’Eglise avec un fort sentiment d’urgence et de mission.  Il est utilisé comme un argument général sans égard à tout le conseil de l’Écriture, ni même de ce à quoi Jésus faisait référence contextuellement.  Le verset qui précède immédiatement est la disparition du ciel et de la terre, un événement qui survient au moins 1000 ans après le règne millénaire du Christ.  Mais, les paroles de Jésus « personne n’a su » semblent conclure plus convenablement Sa description des événements pendant les Tribulations elles-mêmes et Son second avènement (versets 1–35), et non l’enlèvement, qui n’est décrit qu’après qu’Il ait dit : « personne n’a su » (versets 37–44).  Remarque : Certains croient que l’enlèvement n’est mentionné dans aucune partie de Matthieu 24, tandis que d’autres enseignent que Jésus y a fait allusion à partir du verset 37.  Quoi qu’il en soit, le fait de lier l’enlèvement à  « personne ne sait » est un faible contexte pour l’argument du silence.

Quatrièmement, la plus grande ironie du mauvais usage de ces mots est que Jésus conclut ce passage même par cette parabole :

« Quel est donc le serviteur fidèle et prudent, que son maître a établi sur ses gens, pour leur donner la nourriture au temps convenable ?  Heureux ce serviteur, que son maître, à son arrivée, trouvera faisant ainsi !  Je vous le dis en vérité, il l’établira sur tous ses biens.  Mais, si c’est un méchant serviteur, qui dise en lui-même : Mon maître tarde à venir, s’il se met à battre ses compagnons, s’il mange et boit avec les ivrognes, le maître de ce serviteur viendra le jour où il ne s’y attend pas et à l’heure qu’il ne connaît pas, il le mettra en pièces, et lui donnera sa part avec les hypocrites :  C’est là qu’il y aura des pleurs et des grincements de dents. »  (Matthieu 24:45–51)

Jésus disait-il à ses disciples qu’ils ne pourraient jamais connaître le jour ou l’heure où il viendrait les chercher et ensuite immédiatement, dans le même discours, leur dire que c’est le serviteur pervers qui ne connaîtra ni le jour ni l’heure ?  Ça ne va pas.  Ce ne sont pas des pièces de puzzle difficiles à assembler … Jésus a clairement indiqué que personne n’avait su, jusque-là, quand les événements des Tribulations, son second avènement et la disparition du ciel et de la terre se produiraient.  Et ensuite, Il a précisé que lorsqu’il viendrait réellement pour Ses disciples, Ses serviteurs sages et fidèles seraient conscients du temps parce qu’ils veilleraient (par exemple, Matthieu 24:42 ; 25:13; Marc 13:35 ; Luc 12:37–39 ; 21:36 ; 1 Thessaloniciens 5:2–4).

C’est là que la sagesse est impliquée.  Nous avons tous accès à la même parole révélée de Dieu.  Personne n’a une vision particulière qui ne soit pas déjà enracinée dans les Écritures.  J’appelle les croyants à marcher sur une ligne fine qui n’a pas été facilement parcourue auparavant.  J’exhorte chacun d’entre nous à vivre dans la tension et l’urgence de savoir, sans savoir.  De voir le jour, mais, de ne pas en être certain, et peut-être même d’avoir un sens aigu du jour ou de l’heure, mais de ne pas tenir cette spéculation au-dessus de la critique.  La spéculation sur les dates n’est pas un exercice visant à prouver le bien-fondé d’une décision ou à en être certain.  C’est un effort de groupe conduit par le Saint-Esprit pour scruter constamment l’horizon pour la prochaine cible qui semble mieux correspondre avec les Écritures, parce que nous nous rapprochons.  Beaucoup plus proche en fait.  Si frère Paul pouvait écrire l’exhortation suivante il y a près de 2000 ans, avant la renaissance d’Israël, devant les Nations Unies, avant le signe de l’Apocalypse 12, et les vaccinations obligatoires à l’échelle mondiale, et le Troisième Temple en attente, et l’Évangile ayant été prêché à toutes les nations, et tout ce qui a convergé vers cette même saison au cours des dernières années, alors qui sommes-nous pour vivre avec moins d’urgence ?

« Cela importe d’autant plus que vous savez en quel temps nous sommes : C’est l’heure de vous réveiller enfin du sommeil, car maintenant le salut est plus près de nous que lorsque nous avons cru.  La nuit est avancée, le jour approche.  Dépouillons-nous donc des œuvres des ténèbres, et revêtons les armes de la lumière. » (Romains 13:11–12)

Regarder activement (c’est-à-dire spéculer humblement sur la façon dont les choses se déroulent vraiment) n’est pas une mauvaise chose.  Au contraire, c’est une commande scripturaire.  Ne reculons pas ou ne nous épuisons pas. Continuons, comprenant à quel point l’heure est tardive.  Ce n’est pas de la sémantique.  L’heure est vraiment tardive.  Nous sommes au bord du précipice de tout ce qui a été prophétisé pour le Jour du Seigneur et notre génération est la seule qui puisse vivre avec une telle certitude imminente.  Il est bouleversant que nous soyons ceux du temps de la dernière heure.

Le peuple de Dieu tourne l’autre joue, secoue la poussière et passe à autre chose.

Alors que nous continuons à regarder, un sujet qui parvient toujours à se transformer en débat (et ne devrait pas) est de savoir si notre Rédempteur viendra pour nous lors d’un festival biblique ou à n’importe quel autre jour.  Ne vous battez pas, frères et sœurs.  Le seul moment où vous devriez prendre votre épée spirituelle est lorsque vous défendez l’essentiel.  Sinon, restez unis et restez fermes.  Nous sommes dans les mêmes tranchées ensemble.  Comme le frère bien-aimé JD Farag l’a mentionné dans sa récente mise à jour des prophéties, le monde saura que nous sommes chrétiens par notre amour.  Pas par notre intellect.  Et certainement pas par notre capacité à débattre.  Si vous vous trouvez à la traîne, à provoquer des conflits, à vous quereller et à mettre les gens sur la défensive, vérifiez vous-même.  Vous pouvez avoir l’Esprit, mais vous n’êtes pas conduit par Lui.  Partout où l’Esprit va, il y a la vie, la joie abondante, la bonté, la tempérance, l’humilité et la réconciliation.  Le peuple de Dieu tourne l’autre joue, secoue la poussière et passe à autre chose.  Mais, les enfants du Diable se battent sans cesse.  Ils n’ont aucune capacité de se contrôler, de montrer du respect ou d’accepter de ne pas être d’accord.  Ils ne peuvent pas avancer. L’Esprit de Dieu apporte la maîtrise de soi, mais l’esprit d’anarchie fait de quelqu’un un esclave, comme un chien retournant à son vomi ou une mouche voltigeant pour zapper des insectes.  Nous sommes tous esclaves du péché ou de l’Esprit.  Le péché vous met en inimitié avec tout le monde et tout ce qui vous entoure, mais l’Esprit est un Maître gentil et gracieux.  Il vous libère.

Alors le Seigneur Jésus nous ramènera-t-il à la maison un jour de fête ?  Je pense que cela a beaucoup de sens qu’Il le fasse.  Dieu est un Dieu d’ordre et il semble faire les choses d’une manière ordonnée.  Cependant, j’ai un tel sentiment d’urgence que je n’oserais pas dire qu’Il le doit ou que c’est certain.  Il s’est élevé un jour ordinaire, mais même cela avait un certain schéma à ce que ce soit 40 jours, une période de test, après qu’Il se soit relevé de la tombe. Comme je le dis si souvent, ne mettons jamais Dieu dans une boîte.  Il n’y rentre pas.  Mais, n’ignorons pas non plus ce qu’Il a révélé à travers les Écritures, les modèles et les prophéties.

J’ai appris à maintenir un certain niveau de paix et de confort tout en cherchant la prochaine cible parce que les signes ont convergé à un point tel qu’il est évidemment juste au coin de la rue même si un jour particulier ne s’avère pas être le jour.  Mais, vivre avec une telle urgence peut certainement causer de la détresse lorsque vous mettez votre cœur sur quelque chose qui ne se passe pas. Nous devons tous trouver un équilibre entre l’urgence d’observer activement et de garder notre foi uniquement en notre Sauveur, et sans oublier les milliers de choses qu’Il nous a clairement montrées ces dernières années.  Il ne vous égare pas chers amis.  Celui qui a promis est fidèle.  Comme les mages d’autrefois, nous avons vu les signes il y a quelques années et sommes partis ensemble à la recherche du roi.  Maintenant, nous voyons Jérusalem juste à l’horizon.  Nous sommes si proches frères et sœurs.

À l’horizon immédiat, nous avons le Jour des Expiations, le premier jour des Tabernacles, Hoshana Rabbah, Shemini Atzeret et tout le reste.  Certains sont très enthousiastes à propos de Yom Kippour, alors que mes vues sont plus concentrées sur le dernier jour de Souccot et Shemini Atzeret.  En ce moment, tout semble encore avancer à une vitesse vertigineuse (un autre pays pourrait se normaliser avec Israël dans les 48 heures) et le parallèle de l’anniversaire du troisième jour convient encore parfaitement, puisqu’il s’agit de la troisième année depuis le signe de l’Apocalypse 12 et la troisième année d’une figure de Cyrus de la fin des temps en la personne de Donald Trump (Daniel 10:1).

Une clarification concernant l’imminence

Si vous avez réussi à arriver jusqu’ici, vous êtes un champion !  Cliquez ici pour recevoir votre prix.  Je voulais conclure cette monstruosité par une clarification sur la doctrine de l’imminence.  C’est une doctrine sur laquelle mes collègues pré-tribulations insistent, et à juste titre, mais elle est souvent définie d’une manière déroutante, voire trompeuse, comme le fait que Jésus pourrait revenir à « tout moment ».  Parfois, cela est poussé à l’extrême pour signifier qu’il n’y a pas de signes à se produire ou de prophéties à accomplir avant que Jésus ne retire l’Église de la terre.  Ironiquement, il y en a qui surveillent et crient même des signes tout en définissant simultanément l’imminence de cette manière.  Cela crée de la confusion et induit certains en erreur.

Il y a une confusion croissante parce que certains enseignent que Jésus peut venir « à tout moment » et que rien d’autre ne doit se produire avant l’enlèvement, tout en indiquant simultanément divers signes prophétiques qui se sont produits au cours de cette dispensation actuelle, comme l’évangile étant prêché dans chaque nation et la renaissance d’Israël en 1948.  Ce n’est pas un message cohérent.

Lorsque nous sondons les Écritures, nous avons la forte impression que les auteurs du Nouveau Testament s’attendaient à ce que Jésus revienne très bientôt.  Cette attente constante est présentée comme la preuve que les disciples ne s’attendaient pas à traîner pendant l’étendue des sept années des Tribulations.  C’est vrai.  C’est bon.  L’Écriture enseigne l’attente et l’imminence.  Mais cela n’enseigne pas le hasard.  « N’importe quel moment » implique que Dieu vole par le siège de Son pantalon et n’a pas encore résolu cette chose.  Pardonnez-moi la franchise, mais c’est absurde.  C’est même désynchronisé avec des doctrines plus importantes comme l’omniscience et la souveraineté de Dieu.  Dieu a prédéterminé comment tout se déroule (Actes 17:24–28 ; Romains 8:29–30 ; 9:6–29) et a déjà déterminé les dates et heures de chaque événement prophétique (par exemple, Actes 1:7 ; Apocalypse 9:15).  Vous feriez mieux de croire que Dieu tout-puissant et omniscient a planifié l’enlèvement.  Non seulement Il connaît le jour, mais Il sait à quelle nanoseconde cela se produira, car Il nous a dit dans Sa Parole que cela se produira en un clin d’œil (1 Corinthiens 15:51-52).  Plus que cela, Il nous a déjà tout dit et exactement ce qui se passera après que cela se produise.

Car Il nous a dit dans Sa Parole que cela se produira en un clin d’œil.

L’idée que l’enlèvement est un événement sans signe, précédé de rien, n’est pas étayé par les Écritures et, comme mentionné ci-dessus, même en contradiction avec des doctrines plus essentielles sur la nature de Dieu.  L’enlèvement se produira au moment fixé par le Seigneur, et beaucoup de choses l’ont précédé, y compris environ la moitié du Nouveau Testament, l’Évangile se répandant dans le monde entier, la renaissance d’Israël et la convergence des signes indiquant le début des Tribulations.  Nous n’adorons pas un Dieu arbitraire.

Nous devons enseigner l’imminence, mais nous devons l’enseigner correctement. Étymologiquement, le mot imminent signifie « surplomber ».  En d’autres termes, être si proche que c’est juste au-dessus de vous.  Cela signifie être proche, bientôt, sur le point d’arriver.  Cela ne signifie pas « se produire à un moment aléatoire » ou « à tout moment » (voir Wiktionnaire, Merriam-Webster et Collins).  Remarquez que Jésus dit qu’Il vient bientôt, ce qui est exactement ce que signifie le mot imminent (Apocalypse 1:3 ; 22:6-7, 12, 20).  Il ne dit pas qu’Il vient à tout moment, au hasard, ou avec une permutation d’arrivée arbitraire.

Outre le fait qu’elles créent la confusion en définissant mal le mot et en introduisant des contradictions avec des doctrines plus importantes, certaines interprétations de la doctrine de l’imminence découragent l’urgence plutôt que de l’encourager.  Le but de l’imminence est bien sûr de créer une forte impulsion pour que nous évangélisions et vivions des vies sanctifiées, ainsi que de nous encourager en sachant que nous serons bientôt avec le Seigneur avant que tout l’enfer ne se déchaîne sur terre.  Mais réfléchissez : si la venue de Jésus était tout aussi pertinente pour les disciples qu’elle ne l’est pour nous aujourd’hui, parce qu’il vient “à tout moment”, alors il n’y a pas d’urgence véritable ni de crescendo dans son apparition.  Sa venue pourrait tout aussi bien se dérouler dans 10.000 ans qu’il y a 2000 ans.  Ce n’est pas juste.  Les Écritures disent que notre salut est plus proche maintenant que lorsque nous avons cru pour la première fois et que le Jour approche (Romains 13:11–12 ; Hébreux 10:25).

Clarifions ceci :

  1. Dieu déclare, et par conséquent connaît, la fin depuis le commencement (Ésaïe 46:10).  Jésus le sait aussi.  Il est Dieu.  Dieu sait quand l’enlèvement aura lieu.  Il l’a planifié lui-même.
  1. L’enlèvement est imminent pour nous de trois manières : Premièrement, parce que dans le grand schéma des choses, une bien plus grande proportion de l’histoire s’est produite avant l’ère de l’Église que pendant l’ère de l’Église. Le temps antérieur était au moins le double (4000 contre 2000 ans ; Voyez comment Dieu considère que cela est imminent dans 2 Pierre 3:8-10). Deuxièmement, parce que la venue du Christ pour l’Église précède les Tribulations et son retour physique en Israël.  En d’autres termes, parce que nous ne savons pas exactement combien de temps dure cette dispensation, il y a en fait un certain sens dans lequel l’enlèvement se produira à tout moment du point de vue humain uniquement.  L’enlèvement n’est que le prochain événement à se produire lorsque tous les autres événements nécessairement précédents se seront produits, mais c’est le prochain événement majeur et nous ne savons pas exactement quand il se produira.  Nous devons regarder et être prêts. Troisièmement, l’enlèvement est imminent pour nous parce qu’il n’est en fait pas aléatoire.  Nous en sommes 2000 ans plus près que les disciples du premier siècle.

En fait, puisque nous en sommes tellement plus proches que ne l’étaient les disciples, et parce que les signes qui le précèdent ont clairement et sans équivoque convergé au jour et à l’âge spécifique dans lesquels nous vivons contrairement à toute autre génération, je veux vous présenter la doctrine de super-imminence !  Oui, vous l’avez entendu ici en premier : Vous faites partie de la seule et unique génération de l’histoire du monde qui peut dire que l’enlèvement de l’Église du Seigneur Jésus-Christ est super imminent !

Dernières pensées

« pour proclamer l’année de la faveur du Seigneur » et « cela s’accomplit sous vos yeux »

Très bien frères et sœurs dans le Seigneur, vous êtes arrivés presque au bout !  Il y a encore un prix pour vous.

En conclusion, quatre marqueurs temporels clés, en plus de la convergence finale des signes de notre génération, ajoutent du poids à la position que nous sommes d’ici quelques années.  En d’autres termes, la venue de Jésus pour l’Église est maintenant super imminente !

  1. La génération du figuier ne passera pas tant que toutes les choses (y compris le retour physique de Jésus) ne seront pas accomplies. Même indépendamment du Psaume 90:10, nous ne pouvons pas être loin.  La génération de 1948 est en train de disparaître.  Ce n’est que la dernière décennie que l’espérance de vie mondiale a dépassé 70 ans et ceux qui étaient en vie au moment du rétablissement d’Israël seront presque tous décédés dans une dizaine d’années, sans même tenir compte des sept années des Tribulations.
  2. Le signe de l’Apocalypse 12. Le signe est sorti tout droit du milieu du livre de l’Apocalypse et est étroitement lié à la fois à l’enlèvement et aux Tribulations dans le récit.  Cela devait nous dire que nous sommes désormais dans des prolongations.  Après tout, l’étoile de Bethléem s’est produite à proximité de la naissance réelle du Christ, à peu près ou pendant quelques années.
  3. Quelle que soit la mesure, nous sommes extrêmement proches de précisément deux millénaires depuis le début du ministère du Christ et sa mort et sa résurrection. La signification ici est profonde, car les premiers théologiens chrétiens ont abondamment écrit sur la théorie selon laquelle l’histoire ferait de l’ombre aux six jours de la création (durant environ 6,000 ans avant la période millénaire du «sabbat»).  Le texte massorétique, qui est utilisé dans la grande majorité des Bibles, nous rapproche extrêmement de la 6000  année par simple arithmétique.  D’autres parallèles peuvent être trouvés dans Osée 6:2 et Jean 4:40.  La résurrection de Jésus est elle-même un parallèle alors qu’Il est ressuscité le troisième jour, représentant la résurrection proverbiale et la rédemption de la création au troisième millénaire.
  4. Jésus a déclaré un jubilé au début de son ministère. Tous les commentaires que j’ai lus s’accordent à dire que Jésus a utilisé un langage lié au jubilé lorsqu’il a lu le rouleau d’Isaïe (Luc 4:17-21).  Il a même dit : « pour proclamer l’année de la faveur du Seigneur » et « cela s’accomplit sous vos yeux ».  Il y a toujours un débat sur le moment où Son ministère a commencé, mais la recherche considère que le temps n’est pas antérieur à 26 après Jésus-Christ et pas plus tard que 29 après Jésus-Christ.  40 jubilés plus tard, c’est 2026-2029.  Soustrayez les Tribulations et nous sommes en prolongation (2019-2022).  Je pense que Psaume 90:10 nous aidera peut-être à affiner ce chiffre, mais le temps nous le dira.  Les yeux sur le ciel, et …

MARANATHA †

Source: Unsealed 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

Mots clés: , , , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Conférence 2020

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence à venir


Real Time Web Analytics