Israël

Publié le 06 juin, 2018 | par admin

0

LEÇON D’HISTOIRE

Le droit d’Israël à la terre.

Par Ron Matsen • Le 1 mai 2018

Il est étonnant de voir les magnats des médias dans le monde entier et comment ils vont généralement tourner toutes les crises au Moyen-Orient, de sorte qu’il semble que la piste de la culpabilité ramène toujours aux politiques et aux pratiques de l’État actuel d’Israël.  La dé-légitimation d’Israël semble être à l’agenda de tous.  Pourquoi ?

Identifier le problème

Au début de 1990, plus de 50% des résolutions du Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies visaient Israël et plus de 60% des résolutions de l’Assemblée Générale de l’Organisation des Nations Unies concernaient Israël.  En 2013, Israël avait été condamné dans 45 résolutions par le Conseil des Droits de l’Homme de l’Organisation des Nations Unies (plus que toutes les nations du monde réunies).

En octobre 2003, un sondage non publié de la Commission Européenne portant sur 7500 Européens déclarait qu’Israël était « la première menace pour la paix mondiale, devant la Corée du Nord, l’Afghanistan et l’Iran ». L’enquête menée auprès de 500 personnes de chacun des états membres de l’Union Européenne incluait 15 pays avec la question : « Dites-moi si, à votre avis, cela présente ou non une menace pour la paix dans le monde ». Israël aurait été choisi par 59% des personnes interrogées.

Le 23 décembre 2016, le Conseil de Sécurité de l’ONU, composé de 15 membres, a voté 14 voix contre 0 pour adopter la résolution 2334, l’ambassadeur des États-Unis, Samantha Power, levant la main en signe d’abstention.  Cette résolution stipule que l’activité de colonisation d’Israël constitue une « violation    flagrante »  du droit international et n’a « aucune validité juridique ».  La résolution exige qu’Israël cesse cette activité et remplisse ses obligations en tant que puissance occupante en vertu de la quatrième Convention de Genève. « Puissance occupante ? »

Pour l’oeil non averti, il semblerait que le problème primaire du monde soit centré sur l’état d’Israël ; Et, par conséquent, le principal objectif de l’organe directeur de l’Organisation des Nations Unies est de corriger et de contrôler cette petite nation.  Pour comprendre la confusion, vous devez comprendre le contexte de ce problème politique épineux.

Entrer dans la terre promise

De mon point de vue, une perspective biblique est le meilleur endroit pour commencer.  Le Dr Arnold G. Fruchtenbaum, érudit biblique, dit : « Il y a huit alliances déclarées par Dieu dans la Bible.  Six des huit sont inconditionnels : L’alliance adamique, l’alliance noahique, l’alliance abrahamique, l’alliance terrestre, l’alliance davidique et la nouvelle alliance ».

L’Alliance Abrahamique déclare :

« L’Éternel dit à Abram : Va-t’en de ton pays, de ta patrie, et de la maison de ton père, dans le pays que je te montrerai.  Je ferai de toi une grande nation, et je te bénirai ; Je rendrai ton nom grand, et tu seras une source de bénédiction.  Je bénirai ceux qui te béniront, et je maudirai ceux qui te maudiront ; Et toutes les familles de la terre seront bénies en toi. »  (Genèse 12:1-3)

Cette alliance a été contestée par le monde depuis sa création et se manifeste maintenant avec l’épidémie mondiale d’antisémitisme.

Plus tard, après qu’Abram soit revenu de sa victoire sur les armées à Kadesh, nous lisons :

« En ce jour-là, l’Éternel fit alliance avec Abram, et dit : Je donne ce pays à ta postérité, depuis le fleuve d’Égypte jusqu’au grand fleuve, au fleuve d’Euphrate, le pays des Kéniens, des Keniziens, des Kadmoniens, des Héthiens, des Phéréziens, des Rephaïm, des Amoréens, des Cananéens, des Guirgasiens et des Jébusiens. »    (Genèse 15:18-21)

La confirmation de cette promesse par Dieu a été faite de telle manière qu’elle a rendu l’alliance inconditionnelle.  L’intégralité de Genèse 15:1-21 donne une description plus détaillée des nombreuses dispositions de l’alliance abrahamique ainsi que la définition des frontières exactes.  Plus tard, Dieu ajoute la circoncision physique comme le signe de cette alliance.  Encore une fois l’accent de Genèse 17:1-21 est sur le signe de l’alliance : La circoncision physique le huitième jour de la vie d’un garçon.  Tout comme l’arc-en-ciel était le signe de l’Alliance Noahique, la circoncision est le signe de l’Alliance Abrahamique.

L’Alliance Terrestre trouvée dans les Écritures est la promesse de Dieu de restaurer Israël dans sa terre promise.  Dieu a dit à Israël qu’Il disperserait Israël s’ils Lui désobéissaient, mais il a ensuite promis de les ramener dans leur pays.

« Lorsque toutes ces choses t’arriveront, la bénédiction et la malédiction que je mets devant toi, si tu les prends à cœur au milieu de toutes les nations chez lesquelles l’Éternel, ton Dieu, t’aura chassé, si tu reviens à l’Éternel, ton Dieu, et si tu obéis à sa voix de tout ton cœur et de toute ton âme, toi et tes enfants, selon tout ce que je te prescris aujourd’hui, alors l’Éternel, ton Dieu, ramènera tes captifs et aura compassion de toi, il te rassemblera encore du milieu de tous les peuples chez lesquels l’Éternel, ton Dieu, t’aura dispersé.  Quand tu seras exilé à l’autre extrémité du ciel, l’Éternel, ton Dieu, te rassemblera de là, et c’est là qu’il ira te chercher.  L’Éternel, ton Dieu, te ramènera dans le pays que possédaient tes pères, et tu le posséderas ; Il te fera du bien, et te rendra plus nombreux que tes pères.  L’Éternel, ton Dieu, circoncira ton cœur et le cœur de ta postérité, et tu aimeras l’Éternel, ton Dieu, de tout ton cœur et de toute ton âme, afin que tu vives.  L’Éternel, ton Dieu, fera tomber toutes ces malédictions sur tes ennemis, sur ceux qui t’auront haï et persécuté.  Et toi, tu reviendras à l’Éternel, tu obéiras à sa voix, et tu mettras en pratique tous ces commandements que je te prescrits aujourd’hui.  L’Éternel, ton Dieu, te comblera de biens en faisant prospérer tout le travail de tes mains, le fruit de tes entrailles, le fruit de tes troupeaux et le fruit de ton sol ; Car l’Éternel prendra de nouveau plaisir à ton bonheur, comme il prenait plaisir à celui de tes pères, lorsque tu obéiras à la voix de l’Éternel, ton Dieu, en observant ses commandements et ses ordres écrits dans ce livre de la loi, lorsque tu reviendras à l’Éternel, ton Dieu, de tout ton cœur et de toute ton âme. »    (Deutéromone 30:1-10)

La substance de cette Alliance Terrestre est fermement enracinée dans l’Alliance Abrahamique dans la mesure où elle garantit à Israël l’engagement de Dieu à garder Sa promesse malgré sa performance.  Cette alliance a jusqu’à présent été remplie deux fois ; D’abord après la captivité babylonienne et la reconstruction subséquente de Jérusalem sous Cyrus le Grand, et la seconde après la destruction de Jérusalem en 69 après Jésus-Christ et la renaissance d’Israël en tant que nation souveraine en 1948.

Pour apprécier la question de la Terre d’Israël, nous devons examiner l’acquisition et l’occupation de la terre par le peuple d’Israël.  Abraham a reçu la promesse de cette terre « du fleuve de l’Égypte au grand fleuve, le fleuve Euphrate ».  Après que Moïse ait mené les enfants d’Israël hors d’Égypte, Josué a mené la nation dans la terre promise.

Occupation of the land by the people of Israel

Bien qu’ils n’aient pas pris possession de tout l’héritage qu’ils avaient sous la promesse donnée à Abraham, chacune des douze tribus se voyait assigner une partie de la terre qu’ils avaient acceptée comme une terre éternelle de Dieu.

Land assigned to the twelve tribes

Sous le règne du roi David, Israël a élargi ses frontières pour inclure des parties de la Syrie et du Liban moderne, mais à la fin du règne d’Ézéchias, Israël a été réduit à une fraction de sa taille d’origine.

The land under the rule of King David, and at the end of the rule of Hezekiah

Endurer une histoire de servitude

Dans l’histoire du monde, aucun autre groupe-peuple n’a pu maintenir son identité, son héritage et son sens du destin national comme les Israélites.  De 587 avant Jésus-Christ jusqu’en 1948, la nation d’Israël a été un état vassal qui devait souffrir sous la domination constante des gouvernements étrangers. D’abord, ils ont été emportés par les Babyloniens sous le roi Nebucadnetsar.

Babylonian Empire

Puis, après la conquête de Babylone par Cyrus le Grand, Israël fut gouverné par l’empire médo-perse.  L’Empire Perse était bon pour les Juifs et les a aidés à retourner dans leur patrie et à reconstruire leur Temple et Jérusalem.

Medo-Persian Empire

Alexandre le Grand devint le prochain souverain d’Israël alors que l’Empire Grec remplaçait les Perses.

Greek Empire

Le puissant Empire Romain engloutit la partie occidentale de l’Empire Grec et fut le dirigeant d’Israël à l’époque de Jésus-Christ.  Lorsque les Juifs se révoltèrent en 69 après Jésus-Christ, le général romain Titus assiégea Jérusalem et, vers 70 après Jésus-Christ, les Romains avaient éventré ses murs, en tuant environ 1 million de personnes, et le temple juif fut détruit jusqu’au sol comme prédit par Jésus-Christ.

Après la révolte juive de Bar Kokhba (132-135) la ville de Jérusalem a été complètement détruite.  Sous les ordres de l’empereur romain Hadrien « les Romains labouraient Jérusalem avec des bœufs.  Les Juifs ont été vendus en esclavage et beaucoup ont été transportés en Égypte.  Les colonies de Judée n’ont pas été reconstruites.  Jérusalem a été transformée en une ville païenne appelée Aelia Capitolina et il était interdit pour les Juifs d’y vivre.  Ils ont été autorisés à y entrer seulement le 9 d’Av pour pleurer leurs pertes lors de la révolte.  Hadrien a changé le nom du pays de Judée à la Palestine de Syrie ».

Under the Roman emperor Hadrian

L’Empire Romain s’est transformé en Empire Byzantin qui a finalement perdu le contrôle de la Terre d’Israël avec l’expansion émergente de l’Islam à l’époque des croisades.

Byzantine Empire

L’expansion territoriale de l’Islam a donné naissance à la forme califale du gouvernement à travers le monde musulman.  Pour les quelques Juifs vivant sous ces seigneurs de la guerre, la vie était difficile car ils étaient considérés comme rien de mieux que les citoyens de seconde classe.

The territorial expansion of Islam

Au 16ème siècle, les factions belligérantes de l’Islam ont été consolidées avec l’Empire Ottoman.  Après la conquête ottomane, en 1517, la terre d’Israël fut divisée en quatre districts et rattachée administrativement à la province de Damas et gouvernée depuis Istanbul.  Au début de l’ère ottomane, environ 1000 familles juives vivaient dans la Terre Promise.  La terre a connu un gouvernement ordonné qui a apporté des améliorations et stimulé l’immigration juive jusqu’à la mort du Sultan Soliman le Magnifique, en 1566.

Ottoman Empire

Le 19 mai 1916, pendant la Première Grande Guerre, une réunion secrète entre la Grande-Bretagne et la France aboutit à l’accord Sykes-Picot, par lequel la plupart des terres arabes sous la domination de l’Empire Ottoman devaient être divisées en sphères d’influence britanniques et françaises à la fin de la guerre.  La scène était prête pour les futures discussions d’une patrie pour les Juifs.

The Sykes-Picot Agreement

Cela a conduit à la Déclaration de Balfour, du 2 novembre 1917.  Il s’agissait d’une déclaration du soutien britannique à « l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif ».  Elle a été faite dans une lettre d’Arthur James Balfour, le Ministre des Affaires Étrangères de la Grande-Bretagne, à Lionel Walter Rothschild, deuxième baron Rothschild (de Tring), un chef de la communauté juive britannique.  En avril 1920, à San Remo, en Italie, les Alliés victorieux confirmèrent la promesse contenue dans la Déclaration de Balfour concernant l’établissement d’un foyer national juif en Palestine.

The Balfour Declaration

La première partition de la Palestine a eu lieu en 1922, lorsque le gouvernement britannique a exclu la Transjordanie de la zone à laquelle s’appliqueraient les dispositions de la Déclaration de Balfour.  Dans les années suivantes, de nombreuses commissions différentes ont été formées et des idées ont été explorées ; Dans une tentative de résoudre les problèmes liés à l’établissement d’une terre juive, mais ils se sont tous soldés par un échec d’une manière ou d’une autre.  Cela conduirait à 26 ans de frustration pour les Britanniques, les Juifs et les Musulmans.

The first partition of Palestine

Établir une nation en un jour

Le 14 mai 1948, David Ben Gourion prononça publiquement la Déclaration d’Indépendance d’Israël.  L’État d’Israël a été officiellement déclaré après la fin de la guerre civile de six mois au cours de laquelle l’Organisation des Nations Unies a voté le partage des terres entre Juifs et Arabes.  La zone définie par l’Organisation des Nations Unis n’était pas contiguë et a laissé ce nouvel état juif avec des frontières difficilement défendables.  Néanmoins, Israël a continué à survivre et même à prospérer pendant les 20 années suivantes.

The newly declared State of Israel

Après avoir vaincu les forces combinées de l’Égypte, de la Syrie, de la Jordanie et de l’Irak pendant la guerre des Six Jours de 1967, Israël a pris le contrôle de la Péninsule du Sinaï, de la Bande de Gaza, de la Cisjordanie et des Hauteurs du Golan.  Cette victoire surprise sur ces nations arabes a été un choc pour le monde entier car elles s’attendaient à ce que l’État d’Israël soit détruit par les forces supérieures de leurs voisins musulmans.  Israël avait maintenant une zone tampon défendable autour de leur patrie.  En 1972, l’Égypte et la Syrie attaquaient encore une fois Israël, mais cette fois-ci ce fut pendant le Yom Kippour (le jour le plus sacré d’Israël).  Bien qu’Israël ait été une fois de plus victorieux, il a payé un prix très élevé pour avoir été pris par surprise.

After the 6-Day War of 1967

Le 17 septembre 1978, le président américain Jimmy Carter négocia les Accords de Camp David, signés par le président égyptien Anwar El Sadat et le Premier Ministre d’Israël, Menahem Begin, mettant fin à un « état de guerre » entre l’Égypte et Israël qui existait depuis 1948.

U.S. president Jimmy Carter, Egyptian President Anwar El Sadat, and Israeli Prime Minister Menachem Begin

Israël a accepté de se retirer du Sinaï et l’Égypte a promis d’établir des relations diplomatiques normales entre les deux pays et a ouvert le Canal de Suez aux navires israéliens (qui, jusqu’alors, étaient bannis de la voie navigable). Cette lueur d’espoir pour Israël s’est atténuée avec l’assassinat du président Anwar El Sadat, le 6 octobre 1981.

Israel withdrawal from Sinai

En 2003, c’était appelé la « feuille de route pour la paix ».  Ceci a proposé la partition de la terre d’Israël en une solution à deux états.  Dans un discours prononcé le 24 juin 2002, le président américain George W. Bush a déclaré que cette proposition fournirait un plan pour une paix durable dans la région.

U.S. President George W. Bush and the “Roadmap for Peace”

Une fois de plus, ceci a été vendu comme un accord de la « Terre pour la Paix ». Israël abandonnerait les terres gagnées au cours de ses guerres précédentes avec l’Égypte et la Jordanie pour la création d’un état palestinien indépendant ; Et Israël aurait enfin une patrie sécuritaire pour les Juifs.  Malheureusement, aucune paix durable n’a résulté de cet accord.  Juste le déplacement constant de l’objectif proverbial par ceux qui projettent d’éliminer Israël une pièce à la fois.

“Land for Peace”

Reconnaître l’évidence

En 1995, sous l’administration du président Bill Clinton, le Congrès américain a adopté une loi reconnaissant Jérusalem comme capitale d’Israël et obligeant le président à déplacer l’ambassade américaine dans la ville.  Les dirigeants antérieurs des États-Unis ont invoqué des dérogations, autorisées par la loi, pour éviter de lancer ce processus ; Mais, le 24 février 2018, le président Donald Trump a annoncé que son administration enverrait officiellement l’ambassade des États-Unis en Israël à Jérusalem au mois de mai.

L’annonce de Donald Trump a effectivement reconnu Jérusalem comme la capitale d’Israël et a ordonné que l’ambassade soit déplacée.  L’ambassade sera d’abord installée dans une installation américaine existante à Jérusalem-Ouest et devrait ouvrir ses portes en mai, afin de coïncider avec le 70ème anniversaire de la proclamation de l’indépendance d’Israël.  Jérusalem a longtemps été considérée comme un sujet de négociations sur le statut final entre Israël et les Palestiniens, tous deux revendiquant la ville comme leur capitale.  Plusieurs autres nations envisagent de suivre l’exemple des États-Unis en déplaçant leurs ambassades à Jérusalem et en reconnaissant ainsi le droit d’Israël à la Terre Promise.

Pour les chrétiens, nous devrions nous réjouir avec Israël dans cette occasion mémorable, et remercier Dieu pour avoir tenu ses promesses concernant la terre d’Israël.  Il y aura au moins un « rassemblement d’Israël à la Terre Promise », mais c’est une autre histoire pour une autre fois.

Source

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics