L’EFFONDREMENT DE L’ÉNERGIE EUROPÉENNE POURRAIT ENTRAÎNER UNE CRISE FINANCIÈRE DANS LE MONDE ENTIER

L’EFFONDREMENT DE L’ÉNERGIE EUROPÉENNE POURRAIT ENTRAÎNER UNE CRISE FINANCIÈRE DANS LE MONDE ENTIER

Partager avec les autres

Par Michael SNYDER – le 12 Septembre 2022

Le gazoduc Nord Stream 1

Ce qui se passe en Europe devient rapidement assez sérieux. La décision de Vladimir Poutine de mettre fin au flux de gaz via le gazoduc Nord Stream 1 a provoqué une énorme crise des produits dérivés en Europe, et il faudra une énorme montagne d’argent pour y remédier.  

Certains parlent déjà d’un “moment Lehman Brothers” pour le système financier européen, et les autorités de toute l’UE commencent vraiment à paniquer.  

Tsunami de panique financière déferler sur le monde entier

Nous n’avons rien vu de tel depuis 2008, et si les Européens ne parviennent pas à contenir les dégâts, nous pourrions bientôt voir un tsunami de panique financière déferler sur le monde entier.

On rapporte que le commerce de l’énergie en Europe “est mis à rude épreuve par des appels de marge d’au moins 1,5 billion de dollars”…

Le commerce européen de l’énergie est mis à rude épreuve par des appels de marge d’au moins 1 500 milliards de dollars, ce qui oblige les gouvernements à fournir davantage de réserves de liquidités, selon Equinor ASA de Norvège.

En plus d’attiser l’inflation, la plus grande crise énergétique depuis des décennies aspire des capitaux pour garantir des transactions au milieu de fortes fluctuations de prix. 

Cela pousse les responsables de l’Union européenne à intervenir pour empêcher les marchés de l’énergie de stagner, tandis que les gouvernements de la région interviennent pour soutenir les services publics en difficulté. La Finlande a mis en garde contre un moment “Lehman Brothers”, avec des compagnies d’électricité confrontées à des pénuries de trésorerie soudaines.

On ne parle pas de 1,5 million de dollars.

On ne parle même pas de 1,5 milliard de dollars.

1,5 billion de dollars, c’est une somme d’argent colossale.

Pour mettre cela en perspective, si vous pouviez créer une pile de billets d’un billion de dollars, elle ferait 67 866 miles de haut.

Ainsi, une pile de 1,5 billion de dollars ferait plus de 100 000 miles de haut.

Nous utilisons souvent l’expression “une montagne d’argent” plutôt avec désinvolture, mais ce serait vraiment une montagne d’argent colossale.

Le problème n’est pas avec les marchés physiques. Au lieu de cela, on nous dit que 1,5 billion de dollars de “soutien à la liquidité” seront nécessaires parce que le commerce des dérivés s’est complètement détraqué…

“Un soutien en liquidités va être nécessaire”, a déclaré Helge Haugane, vice-président senior d’Equinor pour le gaz et l’électricité, dans une interview. Le problème se concentre sur le commerce des produits dérivés, alors que le marché physique fonctionne, a-t-il déclaré, ajoutant que l’estimation de la société énergétique de 1,5 billion de dollars pour soutenir le soi-disant commerce sur papier est “conservatrice”.

1,5 billion de dollars est l’estimation “conservatrice” qui nous est donnée en ce moment.

Cela signifie que la facture finale sera probablement dans les “billions”.

D’où viendra tout cet argent?

Au fil des ans, j’ai fait tellement d’articles sur les dangers des produits dérivés.

L’inévitable effondrement mondial des produits dérivés est-il enfin arrivé ?

À ce stade, une option envisagée par la Commission européenne est la “suspension temporaire des marchés dérivés”…

La Commission européenne examine également des mesures d’aide à la liquidité. Celles-ci pourraient inclure des lignes de crédit de la Banque centrale européenne, de nouveaux produits comme garantie de marge et des suspensions temporaires des marchés de produits dérivés, selon un document d’information politique consulté par Bloomberg News.

S’ils décidaient effectivement de suspendre temporairement le commerce des produits dérivés, cela créerait en fait encore plus de panique.

Toute cette crise pourrait être résolue si la guerre en Ukraine se terminait et si le gaz russe commençait à retourner en Europe.

Mais cela n’arrivera pas. Aucune des deux parties ne reculera et il n’y aura pas de paix de si tôt.

Et donc ça va être un hiver très rude et très froid pour les Européens, et les Russes se moquent ouvertement d’eux…

Le géant russe de l’énergie, contrôlé par l’État, Gazprom, a nargué l’Europe avec une sinistre vidéo avertissant d’un long hiver avec de la neige et de la glace balayant le continent.

Le clip de deux minutes intitulé L’hiver sera long montre comment l’Europe va geler au milieu des prix exorbitants de l’énergie causés par l’invasion sauvage de l’Ukraine par Vladimir Poutine.

La séquence montre un travailleur coupant l’alimentation, envoyant l’aiguille de pression de gaz à zéro, alors que des nuages ​​​​glacés rampent de manière inquiétante sur l’écran, entrecoupés de plans aériens de Bruxelles, Berlin, Paris et Londres.

Cet hiver, nous allons probablement assister à des pénuries, à un rationnement obligatoire et à des factures énergétiques incroyablement élevées dans toute l’Europe.

Selon Zero Hedge, il est maintenant prévu que les factures d’énergie en Europe augmenteront d’un total de 2 000 milliards d’euros et atteindront à terme 20 % de tous les revenus disponibles.

Inutile de dire que nous sommes maintenant dans un territoire sans précédent.

Nous avons déjà commencé à voir des manifestations absolument massives dans les grandes villes européennes, et l’homme politique italien Matteo Salvini admet ouvertement que cette crise a mis les Européens “à genoux”…

Dimanche, Salvini a appelé à la fin des sanctions énergétiques russes qui ne font que laisser les Européens “à genoux” en raison de factures énergétiques plus élevées et d’un manque d’approvisionnement. “Plusieurs mois ont passé et les gens paient deux, trois, voire quatre fois plus pour leurs factures”, a-t-il déclaré dans une interview à la radio RTL. “Et après sept mois, la guerre continue et les coffres de la Fédération de Russie se remplissent d’argent.”

Il a expliqué que non seulement les sanctions ne fonctionnent pas, mais qu’elles frappent plus durement l’Italie. Tout en disant qu’il est solidaire de l’Ukraine, il n’est pas disposé à s’en tenir à quelque chose d’évidemment contre-productif où le contrecoup se fait davantage sentir en Europe, en Italie en particulier avec la flambée des prix des importations d’énergie, et non la cible visée par le gouvernement Poutine.

Plus le gaz reste éteint, plus les choses vont empirer.

Alors que se passe-t-il si les Russes ne rouvrent jamais le gaz ?

Déjà, des entreprises ferment des installations dans toute l’Europe parce que les coûts énergétiques ont rendu leur exploitation non rentable. Cela inclut le deuxième plus grand producteur d’acier au monde…

Le deuxième plus grand producteur d’acier au monde, ArcelorMittal, est le nom commercial le plus récent à annoncer la fermeture d’une usine en Europe en raison de la hausse des coûts du gaz et de l’énergie.

En raison de la flambée scandaleuse des prix de l’énergie, ArcelorMittal ferme l’un des deux hauts fourneaux existants de son usine sidérurgique de Brême en Allemagne, à partir de fin septembre jusqu’à d’autres mises à jour.

Beaucoup ont averti que l’Europe plongeait dans une “récession”, mais la vérité est que, ce à quoi les Européens sont confrontés est bien plus grave que cela.

Cela va être mauvais.

Et les choses vont rester mauvaises jusqu’à ce qu’il y ait la paix avec les Russes, et la vérité est que la paix avec les Russes peut ne pas se produire du tout.

Il y a des mois, les dirigeants occidentaux se vantaient ouvertement qu’ils allaient écraser l’économie russe.

Il s’avère que c’est plutôt l’Europe qui est écrasée.

L’été est presque terminé, l’hiver approche et les Européens ne sont absolument pas préparés à ce qui va suivre.

Le Premier ministre belge Alexander De Croo a averti que l’Europe devait agir immédiatement pour faire face à la crise énergétique ou risquer le type de fermeture économique fondamentale dont le bloc aurait du mal à se remettre.

“Quelques semaines comme celle-ci et l’économie européenne s’arrêtera complètement.

S’en remettre sera beaucoup plus compliqué que d’intervenir sur les marchés du gaz aujourd’hui”, a-t-il déclaré jeudi dans une interview à Bloomberg News. “Le risque est la désindustrialisation et le risque grave de troubles sociaux fondamentaux.”

Source

Traduit par PLEINSFEUX

close

Ne manquez rien !

Rejoignez les nouvelles de PleinsFeux.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !
En savoir plus dans notre politique de confidentialité

Translate »