LES AUTORITAIRES SE SOUCIENT-ILS DE VOUS ?

LES AUTORITAIRES SE SOUCIENT-ILS DE VOUS ?

Partager avec les autres

Analyse par le Dr Joseph Mercola – le 16 septembre 2022

  • L’HISTOIRE EN UN CLIN D’OEIL
  • La base pour imposer une thérapie génique expérimentale à tout le monde était que cela mettrait fin à la pandémie de COVID en empêchant l’infection et la propagation. La réalité du monde réel a depuis prouvé qu’il s’agissait d’une fausse justification
  • Les dirigeants autoritaires prétendent agir par souci profond de la santé publique et du plus grand bien de la société. Historiquement, cependant, invoquer le principe du “plus grand bien” a toujours consisté à priver les citoyens de leurs droits afin de consolider et de concentrer le pouvoir
  • Tout au long de la pandémie, les gouvernements, les employeurs, les ONG et les médias ont fait valoir que la responsabilité sociale de « protéger les autres » est si primordiale qu’elle nie toutes les autres considérations.
  • Mais à moins que chacun n’ait une autonomie corporelle, personne n’a d’autonomie corporelle, et sans elle, tout le monde, y compris les plus vulnérables, sont mis en danger. Par conséquent, la justification de “protéger les personnes vulnérables” s’effondre à moins que chacun ne soit autorisé à prendre ses propres décisions
  • Quand chacun doit se sacrifier pour les autres, alors l’autonomie de chacun est bafouée, y compris celle des plus vulnérables. La campagne de vaccination contre le COVID en est un exemple flagrant. Beaucoup de ceux qui se sont fait vacciner tombent encore malades, beaucoup ont été blessés ou sont morts des effets secondaires, tandis que ceux qui ont refusé de se conformer ont perdu leur emploi et, dans certaines régions, ne peuvent même pas entrer dans un magasin. Tout le monde a perdu sa protection plutôt qu’il ne l’a gagnée

Les représentants du gouvernement, les responsables de la santé publique, les médias et toute une série d’autres têtes qui répètent comme des perroquets les points de vue officiels nous ont menti à plusieurs reprises. Nous le savions, mais maintenant – sans excuses – ils commencent tous à “l’admettre” en modifiant subtilement le récit.

Comme l’a noté le comédien Jimmy Dore dans l’épisode du 3 août 2022 de “The Jimmy Dore Show” (vidéo ci-dessus):

“Cette histoire me tient à cœur, car elle me disculpe. Ils ont menti sur le COVID, ils ont menti sur les vaccins, ils ont menti sur l’immunité collective, ils ont menti sur l’immunité naturelle, ils ont menti à propos des masques.

Ils ont menti sur les enfants — ils ont menti sur tout ! Qui aurait pensé que le gouvernement et Big Pharma nous mentiraient ? Pour le profit ? Je suis déconcerté. Je suis hors de moi avec la bouche bêe.”

YouTube player

Maintenant, ils mangent leurs propres mots

Il passe ensuite en revue des exemples spécifiques, tels que le président Biden affirmant “Vous n’allez pas attraper le COVID si vous avez ces vaccins”. Ou le Dr Anthony Fauci, qui a déclaré “Quand ils sont vaccinés, ils peuvent se sentir en sécurité, ils ne seront pas infectés”.

Ou le Premier ministre canadien Justin Trudeau, qui a déclaré : “Si vous avez fait ce qu’il fallait et que vous vous êtes fait vacciner, vous méritez la liberté d’être à l’abri du COVID-19”. (Salade de mots mise à part – pouvez-vous “mériter la liberté d’être à l’abri” d’une infection ? – néanmoins, Néanmoins, il fait remarquer que vous n’aurez pas le COVID si vous avez reçu le vaccin.)

Le vice-président Kamala Harris a déclaré : « Si vous êtes vacciné, vous êtes protégé. Daniel Andrews, premier ministre de Victoria, en Australie, a affirmé qu’avec trois doses, vous seriez “prévenu non seulement d’une maladie grave, mais aussi de contracter ce virus, cette variante d’Omicron, et donc de le transmettre à d’autres”.

Le professeur Brett Sutton, administrateur en chef de la santé de Victoria, qui a reçu le vaccin d’AstraZeneca, a insisté sur le fait qu’il s’agissait d’un “vaccin très efficace” qui réduisait le “risque de transmission”. Chacun de ces fonctionnaires a maintenant contracté le COVID, environ deux ou trois fois.

Nous savions que les vaccins étaient défectueux

Une des principales objections aux vaccin obligatoire était, comme le souligne Dore, qu’un “vaccin” non étanche – un vaccin qui n’empêche pas réellement l’infection et la propagation – ne peut protéger personne d’autre que celui qui se fait vacciner. Ainsi, l’argument selon lequel les personnes refusant le vaccin du COVID tuaient des gens était faux. L’idée selon laquelle le fait de se faire vacciner protégerait les gens autour de vous était absurde.

“C’étaient des mensonges”, dit Dore, “ils ne faisaient pas d’erreur. Ils mentaient.” Quelle est l’incitation à mentir à propos d’une injection qui ne peut clairement pas faire ce que vous dites qu’elle peut faire ? 

Dore suggère qu’ils mentaient au nom de leurs donateurs – Pfizer, Moderna, etc. Bien sûr, les National Institutes of Health1,2, par exemple, possèdent également des brevets liés à ces vaccins, ce qui leur permet de gagner de l’argent directement.

Alors, la vérité étant désormais évidente, pourquoi les médias ne demandent-ils pas pourquoi Fauci, Biden, Harris, Trudeau et les autres répandaient de la désinformation ? Où est le suivi ? Et où sont les excuses ? Rachel Maddow, voudriez-vous réviser cette déclaration, dont la véracité est prouvée, faite sur “The Rachel Maddow Show?”

“Au lieu que le virus puisse passer d’une personne à l’autre, se propager et se propager… maintenant, nous SAVONS que les vaccins fonctionnent assez bien ; que le virus S’ARRÊTE avec chaque personne vaccinée.

Une personne vaccinée est exposée au virus, le virus ne l’infecte pas, le virus ne peut alors pas utiliser cette personne pour aller ailleurs. Il ne peut pas utiliser une personne vaccinée comme hôte pour attirer plus de personnes. Cela signifie que les vaccins nous permettront d’en finir.”

Cette propagande n’a pas bien vieilli, et c’est un euphémisme. Maintenant, ils essaient d’éviter les mines terrestres de la vérité – les réalités du monde réel – et prétendent que les injections n’ont jamais été destinées à prévenir l’infection, il s’agissait toujours de prévenir les maladies graves et de vous empêcher d’aller à l’hôpital. Mais les déclarations citées ci-dessus, qui ne sont qu’un petit échantillon, prouvent le contraire.

La base même et la justification pour imposer une thérapie génique expérimentale à tout le monde étaient que cela mettrait fin à la pandémie en empêchant l’infection et la propagation. Des gens ont perdu leur emploi à cause de cette justification frauduleuse. Des amitiés ont été perdues et des liens familiaux brisés parce que les gens croyaient à la propagande qui disait que si vous ne vous faites pas vacciner, vous ne vous souciez pas des autres. Votre seule présence pourrait être mortelle pour eux. Donc, si vous vous souciez des autres, vous vous ferez vacciner.

Les autoritaires se soucient-ils de vous ?

Cela nous amène à une question plus importante, à savoir, est-ce que ces autoritaires se soucient réellement de l’un d’entre nous ? Ils affirment que la raison de leurs actions est leur profonde préoccupation pour la santé publique et le bien de la société. Mais est-ce vraiment le cas ? Ou est-ce juste une stratégie de relations publiques ?

Après tout, sortir et dire qu’on veut réduire la population d’un certain pourcentage, ou éliminer la ponction financière des personnes âgées et des handicapés, ne va pas encourager le respect des stratégies destinées à provoquer ces effets, n’est-ce pas. Il serait plus logique de dire aux gens de se conformer “pour leur propre bien et le bien des autres”. Ensuite, l’effet recherché – le dépeuplement – est provoqué par le sacrifice volontaire.

Le totalitarisme comme « souci »

Dans “Totalitarianism as Care’”, la commentatrice politique Elena Louisa Lange décortique l’impératif moral du régime biomédical de “protéger les personnes vulnérables”, qui en 2020, pour la première fois, signifiait que chacun, quel que soit son risque personnel, devait s’isoler, porter un masque et bénéficier d’une thérapie génique expérimentale, « quel qu’en soit le prix en intégrité corporelle et en autonomie ».

La prétention de la gauche à « protéger les personnes vulnérables » n’est pas seulement politiquement et socialement corrosive. Elle repose aussi, philosophiquement, sur une logique indéfendable et autoritaire. ~ Elena Louisa Lange

Dans un élan de solidarité jamais vue auparavant, des centaines d’entreprises ont changé leurs logos et slogans de marque pour promouvoir les vaccins COVID. Les partis politiques, les écoles, les médias, les organisations non gouvernementales (ONG) nous ont également dit de nous faire vacciner – ou autre. L’extrait suivant de l’article de Lange est un peu plus long que d’habitude, mais le contexte élargi est ce qui rend le point de Lange clair. Au-delà de cela, je recommande de lire son article dans son intégralité : 4

“La rhétorique de la ‘vulnérabilité’ et de ‘l’attention’ a intimidé les masses pour qu’elles acceptent une série de violations des droits humains et civils, telles que l’emprisonnement dans nos propres maisons, l’oxymore ‘distanciation sociale’, le masquage et, surtout, vaccinations obligatoires sans précédent par leur gravité et leur ampleur mondiale.

Pourtant, la prétention de la gauche à « protéger les personnes vulnérables » n’est pas seulement politiquement et socialement corrosive. Elle repose aussi, philosophiquement, sur une logique indéfendable et autoritaire.

L’attention exclusive accordée au cadre abstrait de la « vulnérabilité » et de la « solidarité », de la « communauté » et du « soin » — toujours « pour les autres », jamais pour soi — a servi à masquer la perte de revenus et les dommages psychologiques causés par des suspensions des droits civiques…

L’idée de vulnérabilité comme principe politique directeur de la gauche remonte à la naissance des partis sociaux-démocrates et travaillistes au début du XXe siècle. C’était la classe ouvrière qui avait besoin d’être protégée des cruelles vicissitudes du marché…

Mais depuis l’émergence du consensus néolibéral dans les années 1970, une évolution remarquable s’est opérée… Ce n’est plus la classe ouvrière… mais des groupes identitaires spécifiques, les marginalisés raciaux et les exclus sexuels, qui sont devenus des « sujets vulnérables »…

Ce qui a vraiment cimenté la montée au pouvoir de la gauche PMC [classe professionnelle-managériale], cependant, était un changement épistémique plus fondamental. La gauche… généralement occupée à déclarer que tout était une «construction sociale», a soudainement proclamé que le nouveau coronavirus était un «phénomène naturel», un «défi par des forces naturelles incontrôlables»… le virus devait être considéré comme un agent auto-agissant avec sa propre intention subjective, ses motivations, voire son programme politique.

Cette inversion fétichiste – attribuant des pouvoirs autonomes à une chose sans vie – a légitimé des solutions technocratiques comme les confinements et les vaccinations de masse fébrilement promues, quels qu’en soient les coûts sociaux. De plus, transformer le virus en un agent intentionnel a déplacé la responsabilité des suicides et de la violence domestique, de la perte de revenus et de la violence policière extrême contre les manifestants, loin des politiciens et des bureaucrates, et sur la « nature ».

Un agent pathogène… n’est aussi grave que la réponse sociale qu’il suscite. Si la réponse, justifiée comme une “contrainte objective” du virus, est plus létale que la cause, alors on a affaire à un sophisme désastreux…

La “[v]ulnérabilité” dans l’imaginaire du PMC devait être déplacée des groupes vulnérables au sens précis (personnes âgées, enfants, travailleurs précaires des services, etc.) vers un ensemble indifférencié constamment attaqué par les ennemis de la société civile, ce qui s’est produit être les propres ennemis politiques des professionnels.

Ce mouvement a permis d’identifier commodément la «lutte contre le virus» avec la «lutte contre le fascisme», confondant les questions d’hygiène médicale avec celles d’«hygiène sociale».

La dénonciation vocale des critiques de l’État de sécurité biopolitique comme étant de « droite », des théoriciens du complot, des anti-vaccins, etc., n’était lisible et conséquente que sur la toile de fond de cet amalgame, car elle mettait la question de la défaite du virus au même niveau que la victoire de la gauche.”

Justification transhistorique des violations des droits civils

Comment les personnes « vulnérables » sont-elles « protégées » par la destruction de vies et de moyens de subsistance, et la suppression des droits civils fondamentaux et des libertés constitutionnelles ? Nos dirigeants autoritaires n’ont pas encore expliqué ce raisonnement autodestructeur. Tout ce que nous obtenons est un double langage orwellien, où la guerre est la paix et l’esclavage est la liberté.

Lange souligne qu’une fois que vous allez au-delà des motifs politiques, l’argument contre les vaccinations forcées nous en dit long sur la logique transhistorique des violations des droits civiques par l’État.

Tout au long de l’histoire, l’objectif moteur des élites avides de pouvoir est la privation des droits des citoyens ordinaires. Et comment privez-vous les gens de leurs droits de voter? En supprimant des droits fondamentaux, comme le droit de boire une tasse de café ou de manger un repas un repas que vous voulez et pouvez payer dans un restaurant, à moins que vous ne vous soumettiez d’abord à des expériences médicales.

Et comment amener les gens à se soumettre à l’expérimentation médicale ? En les faisant passer pour des égoïstes qui ne se soucient pas de la société. Dans un discours enflammé, la députée écologiste de 23 ans du Bundestag allemand, Emilia Fester (citée en entier par Lange), a fait valoir que :

Ce n’est pas la vaccination obligatoire qui est imposée, mais l’absence de vaccination obligatoire – une imposition pour la majorité solidaire … Se faire vacciner ne peut plus être une décision individuelle!” 5

La violation des limites physiques ne protège personne

Tout au long de la pandémie, les gouvernements, les employeurs, les ONG et les médias ont fait valoir que la responsabilité sociale de « protéger les autres » est si primordiale qu’elle annule toute autre considération. Selon eux, la liberté et l’autonomie corporelle d’un individu s’arrêtent là où commencent la liberté et l’autonomie d’un autre.

Plutôt que d’être des individus souverains qui prennent des décisions pour nous-mêmes, nous devons nous considérer comme des maillons d’une chaîne sans fin, où chaque décision que vous prenez aura un impact sur les personnes qui vous entourent, et si votre décision a, ne serait-ce que le potentiel de restreindre leur liberté et leur autonomie – comme, par exemple, si vous les rendez malades pour qu’ils ne puissent pas travailler ou socialiser – alors vous “n’avez pas le droit” de prendre cette décision.

Comme l’a noté Lange, l’imposition morale peut être résumée comme suit : “Renoncez à votre intégrité corporelle pour protéger l’intégrité corporelle des autres.” Mais plutôt que de protéger les autres, le résultat final est le contraire, car cela crée une “régression infinie”.

En d’autres termes, si je renonce à mon intégrité corporelle pour vous, alors vous devez renoncer à la vôtre pour les autres, qui doivent également renoncer à la leur, et ainsi de suite. Donc, en fin de compte, personne n’a le droit de dire non à quoi que ce soit, même si ce qui est demandé peut causer des blessures ou la mort.

Puisqu’il n’y a pas de filet de sécurité et que chacun doit se sacrifier pour les autres, personne n’est réellement protégé. Au lieu de cela, tout le monde est à risque. L’autonomie de chacun a été bafouée, y compris celle des plus vulnérables. La campagne de vaccination contre le COVID en est un exemple flagrant.

Beaucoup de ceux qui se sont fait vacciner tombent encore malades, beaucoup ont été blessés ou sont morts des effets secondaires, tandis que ceux qui ont refusé de se conformer ont perdu leur emploi et, dans certaines régions, ne peuvent même pas entrer dans un magasin. Tout le monde a perdu plutôt que gagné, et à plus d’un titre.

L’intégrité corporelle pour tous est la meilleure protection

Non seulement l’exigence de sacrifice de soi pour les autres met les plus vulnérables en danger de blessures et de mort, puisqu’eux aussi doivent lancer les dés avec des interventions médicales risquées afin de « protéger les autres », mais cela élimine également notre capacité morale à défendre et protéger l’autonomie physique des autres. Si nous ne pouvons pas défendre nos propres frontières, comment pouvons-nous défendre les frontières des autres ?

Malheureusement, nous avons maintenant des exemples concrets de là où tout cela mène. Les enfants et les adultes ayant besoin de greffes d’organes, par exemple, se voient refuser des procédures vitales faute d’injection de COVID, même si le tir est plus susceptible de les tuer que de protéger quiconque autour d’eux (soi-disant l’hôpital déjà piraté et boosté par le COVID Personnel). Nous sommes entrés dans un état de dégradation morale si massive qu’il ne semble plus vraiment humain.

La seule façon de protéger réellement les gens et de minimiser les dommages est de permettre à chacun de faire ce qu’il pense être le mieux pour lui-même. Comme l’a noté Lange : 6

“En conséquence, soit il existe une autonomie physique générale pour chaque individu, impliquant le respect mutuel de ses limites physiques, soit il n’y en a pas.  La violation des limites physiques… n’est jamais dans l’intérêt des “vulnérables”, car la protection l’intégrité corporelle elle-même est déjà la meilleure garantie de protection des « autres », ainsi que de soi-même : c’est, en effet, la seule garantie de protection physique pour tous.

Cela devient encore plus apparent dans le cas du COVID quand on considère que les vaccinés peuvent être infectés et peuvent infecter les autres, et donc potentiellement leur faire du mal. En ce sens, le cadre logique des vaccinations de masse contre le COVID au nom de la “vulnérabilité” est contre-productif.”

Le récit de «Social Care» concerne la consolidation du pouvoir

L’un des principaux messages à retenir de l’article de Lange est que ce paradigme de « protection sociale » et de « responsabilité envers les autres » est un stratagème utilisé pour consolider le pouvoir. Dans ses mots : 7

“En somme, la prétention de ‘protéger les vulnérables’ est la demande plus ou moins directe de céder à la privation de droits politiques sous le couvert de l’honorable projet de soins… Le projet politique de la gauche de ‘protéger les vulnérables’ n’est rien d’autre qu’un autoritarisme de façade.”

Les autoritaires ne se soucient pas vraiment des gens et de leur santé. N’importe qui peut s’en rendre compte simplement en analysant leurs actions plutôt que leurs paroles. Ils se soucient de contrôler les gens comme un moyen d’acquérir plus de pouvoir. Bien sûr, plus ils obtiennent de pouvoir, plus ils ont besoin de vous contrôler, de peur que vous ne vous leviez et les priviez de ce pouvoir.

L’appel caractéristique des régimes autoritaires et totalitaires est de “servir le plus grand bien” en sacrifiant l’individualité. Tout tourne autour du collectif. Il n’y a pas de place pour l’individualité. Dans mon entretien avec le psychologue Mattias Desmet, il explique la psychologie du totalitarisme , et les conditions qui précèdent la montée des systèmes totalitaires.

Le même récit de “soin” est également utilisé pour soutenir “l’urgence climatique”. On nous dit maintenant que nous devons sacrifier notre niveau de vie parce que nous avons une responsabilité envers les autres et envers la terre. Nous devons maîtriser notre empreinte carbone personnelle parce que la pollution est mortelle, et si vous ne le faites pas, vous êtes – encore une fois – responsable d’une mort généralisée.

Alors que la pollution est une réalité à laquelle il faut s’attaquer, les solutions proposées par la cabale totalitaire sont une gigantesque arnaque conçue pour déresponsabiliser et contrôler tout le monde sauf ceux qui se trouvent tout en haut de la pyramide du pouvoir , tout en accomplissant peu en termes de production d’un environnement plus propre. .

Source

Traduit par PLEINSFEUX

close

Ne manquez rien !

Rejoignez les nouvelles de PleinsFeux.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !
En savoir plus dans notre politique de confidentialité

Translate »