Politique Internationale

Publié le 05 octobre, 2020 | par Equipe de Pleinsfeux

0

LES EAUX DANGEREUSES DE LA MÉDITERRANÉE

Par Dr. George N.Tzogopoulos – Le 23 septembre 2020

Les eaux méditerranéennes restent une source de désaccord et, parfois, de danger.

RÉSUMÉ ANALYTIQUE : Les agendas nationaux de la Grèce et de la Turquie continuent de s’affronter en Méditerranée.  Même si la Turquie suspend ses explorations au sud de l’île grecque de Kastelorizo à moyen terme, il sera difficile pour les deux de mener un dialogue bilatéral productif.  L’idée européenne d’un sommet multilatéral de tous les pays de la Méditerranée orientale est plus prometteuse, mais pas encore concrète.  Israël soutient le droit de la Grèce de délimiter son plateau continental et favorise la coopération régionale en tant que membre du East Med Gas Forum (EMGF), mais comprend qu’en l’état actuel des choses, la possibilité d’une percée est limitée.

Dans un article récent de Bloomberg, James Stavridis a fait valoir que « les eaux les plus dangereuses du monde se trouvent en Méditerranée ».  Bien que cette affirmation soit discutable (les tensions dans la Mer de Chine méridionale semblent plus inquiétantes), peu de gens seraient en désaccord sur le fait que des dangers existent en Méditerranée.

L’impasse actuelle entre la Grèce et la Turquie en Méditerranée orientale est révélatrice.  Depuis le début du mois d’août, le navire de recherche turc Oruc Reis mène des explorations dans les eaux revendiquées par Athènes et Ankara. Comme il n’y a pas d’accord entre les deux, les États-Unis utilisent leur approche typique de l’égalité des distances et qualifient ces eaux de « contestées ».  L’Orus Reis est rentré au port d’Antalya le 13 septembre, mais on ne sait pas combien de temps il y restera.

Israël, pour sa part, est aux côtés de la Grèce.  Le 12 août, il a exprimé son plein soutien et sa solidarité avec la Grèce dans ses zones maritimes et son droit de délimiter sa zone économique exclusive (ZEE).  Contrairement à Israël et à Chypre, cependant, la Grèce n’a pris que récemment des mesures concrètes à cet égard.  À la suite de l’accord de novembre 2019 sur les zones maritimes entre la Turquie et la Libye, la Grèce s’est engagée dans une tentative de protéger ses droits souverains, même tardivement.

Pendant de nombreuses années, les gouvernements grecs ont reporté des décisions difficiles, malgré l’augmentation continue de la Turquie dans le voisinage.  Les vœux pieux et l’inertie ont transformé des problèmes graves en problèmes potentiellement graves.  De toute évidence, la crise économique, produit d’une mauvaise administration au niveau national, ne pouvait qu’avoir un effet sur les politiques étrangère et de défense.

Le gouvernement grec conservateur arrivé au pouvoir en juillet 2019 a signé deux accords maritimes en réponse aux actions turques : Le premier avec l’Italie en juin 2020 et le second (et plus important) avec l’Égypte en août.  Les zones de l’accord gréco-égyptien se croisent avec celles de l’accord turco-libyen.  Au moment d’écrire ces lignes, les explorations de l’Oruc Reis n’ont pas violé les zones marquées dans l’accord gréco-égyptien, mais ses explorations au sud de Kastelorizo remettent en question la position grecque traditionnelle façonnée par le droit international qui stipule que les îles ont droit à une ZEE et à une zone continentale.  La Turquie n’est pas d’accord et plaide pour une délimitation fondée sur l’équité.  Ce faisant, il provoque la Grèce pour prédisposer la communauté internationale à accepter son argumentation.

Les naissains de délimitation en Méditerranée orientale ne sont pas inhabituels. Israël et le Liban, par exemple, ont un différend frontalier maritime non résolu. De plus, l’accord maritime gréco-égyptien est partiel et ne couvre pas toutes les îles (comme Rhodes) car le Caire a décidé de naviguer entre la position d’Athènes et d’Ankara.  Quand Ankara a annoncé qu’elle « n’autoriserait aucune activité dans la zone en question », le ministère égyptien des Affaires étrangères a tweeté sa surprise que de telles déclarations et allégations étaient émises par une partie qui ne connaissait pas les détails de l’accord.

La description du problème est beaucoup plus simple que sa solution.  Un dialogue entre la Grèce et la Turquie a été suggéré par des médiateurs tels que les États-Unis et l’Union Européenne, ainsi que par des membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies en Chine et en Russie.  Cependant, la Grèce est prête à ne discuter que de la question des zones maritimes, tandis que l’ordre du jour d’Ankara englobe des questions qu’Athènes ne peut accepter, comme la démilitarisation de plusieurs îles grecques de la mer Égée.  Pour la Grèce, tout ce qui est menacé n’est pas démilitarisé.  L’invasion turque de Chypre en 1974 décrit de façon dramatique la menace.

La situation semble être dans une impasse.  L’Union Européenne dépend de la Turquie sur plusieurs questions, telles que la gestion de la crise des réfugiés, et a reporté à plusieurs reprises des sanctions attendues depuis longtemps.  Même si certaines sanctions sont finalement mises en vigueur, leur impact sera limité. L’Oruc Reis a mené ses recherches sans interruption en Méditerranée orientale sans tenir compte des déclarations douces émises par l’Europe.  De plus, le président Donald Trump, qui a remporté des succès en matière de politique étrangère au Moyen-Orient et dans les Balkans, n’a pas réussi dans un premier temps à réduire les tensions après ses conversations téléphoniques avec le Premier ministre Mitsotakis et le président Erdogan.  La Russie, qui entretient de très bonnes relations avec la Turquie, pourrait être disposée à contribuer à apaiser les tensions, si on lui demande.

Sur le plan de la diplomatie publique, la Turquie menace la Grèce presque quotidiennement, ce qui augmente le risque d’un incident militaire.  (À la mi-août, la frégate grecque Limnos a accidentellement heurté le navire turc Kemal Reis, endommageant le côté droit de la poupe de ce dernier.)

Dans un scénario optimal, les activités de l’Oruc Reis seront gelées à moyen terme en réponse à la pression diplomatique des États-Unis et de l’Allemagne, même si ce qui suivra finalement reste obscur.  L’OTAN a été largement absente dans les tensions en Méditerranée, justifiant plutôt le commentaire de « mort cérébrale » du président français Emmanuel Macron.  L’OTAN mène des pourparlers techniques pour la déconfliction mais ne donne pas plus de détails.

Un dialogue multilatéral avec la participation des pays de la Méditerranée orientale et des courtiers extérieurs est une option qui semble viable mais qui doit être approfondie.  Le président du Conseil de l’Union Européenne, Charles Michel, s’est prononcé en faveur d’une conférence multilatérale.  L’existence du East Med Gas Forum (EMGF), une initiative qui inclut l’Égypte, Israël, la Grèce, Chypre, la Jordanie, l’Italie et l’Autorité palestinienne, souligne l’importance de la collaboration régionale entre les partenaires pour les questions énergétiques dans le bassin.  Cependant, l’ordre du jour de la conférence proposée par Michel doit être précisé.

Cela vaut également pour les pays susceptibles de participer.  Israël, par exemple, a déjà commencé à exporter du gaz naturel à partir de ses propres réservoirs et ne salue pas avec enthousiasme l’implication de l’Union Européenne dans les affaires du Moyen-Orient (cela est particulièrement vrai après la conclusion des accords d’Abraham).  En outre, la représentation du Liban, de la Libye et de la Syrie ainsi que de Chypre d’une manière qui satisferait à la fois Anastasiades et Erdogan pourrait faire échouer l’idée.

L’histoire ne suggère pas de raison d’être optimiste.  Les eaux méditerranéennes restent une source de désaccord et, parfois, de danger.

Source: Besa Center 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

Mots clés: , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Conférence 2020

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence à venir


Real Time Web Analytics