Nouvelles

Publié le 14 juillet, 2012 | par Pleins Feux

0

Les montagnes du Caucase : le territoire que la Russie aimerait bien oublier

Vous devez prendre un chemin poussiéreux étroit pour atteindre les petites maisons qui forment le village de Gimry, niché entre les crêtes déchiquetées du Daghestan, dans le nord du Caucase.

La plupart des gens dans ce village isolé ne réussissent qu’à survivre, mais certains, dont le propriétaire d’une grande maison neuve où je suis invité à déjeuner, ont trouvé des moyens pour s’enrichir. Mes hôtes comprennent le jeune fils du chef de village qui conduit une VW Touareg.

Assis dans la cour, de plusieurs sentiers qui se terminent par des vignes suspendues de raisins doux, les villageois blaguent entre eux sur les avantages de m’enlever pour obtenir une rançon. Plus tard, le journaliste local qui m’a escorté dans la montagne m’a dit de ne pas le prendre personnellement.

Dans cette province reculée, les enfants ne parlent que la langue avar locale et « Russie » signifie quelque chose d’autre. Mais, en dépit de son emplacement sur la bordure sud du vaste territoire du pays, le Caucase a joué un rôle central dans la Russie de Vladimir Poutine, et pour toutes les mauvaises raisons. Vladimir Poutine est arrivé à la présidence en lançant une guerre en Tchétchénie il y a une douzaine d’années, et a régulièrement exploité la menace du terrorisme pour consolider son pouvoir. Il se prépare maintenant pour revenir au Kremlin.

Les résidents de Gimry disent qu’ils adhèrent au Salafisme, une forme puritaine de l’Islam Sunnite. Ils dénoncent comme une trahison le Soufisme plus modéré qui régnait ici autrefois. Le bref de la loi russe ne fonctionne plus dans le village, disent-ils ; Mais plutôt, ils fonctionnent selon les règles de la Charia.

Le Salafisme est également pratiqué par les militants, qui lancent régulièrement des attaques meurtrières contre la police et les cibles militaires et civiles, telles que des magasins d’alcool. Mais, bien que tous les militants sont des Salafistes, pas tous les Salafistes sont des militants. Beaucoup de chefs spirituels utilisent la rhétorique des droits humains tout en condamnant le régime civil.

La violence s’est propagée de la Tchétchénie à un peu partout dans le Caucase il y a des années. Gimry a récemment subi plus d’un an d’isolement derrière un cordon militaire sous une « opération antiterroriste » en cours. Ceci a aidé à alimenter l’extrémisme ici.

Un homme âgé intervient pour décrire comment il a commencé. Les militants ont attiré son fils, un membre éminent du parlement du Daghestan, hors de sa maison en demandant à parler, puis, ils l’ont tiré à 62 reprises. Dokku Oumarov, un chef rebelle tchétchène, a plus tard pris le crédit pour avoir commandé sa mort.

Mais, si l’opération policière qui a suivi avait pour but de combattre l’extrémisme en abattant les rebelles, elle a fait le contraire. En plus de leurs perquisitions, les soldats ont abattu des abricotiers pour du carburant, ont volé du bétail et ont tué des résidents.

Une plus grande confrontation peut-être en route, disent les habitants. Dans un coin du village, les travailleurs construisent une grande madrassah qui est dite être en partie financée par de l’argent de «l’extérieur», peut-être de l’Arabie Saoudite, dont certains espèrent remplacera l’école publique locale. Les jeunes hommes quittent régulièrement leurs maisons pour aller « dans la forêt » pour rejoindre les groupes militants qui mènent hebdomadairement des attentats et des fusillades.

Deux jours avant ma visite, deux explosions à l’extérieur d’un magasin d’alcool ont tué un policier et blessé 60 civils à Makhatchkala, la capitale du Daghestan, sur les rives de la Caspienne. Debout à côté d’un bâtiment frappé par des obus sur le site de l’explosion, une locale affirme que le désir de vengeance n’est pas une excuse pour tuer des civils innocents. « Qu’avons-nous fait, de sorte que nous ayons à vivre dans la peur d’aller à l’extérieur tout le temps? » demande-t-elle. « Ces jeunes hommes sont endoctrinés ».

Une des principales sources de violence et de radicalisme dans le nord du Caucase est l’injustice, la corruption et l’absence criante d’un état russe. Ce sont les problèmes que Yunus-Bek Evkourov, un général de l’armée, a tenté de résoudre en Ingouchie, une petite république musulmane à quelques heures de route du Daghestan.

Le Kremlin a nommé Yunus-Bek Evkourov président de l’Ingouchie après que son prédécesseur corrompu et incompétent ait conduit la région au bord de l’effondrement. Un ancien officier militaire à la voix douce, Yunus-Bek Evkourov offre un contraste frappant avec les bureaucrates corrompus qui dirigent les choses dans tout le nord du Caucase. Il exhorte les forces de sécurité à contrôler leur brutalité et a personnellement supervisé la construction de nouvelles écoles.

Yunus-Bek Evkourov est respectée par une grande partie de la population très pauvre. « Ma tâche n’est pas de forcer en quelque sorte les gens à me suivre, mais, de montrer à tous nos bureaucrates que ce que nous faisons est pour eux, » a-t-il dit. Néanmoins, la corruption reste au sommet des plaintes locaux. Les statistiques officielles du chômage montrent en Ingouchie un taux de 57% de la population apte au travail, un drame national.

Si le Kremlin espère que Yunus-Bek Evkourov puisse vraiment réduire la violence dans la région, disent les habitants, il devrait lui donner le pouvoir sur les troupes et les services de sécurité qui agissent habituellement en toute impunité.

Yunus-Bek Evkourov m’a assuré que les forces de sécurité n’agissaient pas sans son approbation. C’est la responsabilité des parents de savoir ce que font leurs enfants, dit-il. « Nous recevons des informations que les jeunes hommes se réunissent dans des groupes secrets pour planifier des actes terroristes, mais leurs parents me disent qu’ils n’en savaient rien. »

De telles accusations ont mis en colère une mère dont le fils, un pieux huissier de justice, a été enlevé après que sa voiture ait été arrêtée par des hommes dans une fourgonnette sur une route principale en mai dernier. « Il a deux enfants et travaillait tous les jours », a-t-elle dit en sanglotant. « Nous avons des lois dans ce pays. S’il a vraiment fait quelque chose de mal, il devrait être accusé et jugé. Tout ce que je veux maintenant est simplement de savoir si mon enfant est vivant. »

D’autres sont devenus insensibles à la violence. Une jeune étudiante en médecine buvant du thé dans un café de Nazran affirme que même si elle trouve difficile d’accepter les décès parmi ses connaissances, « vous n’avez aucun autre choix que de continuer votre vie. » Bien que ce ne soit pas un secret depuis longtemps que Vladimir Poutine envisage de rester au pouvoir indéfiniment, la récente annonce qu’il sera de retour au Kremlin l’année prochaine a rendu les gens particulièrement déprimés.
Un jour après la dernière opération antiterroriste à l’extérieur de Nazran, qui a abouti à l’arrestation de six présumés militants, une femme âgée et sa fille ont décrit comment les « fédérés », les troupes du ministère de l’intérieur, ont défoncé la porte de leur maison pour fouiller l’intérieur. Aux protestations de la vieille femme, la réponse des soldats semblait résumer l’attitude du Kremlin : « Tais-toi, vieille femme, ici, nous faisons tout ce que nous voulons! »

http://www.economist.com/blogs/eastern-approaches/2011/10/travels-north-caucasus

Mots clés: , , , , , , , , ,



Comments are closed.

Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics