Les pilotes de la marine américaine sont perplexes quant à la raison pour laquelle le Pentagone montre si peu d’intérêt à découvrir exactement ce que sont réellement les ovnis récurrents

ovni_01

Partager avec les autres
pilotes-de-la-marine-des-etats-unis-deconcertes-assommes-pourquoi-le-pentagone-si-ininteresse-a-identifier-les-ovnis-uaps-phenomene-aerien-inexplique

MAINTENANT LA FIN COMMENCE

Par Geoffrey Grider

Malgré la fréquence des rencontres et la gravité du danger, il a fallu cinq ans à la Marine pour adopter une structure formelle de signalement des OVNIS au Pentagone.

Au cours des 13 dernières années, ici au NTEB, nous avons travaillé avec diligence pour vous apporter la vérité sur les ovnis, maintenant appelés UAP ou phénomène aérien inexpliqué, par le Pentagone des États-Unis. Nous vous avons montré comment, en 2019, quelques jours avant la pandémie, le Pentagone, sans mot d’explication, a déclaré que les OVNIS étaient réels , après un demi-siècle à le nier. Depuis ce temps, c’est parti pour les courses avec des quantités infinies de vidéos, d’audio et de témoignages sur les ovnis. Un seul problème, les pilotes de la Marine sont perplexes quant à la raison pour laquelle le Pentagone s’intéresse si peu à savoir qui pilote ces engins.

” Et comme il arriva aux jours de Noé , il en sera de même aux jours du Fils de l’homme.” Luc 17:26 (KJB)

Vous me connaissez tous, je suis un croyant de la Bible, et à cause de cela, je ne lutte même pas une minute à New York sur l’identité des pilotes de ces OVNIS, ces phénomènes aériens inexpliqués, je sais exactement qui pilote ces engins . Je crois que 99% de toutes les rencontres d’OVNIS sont des rencontres avec des anges déchus pour une “conduite du dimanche”. Bien sûr, certains d’entre eux pourraient être des drones, mais très peu. Mais permettez-moi de vous demander ceci, imaginons un instant que tous les OVNIS sont des drones, pourquoi notre gouvernement permet-il à des nations étrangères de nous faire cela ? Ce serait une violation massive de notre sécurité nationale s’il s’agissait de drones. En attendant, je vous recommande vivement de vous procurer un exemplaire d’ Empire Beneath the Ice and theGenesis 6 Giants de la librairie, ces deux livres vous donneront une excellente matière à réflexion.

Abasourdis par les OVNIS, les pilotes de chasse “exaspérés” reçoivent peu d’aide du Pentagone

DEPUIS LA COLLINE : En avril 2014, quatre aviateurs navals ont échappé de justesse à la catastrophe. Au moment où ils pénétraient dans un espace aérien hautement contrôlé pour un exercice d’entraînement, leurs deux avions de combat F/A-18F ont failli entrer en collision avec un objet volant non identifié (OVNI). À la frustration de dizaines de leurs collègues aviateurs, une telle quasi-catastrophe était inévitable. Pendant des mois avant et après l’incident, les équipages volant dans des zones d’entraînement «à usage exclusif» au large de la côte est des États-Unis ont fréquemment observé des objets inconnus présentant des caractéristiques de vol très anormales. Malgré le risque de collision posé par les OVNIS, les aviateurs n’avaient pas de mécanisme formel pour signaler les objets mystérieux.

Avec les alertes de sécurité aérienne comme seul recours, les aviateurs frustrés et leurs commandants ont noté que les ovnis constituaient « une grave menace pour l’aviation navale » et un « risque critique » pour la sécurité des vols. Quelques jours à peine avant l’incident d’avril 2014, le commandant exaspéré de l’escadron a écrit que « ce n’est qu’une question de temps avant que cela n’entraîne une [collision] en vol ». Quelques semaines plus tôt, le capitaine d’un autre escadron de la côte Est avait prévenu : “Je pense que ce n’est peut-être qu’une question de temps avant qu’un de nos avions F/A-18 n’ait une collision en vol.”

Malgré la fréquence des rencontres et la gravité du danger, il a fallu cinq ans à la Marine pour adopter une structure formelle de signalement des OVNIS. Le premier lot de ces rapports, fortement expurgés et ne couvrant que quelques mois en 2019, montre clairement que le gouvernement américain est confronté à un défi de taille.

Dans un incident d’OVNI , un aviateur a rapporté qu’il n’avait “jamais rien vu de tel auparavant”. Lors d’une autre rencontre, un aviateur “a remarqué un objet avec des caractéristiques de vol différentes de tout ce que j’avais vu dans mes années [expurgées] de [expurgé]” – impliquant une rencontre particulièrement anormale.

Pourtant, le rapport d’un autre pilote déclare qu ‘”elle n’avait jamais vu [expurgé] comme ça… [l’OVNI] n’a pas changé de position comme le ferait un avion et était trop haut pour être un navire.”

Pour les pilotes de chasse armés d’un ensemble de capteurs avancés, la confusion et la perplexité reflétées dans les rapports sont frappantes. Un aviateur “a eu du mal à expliquer [caviardé]”. Dans un autre incident, un pilote ne pouvait décrire un OVNI que “d’une voix perplexe” à la radio. Un autre aviateur a décrit un OVNI qui “semblait, aussi étrange que cela puisse paraître, être [expurgé]”.

L’ancien pilote de chasse de la Marine Ryan Graves  a servi avec les aviateurs impliqués dans la quasi-collision de 2014. Dans une interview, j’ai interrogé Graves – maintenant un ardent défenseur de la sécurité aérienne via une enquête scientifique sobre sur les ovnis – au sujet des rapports récemment publiés.

« Je vois de la frustration. Je vois de la confusion sur ce que [les aviateurs] voient », m’a dit Graves. “Ce n’est pas un langage normal [dans les rapports d’OVNIS]. Ce n’est pas comme ça qu’on fonctionne. »

Graves, il convient de le noter , n’est pas votre ancien pilote de chasse ordinaire. Seul membre de sa classe à l’école des aspirants-officiers sélectionné pour piloter des avions de chasse, Graves a progressé rapidement, effectuant sa première mission de combat moins de deux semaines après avoir terminé sa formation. Jumelé à un officier des systèmes d’armes, Graves faisait partie de seulement deux ou trois équipages d’un escadron de chasse de la Marine sélectionnés comme contrôleurs aériens avancés aéroportés. Peu de temps après, il faisait partie des deux seuls équipages de toute son aile aérienne sélectionnés pour contrôler des missions ultra-sensibles sauvant du personnel ami d’un territoire hostile. Pour couronner le tout, Graves est devenu le chef des transmissions d’atterrissage de son escadron et, après une formation pratique rigoureuse, a servi comme officier de la sécurité aérienne.

Sans surprise, Graves prend au sérieux les atermoiements du Pentagone sur les ovnis – et personnellement. “J’ai perdu environ un ami par an en moyenne pendant que j’étais dans la Marine. … C’est une entreprise dangereuse. Penser que nous ajoutons plus de danger sans raison est bizarre », m’a dit Graves. Pour Graves, huit années d’inaction relative du gouvernement depuis la quasi-collision de son escadron en 2014 « sont inacceptables. C’est une démonstration d’ignorer les besoins de leurs opérateurs. C’est la ligne de fond.

Se référant à une récente audience du Congrès sur les ovnis, Graves a insisté sur ce point, en me disant : “Lors de la dernière audience, il a été présenté comme : ‘Nous ne savons pas ce que sont ces [objets], mais tout est sous contrôle.’ … ‘Hé, regarde cette vidéo ; ça ressemble un peu à un ballon.

«Cela, je le sentais, était malhonnête. Surtout quand on considère le langage que les aviateurs utilisent dans les [rapports d’OVNI déclassifiés] », a déclaré Graves. LIRE LA SUITE

Des pilotes de la marine décrivent des rencontres avec des ovnis

Now The End Begins est votre défense de première ligne contre la marée montante des ténèbres dans les derniers jours avant l’enlèvement de l’Église.

Source

Traduit par PLEINSFEUX

close

Ne manquez rien !

Rejoignez les nouvelles de PleinsFeux.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !
En savoir plus dans notre politique de confidentialité


Translate »