LES VERROUILLAGES CONTRE LA COVID-19

LES VERROUILLAGES CONTRE LA COVID-19

Partager avec les autres
Table des matières

Les verrouillages n’ont réduit le taux de mortalité lié au COVID-19 que de 0,2%, selon une étude : « Les verrouillages doivent être rejetés d’emblée. »  L’étude de l’Université Johns Hopkins a également révélé que les commandes d’abris sur place réduisaient la mortalité par COVID-19 de 2,9%.

Par Paul Best – Le 2 février 2022

Les verrouillages au cours de la première vague de COVID-19 au printemps 2020 n’ont réduit la mortalité par la COVID-19 que de 0,2% aux États-Unis et en Europe, selon une méta-analyse de plusieurs études de l’Université Johns Hopkins.

« Alors que cette méta-analyse conclut que les confinements ont eu peu ou pas d’effets sur la santé publique, ils ont imposé d’énormes coûts économiques et sociaux là où ils ont été adoptés », ont écrit les chercheurs.     « En conséquence, les politiques de confinement sont mal fondées et doivent être rejetées en tant qu’instrument de politique pandémique ».

Les chercheurs, le professeur d’économie de l’Université Johns Hopkins, Steve Hanke, le professeur d’économie de l’Université de Lund Lars Jonung et le conseiller spécial du Centre d’études politiques de Copenhague, Jonas Herby, ont analysé les effets des mesures de verrouillage telles que les fermetures d’écoles, les fermetures d’entreprises et les mandats de masque sur les décès de la COVID- 19.

« Nous trouvons peu ou pas de preuves que les confinements obligatoires en Europe et aux États-Unis ont eu un effet notable sur les taux de mortalité liés à la COVID-19 », ont écrit les chercheurs.

A man crosses an empty expressway during a complete lockdown amid growing concerns of coronavirus on March 24, 2020.

Les chercheurs ont également examiné les ordonnances de refuge sur place, constatant qu’elles réduisaient la mortalité due au COVID-19 de 2,9%. 

Des études qui n’ont examiné que les commandes d’abris sur place ont révélé qu’elles réduisaient la mortalité par la COVID-19 de 5,1%, mais des études qui ont examiné les commandes d’abris sur place ainsi que d’autres mesures de verrouillage ont révélé que les commandes d’abris sur place augmentaient en fait la  mortalité à cause de la COVID-19 de 2,8%.

Les chercheurs ont conclu que la limitation des rassemblements peut avoir en fait augmenté la mortalité due au COVID-19.

« Les commandes de refuge sur place peuvent isoler une personne infectée à la maison avec sa famille où elle risque d’infecter les membres de la famille avec une charge virale plus élevée, provoquant une maladie plus grave », ont écrit les chercheurs.

« Mais souvent, les fermetures ont limité l’accès des personnes à des endroits sûrs extérieurs tels que les plages, les parcs et les zoos, ou ont inclus des mandats de masque extérieur ou des restrictions strictes de rassemblement en plein air, poussant les gens à se rencontrer dans des endroits moins sûrs intérieurs. »

Les chercheurs ont également examiné des études axées sur des mesures de verrouillage spécifiques et ont constaté que la seule intervention qui réduisait la mortalité due à la COVID-19 était la fermeture d’entreprises non essentielles, ce qui réduisait la mortalité de 10,6%, mais cet effet était probablement dû à la fermeture des bars.  

A man living on the streets displays what he says is the synthetic drug fentanyl in the Tenderloin section of San Francisco, California.

Les chercheurs ont également souligné d’autres conséquences involontaires des fermetures, telles que la hausse du chômage, la réduction de la scolarisation, une augmentation des incidents de violence domestique et une augmentation des surdoses de drogue. 

De mai 2020 à avril 2021, les États-Unis ont enregistré 100.306 décès par surdose de drogue, soit une augmentation de 28,5% par rapport aux 78,056 décès enregistrés au cours de la période de 12 mois précédente, selon les données du CDC.

Une étude de la Commission nationale sur la COVID-19 et la justice pénale l’année dernière a révélé que les incidents de violence domestique avaient augmenté de 8,1% aux États-Unis après l’émission d’ordonnances de verrouillage. 

A sign taped to the front door of Pulaski International School of Chicago reads, 'School Closed,' after Chicago Public Schools, the nation's third-largest school district, said it would cancel classes.

Environ 97% des enseignants américains ont déclaré que leurs élèves avaient subi une perte d’apprentissage pendant la pandémie de coronavirus, selon une enquête d’Horace Mann, l’année dernière.

Le taux de chômage a culminé à 14,8% à l’échelle nationale en avril 2020, mais, est tombé à 3,9% en décembre, ce qui est toujours légèrement supérieur au taux de 3,5% auquel il était en février 2020.

« Ces coûts pour la société doivent être comparés aux avantages des confinements, dont notre méta-analyse a montré qu’ils sont au mieux marginaux », ont écrit les chercheurs de l’étude de l’Université Johns Hopkins.

« Un tel calcul standard des avantages-coûts conduit à une conclusion solide : Les confinements doivent être rejetés d’emblée en tant qu’instrument de politique pandémique ».

Le président Biden s’est engagé à se concentrer sur les tests et les vaccinations pour atténuer la propagation du COVID-19 au lieu des verrouillages qui ont caractérisé la première partie de la pandémie. 

« Cela n’inclut pas les fermetures ou les verrouillages, mais, des vaccinations et des rappels à grande échelle et beaucoup plus de tests », a déclaré Biden en décembre à propos de ses plans d’hiver pour lutter contre la pandémie.

Plusieurs villes et états du pays ont toujours des mandats de masques, un apprentissage à distance et d’autres mesures mises en place.

Source

Traduit par Pleinsfeux

close

Ne manquez rien !

Rejoignez les nouvelles de PleinsFeux.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !
En savoir plus dans notre politique de confidentialité


Translate »