Politique américaine

Publié le 13 novembre, 2020 | par Equipe de Pleinsfeux

0

L’INCONVÉNIENT DE LA DÉMOCRATIE

Par Ron Matsen – Le 1 novembre 2020

Tout au long de l’histoire de l’homme, il y a eu deux formes fondamentales de gouvernement public :

  1. Règle par l’élite (monarchie, aristocratie, oligarchie) et

  2. Règle par le peuple (démocratie).

Les trois formes fondamentales de démocratie sont : Démocratie directe où le grand public vote sur chaque question de droit et de gouvernance ; Démocratie représentative (également appelée démocratie parlementaire) où les représentants sont élus par le public et votent à leur tour sur toutes les questions de droit et de gouvernance ; Et Démocratie présidentielle (également connue sous le nom de démocratie autoritaire) où un individu est élu par le public et établit à son tour toutes les lois et questions de gouvernance.

La doctrine de la démocratie

Au cœur de l’idée de démocratie se trouve la doctrine de la souveraineté populaire.  La souveraineté populaire signifie simplement que la majorité des électeurs savent ce qui est le mieux pour tout le monde.  Mais, comme le dit le proverbe « la démocratie, ce sont deux loups et un agneau qui votent pour savoir quoi manger pour le déjeuner ».  En d’autres termes, la démocratie est excellente tant que vous partagez le même sentiment que la majorité.

Le rêve de la démocratie

À sa sortie de la Convention constitutionnelle des États-Unis d’Amérique, Benjamin Franklin a été approché par un groupe de citoyens demandant quelle sorte de gouvernement les délégués avaient créé.  Sa réponse a été : « Une république, si vous pouvez la garder ».  Une république signifie simplement une forme de gouvernement dans laquelle le pays est considéré comme une affaire publique.  Par conséquent, les auteurs du système américain de gouvernement fédéral ont accru le rôle de la participation du public en mettant en œuvre une forme représentative de démocratie avec des freins et contrepoids.  Les pères fondateurs de cette forme naissante d’administration fédérale savaient que permettre au grand public de diriger la création des lois qui les régiraient était une entreprise risquée.  Par conséquent, ils ont fourni un ensemble de principes fondamentaux connus sous le nom de Constitution qui ont donné un cadre pour la législation publique avec l’espoir que ce nouveau processus expérimental serait finalement régi par des personnes qui seraient elles-mêmes gouvernées par des absolus bibliques.  En réalité, le processus démocratique ne se joue qu’à la surface de la société tandis que les forces brutes de la politique sale forment le courant sous-jacent qui, en fin de compte, élabore des lois et assure la gouvernance.

La tromperie de la démocratie

Aujourd’hui, il est très populaire pour divers groupes d’exprimer avec véhémence leurs points de vue dans le but d’obtenir l’acceptation du public et finalement d’être présentés comme l’opinion majoritaire.  Dans certains cas, une majorité en volume peut constituer une majorité d’opinion car les cris de la minorité étouffent leur opposition.

Nous voyons que l’expression de la « volonté populaire » peut créer une cacophonie de voix discordantes, laissant beaucoup de personnes perplexes quant à la véritable signification de la règle de la majorité.  Dans bien trop d’endroits à travers le monde aujourd’hui, l’expression de la « volonté populaire » n’est rien de plus que le déchaînement de passions personnelles qui ont peu ou pas de souci du bien de la société dans son ensemble.  Il peut même créer et promouvoir des politiques génocidaires envers ceux qui n’ont pas voix au chapitre dans le processus démocratique.  La triste fin de la démocratie est l’anarchie où des factions rivales éclatent le tissu de la société afin de gagner leurs propres moyens égoïstes.  En fin de compte, le processus démocratique ne se transforme en rien d’autre qu’une horrible forme de tyrannie initiée et appliquée par la majorité.

Les médias et la démocratie

Pour que la démocratie fonctionne, vous devez avoir au moins trois ingrédients clés :

  1. Une volonté de faire ce qui est juste ;
  2. Une démission au résultat final du processus démocratique ; et
  3. Un large accès public à une connaissance impartiale des faits et des circonstances connexes sur lesquels le processus démocratique va se pencher.

Malheureusement, nous vivons aujourd’hui dans un monde rempli d’agences de presse toxiques qui servent leur opinion en remplacement de l’information. Plutôt que d’informer le public, ils semblent totalement axés sur la formation de l’opinion publique.

Par conséquent, le public moderne est pris dans un bourbier de fausses nouvelles, de photos/vidéos trafiquées et de manie de conspiration.  Dans ce monde de surabondance d’informations, les extraits sonores remplacent la logique sonore et les slogans criards remplacent le dialogue ouvert et le débat significatif.  Au milieu de toute cette confusion, les gens semblent assez heureux de prendre des décisions résolues en se basant sur rien de plus qu’une représentation de personnages de caricature de certaines questions très compliquées.

L’effet darwinien sur la démocratie

Récemment, une troisième forme de gouvernement social est apparue : 3. La règle par l’individu.  Évoluant à partir de la pensée parentale de la «volonté populaire», elle repose sur les principes fondamentaux de la souveraineté personnelle et de la vérité personnelle.  Bien qu’elle se propage le plus rapidement dans le sol futile du mouvement anarchiste, elle trouve racine dans la société dominante.  Dans ce monde hostile aux agendas violemment concurrents, la courtoisie commune est piétinée sous les pieds des opposants.  C’est là que le credo de la « survie du plus fort » est la motivation directrice qui permet le darwinisme social.  Par conséquent, ce type de démocratie de type darwinien ouvre une pente glissante pour que la société plonge sans cesse vers le bas.  La Bible nous dit qu’en fin de compte, la démocratie (l’autodétermination) est l’agent de la destruction sociale et personnelle.

Le désastre de la démocratie

Sur une pancarte à l’extérieur d’Auschwitz, la célèbre citation de George Santayana est un rappel puissant que « ceux qui ne se souviennent pas du passé sont condamnés à le répéter ».  Le récit biblique de la nation d’Israël est un excellent point de départ lorsqu’il s’agit d’acquérir à la fois une perspective historique et une vision prophétique de l’époque dans laquelle nous vivons.  La nation d’Israël a été fondée sur un nouveau type de gouvernement public basé sur la loi de Dieu.  Cela permettait à chaque personne de diriger sa propre vie selon un seul standard divin.  Le fait unificateur n’était pas le peuple, mais les lois que Dieu leur avait données de suivre.  Le livre de Josué se termine par cette dernière exhortation, « Maintenant, craignez l’Éternel, et servez-le avec intégrité et fidélité.  Faites disparaître les dieux qu’ont servis vos pères, de l’autre côté du fleuve et en Égypte, et servez l’Éternel.  Et si vous ne trouvez pas bon de servir l’Éternel, choisissez aujourd’hui qui vous voulez servir, ou les dieux que servaient vos pères au delà du fleuve, ou les dieux des Amoréens dans le pays desquels vous habitez.  Moi et ma maison, nous servirons l’Éternel. » (Josué 24:14-15)  Le chapitre se termine ensuite en déclarant,  « Israël servit l’Éternel pendant toute la vie de Josué, et pendant toute la vie des anciens qui survécurent à Josué et qui connaissaient tout ce que l’Éternel avait fait en faveur d’Israël.»(Josué 24:31)  Malheureusement, sans les mains directrices de ces dirigeants pieux, la nation d’Israël s’est rapidement éloignée et est devenue comme les nations qui les entouraient.

« Toute cette génération fut recueillie auprès de ses pères, et il s’éleva après elle une autre génération, qui ne connaissait point l’Éternel, ni ce qu’il avait fait en faveur d’Israël. (Juges 2:10-11)

Finalement, Israël a ignoré le Dieu qui les avait sauvés de l’esclavage en Égypte et est devenu lui-même le serviteur des dieux des Cananéens.

Lorsque vous examinez le Livre des Juges, vous êtes constamment frappés par les images de personnes qui sont si déterminées à suivre leurs propres désirs qu’ils se retrouvent à plusieurs reprises pris au piège de leurs appétits et ensuite réduits en esclavage par leurs ennemis.  Au chapitre 17, on nous dit : « En ce temps-là, il n’y avait point de roi en Israël.  Chacun faisait ce qui lui semblait bon. »  Ainsi, pour le reste du Livre des Juges, vous lisez la dépravation croissante d’une nation qui n’a pas de place pour le conseil ou la correction de Dieu.  Ici, je crois que nous avons une image parfaite du désastre de la démocratie lorsque le peuple a perdu sa boussole morale.

Un parallèle prophétique

Nous vivons maintenant à une époque où universellement on peut dire, sans crainte de contradiction, « qu’une autre génération se leva après eux, qui ne connaissait pas le Seigneur (le Dieu de la Bible) » et « chacun a fait ce qui était juste à ses propres yeux ».  Par conséquent, nous voyons maintenant la détresse, la maladie, la disparition et la destruction de la société moderne qui ont été promises par Dieu à Israël si celui-ci n’était pas fidèle à Ses commandements.

Mais, soyons justes ; La rébellion contre Dieu est un problème endémique qui a existé tout au long de l’histoire de l’humanité.  Avant le premier jugement global de Dieu, la condition du monde à cette époque ressemblait beaucoup à ce qu’elle est aujourd’hui.

« La terre était corrompue devant Dieu, la terre était pleine de violence.  Dieu regarda la terre, et voici, elle était corrompue ; Car toute chair avait corrompu sa voie sur la terre.  Alors Dieu dit à Noé : La fin de toute chair est arrêtée par devers moi ; Car ils ont rempli la terre de violence ; Voici, je vais les détruire avec la terre. » (Genèse 6:11-13)

Jésus nous a donné un aperçu prophétique important de la fin des temps quand il a dit : « Et comme il en était aux jours de Noé, il en sera de même aussi aux jours du Fils de l’homme. »  Jésus poursuit :

« Et Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient à lui jour et nuit, et tardera-t-il à leur égard ?  Je vous le dis, il leur fera promptement justice.  Mais, quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » (Luc 18:7-8)

De toute évidence, Jésus prédisait un monde principalement corrompu qui serait hostile à l’Évangile.  On dirait que c’est aujourd’hui, n’est-ce pas ?

Le plan d’action pour l’Église

Si nous remontons au moment où la nation d’Israël a commencé à adopter un comportement destructeur, nous pouvons constater une influence précédente importante.

« Israël servit l’Éternel pendant toute la vie de Josué, et pendant toute la vie des anciens qui survécurent à Josué et qui connaissaient tout ce que l’Éternel avait fait en faveur    d’Israël. »  (Josué 24:31)

Ces premiers anciens d’Israël étaient une source constante d’instruction et de correction qui servait à guider le peuple dans les voies de la volonté de Dieu.

En termes simples, le cœur du problème de l’homme est au cœur de l’homme. Si le cœur de l’homme est tourné vers Dieu, alors la justice règne, mais si le cœur de l’homme se détourne de Dieu, alors le salaire du péché est payé intégralement.  Pour contrebalancer un monde devenu fou, Jésus a dit à ses disciples :

« Vous êtes le sel de la terre.  Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on ?  Il ne sert plus qu’à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes. » (Matthieu 5:13)

Jésus a continué en disant,

« Vous êtes la lumière du monde.  Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. »  (Matthieu 5:14)

La prévention de la putréfaction est la purification.  L’obscurité ne peut pas survivre là où la lumière existe.  Fournir ces influences purificatrices devrait être la fonction première de l’Église aujourd’hui.

Les disciples de Jésus au premier siècle ont fait face à une société à prédominance hédoniste qui n’était pas trop différente de ce que nous voyons aujourd’hui.  Confrontée à de nombreuses cultures païennes différentes, à des philosophies grecques, à la corruption politique et à l’excès romain, l’Église primitive se concentrait sur son objectif premier qui était « d’aller dans le monde entier et de prêcher l’Évangile à chaque créature » L’Église primitive n’a pas formé d’armée, ni promu de parti politique, ni dilué de quelque manière que ce soit ses efforts pour remplir pleinement sa grande mission. Si vous voulez voir un changement dans le monde qui vous entoure, commencez par une Bonne Nouvelle qui va droit au cœur.

Un épilogue apostolique

À la fin de sa vie l’apôtre Paul était en prison où il était entouré de la réalité de sa propre mort imminente.  L’injustice, le chaos social et la corruption politique étaient partout.  Pourtant, au milieu de ces temps terribles, il a écrit sa dernière lettre à Timothée dans laquelle il déclare :

« Je t’en conjure devant Dieu et devant Jésus-Christ, qui doit juger les vivants et les morts, et au nom de son apparition et de son royaume, prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non, reprends, censure, exhorte, avec toute douceur et en instruisant.  Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine ; Mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables.  Mais toi, sois sobre en toutes choses, supporte les souffrances, fais l’œuvre d’un évangéliste, remplis bien ton ministère. »  (2 Timothée 4:1-5)

Source : KHouse 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

Mots clés: , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Conférence 2020

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence à venir


Real Time Web Analytics