Bruit de guerre

Publié le 01 mars, 2019 | par Equipe de Pleinsfeux

0

L’INDE SE PRÉPARE À LA GUERRE

14.000 bunkers sont construits le long de la frontière pakistanaise tandis que les nations préparent leurs armées et Islamabad évoque le spectre d’une guerre nucléaire, en disant à l’Inde « qu’un meilleur sens » est nécessaire pour éviter les conflits.

  • Les forces armées pakistanaises affirment avoir abattu deux avions de l’armée de l’air indienne au-dessus de son territoire du Cachemire.
  • L’Inde a déclaré avoir abattu un avion de combat pakistanais F-16 dans la région de Jammu, occupée par les Indiens du Cachemire.
  • Un pilote de l’armée de l’air indienne capturé au Cachemire pakistanais a défilé devant des caméras avant d’avoir les yeux bandés.
  • Une attaque aérienne indienne dans la région de Balakot au Pakistan mardi en représailles de l’attentat suicide du 14 février.
  • New Delhi affirme qu’un « très grand » nombre de militants islamistes djihadistes ont été tués lors des frappes aériennes de mardi.
  • Le Pakistan a reproché à l’administration Trump de créer des tensions croissantes en ne condamnant pas la frappe aérienne indienne.
  • Islamabad a déclaré qu’ils n’avaient « aucune intention d’escalade, mais qu’ils étaient tout à fait disposés à le faire s’ils étaient forcés ».
  • Des bunkers d’une valeur de 45 millions de livres sont construits pour la population indienne afin de les empêcher de fuir terrorisés par les bombes.

Par Sara Malm – Le 27 février 2019

L’Inde se prépare à la guerre avec la construction de 14.000 bunkers destinés à protéger les familles à la frontière pakistanaise, alors qu’Islamabad invoque le spectre d’un conflit nucléaire, affirmant qu’un « meilleur sens » est nécessaire pour l’Inde.

Un peu plus tôt dans la journée, le Pakistan et l’Inde ont déclaré avoir abattu leurs avions de guerre, provoquant une escalade dramatique de la confrontation dangereuse entre leurs rivaux dotés d’armes nucléaires.

Le Pakistan a déclaré avoir abattu deux avions à réaction indiens dans son espace aérien et capturé deux pilotes, qui ont ensuite été modifiés en un : Ils ont alors apparemment défilé, les yeux bandés et ensanglantés, pour la caméra.

Mardi soir, Islamabad a utilisé de l’artillerie de gros calibre pour bombarder 12 à 15 sites indiens, semant la panique parmi la population frontalière, où des bunkers sont construits à la hâte pour apaiser leurs craintes.

Le pilote abattu a été nommé aujourd’hui comme étant le commandant de l’escadrille Abhinandan Varthaman et a été vu dans une vidéo de ce qui semble être une entrevue sur une base aérienne pakistanaise, dans laquelle il refuse de révéler des informations sur sa capture, ou des ravisseurs.

La vidéo a été critiquée par l’Inde, qui l’a qualifiée de « vulgaire », en ajoutant qu’elle s’attendait à son « retour immédiat et en toute sécurité » dans un communiqué publié par le Ministère des Affaires Extérieures.

Plus tôt dans la journée, l’Inde a confirmé la perte d’un de ses avions et déclaré avoir abattu un avion de combat pakistanais, dans un conflit qui se déroulerait dans les cieux de la région contestée du Cachemire dans l’Himalaya.

En signe d’une aggravation de la crise, le Pakistan a fermé son espace aérien  « jusqu’à nouvel ordre ».  Au moins six aéroports ont été fermés en Inde et un vaste espace aérien au nord de New Delhi a été fermé aux vols civils.

Le Premier Ministre du Pakistan, Imran Khan, a exhorté à faire preuve de « sagesse et de bon sens » alors qu’il se préparait à des pourparlers avec les dirigeants indiens : « Si l’escalade commence ici, jusqu’où ira-t-elle ? »

« Pouvons-nous nous permettre une erreur de calcul avec le type d’armes que nous avons et que vous avez ? » a-t-il déclaré dans une déclaration télévisée après que les deux parties aient déclaré avoir abattu leurs avions de guerre.

« J’invite encore une fois l’Inde à s’asseoir à la table des négociations », a déclaré Khan, qui a appelé au dialogue avec New Delhi par le passé.

« Un meilleur sens devrait prévaloir », a-t-il ajouté, avant d’évoquer l’arsenal nucléaire des deux pays d’Asie du Sud.

Khan a également répété la déclaration antérieure de l’armée selon laquelle elle avait deux avions de l’armée de l’air indienne et que sa défense personnelle était sous leur garde.

L’ambassadeur du Pakistan aux États-Unis a déclaré que l’absence de condamnation par les États-Unis d’une frappe aérienne indienne dans son pays suscite de vives tensions entre les deux voisins.

L’Ambassadeur Asad Majeed Khan a déclaré mercredi à la presse à Washington que les États-Unis étaient « interprétés et compris comme un soutien de la position indienne, et que c’est ce qui les a encore plus enhardis ».

Il a déclaré que le Pakistan souhaitait un « dialogue » avec l’Inde, mais a indiqué que le Premier Ministre avait autorisé les forces armées pakistanaises à réagir de manière décisive et globale à toute agression.

Les autorités pakistanaises ont affirmé que le pilote était «bien traité», mais une vidéo de la capture du commandant d’escadrille Varthaman montre qu’il a été passé à tabac par des civils.

Malgré les règles de la Convention de Genève interdisant l’affichage public des prisonniers, l’armée a ensuite diffusé une vidéo de Varthaman en train d’être interrogé par les forces pakistanaises.  Elle le montre les yeux bandés, les pieds et les mains liés et du sang coulant sur son visage.

Le clip le montre avec son numéro matricule, 27981, et confirme qu’il est un « pilote aux commandes » et indique à ses ravisseurs qu’il est hindou.

Il demande s’il est sous la garde de l’armée pakistanaise, puis dit poliment à ses ravisseurs qu’il ne peut révéler aucune autre information.  Dans le clip, on l’entend dire : « Je suis désolé, monsieur, c’est tout ce que je suis censé vous dire ».

Varthaman n’est pas la première génération de sa famille à servir dans l’armée de l’air indienne, selon le Times of India.

Il suit les traces de son père Simhakutty Varthaman, ancien Air Marshal à la retraite et pilote hautement décoré.  Son identité a été largement relayée par les médias indiens et par le ministre pakistanais chargé des changements climatiques.

Le pilote capturé est également un père de deux enfants, rapporte le New Indian Express.

Dans sa déclaration publiée après la diffusion de la vidéo, le Ministère des Affaires Extérieures de l’inde a qualifié la descente de son avion « d’acte d’agression non provoqué commis par le Pakistan contre l’Inde ».

« Il est regrettable qu’au lieu de s’acquitter de son obligation internationale et de son engagement bilatéral de prendre des mesures crédibles contre les entités terroristes et les individus opérant de son territoire, le Pakistan ait agi de manière agressive contre l’Inde. »

« Il a été clairement indiqué que l’Inde se réserve le droit de prendre des mesures fermes et décisives pour protéger sa sécurité nationale, sa souveraineté et son intégrité territoriale contre tout acte d’agression ou de terrorisme transfrontalier. »

« L’Inde s’est également fermement opposée à la démonstration vulgaire par le Pakistan d’un membre de l’armée de l’air indienne blessé en violation de toutes les normes du droit international humanitaire et de la Convention de Genève.  Il a été clairement indiqué que le Pakistan aurait tout intérêt à veiller à ce que le personnel de la défense indienne sous sa garde ne subisse aucun préjudice. L’Inde attend également son retour immédiat et en toute sécurité. »

Des bombardements sur la ligne de contrôle fortement militarisée qui divise le Cachemire entre les deux pays d’Asie du Sud ont envoyé beaucoup de personnes chercher un abri mercredi, avant même que l’Inde et le Pakistan ne prétendent avoir abattu leurs avions de guerre, faisant craindre un conflit à outrance.

Cela a créé une « panique parmi la population », a déclaré Rahul Yadav, sous-commissaire du district de Poonch, une région reculée de l’État indien qui a subi certaines des attaques.

Les villageois indiens à la frontière ont déclaré qu’ils en avaient assez de fuir leur maison lorsque des tirs éclatent.

Certains ont vu des membres de leur famille être tués et le coût de laisser leur bétail et leurs cultures est trop lourd pour de nombreux agriculteurs pauvres.

Les ingénieurs du gouvernement ont déclaré que les travaux sur les structures souterraines en acier et en béton, qui pourraient coûter un total de 45 millions de livres, ont débuté en juin dernier, lorsque les relations entre leurs rivaux dotés d’armes nucléaires se sont détériorées.

Des responsables gouvernementaux et des entrepreneurs ont déclaré que des centaines de bunkers souterrains, avec leurs murs et leurs toits trois fois plus épais qu’une maison ordinaire et consommant dix fois plus d’acier, ont déjà été construits.

Du côté pakistanais de la frontière, la plupart des maisons construites après un cessez-le-feu en 2003 n’ont pas de bunkers, bien que le gouvernement pakistanais ait un programme pour en construire davantage.

Un certain nombre de personnes ont été tuées et blessées par des bombardements indiens ces derniers jours, et beaucoup se sont enfuies des zones frontalières, ont déclaré des responsables locaux.

Les dirigeants du monde entier, y compris le Royaume-Uni, les États-Unis, la Chine et l’Union Européenne, ont appelé à ce que des têtes plus froides règnent des deux côtés de la frontière du Cachemire.

La Première Ministre Theresa May a déclaré qu’elle était « profondément préoccupée par la montée des tensions entre l’Inde et le Pakistan », en ajoutant que le Royaume-Uni « appelait de toute urgence à la retenue des deux côtés afin d’éviter une nouvelle escalade ».

Le gouvernement, a-t-elle ajouté, était en contact régulier avec les deux parties, appelant instamment à « un dialogue et des solutions diplomatiques » pour assurer la stabilité régionale et collaborer avec des partenaires internationaux, y compris par le biais du Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies, afin de désamorcer les tensions et de rechercher comment tout ceci pourrait affecter les ressortissants britanniques.

Jeremy Corbyn, chef du parti travailliste, a déclaré : « Nous soutenons fermement le dialogue rapide entre l’Inde et le Pakistan afin de réduire le conflit, réduire les tensions et s’attaquer aux causes profondes du conflit avant que davantage de vies ne soient perdues ».

Dans une vidéo, le Ministre des Affaires Étrangères, Jeremy Hunt, a déclaré que l’Inde et le Pakistan étaient « de bons amis du Royaume-Uni », en ajoutant : « Aucune des deux parties ne veut voir cette situation s’aggraver davantage, mais cela nécessitera une retenue très critique dans les jours à venir, et nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour soutenir la désescalade des tensions qui se produisent en ce moment ».

Répondant à une question urgente de la Chambre des Communes sur la sécurité et la situation humanitaire au Jammu-et-Cachemire, le Ministre des Affaires Étrangères, Mark Field, a déclaré que le Royaume-Uni tentait « d’encourager la retenue et d’éviter l’escalade des tensions » des deux côtés, et a révélé qu’il devait se rendre en Inde jeudi matin, lors d’un voyage précédemment convenu, où il soulèvera la question avec des chiffres du gouvernement.

Le Secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a déclaré : « Nous encourageons l’Inde et le Pakistan à faire preuve de retenue et à éviter toute escalade », a-t-il déclaré à ses homologues des deux pays.

La chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a appelé mercredi l’Inde et le Pakistan à faire preuve de « la plus grande retenue » face à l’escalade de la confrontation face à la peur grandissante d’un conflit total entre ses rivaux dotés d’armes nucléaires.

« Nous attendons des deux pays qu’ils fassent preuve de la plus grande retenue et évitent toute nouvelle escalade de la situation », a déclaré Mogherini dans un communiqué publié aujourd’hui.

Mercredi, la Chine a de nouveau exhorté les deux parties à « faire preuve de retenue » et à rechercher le dialogue.

Un porte-parole de l’armée pakistanaise a déclaré qu’un des avions indiens abattus était tombé dans le Cachemire sous contrôle pakistanais, tandis que l’autre était tombé du côté indien de la frontière de facto fortement militarisée divisant le territoire.

« Nous ne voulons pas d’escalade, nous ne voulons pas aller à la  guerre », a déclaré lors d’une conférence de presse le général Asif Ghafoor, appelant à des pourparlers avec New Delhi.

Un des pilotes capturés était en garde à vue et l’autre à l’hôpital, a-t-il déclaré.

Asif Ghafoor a déclaré que les avions avaient été abattus après que des avions pakistanais eurent survolé la ligne de contrôle, la frontière de facto au Cachemire, du côté indien lors d’une démonstration de force, frappant des cibles non militaires, y compris des entrepôts d’approvisionnement.

Par la suite, les deux avions indiens ont traversé la frontière dans l’espace aérien pakistanais.

« Les forces aériennes pakistanaises étaient prêtes, elles les ont engagées, il y a eu un engagement.  En conséquence, les deux avions indiens ont été abattus et l’épave de l’un d’eux est tombée de notre côté, tandis que l’épave de l’autre est tombée de leur côté », a-t-il déclaré.

Il a démenti les informations initiales selon lesquelles un avion pakistanais aurait été abattu, en affirmant que les comptes qu’un F-16 avaient été perdus étaient incorrects car aucun d’entre eux n’avait été utilisé dans l’action.

Plus tard, le porte-parole du Ministère des Affaires Étrangères de l’Inde, Rajeesh Kumar, a annoncé qu’un avion à réaction pakistanais avait été touché alors qu’il participait à une opération « visant les installations militaires du côté indien ».

« L’avion pakistanais a été aperçu par les forces terrestres tombant du ciel du côté pakistanais », a-t-il déclaré lors d’un point de presse.

« Dans cet engagement, nous avons malheureusement perdu un Mig-21.  Le pilote est absent en action.  Le Pakistan a affirmé qu’il était sous leur garde. »

Tanattar Singh, un homme fragile de 75 ans du village de Chachwal, a déclaré que sa fille avait été tuée en 2002 après avoir été touchée par une balle juste devant leur maison, entourée de champs de blé près d’une tour de guet.

« Les coups de feu pourraient se reproduire et nous savons qu’il y a des risques de vivre si près de la frontière », a déclaré Singh, alors qu’il observait avec d’autres anciens la terre creusée pour la construction d’un bunker pour une des 400 familles du village.

« Mais que pouvons-nous faire ?  Nous ne pouvons pas quitter définitivement le village comme le font certains riches. »

Shravan Kumar, dont les champs de blé et de moutarde longent les barbelés, a exhorté le Premier Ministre de l’Inde, Narendra Modi, à faire davantage pour mettre fin aux bombardements fréquents, en affirmant que seule une répression sévère du militantisme au Cachemire pourrait « briser le dos du Pakistan ».

« J’ai dû fuir ma maison quatre fois en décembre seulement », a déclaré Kumar, âgé de 60 ans et père de trois enfants.  « Pouvez-vous imaginer les conséquences négatives sur nos familles ?  Les bunkers ne sont pas une solution, pas plus que cette politique « d’une frappe ici, une frappe là ».  Finissez le militantisme au Cachemire, et cela se terminera.

Ces incidents sont les derniers d’une dangereuse séquence d’événements entre les deux pays, dont les liens ont été mis à rude épreuve depuis un attentat-suicide perpétré le 14 février au Cachemire indien, qui a tué 40 soldats.

New Delhi avait promis d’agir, et, mardi, ses avions de combat ont pénétré dans l’espace aérien pakistanais et ont percuté un camp de Jaish-e-Mohammed (JeM), le groupe militant qui avait revendiqué l’attentat du Cachemire.

C’était la première frappe aérienne de l’Inde sur le sol pakistanais depuis la guerre entre ses voisins et la guerre en 1971, alors qu’ils n’avaient pas non plus d’armes nucléaires.

Islamabad, tout en niant que les attaques indiennes aient provoqué des dommages importants ou des victimes, a rapidement promis de prendre des mesures de représailles, alimentant ainsi les craintes d’un affrontement désastreux en Asie du Sud.

Plus tôt mercredi, le Ministre des Affaires Étrangères de l’Inde avait cherché à apaiser la situation en minimisant les attaques de mardi, en réitérant les affirmations indiennes selon lesquelles il s’agissait d’une attaque préventive contre (JeM) alors que le groupe planifiait de nouvelles attaques.

« L’Inde ne souhaite pas voir une nouvelle escalade de cette situation.  L’Inde continuera d’agir avec responsabilité et retenue », a déclaré Sushma Swaraj au cours de ses entretiens en Chine avec ses homologues de Beijing et de Moscou.

La confrontation représente la première grande crise de politique étrangère pour le Premier Ministre du Pakistan, Imran Khan, qui serait proche des puissants militaires et qui est arrivé au pouvoir l’année dernière en promettant de dialoguer avec New Delhi.

Le Pakistan a nié toute implication dans l’attentat du Cachemire du 14 février.

Alors que l’Inde a toujours accusé son voisin de soutenir des groupes extrémistes, le Pakistan a également nié avec véhémence tout rôle dans les attaques en Inde et dans son seul état à majorité musulmane, le Cachemire.

La région himalayenne est divisée entre l’Inde et le Pakistan depuis l’indépendance en 1947.  Ils ont mené deux de leurs trois guerres sur le territoire.

Auparavant, les États-Unis et d’autres membres de la communauté internationale ont agi pour désamorcer les tensions.

« Si j’étais à Washington, je passerais des coups de fil et j’indiquerais vouloir que les tensions soient désamorcées maintenant », a déclaré Moeed Yusuf, expert à l’Institut américain de la paix à Washington.

« Les risques de laisser jouer ce jeu sont trop grands. »

Plusieurs compagnies aériennes, notamment Emirates, Etihad et Qatar Airways, ont suspendu leurs vols à destination du Pakistan après la fermeture de son espace aérien sud-asiatique aujourd’hui, et des portails de suivi des vols ont montré que Singapore Airlines, British Airways et d’autres ont été contraints de rediriger leurs vols.

Les compagnies aériennes survolant l’Inde et le Pakistan vers l’Europe, le Moyen-Orient et l’Asie ont été perturbées et certains vols ont été acheminés via Mumbai, sur la côte ouest de l’Inde, afin de se diriger plus au sud et d’éviter l’espace aérien du Pakistan, a déclaré à Reuters un responsable du gouvernement indien.

Mark Martin, fondateur et directeur général de Martin Consulting India, a déclaré qu’environ 800 vols par jour empruntaient le corridor aérien Inde-Pakistan, ce qui le rendait « très critique ».

« Vous ne pouvez pas survoler la Chine, vous devez donc survoler le Pakistan et l’Inde et aller en Asie du Sud-Est et en Australie.  La majeure partie du trafic destiné à Bangkok et à Singapour devra survoler l’Iran et éventuellement faire un détour », a-t-il déclaré.

Qatar Airways a annoncé dans un communiqué qu’elle avait temporairement suspendu ses vols vers huit villes indiennes et pakistanaises « en raison de la situation à la frontière indo-pakistanaise » et que ses vols empruntant l’espace aérien indo-pakistanais pourraient être retardés en raison de leur ré-aiguillage de la zone.

Tous les vols reliant Kaboul à l’Inde ont été annulés jusqu’à nouvel ordre, tandis que la compagnie aérienne indienne Air India a annulé ses vols jusqu’à la première semaine de mars, a annoncé un responsable de la compagnie aérienne à Kaboul.

Source : Dailymail 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Mots clés: , , , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics