L’Occident continue de tourner le dos aux chrétiens persécutés

persecution_01

Partager avec les autres

Les autorités occidentales

semblent s’être engagées à discriminer les demandeurs d’asile chrétiens, tout en accueillant les musulmans.Plus récemment, l’Allemagne – qui a accueilli des millions de réfugiés du monde musulman, dont beaucoup d’Afghanistan, non contrôlés – a refusé l’asile à un Iranien converti au christianisme, connu sous les initiales “HH”, dont le beau-frère -law avaient été emprisonnés, torturés et tués après s’être convertis dans leur Iran natal. Selon un rapport du 2 août :

“Lorsque la demande d’asile de HH a été rejetée par l’Office fédéral des migrations et des réfugiés, il a fait appel devant le tribunal administratif de Greifswald. Mais le tribunal a rejeté la demande de HH, déclarant qu’il n’était “pas particulièrement probable” qu’un musulman décide de devenir chrétien. après que son beau-frère ait été torturé et tué et sa femme maltraitée. Il est plus probable “de supposer que les événements décrits, s’ils ont effectivement eu lieu, ont un effet dissuasif sur les tiers”, selon le tribunal administratif. ..”Récemment, la Cour européenne des droits de l’homme a refusé d’entendre Hassan. Il risque maintenant d’être expulsé vers un pays où les conversions peuvent être punies d’emprisonnement.”Discutant du cas de HH, une juriste d’ADF International (Alliance Defending Freedom), Lidia Rieder, a déclaré :”L’Iran est l’un des pays les plus dangereux au monde pour les chrétiens, et les convertis sont particulièrement menacés. L’année dernière, la persécution religieuse s’est considérablement aggravée. Les soi-disant “déviants religieux” peuvent être condamnés à des peines de prison, des accusations de sécurité nationale sont continuellement utilisé pour cibler les minorités religieuses. Les tribunaux allemands doivent en tenir compte lors du traitement des demandes d’asile.

L’Allemagne et la Cour européenne des droits de l’homme

ne sont pas les seules à refuser l’asile ou à discriminer les chrétiens persécutés. Au fil des ans, de nombreuses autres entités occidentales ont adopté un comportement similaire.

Sous la présidence de Barack Obama

notamment lors de la crise des réfugiés précipitée par la montée de l’État islamique (ISIS), la Maison Blanche et le Département d’État ont été accusés de toutes sortes de mesures discriminatoires à l’encontre des chrétiens, au point qu’une cour d’appel fédérale a déposé une plainte contre le Département de la sécurité intérieure fin 2016. Dans ce document, le juge Daniel Manion a exprimé sa “préoccupation quant au manque apparent de chrétiens syriens parmi les immigrants de ce pays”: “Peut-être que 10 % de la population syrienne est chrétienne, et pourtant moins d’un demi pour cent des réfugiés syriens admis aux États-Unis cette année sont chrétiens… À ce jour, il n’y a pas eu de bonne explication à cela. décalage troublant. »

L’écart dans les chiffres était encore plus déconcertant : bien que le gouvernement américain ait reconnu que l’EI commettait un génocide contre les chrétiens en Syrie en raison uniquement de leur identité religieuse, il n’a pris en compte que ceux qui, par définition, n’étaient en aucun cas ciblés par l’EI — Les musulmans sunnites, avec lesquels ISIS, une organisation sunnite, s’identifie et n’attaque pas. Malgré le fait que les sunnites représentaient environ 75 % de la population syrienne et les chrétiens environ 10 %, 99 % des personnes amenées en Amérique étaient des musulmans sunnites et moins de 0,5 % étaient chrétiens.

Comme l’a noté CNS News en 2016 : “Le record de 499 réfugiés syriens admis aux États-Unis jusqu’à présent en mai ne comprend aucun chrétien”. En d’autres termes, même si l’on partait de l’hypothèse que le statut de réfugié aurait dû être accordé à tous les Syriens, quelle que soit leur religion, il aurait dû y avoir 20 fois plus de chrétiens et environ un quart moins de sunnites ayant obtenu le statut de réfugié sous Obama.

Une situation pratiquement identique prévalait au Royaume-Uni. En 2019, le Times a déclaré que le Royaume-Uni “ne donne pas refuge aux chrétiens” et “semble discriminer en faveur des musulmans” au lieu des chrétiens.Une fois de plus, les statistiques confirment cette allégation : “sur 4 850 réfugiés syriens acceptés pour la réinstallation par le ministère de l’Intérieur en 2017, seuls onze étaient chrétiens, ce qui représente seulement 0,2 % de tous les réfugiés syriens acceptés par le Royaume-Uni”.

À l’époque, Lord David Alton de Liverpool, un pair à vie à la Chambre des lords, écrivit à Sajid Javid, l’homme musulman qui dirigeait alors le ministère de l’Intérieur britannique :« Il est largement admis que les chrétiens, qui constituaient environ 10 % de la population syrienne d’avant-guerre, étaient spécifiquement ciblés par les rebelles djihadistes et continuent d’être en danger…

Comme les statistiques de l’année dernière le démontrent plus que amplement, ce rapport déséquilibré entre Les réfugiés musulmans et chrétiens accueillis ne sont pas une erreur statistique. Cela montre un modèle de discrimination que le gouvernement a l’obligation légale de prendre des mesures concrètes pour combattre.Comme aux États-Unis, la discrimination est devenue si flagrante que Lord George Carey a poursuivi le ministère de l’Intérieur pour avoir été «partiellement institutionnel» contre les réfugiés chrétiens et donc complice de ce qu’il a appelé «la crucifixion constante des chrétiens du Moyen-Orient».

La discrimination à laquelle sont confrontées les minorités chrétiennes persécutées commence bien avant qu’elles n’atteignent les nations occidentales. 

Comme CBN News l’a rapporté en 2019 :”Les réfugiés chrétiens syriens (…) ont été empêchés d’obtenir de l’aide de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR, par des responsables musulmans de l’ONU en Jordanie.

L’un des réfugiés, Hasan, un Syrien converti au christianisme, nous a dit lors d’un appel téléphonique que Les responsables musulmans du camp de l’ONU “savaient que nous étions musulmans et que nous sommes devenus chrétiens et ils nous ont traité de persécution et de moquerie. Ils ne nous ont pas laissé entrer dans le bureau. Ils ont ignoré notre demande”. 

Hasan et sa famille se cachent maintenant, craignant d’être arrêtés par la police jordanienne, voire tués. Se convertir au christianisme est un crime grave en Jordanie.Selon Timothy, un musulman jordanien qui s’est converti au christianisme, “Tous les fonctionnaires des Nations Unies [apparemment en Jordanie], la plupart d’entre eux, 99%, sont musulmans et ils nous traitaient comme des ennemis”.

Paul Diamond, un avocat britannique spécialisé dans les droits de l’homme, a expliqué :”Vous avez cette situation absurde où le programme est mis en place pour aider les réfugiés syriens et les personnes les plus nécessiteuses, les chrétiens qui ont été ‘génocidés’, ils ne peuvent même pas entrer dans les camps de l’ONU pour obtenir de la nourriture.

Si vous entrez et dire que je suis chrétien ou converti, les gardes musulmans de l’ONU vous empêcheront d’entrer et se moqueront de vous et se moqueront de vous et même vous menaceront… en disant “Vous n’auriez pas dû vous convertir. Vous êtes un idiot pour conversion. Vous obtenez ce que vous obtenez », des mots à cet effet.

Cette même moquerie salue souvent les chrétiens qui atteignent les nations occidentales. Le Home Office du Royaume-Uni offre à lui seul plusieurs exemples. Dans un cas, il a ridiculisé une demandeuse d’asile iranienne dans sa lettre de refus en écrivant : “Vous avez affirmé dans votre AIR [Asylum Interview Record] que Jésus est votre sauveur, mais vous avez ensuite affirmé qu’il ne serait pas en mesure de vous sauver de l’Iran. On considère donc que vous n’avez aucune conviction dans votre foi et que votre croyance en Jésus est timide.

Elle a dit plus tard que chaque fois qu’elle répondait à son intervieweur du ministère de l’Intérieur, “il riait ou peut-être juste se moquait-il quand il me parlait… Il m’a demandé pourquoi Jésus ne vous avait pas aidé du régime iranien ou de l’Iran. les autorités.””Dans mon pays”, a-t-elle ajouté, “si quelqu’un se convertit au christianisme, sa punition est la mort ou l’exécution”.

De même, dans sa lettre de refus du ministère de l’Intérieur, un autre musulman converti au christianisme s’est vu dire que plusieurs passages bibliques étaient “incohérents” avec sa prétention de s’être converti au christianisme parce qu’il avait découvert que c’était une foi “pacifique”. La lettre allait jusqu’à citer des passages bibliques – notamment de l’Exode, du Lévitique, de Matthieu et de l’Apocalypse – pour affirmer que la Bible est violente, avant de conclure :”Ces exemples sont incompatibles avec votre affirmation selon laquelle vous vous êtes converti au christianisme après avoir découvert qu’il s’agit d’une religion” pacifique “, par opposition à l’islam qui contient de la violence, de la rage et de la vengeance.”Le ministère de l’Intérieur du Royaume-Uni a non seulement refusé l’entrée à trois dirigeants chrétiens – des archevêques célébrés pour leurs efforts héroïques pour aider les chrétiens persécutés en Syrie et en Irak qui avaient été invités à assister à la consécration de la première cathédrale syriaque du Royaume-Uni, un événement auquel participait alors le prince Charles – mais leur a également dit avec moquerie qu’il n’y avait “pas de place à l’auberge”.

Même dans le cas le plus récent de HH – l’Iranien qui s’est vu refuser l’asile en Allemagne – un soupçon de ridicule était évident dans la conclusion des autorités : il devait avoir menti, ont-ils raisonné, puisqu’apparemment aucune personne sensée ne se convertirait au christianisme ou ne resterait Chrétien après avoir vu un parent assassiné pour s’être converti.Pendant ce temps, alors que les quelques chrétiens qui demandent l’asile sont scrutés à la loupe et se heurtent à des obstacles, des millions de demandeurs d’asile musulmans sont emmenés en Occident sans aucune difficulté, et la plupart sans même être contrôlés (ici et ici).

Cette même Allemagne qui a refusé l’entrée de HH et l’a renvoyé en Iran où il pourrait être torturé et tué, a accueilli en 2015 plus d’un million de migrants musulmans et, en 2021, après que HH eut postulé, dix mille Afghans non contrôlés – même si l’Afghanistan est sans doute la nation la plus hostile aux chrétiens.

Encore une fois, ce sont toutes des personnes qui, par définition, n’auraient pas pu subir de persécution religieuse dans leur pays d’origine car elles sont elles-mêmes musulmanes – sans compter que beaucoup d’entre elles partagent le penchant des talibans pour la violence et l’extrémisme.Actuellement, sous l’administration Biden – qui a en outre été accusée d’avoir délibérément empêché les minorités chrétiennes de fuir l’Afghanistan – plus de 74 000 Afghans non contrôlés ont obtenu l’asile en Amérique en 2022, et nombre d’entre eux semblent également avoir apporté avec eux le comportement ils auraient pris la fuite.

En ce qui concerne le ministère de l’Intérieur du Royaume-Uni, Ahmed Hassan, bien qu’il n’ait pas de papiers sur lui – et bien qu’il ait dit au ministère de l’Intérieur qu’”il avait été formé comme soldat de l’EIIS” – s’est quand même vu accorder l’asile deux ans avant de lancer une attaque terroriste contre une gare de Londres qui a fait 30 blessés en septembre 2017.

Le ministère de l’Intérieur a également autorisé un religieux musulman étranger à entrer et à donner des conférences à Londres, même s’il préconisait de décapiter, de brûler et de jeter les homosexuels du haut des falaises. Selon un autre rapport :”Des adolescentes britanniques sont forcées de se marier à l’étranger et sont violées et enceintes pendant que le ministère de l’Intérieur” ferme les yeux “en remettant des visas à leurs maris [principalement musulmans].”Le cas d’Asia Bibi – une épouse chrétienne et mère de cinq enfants qui a passé une décennie de sa vie dans le couloir de la mort au Pakistan pour avoir contesté l’autorité de Mahomet – éclaire peut-être le mieux la situation de l’immigration au Royaume-Uni. 

Bien qu’elle ait finalement été acquittée en novembre 2018, une fois que les Pakistanais en Grande-Bretagne ont appris que le Royaume-Uni allait offrir l’asile à Bibi, ils se sont révoltés en masse.En conséquence, la première ministre de l’époque, Theresa May, a personnellement bloqué la demande d’asile de Bibi, “bien que le Royaume-Uni accueille des pirates de l’air, des extrémistes et des violeurs [musulmans]”, pour citer un titre. En d’autres termes, le Royaume-Uni autorisait ouvertement “la politique d’asile à être dictée par une foule pakistanaise”, a rapporté le Guardian, “après qu’il a été confirmé qu’il a exhorté le ministère de l’Intérieur à ne pas accorder l’asile politique à Asia Bibi au Royaume-Uni…”

Pendant ce temps, comme d’habitude, le ministère de l’Intérieur a autorisé un religieux pakistanais qui célébrait le massacre d’un homme politique parce qu’il avait défendu Bibi – un religieux jugé si extrême qu’il a été banni de son Pakistan natal – à entrer et à donner des conférences dans les mosquées britanniques.

Discutant de la façon dont “des visas ont été accordés par le ministère de l’Intérieur en juillet à deux dirigeants islamiques pakistanais qui ont appelé au meurtre de chrétiens accusés de blasphème”, un militant des droits de l’homme, le Dr Martin Parsons, a exprimé sa frustration :”C’est incroyable qu’on dise à ces chrétiens persécutés qui viennent du berceau du christianisme qu’il n’y a pas de place à l’auberge, alors que le Royaume-Uni accueille les islamistes qui persécutent les chrétiens.”

Lorsqu’il s’agit de savoir qui se voit accorder l’asile en Occident, les chrétiens persécutés n’ont pas besoin de postuler, tandis que les musulmans extrémistes sont accueillis à bras ouverts.

Source

Traduit par PLEINSFEUX

close

Ne manquez rien !

Rejoignez les nouvelles de PleinsFeux.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !
En savoir plus dans notre politique de confidentialité

,

Translate »