Prophéties

Publié le 05 novembre, 2019 | par Equipe de Pleinsfeux

0

MAISON SÉCURISÉE À NEW YORK

Le prêtre catholique Bruce Ritter fonda la « maison sécurisée » des jeunes de Covenant House à New York, où les jeunes garçons qu’il logeait étaient tout sauf en sécurité.

Par Geoffrey Grider – Le 2 novembre 2019

Pendant 18 ans, Bruce Ritter a été considéré comme un héros pour la façon dont il a dirigé l’organisme de bienfaisance qu’il a fondé pour les jeunes sans-abri égarés.  Ensuite, plusieurs jeunes hommes ont affirmé avoir eu des relations sexuelles avec eux et avoir utilisé illégalement des fonds à but non lucratif de Covenant House pour leur prodiguer de l’argent et des cadeaux.  On lui a donné une tape sur le poignet : Les procureurs de Manhattan l’ont forcé à démissionner, mais ne l’ont pas poursuivi.  Lorsque le Post a mis fin au scandale Ritter en 1989, les cas d’abus sexuels commis par des prêtres étaient rares aux États-Unis et jamais entendus à New York.  Ensuite, le barrage s’est ouvert en grand.

La chute du fondateur de Covenant House, le père Bruce Ritter, était un présage de cas d’abus sexuels impliquant des centaines de prêtres catholiques et des dizaines de milliers de victimes dans le monde entier.

Cette histoire pour moi est personnelle.  Plusieurs fois au cours de mes années de lycée catholique entre 1975 et 1979, le prêtre pédophile Bruce Ritter est venu dans mon école et a recruté des lycéens pour faire du bénévolat à sa Covenant House, dans la ville voisine de New York.  J’allais y aller, mais quelque chose m’a empêché de le faire et, maintenant, des années plus tard, je peux voir exactement pourquoi.  Bruce Ritter utilisait sa Covenant House pour se procurer un flot infini de jeunes garçons qu’il éblouissait de cadeaux et d’argent afin de se livrer à des activités sodomites.

« Il y a eu parmi le peuple de faux prophètes, et il y aura de même parmi vous de faux docteurs, qui introduiront des sectes pernicieuses, et qui, reniant le maître qui les a rachetés, attireront sur eux une ruine soudaine.  Plusieurs les suivront dans leurs dissolutions, et la voie de la vérité sera calomniée à cause d’eux.  Par cupidité, ils trafiqueront de vous au moyen de paroles trompeuses, eux que menace depuis longtemps la condamnation, et dont le ruine ne sommeille point. » (2 Pierre 2:1-3)

Lorsque le prêtre catholique pédophile Bruce Ritter opérait dans les années 70 et 80, les États-Unis et le reste du monde étaient presque complètement inconscients et peu préparés au scandale qui s’apprêtait à se rompre.  Mais, le Vatican n’était pas sans préparation, en fait, ils ont utilisé leurs ressources globales et des montagnes d’argent sans fin pour le dissimuler afin que personne ne sache jamais ce qui se passait.  Et, pour un temps, ils ont très bien réussi.

« Après cela, je vis descendre du ciel un autre ange, qui avait une grande autorité ; Et la terre fut éclairée de sa gloire.  Il cria d’une voix forte, disant : Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande !  Elle est devenue une habitation de démons, un repaire de tout esprit impur, un repaire de tout oiseau impur et odieux, parce que toutes les nations ont bu du vin de la fureur de son impudicité, et que les rois de la terre se sont livrés avec elle à l’impudicité, et que les marchands de la terre se sont enrichis par la puissance de son luxe.  Et j’entendis du ciel une autre voix qui disait : Sortez du milieu d’elle, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n’ayez point de part à ses fléaux.  Car ses péchés se sont accumulés jusqu’au ciel, et Dieu s’est souvenu de ses iniquités.  Payez-la comme elle a payé, et rendez-lui au double selon ses œuvres.  Dans la coupe où elle a versé, versez-lui au double. » (Apocalypse 18:1-6)

Le vrai scandale n’est pas que l’Église Catholique Romaine soit peuplée par une majorité de prêtres homosexuels, et le vrai scandale n’est pas qu’ils aiment abuser de jeunes garçons et parfois de jeunes filles.  Non, le vrai scandale est que le Vatican l’a toujours su, l’a toujours protégé et a toujours menti à son sujet pour que cela continue.  C’est la raison pour laquelle l’actuel Pape François avance si lentement, réticent à prendre des mesures concrètes autres que des discours à ce sujet.  Le Pape François ne veut rien faire à ce sujet car avoir des prêtres homosexuels qui maltraitent de jeunes garçons est une politique officielle de l’Église Catholique Romaine, et ce depuis des siècles.  C’est là le véritable scandale, et il n’y aura pas de justice avant Apocalypse 18.

Depuis la chute de Ritter, on a découvert que des prêtres prédateurs avaient maltraité des milliers d’enfants et de jeunes hommes à New York, à Washington, en Pennsylvanie, en Australie, au Chili et en Irlande.

Du New York Post : Pendant 18 ans, Bruce Ritter a été considéré comme un héros pour la façon dont il a dirigé l’organisation de bienfaisance qu’il a fondée pour les jeunes sans-abri égarés.  Ensuite, plusieurs jeunes hommes ont affirmé avoir eu des relations sexuelles avec eux et avoir utilisé illégalement des fonds à but non lucratif de Covenant House pour leur prodiguer de l’argent et des cadeaux.  On lui a donné une tape sur le poignet : Les procureurs de Manhattan l’ont forcé à quitter, mais ne l’ont pas poursuivi.  Pourtant, lorsque Ritter a été contraint de quitter à l’hiver 1990, à la suite d’un courageux exposé dans The Post, peu de gens dans la ville pouvaient deviner l’ampleur du problème.

Lorsque le Post a mis fin au scandale de Bruce Ritter en 1989, les cas d’abus sexuels commis par des prêtres étaient rares aux États-Unis et jamais entendus à New York.

Son histoire diffère de celle d’aujourd’hui en ce sens que « les pouvoirs séculiers le protégeaient davantage que l’archidiocèse ou les Franciscains le protégeaient », explique Charles M. Sennott, ancien journaliste du Post qui, à 26 ans, avait révélé l’enquête du procureur général en décembre 1989.

Sennott, qui a fondé et dirige le projet éducatif GroundTruth de Boston, basé à Boston, a déclaré : « L’histoire n’a pas permis de mieux comprendre ce qui se cache de plus en plus dans les diocèses », parce que Covenant House n’appartenait pas à un diocèse, mais à l’ordre franciscain, une communauté mondiale de prêtres catholiques fondée par saint François d’Assise au XIIIe siècle.

Le 12 décembre 1989, la page de couverture de The Post a crié : « Un prétendant pour un ancien prêtre prostitué, cite des cadeaux ».  Non pas fondé sur la parole de Kite, mais entièrement sur les faits de l’enquête de Morgenthau, l’histoire ne fait aucune mention du sexe avec Ritter, sauf un détail : Morgenthau avait confié le cas à son unité chargée des crimes sexuels.

Mais, Ritter a bénéficié d’une dissimulation similaire pour les mêmes raisons que d’autres clercs charismatiques, adeptes de sectes : Leur réticence à dénoncer des prêtres déviants qui ramassent de l’argent et gagnent un prestige politique sous le voile de la sainteté.

Il a fallu qu’un jeune journaliste amène Ritter à la traîne, sinon à la justice. Comme le racontait Sennott dans son livre fascinant de 1992, « Broken Covenant », tout a commencé avec un ordre de son patron de « s’en prendre à six ».

Bruce Ritter a fondé Covenant House en 1972 en tant que petite installation pour adolescents sans abri dans East Village, ravagé par la criminalité et la drogue.  Mais, le prêtre à la volonté forte, intellectuellement brillant et dominateur a fini par faire de Covenant House un géant charitable comptant 178 emplacements aux États-Unis, au Canada, au Mexique et en Amérique centrale.

En 1979, son abri phare près de Times Square était « orné d’un symbole à trois étages, d’une colombe à la main peinte en bleu » survolant les toits. La conviction de Ritter de collecter des fonds auprès d’entreprises privées plutôt que du gouvernement lui donnait l’impression d’être le « mélange parfait de libre entreprise et de compassion », se souvient Sennott.

Le président Ronald Reagan a nommé Ritter l’un des « héros méconnus » des États-Unis dans son discours sur l’État de l’Union de 1984.  Par la suite, Covenant House a plus que triplé son budget annuel, passant de 27 millions de dollars en 1985 à 90 millions de dollars en 1989.

« Il était une entreprise de Saint François d’Assise », a déclaré Sennott.

Ritter brandissait les leviers du pouvoir avec un air d’infaillibilité papale.  En 1987, il a empêché le maire de l’époque, Ed Koch, de prendre le contrôle d’un ancien bâtiment syndical du Greenwich Village que Koch voulait utiliser comme prison, mais où Ritter prévoyait de loger 800 enfants sans abri.

Les caméras de télévision étaient centrées sur Bruce Ritter, alors âgé de 62 ans, aux côtés de la Première Dame Barbara Bush devant le discours de 1989 du président George H. W. Bush sur l’État de l’Union.  En cette année, le conseil d’administration de Covenant House était un acteur incontournable en matière d’influence financière et médiatique.

Il comprenait le capitaine d’industrie Peter Grace, les financiers Teddy Forstmann et William Simon, la rédactrice en chef du magazine Woman’s Day, Ellen Levine, ainsi que les hauts dirigeants d’IBM, Chase Manhattan Bank et Bear Stearns.

Mais, Ritter a dirigé Covenant House pratiquement sans contrôle.  Les responsables de l’église et les initiés de l’organisation ont ignoré des années de rumeurs sur ses relations avec des garçons et sur un programme mystérieux et secret de « maison sécurisée » pour certains jeunes préférés de Ritter.

En octobre 1989, le rédacteur en chef du Post Metropolitan, John Cotter, a demandé à Sennott de prendre un appel.  Kevin Lee Kite, un ancien prostitué, a parlé à Sennott de sa relation sexuelle à long terme avec Ritter.  Ce n’était pas un crime, Kite avait 25 ans, bien qu’il ait 19 ans, mais Kite avait beaucoup plus à raconter.  En échange de relations sexuelles, Ritter lui avait payé un bel appartement, un ordinateur, une bourse d’études universitaires et de l’argent pour acheter de beaux vêtements et des dîners au restaurant, une utilisation illégale des fonds de Covenant House.

Sennott a grandi dans une maison catholique traditionnelle à Boston et ne voulait pas croire le pire d’une idole comme Ritter.  « Ce n’était pas facile pour moi », se souvient Sennott cette semaine.  « Cotter m’a dit : Qu’est-ce qui t’a fait penser que ce serait facile, mon pote ?  Bienvenue au journalisme ».

Quelques jours plus tard, Kite a montré à Sennott des papiers pour étayer ses affirmations, notamment des reçus pour les fonds que Covenant House lui avait prodigués.

Kite a raconté aux conseillers de l’hôpital St. Luke’s Roosevelt que ses liaisons avec Ritter avaient débuté lorsque le prêtre l’avait rencontré des années plus tôt à la Nouvelle-Orléans et l’avait amené à New York avec la promesse de le mener à une nouvelle vie.  Mais, Kite apprit que c’était une autre forme de prostitution : Le sexe en échange d’argent et de biens.  L’hypocrisie de Ritter l’a également exaspéré.  Lors d’un débat organisé par le procureur général des États-Unis, Edwin Meese, pour « étudier » la pornographie, Ritter a publiquement averti que les organes génitaux de la sculpture de Michelangelo sur David pourraient provoquer de dangereux désirs sexuels.

La prochaine étape de Kite était le bureau du procureur du district de Manhattan, Robert Morgenthau.  Linda Fairstein, célèbre procureur de Morgenthau, lui a donné un magnétophone pour que Ritter discute de sexe et d’argent avec lui.

Produit par Cotter, qui a averti le journaliste : « Je vais te botter le cul » s’il se faisait battre pour l’histoire, Sennott a poursuivi le scoop.  Il a appris de sources que le procureur avait mis Kite dans un « programme d’aide aux témoins » pour assurer sa protection.

Le 6 décembre, Sennott, nerveux mais déterminé, a contacté Ritter par téléphone.  Le prêtre a nié toutes les allégations à Sennott et a suggéré que lui, Ritter, était en train d’être « mis en place » par le « crime organisé ».

Le père Bruce Ritter est décédé dans l’obscurité dans sa ferme du comté d’Otsego le 7 octobre 1999.  Covenant House a survécu sous un nouveau leadership et continue de servir des jeunes sans abri et fugueurs.  Depuis la chute de Ritter, on a découvert que des prêtres prédateurs avaient maltraité des milliers d’enfants et de jeunes hommes à New York, à Washington, en Pennsylvanie, en Australie, au Chili et en Irlande.  L’église a versé des milliards de dollars en colonies de peuplement, dont 60 millions par l’archidiocèse de New York au cours des deux dernières années, a rapporté The Post ce mois-ci.

Aujourd’hui, l’archevêque italien Carlo Maria Viganò affirme que le Pape François savait depuis juin 2013 que l’ancien archevêque de Washington, DC, Theodore McCarrick, était un « prédateur en série », mais qu’il l’a couvert jusqu’à ce qu’une enquête soit forcée de le faire sortir en juin.  Le pape a répondu avec insatisfaction : « Je ne dirai pas un mot à ce sujet ».

C’est dommage que l’église n’ait pas appris de la leçon du père Bruce Ritter, que la vérité finira par être révélée, même s’il est trop tard pour effacer les souffrances.

Source: Now The End Begins 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

Mots clés: , , , , , , , , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics