Médias

Publié le 30 septembre, 2019 | par Equipe de Pleinsfeux

0

MENSONGES, DAMNÉS MENSONGES ET 9/11

Par Servando Gonzalez – Le 28 septembre 2019

« Il existe trois types de mensonges : Les mensonges, les maudits mensonges et les statistiques. » (Mark Twain)

Selon le Dictionnaire des termes militaires et des termes associés, les chefs d’état-major, le renseignement est le produit final résultant de la collecte, du traitement, de l’intégration, de l’analyse et de l’interprétation des informations disponibles.  Ainsi, même si le terme renseignement recouvre quelque chose de beaucoup plus complexe, nous pouvons accepter en toute sécurité la définition plus courte selon laquelle le renseignement est simplement une information après une évaluation appropriée.

Dans son rapport consultatif au gouvernement des États-Unis, le groupe de travail sur les activités de renseignement de la deuxième commission Herbert Hoover de 1955 déclarait que : « Le renseignement traite de tout ce qui doit être connu avant de prendre des mesures. »  Un véritable expert a donné une définition similaire il y a plus de 2000 ans.  Selon Sun Tzu, « la raison pour laquelle le prince éclairé et le sage général conquièrent l’ennemi chaque fois qu’ils se déplacent et que leurs exploits dépassent ceux des hommes ordinaires est la prescience ou l’intelligence ».

Bien que la définition de l’intelligence soit très simple et directe, la plupart des auteurs traitant du sujet les confondent.  Certains d’entre eux utilisent systématiquement les termes information et intelligence comme synonymes, alors qu’il est évident qu’ils ne le sont pas.  D’autres ont même utilisé le terme « intelligence brute » comme synonyme d’information, mais, comme nous le verrons plus loin, contrairement à l’information (qui pourrait contenir de la désinformation), l’intelligence est un produit très élaboré.  Il n’y a rien de brut dedans.

Les météorologues ne disent jamais « qu’il pleuvra demain », mais, « il y a 25% de possibilité de pluie demain ».  De la même manière, après avoir évalué un élément d’information particulier, les analystes du renseignement ne disent jamais « c’est vrai », mais, donnent une estimation de la possibilité que cela puisse être une véritable intelligence.

Maintenant, comment l’information est-elle évaluée ?

L’évaluation de l’information, également appelée appréciation ou évaluation, est le processus par lequel une information est analysée en termes de crédibilité, de fiabilité, de pertinence et de précision, afin de la transformer en renseignement. L’évaluation de l’information s’effectue à plusieurs étapes du cycle du renseignement dans des contextes de plus en plus différents.

L’évaluation ou l’appréciation d’une information particulière est indiquée par un système conventionnel lettres-numéros.

Fiabilité de la source :

A. Complètement fiable
B. Habituellement fiable
C. Assez fiable
D. Pas habituellement fiable
E. Non fiable
F. La fiabilité ne peut être jugée

Exactitude de l’information :

  1. Confirmé par d’autres sources fiables
  2. Probablement vrai
  3. Peut-être vrai
  4. Douteux
  5. Improbable
  6. L’exactitude ne peut être jugée

L’évaluation prend simultanément en compte à la fois la fiabilité de la source basée sur ses performances précédentes et la crédibilité de l’information elle-même.  Le processus implique une vérification par rapport aux informations déjà disponibles et une supposition éclairée quant à l’exactitude des nouvelles informations, en fonction de la manière dont elles s’harmonisent avec les informations précédentes.

Bien qu’indépendants, les deux aspects ne peuvent être totalement séparés l’un de l’autre.  L’autorité de la source, qui ne coïncide pas nécessairement avec sa fiabilité, ne peut jamais être ignorée, même si elle est parfois surestimée à la lumière de la crédibilité de l’information, ce qui est relié aux attentes des personnes impliquées dans l’évaluation du processus.  Mais, les gens, y compris les analystes du renseignement, ont tendance à croire ce qu’ils soupçonnent ou s’attendent d’être vrai ou ce qui correspond le mieux à leurs besoins personnels. Il y a donc toujours un élément de biais dans toute évaluation d’informations.

Il convient de souligner que les deux évaluations doivent être entièrement indépendantes l’une de l’autre et qu’elles sont indiquées conformément au système présenté ci-dessus.  Ainsi, les informations jugées « vraisemblablement vraies » reçues d’une source considérée comme « généralement fiable » sont désignées « B2 ».

Il faut garder à l’esprit que la question de savoir ce qui fait autorité et ce qui ne l’est pas est très relatif.  Une source faisant autorité peut produire des informations crédibles, mais l’agent des services de renseignement doit toujours se poser la question « pourquoi ? ».  Plus l’autorité de la source est autoritaire, plus elle est susceptible d’être biaisée ou d’avoir été compromise et, partant, le danger de la désinformation.  Des sources hautement autorisées de gouvernements totalitaires ne disent peut-être pas toujours la vérité, mais des sources hautement autorisées de pays démocratiques ne sont pas non plus très fiables.  Il est prouvé que la CIA a été impliquée dans le recrutement de chercheurs dans les universités américaines les plus prestigieuses et de journalistes dans les médias américains les plus influents.  De plus, on soupçonne que le KGB, le Mossad, et même les services de renseignement cubains, entre autres, ont bien réussi à pénétrer les universités et les médias américains.

Du point de vue du renseignement et de l’espionnage, un document volé a souvent plus de valeur qu’un document secret transmis gratuitement, quelle qu’en soit la source car il réduit mais n’élimine pas totalement, le risque d’informations trompeuses délibérément.  Le « pourquoi ? » ne s’applique pas seulement au danger de désinformation des plantes.  Il faut également poser des questions sur la source, même de celles dont la bonne foi est indiscutable.  Le danger ici est qu’un service de renseignement croie ce qu’il veut croire : Un problème qui a affecté tous les services de renseignement du monde à un moment ou à un autre.  Le problème du biais de l’évaluateur est un problème inévitable en matière d’intelligence.  Elle s’étend même aux informations les plus crédibles provenant des sources les plus fiables.

Les biais d’évaluation ne peuvent jamais être totalement éliminés dans un service de renseignement et, plus important encore, dans les hautes sphères gouvernementales. De plus, la création d’évaluateurs pour évaluer les évaluateurs ne peut que le composer.  Au sein des services de renseignement, la seule garantie efficace réside dans la compétence individuelle et la qualité de ses membres.  Ce qui est encore plus important est leur honnêteté intellectuelle et leur courage personnel pour faire face aux pressions d’en haut.

Il faut toujours garder à l’esprit qu’aucune source ne peut jamais être considérée comme infaillible ni aucune information ne peut être considérée comme totalement exacte.  Quoi qu’il en soit, les risques d’erreur, d’interprétation erronée, de malentendu et de tromperie sont trop élevés pour permettre une confiance aveugle en toute information.

Super patriotes, partisans doctrinaires, historiens de la cour, grimpeurs bureaucratiques, gens aux perspectives provinciales, taupes ennemies, tous sont des dangers potentiels pour une bonne évaluation de l’information.  La perspective, la perspicacité, la mondanité, une saine perspective philosophique, la connaissance et le sens de l’histoire, et peut-être un peu du scepticisme et un sens de l’humour, sont les qualités d’un analyste du renseignement qui minimisent les erreurs dans l’interprétation et l’évaluation de l’information.

Le 11 septembre 2001, événements

Toutes les informations initiales que les Américains ont reçues au sujet des événements du 11 septembre provenaient d’une seule source : Le gouvernement américain.  À la seule exception de la membre du Congrès, Cynthia MacKinney, qui, depuis le tout début, a mis en doute la version des événements du gouvernement des États-Unis, personne dans les deux branches du parti Républicain ne l’a mise en doute.  Dans leur ensemble, les principaux médias américains ont accepté la version du gouvernement des événements et sont devenus un porte-parole obéissant la reprenant à maintes reprises ad nauseam. En fait, Internet et les livres publiés par des presses indépendantes mineures sont la seule source d’information dissidente sur le 11/9.

Cependant, le gouvernement américain, comme tous les gouvernements du monde, est composé de politiciens et ceux-ci n’ont jamais été une source d’informations véridiques.  En outre, à quelques rares exceptions près, le gouvernement des États-Unis a été entièrement sous le contrôle des conspirateurs du Conseil des Relations Étrangères, dont le but est de détruire les États-Unis et de mettre en œuvre un nouvel ordre totalitaire.  Par conséquent, je qualifierai la seule source d’informations sur le 11/9, à savoir les agents secrets du Conseil des Relations Étrangères du gouvernement américain, avec un D : Pas habituellement fiable.

Maintenant, je vais regarder l’exactitude de l’information elle-même.

La principale caractéristique des informations véridiques est probablement que, dans le passé, des informations similaires se sont révélées vraies.  Bien sûr, il y a une première fois pour tout, et le fait qu’un événement similaire ne se soit jamais produit avant le présent n’indique pas avec certitude que cela ne peut pas se produire.  Mais, dans l’analyse des événements historiques, nous avons l’avantage supplémentaire de pouvoir ajouter à l’évaluation des informations la survenue d’événements similaires dans lesquels les informations se sont révélées vraies ou non, après celui en question.

Par conséquent, l’évaluation de l’information elle-même dans le cas d’événements historiques est un processus qui consiste en un contrôle des informations déjà disponibles sur des événements similaires avant et après l’événement en question.  Cela implique également une supposition éclairée quant à l’exactitude des informations relatives à l’événement, en fonction de leur adéquation avec ces informations.

Dans le cas des événements du 11 septembre, les éléments de preuve montrent que, d’abord, jamais avant ou après le 11 septembre 2001, un gratte-ciel dont la structure en acier s’est effondrée à la suite d’un incendie.

Le 28 juillet 1945, un bombardier B-25 s’est écrasé contre les étages 78, 79 et 80 de l’Empire State Building à New York, à l’époque le plus haut gratte-ciel de la ville.  Mais, les pompiers ont réussi à éteindre le feu.  Le bâtiment ne s’est pas effondré.

En novembre 2010, un immeuble d’appartements de 28 étages situé à Shanghai, en Chine, a été totalement détruit par un incendie, mais, la structure en gradins n’a pas été affectée et l’immeuble ne s’est pas effondré.  En avril 2012, un gratte-ciel encore en construction pour la Fédération de Russie, à Moscou, a été sévèrement touché par un incendie.  Le bâtiment ne s’est pas effondré.

Le 16 juin 2017, un violent incendie a totalement détruit un immeuble de 24 étages à Londres, mais, il ne s’est pas effondré.

Deuxièmement, jamais avant ou après le 11/09/2001, un gratte-ciel ne s’est effondré sur son propre sol, sauf sous l’effet d’une démolition contrôlée.  C’est pourquoi les entreprises qui effectuent des travaux de démolition contrôlée reçoivent de grosses sommes d’argent pour faire leur travail.

Si les bâtiments, en particulier ceux avec une structure en acier, pouvaient généralement tomber sur leur propre empreinte une fois démolis, ces entreprises seraient superflues, mais elles ne le sont pas.  Mais les agents du Conseil des Relations Étrangères du gouvernement américain, la presse et le monde universitaire veulent nous faire croire que, exceptionnellement, le 11 septembre 2001, non pas un, ni deux, mais trois gratte-ciels à structure en acier se sont effondrés sous leur propre empreinte à la suite d’incendies.

Par conséquent, en extrapolant à partir d’autres informations vérifiables, tout analyste des services de renseignement sérieux conclurait que l’exactitude des informations fournies par les agents du Conseil des Relations Étrangères du gouvernement américain, tels que George W. Bush et Dick Cheney, pourrait être considérée comme un 5, c’est-à-dire, improbable.

Par conséquent, une évaluation des renseignements sur les événements du 11 septembre produira un D5 : C’est-à-dire que la source n’est généralement pas fiable, que l’exactitude de l’information est improbable.  Pour les mêmes raisons, sur la base de l’évaluation des informations sur les événements du 11/9 fournies par les agents de la CFR au sein du gouvernement américain, tout service de renseignement du monde peut facilement le décoder comme une tentative bâclée et fallacieuse de transmettre une désinformation déguisée en vérité.  De plus, le fait que les événements du 11/9 aient servi de prétexte donné par Dieu pour mener à bien des politiques décidées à l’avance est un véritable indice qu’il s’agissait peut-être en réalité d’une action non pas donnée par Dieu, mais, par le CFR.  Comme certains agents de conspirateurs l’ont déclaré sans vergogne : « Ne gaspillez jamais une bonne crise », en particulier une crise créée artificiellement.

Si les choses ont changé par rapport aux événements du 11 septembre, c’est Internet, un média que les conspirateurs de la CFR ne peuvent pas contrôler entièrement et sa capacité à annoncer des livres critiques publiés par de petites maisons d’édition non contrôlées.  Maintenant, pourquoi les conspirateurs de la CFR consacrent-ils tant de temps à réparer le passé ?  La réponse est simple : Parce qu’en donnant de la crédibilité aux menaces non créées, créées antérieurement et artificiellement, elles ajoutent de la crédibilité aux menaces présentes et futures, inexistantes, créées artificiellement.

Malheureusement, les véritables auteurs du 11 septembre sont toujours en fuite. Astuce : L’un d’eux prétendait être chrétien, mais faisait toujours le signe du diable avec sa main.  Si vous ne savez toujours pas qui ils sont, vous êtes soit désinformé, soit un imbécile, un adepte du parti Républicain ou un traître mondialiste anti-américain.

Mon seul espoir est que l’action actuelle contre les champs de pétrole saoudiens, qui est très probablement une opération sous faux drapeau, ne devienne pas un nouveau 11 septembre pour justifier la hausse des prix du pétrole et une nouvelle guerre inutile.

Source: News With Views 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Mots clés: , , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics