Économie

Publié le 12 septembre, 2018 | par Equipe de Pleinsfeux

0

NATIONALISER LES GRANDES ENTREPRISES

La sénatrice Elizabeth Warren veut nationaliser toutes les grandes entreprises en Amérique… Et, ce serait le plus grand vol de propriétés privées dans toute l’histoire de l’humanité.

.

Par Scott Shackford – Le 18 août 2018

Le sénateur Elizabeth Warren (D–Mass) pense savoir ce qui nuit au capitalisme : Il n’y a pas assez de gens qui disent aux plus grandes entreprises quoi faire.

Essayez de contenir votre surprise que Warren pense que le profit est en train de ruiner le capitalisme.  Elle souhaite que les plus grandes sociétés aux États-Unis soient légalement responsables devant des personnes autres que leurs actionnaires et elle présente un projet de loi pour le forcer.  Ce projet de loi serait carrément un vol.

La « Loi sur le Capitalisme Responsable » de Warren exigerait que les sociétés qui gagnent plus d’un milliard de dollars de recettes par année (note « revenus » et non « bénéfices ») aient besoin d’une « charte » fédérale pour pouvoir fonctionner.  Cette charte obligerait ces sociétés à prendre en compte tous les « acteurs », et non pas seulement les actionnaires, lors de leur prise de décisions. Le projet de loi exigerait également que ces sociétés permettent aux employés d’élire 40% du conseil d’administration de la société ; Une majorité de 75% des administrateurs et des actionnaires devrait approuver les dons politiques.  (Je me demande si quelqu’un proposera quelque chose de similaire pour les syndicats ?)  Les actionnaires seraient autorisés à poursuivre la société s’ils estimaient que ses actions étaient motivées uniquement par le profit et ne reflétaient pas les désirs de ses nombreux « intervenants ».

La justification de tout cela est la revendication commune, économiquement sommaire, de l’inégalité des revenus ; Que les riches s’enrichissent et que les salaires stagnent.  Warren se plaint dans un commentaire du Wall Street Journal que les actionnaires ont « extrait » 7 trillions de dollars de bénéfices depuis 1985, qui « auraient pu être réinvestis dans les travailleurs qui les ont aidés ».

Ce chiffre peut sembler énorme lorsqu’il est présenté de cette façon, mais il se monte à 233 milliards de dollars par année, calculé sur 30 ans.  Le produit intérieur brut total des États-Unis pour 2016 était supérieur à 18 trillions de dollars.  (Pour des devoirs plus amusants, imaginez que vous en arriviez à sa conclusion socialiste logique et calculez combien d’argent chaque Américain obtiendrait de ce bénéfice de 7 billions de dollars s’il était redistribué chaque année sur cette période de 30 ans.)  Parce que l’argent n’a pas été réinvesti dans les travailleurs, par exemple en augmentant les salaires, ces travailleurs n’ont pas bénéficié de ce que l’argent a fait, comme des améliorations à la machinerie ou aux logiciels qu’ils utilisent.

Il est intéressant que les progressistes (et de nombreux conservateurs nominaux) invoquent des « multiplicateurs économiques » lorsque le gouvernement dépense nos impôts pour des subventions et des octrois dans le secteur privé.  Des communautés entières, nous dit-on, profitent lorsque l’argent des contribuables est versé à une poignée d’entreprises politiquement reliées.  Cet argent doit acquérir une magie particulière quand il passe entre les mains d’un législateur, car les profits du secteur privé sont apparemment enterrés dans un grand trou.

La vérité est que notre marché ne ressemble en rien à ce qu’il était en 1985, et c’est une bonne chose.  Nos options et nos technologies se sont considérablement développées et sont de plus en plus accessibles à un nombre croissant de personnes.  Cela dit, rien de tout cela ne semble être pris en compte dans la proposition de Warren.  Voici un rappel de l’ensemble des absurdités reliées à « l’inégalité croissante des revenus » : Notre classe moyenne est en train de diminuer, car plus de gens progressent dans l’échelle économique, et non vers le bas.

Warren explique qu’elle souhaite essentiellement contraindre ces entreprises à utiliser le modèle de la « société de prestations », qui valorise un ensemble de valeurs au-delà des bénéfices.  Elle note que les entreprises prospères telles que Kickstarter et Patagonia ont adopté un tel modèle et que celui-ci est légal dans plusieurs états.

Alors, restez avec moi ici : Si ces types de modèles d’affaires ont autant de succès sur le marché américain, alors pourquoi les entreprises n’adopteraient-elles pas volontairement un tel modèle ?  Nous ne devrions absolument pas avoir besoin d’une loi fédérale !  Et, qu’en est-il des entreprises qui investissent ?  Amazon rapporte chaque année des milliards de dollars en recettes, mais a réalisé la majeure partie de son cycle de vie à peine.  Le fait qu’elle ait récemment commencé à augmenter sa marge bénéficiaire a fait la une des journaux concernant l’augmentation spectaculaire de leurs bénéfices.

Amazon a pris la décision d’investir dans la croissance plutôt que dans les bénéfices à long terme, et le marché a récompensé cette décision.  Maintenant, les bénéfices sont passés pendant des années.  Amazon n’exerce pas légalement son activité en vertu du modèle économique de société d’intérêt public, mais elle a certainement fonctionné pendant la majeure partie de sa vie avec des priorités autres que le profit.  Pourtant, Warren ne mentionne absolument pas Amazon dans son commentaire.  Pourquoi ne sont-ils pas un exemple de société modèle ?

Dans son commentaire, Warren se plaint même que « les entreprises se préparent à faire faillite » en transférant les bénéfices aux actionnaires plutôt qu’en les réinvestissant.  En supposant que cela soit vrai, qu’est-ce que cela a à voir avec elle ?  Laissez-les aller en faillite.  C’est pourquoi il existe un marché. Pourquoi garder une entreprise mal gérée en vie si elle ne crée pas de valeur et n’attire pas des clients ?

Mais, Warren ne s’inquiète pas vraiment de la faillite des entreprises.  Elle s’inquiète de ceux qui réussissent malgré le fait qu’elle ne les aime pas.  Ce qu’elle veut vraiment, c’est mettre le gouvernement fédéral en mesure d’évaluer et d’approuver la croissance des entreprises.  Elle veut remplacer les décisions des personnes qui dirigent une entreprise par les préjugés et les préférences des personnes qui pensent comme elle.  Et, elle veut utiliser les tribunaux pour faire valoir ses idées sur la façon dont les entreprises doivent être gérées.

J’ai amené Amazon pour une raison.  Même si Amazon réinvestit lourdement dans sa propre croissance par rapport aux bénéfices, elle a constamment été mise à mal par ses bas salaires.  Sous le projet de loi Warren, les employés pourraient essentiellement utiliser le gouvernement pour forcer Amazon à augmenter leurs salaires.  Cela aurait profité à un certain nombre d’employés, mais, cela aurait également été au détriment de la croissance de l’entreprise. Cela créerait moins d’emplois.  Ce serait plus petit.  Il y a des gens qui considéreraient cela comme une bonne chose, mais cela pourrait aussi créer un marché où les gens n’ont pas accès aux produits et aux fournitures dont nous disposons aujourd’hui.  Et, cela ne fait même pas partie des investissements technologiques dont Amazon est responsable, qui améliorent nos vies de plusieurs manières et continueront de le faire dans l’avenir.

Warren dit qu’elle veut que les sociétés américaines recherchent des « intérêts américains ».  Elles le font.  Ils ne sont pas toujours les mêmes que les intérêts politiques de Warren.  Elle ne comprend pas la différence.

Elle est apparemment une championne pour son projet de loi chez Matt Yglesias chez Vox.  Yglesias a également noté à quel point les réglementations sur le zonage et les types de NIMBY entretenaient fréquemment le développement de logements urbains dont on avait tant besoin.  Alors, il se rend compte que trop de gens ont un droit de veto réglementaire sur les décisions du marché, la stagnation est le résultat, et cela finit par nuire à un certain nombre de personnes.  Pourquoi serait-ce différent ?

 Source : Hal Turner Radio Show

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Mots clés: , , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics