NEWSOM CITE JESUS POUR ANNONCER L’AVORTEMENT DANS LES ÉTATS PRO-VIE

avortement

Partager avec les autres
Table des matières

Par Joshua ARNOLD – le 20 Septembre 2022

Le gouverneur de Californie, Gavin Newsom, a cité jeudi les paroles de Jésus tirées de Marc 12 :31 en faveur de l’avortement : « Aime ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas de plus grand commandement que ceux-ci. La campagne d’affichage fait la publicité de l’avortement en Californie dans sept États pro-vie : l’Indiana, le Mississippi, l’Ohio, l’Oklahoma, la Caroline du Sud, le Dakota du Sud et le Texas.

Les publicités sont payées par la campagne de réélection de Newsom, et Newsom a tweeté les publicités aux gouverneurs respectifs de ces États à partir de son compte personnel, probablement parce qu’il comprend que la campagne n’est rien d’autre qu’un gadget politique indigne d’être financé par les contribuables surchargés de Californie.

On parle déjà que si Joe Biden refuse de se présenter à la réélection, Newsom jettera son chapeau sur le ring. Est-ce le type d’homme que nous voulons pour diriger le pays ?

Si Newsom visait à provoquer une réaction, il a réussi. Alors que la campagne d’affichage elle-même est une démagogie politique banale, invoquer les paroles de Jésus pour défendre l’avortement provoque une réfutation. Newsom comprend que la plupart des critiques les plus féroces de l’avortement sont des chrétiens. Il choisit donc de promouvoir l’avortement dans les mots du même Fils de Dieu qui, selon Scarborough de “Morning Joe”, n’a “jamais mentionné” l’avortement le 9 septembre.

Pour bien comprendre et appliquer Marc 12:31, le contexte précédent est essentiel :

Un des scribes, s’étant approché et les ayant entendus discuter entre eux, voyant qu’il leur répondait bien, lui demanda: « Quel commandement est le plus important de tous ? Jésus répondit: “Le plus important est: ‘Écoute, ô Israël: le Seigneur notre Dieu, le Seigneur est un. Et tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur et de toute ton âme et de toute ta pensée et de toute ta force.’ La seconde est celle-ci : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas d’autre commandement plus grand que ceux-ci.” (Marc 12: 28-31, avec la partie citée dans le panneau d’affichage de Newsom en italique)

Ces versets établissent que le commandement d’aimer son prochain est en fait le deuxième commandement le plus important, après le commandement d’aimer Dieu. Dans un passage parallèle (Matthieu 22 : 36-40), Matthieu rapporte que Jésus ajoute que le deuxième commandement est « comme » le premier. En d’autres termes, ces deux commandements sont inséparables, le deuxième commandement découlant naturellement du premier. 

Jésus déclare également dans Matthieu que “toute la Loi et les Prophètes” dépendent de ces deux commandements. En d’autres termes, le reste de l’Ancien Testament est le commentaire de Dieu sur la signification de ces commandements. Peut-être que Newsom et son équipe n’avaient pas l’intention de mal appliquer le verset, mais c’est facile à faire lorsqu’il est sorti de son contexte.

Que signifie aimer Dieu et aimer son prochain ? Les Dix Commandements (Exode 20, Deutéronome 5) sont un bon point de départ. Les quatre premiers commandements disent comment nous devons nous comporter envers Dieu, tandis que les six derniers commandements disent comment nous devons nous comporter envers notre prochain. La plupart des lois que Dieu donne dans l’Exode, le Lévitique, les Nombres et le Deutéronome procèdent raisonnablement de ces principes. La plupart des condamnations morales des prophètes concernent le fait que les gens violent ces commandements.

Le commandement le plus pertinent pour la question de l’avortement est le sixième commandement, “tu ne tueras pas”. 

C’est certainement une partie essentielle de l’amour de notre prochain. Je ne pose pas la question; les deux parties fondent leur position sur les principes de ce commandement.

La position pro-avortement pourrait faire valoir que tuer une autre personne est mal parce que les gens sont créés à l’image de Dieu (Genèse 9: 6). Par conséquent, ils ont une valeur et une dignité inhérentes. Cette dignité implique une certaine autonomie personnelle et corporelle qui interdit à une personne (ou à une entité, comme le gouvernement) de faire quoi que ce soit au corps d’une autre personne (Exode 22 : 26-27, Lévitique 24 : 19-20) ou de lui dire ce qu’elle doit faire de son corps. Ils soutiennent que le droit d’une femme à l’autonomie corporelle s’étend à des caractéristiques telles que la grossesse et que d’autres ne peuvent pas interférer avec sa décision.

La position pro-vie reconnaît que tuer est mal parce que les gens sont créés à l’image de Dieu et possèdent une valeur et une dignité inhérentes. Ils soutiennent qu’un enfant à naître possède donc une dignité et est fait à l’image de Dieu. Sur cette base, tuer un enfant à naître est mal. Ils nient qu’il soit porté atteinte à l’autonomie corporelle de la femme en remplissant sa fonction naturelle d’enfanter et de mener à terme. 

Une grossesse n’est pas un désagrément impersonnel imposé de force à une femme contre son gré (viol excepté, mais c’est une autre boîte de Pandore) ; c’est un être humain nouveau, distinct, que Dieu a créé à son image et à celle de ses parents.

Il devrait être clair pourquoi les chrétiens (du moins, ceux qui croient en la primauté et l’inerrance des Écritures) ont historiquement trouvé cette dernière interprétation comme une application plus directe et plausible des principes de la loi de Dieu à la question de l’avortement.

Si des preuves supplémentaires sont nécessaires, abordons la question sous un autre angle. “Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle” (Jean 3:16). De quelle manière Dieu a-t-il aimé le monde ? En donnant son Fils pour cela. “Nul n’a de plus grand amour que celui-ci, que quelqu’un donne sa vie pour ses amis” (Jean 15:13).

De quelle manière Jésus a-t-il montré son amour pour son épouse ? En donnant sa vie pour elle. L’amour donne ce qui est bon ; ça ne prend pas. Il ne retient que ce qui est mauvais. Même les personnes mauvaises « savent donner de bons cadeaux à vos enfants » (Luc 11 : 13) en raison de leur amour naturel pour leur progéniture.

Quel amour y a-t-il dans la cruauté hideuse de l’avortement ? Un enfant à naître est privé de la vie. Il est empoisonné ou mis en pièces. Chaque coucher de soleil, chaque sourire, chaque repas, chaque anniversaire, chaque amitié, chaque moment de tendresse, chaque once d’affection dont il aurait joui a été prématurément coupés. Tout cela parce que sa vie est gênante pour ceux qui passeraient leur vie à se faire plaisir. Est-ce là l’amour qu’une mère doit à son enfant ? La plupart des femmes comprennent que ce n’est pas le cas. Elles éprouvent un profond regret d’avoir mis fin à la vie de leur enfant à naître. Quelle compassion reçoivent-elles d’une société qui insiste sur le fait qu’elles n’ont rien fait de mal.

Beaucoup de femmes sont poussées à avorter. Où est la sollicitude d’un homme en blouse blanche qui lui conseille de mettre fin à la vie, au lieu de s’efforcer de la conserver ? Où est l’amour de sa famille ou du père de l’enfant pour lui imposer une décision aussi terrible ? Où est la tendre considération pour ses sentiments, ou pour son enfant ? Où est le désir de se sacrifier pour elle, supportant avec elle les dures années à venir ?

Quel amour y a-t-il dans la cruauté hideuse de l’avortement ? C’est une question de conscience. Les apologistes de l’avortement peuvent distraire la conscience avec des platitudes superficielles, mais ils ne peuvent pas apaiser la culpabilité. Ils ne peuvent pas non plus justifier de mettre fin à la vie d’un enfant à naître au nom de la dignité humaine et de l’autonomie corporelle. Ils ne peuvent pas non plus déformer les paroles de Jésus pour servir leur mauvaise cause. Vous trouverez plus d’amour pour les femmes ayant des grossesses non planifiées dans un centre de ressources sur la grossesse unique, que la gauche appelle une “fausse clinique”, que dans chaque usine d’avortement en Amérique.

Là-dessus, les prophètes ne se taisent pas : « Malheur à ceux qui appellent le mal bien et le bien mal, qui prennent les ténèbres pour la lumière et la lumière pour les ténèbres, qui mettent l’amer pour le doux et le doux pour l’amer ! Malheur à vous qui vous prenez pour sages et vous croyez intelligents !” (Esaïe 5:20-21). Malheur à ceux qui appellent la cruauté amour et aiment la cruauté.

Source

Traduit par PLEINSFEUX

close

Ne manquez rien !

Rejoignez les nouvelles de PleinsFeux.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !
En savoir plus dans notre politique de confidentialité


Translate »