PFIZERGATE : DES RAPPORTS OFFICIELS DU GOUVERNEMENT PROUVENT QUE DES CENTAINES DE MILLIERS DE PERSONNES MEURENT CHAQUE SEMAINE A CAUSE DE LA VACCINATION CONTRE LE COVID-19

PFIZERGATE : DES RAPPORTS OFFICIELS DU GOUVERNEMENT PROUVENT QUE DES CENTAINES DE MILLIERS DE PERSONNES MEURENT CHAQUE SEMAINE A CAUSE DE LA VACCINATION CONTRE LE COVID-19

Partager avec les autres

On vous a demandé de rester à la maison pour protéger le système de santé. Mais pendant que vous le faisiez, les hôpitaux avaient essentiellement des vacances, et cela est étayé par des données officielles. On vous a dit que la réponse aux prières de tout le monde était de recevoir l’injection de Covid-19. Mais maintenant que vous l’avez fait, le système de santé est au bord de l’effondrement.

Les temps d’attente pour les ambulances sont à un niveau record. Le nombre d’appels d’urgence dus à des personnes souffrant d’un arrêt cardiaque est à un niveau record. Le nombre de personnes qui meurent est à un niveau record, avec des centaines de milliers de décès supplémentaires dans le monde chaque semaine.

Et les rapports officiels du gouvernement prouvent sans l’ombre d’un doute que tout cela est dû aux vaccins Covid-19.

Pièce A : Le système de santé est débordé

Les ambulances en Angleterre mettent près d’une heure pour atteindre les patients suspectés d’avoir subi un accident vasculaire cérébral ou une crise cardiaque, soit plus de trois fois l’attente maximale de 18 minutes, selon les dernières données du NHS . Lorsque les gens appellent le 999, ils ne peuvent plus être sûrs qu’ils obtiendront les soins d’urgence dont ils ont besoin.

Pourquoi?

Le tableau suivant est tiré du bulletin « Ambulance Syndromic Surveillance System – Week 3 0 » de l’Agence britannique de sécurité sanitaire, et il montre le nombre quotidien de 999 appels demandant une ambulance en raison d’un arrêt cardiaque en Angleterre par rapport au taux attendu (ligne pointillée noire).

Le nombre quotidien d’appels est bien supérieur à la moyenne depuis au moins août 2021.

Le National Health Service (NHS) a également confirmé en réponse à une demande d’accès à l’information que les appels d’ambulance liés à des soins immédiats requis pour une affection débilitante affectant le cœur ont presque doublé au cours de l’ensemble de 2021 et continuent d’augmenter encore en 2022.

Le 25 avril 2022, Duncan Husband a envoyé une demande d’accès à l’information (FOI) au West Midlands Ambulance Service University NHS Foundation Trust demandant de connaître le nombre d’appels pour les patients souffrant de maladies cardiaques par an, entre le 1er janvier 2017 et aujourd’hui.

Le NHS a répondu le 18 mai avec une feuille de calcul contenant les informations demandées.

Le graphique suivant a visualisé les données mises à disposition dans la feuille de calcul –

Les appels d’ambulance pour des conditions élevées ont été globalement plus élevés depuis janvier 2021 et ont augmenté de mois en mois. Ce n’est qu’en avril 2021 que nous avons constaté une augmentation significative chez les personnes de moins de 30 ans, et cela a de nouveau augmenté de mois en mois depuis lors.

Le tableau suivant montre le total global des appels par année pour tout le monde et les 0 à 29 ans –

Le nombre moyen d’interventions annuelles entre 2017 et 2020 équivaut à 24 463. Cela signifie que le nombre d’interventions a augmenté de 48 % en 2021. Le nombre moyen d’interventions annuelles chez les moins de 30 ans entre 2017 et 2020 équivaut à 3 940. Cela signifie que le nombre d’interventions a augmenté de 82 % en 2021.

Le tableau suivant montre le nombre moyen mensuel d’appels d’ambulance pour des conditions liées au cœur par année –

Il y a eu une augmentation significative en 2021 parmi tous les groupes d’âge, et malheureusement, les choses se sont encore aggravées au cours des premiers mois de 2022.

La question est, pourquoi?

Pièce B : La vaccination contre le Covid-19 peut endommager le cœur, c’est un FAIT

Regardons le fait qu’il est maintenant connu sans aucun doute que la vaccination Covid-19 peut causer de graves dommages au cœur. La myocardite et la péricardite ne sont que deux des rares événements indésirables que les régulateurs des médicaments ont été contraints d’admettre pouvant survenir en raison de la vaccination contre le Covid-19.

Ils prétendent que c’est rare, mais ils mentent. 

Le fait qu’on leur ait forcé la main en admettant qu’ils peuvent se produire signifie qu’ils sont beaucoup plus courants que la personne moyenne dans la rue ne voudrait le penser.

Une étude discrètement publiée menée par les Centers for Disease Control et la Food and Drug Administration des États-Unis a en fait révélé que le risque de myocardite après la vaccination par ARNm COVID est environ 133 fois plus élevé que le risque de fond dans la population.

Cela signifie que la vaccination contre Covid augmente le risque de souffrir de myocardite de 13 200 %, ce qui est choquant.

La myocardite est une affection qui provoque une inflammation du muscle cardiaque et réduit la capacité du cœur à pomper le sang et peut provoquer des rythmes cardiaques rapides ou anormaux.

Finalement, la myocardite affaiblit le cœur de sorte que le reste du corps ne reçoit pas assez de sang. Des caillots peuvent alors se former dans le cœur, entraînant un accident vasculaire cérébral ou une crise cardiaque. D’autres complications de la maladie comprennent la mort cardiaque subite.

Il n’y a pas de version bénigne de la myocardite, elle est extrêmement grave car le muscle cardiaque est incapable de se régénérer. Par conséquent, une fois que le mal est fait, il n’y a pas de rembobinage de l’horloge.

Le tableau suivant montre les rapports de myocardite au système de notification des événements indésirables des vaccins des Centers for Disease Control des États-Unis par année –

Faut-il s’étonner que le nombre d’appels d’ambulance en Angleterre liés à des affections cardiaques soit à un niveau record ?

Pièce C : Des centaines de milliers de décès excessifs sont enregistrés chaque semaine

L’Office for National Statistics (ONS) publie des chiffres hebdomadaires sur les décès enregistrés en Angleterre et au Pays de Galles. Les données les plus récentes montrent les décès jusqu’au 29 juillet 2022.

Le graphique suivant, créé par l’ONS, montre le nombre de décès par semaine par rapport à la moyenne sur cinq ans –

Comme vous pouvez le voir ci-dessus, à partir de mai 2021 environ, l’Angleterre et le Pays de Galles ont enregistré une énorme quantité de décès excédentaires qui n’ont pas été attribués à Covid-19 par rapport à la moyenne sur cinq ans. Il apparaît alors que la surmortalité a baissé début 2022.

Mais les apparences peuvent être trompeuses, et la seule raison pour laquelle elles ont chuté est que l’ONS a décidé d’inclure les données de 2021 dans la moyenne sur 5 ans. Cela rend d’autant plus préoccupant qu’un surcroît de décès est enregistré chaque semaine depuis fin avril 2022 par rapport à la moyenne quinquennale ( 2016 à 2019 + 2021 ).

La semaine la plus récente montre qu’il y a eu 11 013 décès en Angleterre et au Pays de Galles, ce qui équivaut à 1 678 décès supplémentaires par rapport à la moyenne quinquennale. Seuls 810 de ces décès ont été attribués au Covid-19.

Une étude révèle que les décès d’athlètes sont 1 700 % plus élevés que prévu depuis le début de la vaccination contre le COVID-19

La majeure partie de l’Europe enregistre également une quantité importante de décès excédentaires, comme le montre le graphique officiel suivant compilé par Eurostat montrant la surmortalité à travers l’Europe en mai 2022

Le monde connaît un problème extrêmement grave où des dizaines à des centaines de milliers de personnes meurent de plus que prévu chaque semaine.

Mais comment prouver que ces décès sont définitivement dus à la vaccination contre le Covid-19 ? La réponse réside dans la comparaison des taux de mortalité standardisés selon l’âge pour 100 000 parmi les vaccinés et les non vaccinés.

Pièce D : Les taux de mortalité sont les plus bas parmi les non vaccinés dans tous les groupes d’âge

Ce qui suit est une preuve incontestable que les vaccins Covid-19 sont mortels et tuent des milliers de personnes.

Les graphiques suivants montrent les taux de mortalité mensuels normalisés selon l’âge par statut vaccinal parmi chaque groupe d’âge pour les décès non liés au Covid-19 en Angleterre entre janvier et mai 2022, les chiffres peuvent être trouvés dans le tableau 2 d’ un ensemble de données récemment publié et rassemblé par le Royaume-Uni Agence gouvernementale, l’ Office for National Statistics –

Au cours de chaque mois depuis le début de 2022, les 18 à 39 ans partiellement vaccinés et doublement vaccinés ont été plus susceptibles de mourir que les 18 à 39 ans non vaccinés. Les 18 à 39 ans triplement vaccinés ont cependant eu un taux de mortalité qui s’est aggravé d’un mois à l’autre après la campagne massive de rappel qui a eu lieu au Royaume-Uni en décembre 2021.

Nous observons également une tendance similaire parmi tous les autres groupes d’âge.

Ce sont des chiffres standardisés selon l’âge. Il n’y a pas d’autre conclusion que l’on puisse trouver pour le fait que les taux de mortalité pour 100 000 sont les plus bas parmi les non vaccinés autre que le fait que les injections de Covid-19 tuent des gens.

Mais juste au cas où cela ne suffirait pas pour enfin ouvrir les yeux sur son fait dévastateur, voici plusieurs autres éléments de preuve indiscutables pour étayer ce fait.

Pièce E : 1 personne vaccinée sur 246 est décédée dans les 60 jours suivant la vaccination contre le Covid-19

Le gouvernement britannique a révélé qu’une personne sur 246 vaccinée contre le Covid-19 en Angleterre est décédée dans les 60 jours suivant la réception d’une dose du vaccin Covid-19.

Le tableau 9 de l’ ensemble de données ‘Décès par statut vaccinal de l’ONS Angleterre’ contient des chiffres sur ‘le nombre de périodes entières de tous les décès enregistrés regroupés selon le nombre de semaines après la vaccination où les décès sont survenus ; pour les décès impliquant le COVID-19 et les décès n’impliquant pas le COVID-19, les décès survenus entre le 1er janvier 2021 et le 31 mai 2022, Angleterre’ .

Voici un graphique montrant le nombre de décès dans les 60 jours suivant la vaccination contre le Covid-19 en Angleterre entre le 1er janvier 2021 et le 31 mars 2022, selon l’ ensemble de données de l’Office for National Statistics –

Entre le 1er janvier 21 et le 31 mai 2022, un total de 14 103 personnes sont décédées avec Covid-19 dans les 60 jours suivant la vaccination, et un total de 166 556 personnes sont décédées de toute autre cause dans les 60 jours suivant la vaccination.

Cela signifie qu’au total, 180 659 personnes sont décédées dans les 60 jours suivant la vaccination contre le Covid-19 entre janvier 2021 et mai 2022 en Angleterre.

Le tableau suivant est tiré de la page 65 de la semaine 27 de la semaine 27 de l’Agence britannique de sécurité sanitaire “Rapport de surveillance hebdomadaire de la grippe et du COVID-19” , et montre la vaccination en Angleterre par âge –

Selon l’UKHA, 44,48 millions de personnes ont reçu une dose unique, 41,8 millions de personnes ont reçu deux doses et 32,9 millions de personnes ont reçu trois doses au 3 juillet 2022.

Par conséquent, en utilisant des calculs simples, nous constatons qu’une personne vaccinée sur 246 est décédée dans les 60 jours suivant la vaccination contre le Covid-19 en Angleterre.

44 480 115 (personnes vaccinées) / 180 659 (décès) = 246 = 1 décès pour 246 personnes vaccinées

Pièce F : Les vaccins COVID-19 sont au moins 7 402 % plus mortels que tous les autres vaccins combinés

Le UK Medicine Regulator a confirmé que sur une période de dix-neuf mois, les vaccins Covid-19 ont causé au moins 5,5 fois plus de décès que tous les autres vaccins disponibles combinés au cours des 21 dernières années. Cela signifie que, comparées côte à côte, les injections de Covid-19 sont choquantes de 7 402 % plus mortelles que tous les autres vaccins disponibles au Royaume-Uni.

L’Agence de réglementation des produits de médecine et de santé (MHRA) a confirmé en réponse à une demande d’accès à l’information (FOI) qui avait reçu un grand total de 404 effets indésirables signalés à tous les vaccins disponibles (à l’exclusion des injections Covid-19) associés à une mort résultat entre le 1er janvier 2001 et le 25 août 2021 – un délai de 20 ans et 8 mois.

La MHRA a également confirmé, séparément, dans son résumé hebdomadaire du rapport Yellow Card qu’elle avait reçu un grand total de 2 213 réactions indésirables aux injections de Covid-19 associées à une issue fatale entre janvier 2021 et juillet 2022, une période de 19 mois –

Cela signifie qu’il y a eu officiellement 5,5 fois plus de décès en seulement 19 mois dus aux vaccins Covid-19 qu’il n’y en a eu en raison de tous les autres vaccins disponibles combinés depuis l’année 2001.

Vingt ans et 8 mois, c’est une période 13,7 fois plus longue que la période de dix-neuf mois où les vaccins Covid-19 ont été déployés.

Par conséquent, le nombre de décès signalés pour tous les autres vaccins combinés au cours de la même période de dix-neuf mois équivaut à 29,5 décès.

Cela signifie que les injections de Covid-19 se révèlent choquantes de 7 402 % plus mortelles que tous les autres vaccins disponibles au Royaume-Uni.

Pièce G: Les décès d’athlètes sont 1700% plus élevés que prévu depuis le déploiement du vaccin COVID

Le nombre d’athlètes décédés depuis le début de 2021 a augmenté de façon exponentielle par rapport au nombre annuel de décès d’athlètes officiellement enregistrés entre 1966 et 2004.

À tel point que le nombre moyen mensuel de décès entre janvier 2021 et avril 2022 est supérieur de 1 700 % à la moyenne mensuelle entre 1966 et 2004, et la tendance actuelle pour 2022 jusqu’à présent montre que cela pourrait passer à 4 120 % si l’augmentation du nombre de décès se poursuit, avec un nombre de décès rien qu’en mars 2022 3 fois supérieur à la moyenne annuelle précédente.

Selon une étude scientifique menée par la ‘Division de cardiologie pédiatrique, Hôpital universitaire de Lausanne, Lausanne, Suisse qui a été publiée en 2006, entre les années 1966 et 2004, il y a eu 1 101 morts subites chez les athlètes de moins de 35 ans.

Maintenant, grâce à l’ équipe de GoodSciencing.com , nous avons une liste complète des athlètes qui se sont effondrés et/ou sont décédés depuis janvier 2021, un mois après que la première injection de Covid-19 a été administrée au grand public.

Parce qu’il s’agit d’une longue liste, nous ne l’incluons pas dans cet article afin que la liste complète soit accessible dans son intégralité ici .

Le tableau suivant montre le nombre d’effondrements et de décès d’athlètes enregistrés entre janvier 2021 et avril 2022, grâce à la liste liée ci-dessus –

Comme vous pouvez le voir, il y a sans aucun doute eu une augmentation à partir de janvier 2021, la question est de savoir si cela était ordinaire et prévisible.

Au total, entre le 21 janvier et le 22 avril, un nombre total de 673 athlètes sont décédés. Ce nombre pourrait cependant être beaucoup plus élevé. C’est donc 428 de moins que le nombre de décès entre 1966 et 2004. La différence ici est que les 1 101 décès sont survenus sur 39 ans, alors que 673 décès récents sont survenus sur 16 mois.

Le nombre moyen annuel de décès entre 1966 et 2004 équivaut à 28. Janvier 2022 a vu 3 fois plus de décès d’athlètes que cette moyenne annuelle précédente, tout comme mars 2022. C’est donc évidemment très révélateur d’un problème.

Le total de 2021 équivaut à 394 décès, 14 fois plus que la moyenne annuelle de 1966 à 2004. Le total de janvier à avril 2022, une période de 4 mois, équivaut à 279 décès, 9,96 fois plus élevé que la moyenne annuelle entre 1966 et 2004.

Cependant, si nous divisons la moyenne annuelle de 66 à 04 par 3 pour la rendre équivalente aux 4 mois de décès jusqu’à présent en 2022, nous obtenons 9,3 décès. Donc, en effet, 2022 a jusqu’à présent vu des décès 10 fois plus élevés que le taux prévu.

Le tableau suivant montre le nombre moyen mensuel de décès d’athlètes enregistrés –

Ainsi entre 1966 et 2004. le nombre moyen mensuel de décès équivaut à 2,35. Mais entre janvier 2021 et avril 2022, la moyenne mensuelle équivaut à 42. Cela représente une augmentation de 1 696 %.

Arguments de clôture : les données ne mentent pas

Il existe de nombreuses autres preuves pour prouver que les injections de Covid-19 tuent des centaines de milliers de personnes chaque semaine. Par exemple, le gouvernement britannique a confirmé que les jeunes adultes entièrement vaccinés sont 92 % plus susceptibles de mourir que les jeunes adultes non vaccinés (voir ici ).

Ils ont également confirmé que les enfants vaccinés contre le COVID sont au moins 4 423 % plus susceptibles de mourir de quelque cause que ce soit et 13 633 % plus susceptibles de mourir du COVID-19 que les enfants non vaccinés (voir ici ).

Mais la preuve la plus accablante de toutes réside dans 4 faits simples.

Fait n°1 : Les régulateurs des médicaments ont été contraints d’admettre que le vaccin Covid-19 peut endommager le cœur.

Fait n ° 2 : Un nombre record de personnes demandent une ambulance en raison de problèmes cardiaques.

Fait n°3 : Des centaines de milliers de décès en excès sont enregistrées chaque semaine dans le monde, mais seule une petite minorité peut être attribuée au Covid-19.

Fait n°4 : Les taux de mortalité normalisés selon l’âge sont les plus faibles parmi la population non vaccinée dans chaque groupe d’âge.

Ce ne sont pas des allégations sans fondement. Ce sont des statistiques officielles du gouvernement et elles se trouvent dans les rapports officiels du gouvernement.

Par conséquent, les rapports officiels du gouvernement prouvent sans l’ombre d’un doute que des centaines de milliers de personnes meurent chaque semaine à cause de la vaccination contre le Covid-19.

Source

Traduit par PLEINSFEUX

close

Ne manquez rien !

Rejoignez les nouvelles de PleinsFeux.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !
En savoir plus dans notre politique de confidentialité

Translate »