POINTS D’ÉCLAIR

POINTS D’ÉCLAIR

Partager avec les autres

Par Samuel David Meyer – Avril 2022

« Et si la trompette rend un son confus, qui se préparera au combat ? »

1 Corinthiens 14/8

« Jésus poussa de nouveau un grand cri, et rendit l’esprit. Et voici, le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas, la terre trembla, les rochers se fendirent, les sépulcres s’ouvrirent, et plusieurs corps des saints qui étaient morts ressuscitèrent. Étant sortis des sépulcres, après la résurrection de Jésus, ils entrèrent dans la ville sainte, et apparurent à un grand nombre de personnes. Le centenier et ceux qui étaient avec lui pour garder Jésus, ayant vu le tremblement de terre et ce qui venait d’arriver, furent saisis d’une grande frayeur, et dirent : Assurément, cet homme était Fils de Dieu. »

Matthieu 27/50-54

Tout au long de l’histoire humaine, des événements critiques se sont produits qui ont changé le monde à jamais. Ces événements peuvent être appelés avec précision des points d’éclair. Le dictionnaire définit un point d’éclair comme « un point ou une étape critique auquel quelque chose ou quelqu’un provoque ou crée soudainement une action significative ». Depuis le début du siècle, nous avons été témoins d’événements importants qui ont profondément influé sur la façon dont nous vivons nos vies à l’ère moderne.

L’un des événements les plus significatifs de l’histoire américaine a eu lieu le 11 septembre 2001. J’avais dix-sept ans en ce jour fatidique. Moins de deux ans auparavant, j’avais voyagé à New York avec ma famille. L’un des points forts du voyage a été de visiter le World Trade Center et de se tenir sur le toit de l’une des tours pour admirer la vaste étendue de la plus grande ville d’Amérique. Comme la plupart des Américains, j’ai regardé avec horreur les images de deux compagnies aériennes commerciales foncer dans le World Trade Center diffusées le matin du 11 septembre sur la plupart des chaînes de télévision du pays. C’était un sentiment étrange de voir ces tours emblématiques, que je venais de visiter il n’y a pas si longtemps, s’enflammer. En peu de temps, ces imposantes tours se sont effondrées en décombres lors d’une catastrophe qui ressemblait beaucoup à une démolition. Bientôt, des rapports nous ont appris que des terroristes avaient détourné des vols commerciaux et les avaient intentionnellement écrasés contre des bâtiments. Leurs cibles seraient le World Trade Center à New York, le bâtiment du Capitole à Washington, D.C., et le quartier général de l’armée de notre pays connu sous le nom de Pentagone situé à Arlington, en Virginie. Le vol détourné ayant l’intention de frapper le Capitole est tombé du ciel au-dessus de l’état de Pennsylvanie. Tragiquement, 2753 personnes ont perdu la vie à New York le 11 septembre.

La peur s’est emparée de la nation ce jour-là. Pour la première fois de l’histoire, la Federal Aviation Administration, ou FAA, a immobilisé tous les vols aux États-Unis, laissant des passagers inquiets bloqués et essayant désespérément de rentrer chez eux. Nous nous sommes tous demandé s’il y aurait d’autres attentats, et une obsession nationale pour le terrorisme s’est rapidement installée. Le 12 septembre 2001, l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord, ou OTAN, a activé l’article 5 de son traité, ce qui était une autre première en l’histoire de notre monde. L’article stipule : « Les Parties conviennent qu’une attaque armée contre l’une ou l’autre d’entre elles en Europe ou en Amérique du Nord sera considérée comme une attaque contre elles toutes… »

Moins d’un mois plus tard, le 7 octobre 2001, les forces de l’OTAN dirigées par les États-Unis ont envahi l’Afghanistan dans le but de renverser le régime taliban, qui aurait aidé Oussama ben Laden et le groupe terroriste al-Qaïda lors lors des attaques du 11 septembre. À l’époque, personne n’aurait imaginé que cette guerre durerait près de vingt ans, mais, elle a bel et bien duré pendant tout ce temps. Le dernier soldat américain en Afghanistan, le général de division Chris Donahue, ne quittera pas le pays déchiré par la guerre avant le 31 août 2021. La guerre qui a duré des décennies a eu un coût horrible. Au cours des près de vingt années de conflit, les États-Unis ont dépensé environ 2,3 trillions de dollars porécessionr l’effort de guerre. Des chercheurs de l’Université Brown pensent qu’au moins 241.000 personnes sont mortes à la suite de cette guerre, dont 71.000 civils. Au total, 980.000 soldats américains ont combattu en Afghanistan. Plus de 20.700 d’entre eux ont été blessés et 2.455 d’entre eux ont perdu la vie.

Pour compliquer encore les choses, l’ancien président des États-Unis, George W. Bush, a utilisé la guerre contre le terrorisme en cours comme prétexte pour envahir l’Irak le 19 mars 2003. Cette guerre était justifiée par l’affirmation que l’Irak possédait des armes de destruction massive, mais, ces armes n’ont jamais été retrouvées. Le conflit en Irak s’est terminé le 15 décembre 2011. Le coût de cette guerre a également été effarant. On estime que 134.000 civils ont été tués dans le conflit, tandis que 4.488 militaires américains et 3.400 entrepreneurs américains ont péri. Les fonds utilisés pour combattre cette guerre ont été empruntés ; Ainsi, on estime qu’en fin de compte, la guerre en Irak coûtera aux contribuables américains au moins 2,2 trillions de dollars, mais pourrait atteindre 3,9 trillions de dollars d’ici 2053.

À l’heure actuelle, nous pouvons voir que les événements tragiques du 11 septembre 2001 ont eu des ramifications profondes pour ce pays. Parce que ces avions ont percuté le World Trade Center, les États-Unis ont supporté un fardeau monstrueux à la fois financièrement et en termes de pertes de vie. Malheureusement, des milliers d’anciens combattants de l’armée américaine sont rentrés chez eux avec un trouble de stress post-traumatique, ou SSPT. Ce traumatisme profond a provoqué une épidémie de suicides parmi ce sous-ensemble de la population américaine. Alors que plus de 7000 soldats sont morts dans la guerre contre le terrorisme, un rapport publié par l’Université de Boston en juin 2021 estime que plus de 30.000 vétérans qui ont combattu en Irak et en Afghanistan se sont suicidés.

Les États-Unis étaient un pays différent à bien des égards avant les attentats du 11 septembre. Je me souviens de voyages à l’aéroport pour voir quelqu’un partir ou pour saluer quelqu’un qui arrive. À l’époque, le personnel de l’aéroport vous laissait passer les contrôles de sécurité même si vous n’aviez pas de billet. Il n’y avait pas de scanners corporels et de palpations par les agents de la TSA. En fait, il n’y avait pas d’agents de la TSA parce que la Transportation Security Administration n’existait pas encore. La TSA est une division du Département de la Sécurité Intérieure, qui n’existait pas non plus avant le 11 septembre 2001.

Environ un an après les attentats, la moitié des adultes interrogés ont déclaré à Pew Research que les États-Unis « avaient considérablement changé ». Lorsqu’on leur a demandé comment leur vie avait changé, les personnes interrogées ont déclaré qu’elles « se sentaient plus effrayées, plus prudentes, plus méfiantes ou plus vulnérables à la suite des attaques ». Quinze ans plus tard, en 2016, une autre étude de Pew a révélé que 76% des adultes américains ont déclaré que le 11 septembre était « l’un des dix événements historiques de leur vie qui a eu le plus grand impact sur le pays ». Les événements du 11 septembre ont également semé une profonde méfiance à l’égard du gouvernement. Une enquête menée par Statista en octobre 2021 a révélé que 11% des personnes interrogées ont déclaré « croire fermement » que les attentats contre le World Trade Center en 2001 étaient un « travail interne ». Douze pour cent des personnes interrogées ont déclaré qu’elles « croyaient quelque peu » cette théorie, tandis que 15% ont déclaré qu’elles « n’y croyaient pas ». Seuls 9% des personnes interrogées ont déclaré qu’elles « ne croyaient pas du tout » que le 11 septembre était un travail interne, 45% ont déclaré qu’elles « n’y croyaient pas du tout » et 7% des personnes interrogées ont déclaré qu’elles « ne le savaient pas ». De toute évidence, de nombreuses questions subsistent sur ce qui s’est réellement passé ce jour-là. Dans tous les cas, nous pouvons dire avec une grande certitude que le 11 septembre 2001 a été un tournant majeur dans l’histoire de notre nation qui a radicalement changé notre pays pour toujours.

Retour sur la Grande Récession

Six ans après les attentats du 11 septembre, une nouvelle crise s’est emparée de l’Amérique. Cette fois, les États-Unis ont fait face à une longue période de déclin économique connue sous le nom de Grande Récession. Débutant officiellement en décembre 2007, la récession a duré jusqu’en juin 2009, ce qui en fait la récession la plus prolongée que l’Amérique ait connue depuis la Seconde Guerre Mondiale. Pendant cette période de troubles nationaux, le produit intérieur brut des États-Unis a chuté de 4,3% et le chômage est passé de 5% en décembre 2007 à 10% en octobre 2009. Les prix des maisons ont chuté de 30% qui a laissé de nombreux propriétaires aux prises avec des hypothèques sous-marines, un phénomène qui se produit lorsque le montant dû sur une hypothèque dépasse la valeur totale de la maison. Les saisies immobilières ont considérablement augmenté et des millions de personnes ont perdu leurs économies. En fait, la valeur nette des ménages américains et des organisations à but non lucratif a chuté précipitamment, passant d’une valeur totale de 69.000 trillions de dollars en 2007 à 55.000 trillions de dollars en 2009, en grande partie à cause des pertes subies par le marché boursier américain.

À la fin de 2008, la Réserve Fédérale avait abaissé le taux d’intérêt cible aux États-Unis à zéro pour la première fois de l’histoire. Cela a été fait dans l’espoir que les gens et les entreprises se sentiraient plus enclins à emprunter de l’argent et à stimuler une économie nationale qui était beaucoup plus proche de l’effondrement complet et total que la plupart des gens ne le pensaient. Le gouvernement fédéral, dirigé par l’administration de l’ancien président George W. Bush, a également pris des mesures sans précédent et a commencé à distribuer des milliards de dollars de renflouement aux entreprises américaines jugées « trop grandes pour faire

faillite ». La première entreprise à bénéficier d’un plan de sauvetage a été la société d’assurance et d’investissement AIG, qui a reçu 85 milliards de dollars du gouvernement. Au cours des mois suivants, les constructeurs automobiles Chrysler et General Motors ont reçu des renflouements totalisant 80 milliards de dollars, et l’institution financière géante connue sous le nom de Bank of America a reçu 125 milliards de dollars. Qu’est-ce que le peuple américain a reçu ? Les personnes qui remplissaient les conditions de revenu ont reçu des chèques de relance d’un montant de 600 dollars.

Bien que la Grande Récession ait techniquement pris fin en juin 2009, les effets de ce ralentissement économique historique se sont fait sentir pendant des années après les faits. La main-d’œuvre américaine ne récupérerait les 8,7 millions d’emplois supprimés pendant la récession qu’à la mi-2014. La Réserve Fédérale n’a relevé les taux d’intérêt directeurs aux États-Unis qu’en décembre 2015. Néanmoins, en 2017, les États-Unis s’étaient largement remis de la récession. L’économie était florissante, ce qui a incité Annie Lowrey de The Atlantic à écrire en décembre 2017 : « Une décennie après son début, la Grande Récession s’est estompée dans les mémoires. Les bénéfices des entreprises et le marché boursier se sont complètement redressés, le secteur financier étant en plein essor. Le marché du travail s’est complètement rétabli, les revenus de la classe moyenne augmentant et l’économie flirtant avec le plein emploi. Le gouvernement, aux niveaux étatique, local et fédéral, s’est également rétabli, et l’économie se rapproche de ce que les économistes considèrent comme le rythme durable le plus rapide ». Il semblait que la prospérité était revenue aux États-Unis d’Amérique. Cet optimisme et cet enthousiasme seront cependant de courte durée.

Récupération interrompue

En mars 2020, le monde a atteint un autre point d’éclair catastrophique lorsqu’une pandémie mondiale a été déclarée en raison d’une nouvelle maladie connue sous le nom de Covid-19. Cette crise naissante a servi d’interruption choquante dans ce qui avait autrement été une reprise économique robuste. Soudain, des confinements ont été mis en place partout dans le monde, des entreprises non essentielles ont été contraintes de fermer et plus de vingt millions d’emplois ont été brusquement perdus. En mars 2020, la Réserve Fédérale a de nouveau abaissé le taux d’intérêt directeur à zéro, et le gouvernement a rapidement commencé à élaborer des plans de relance dans une tentative désespérée d’éviter une nouvelle récession dévastatrice. En avril 2020, le gouvernement envoyait à nouveau des chèques de relance, une manœuvre qui, à l’époque, me rappelait la Grande Récession. D’autres chèques suivraient en décembre 2020, tandis que la troisième et dernière série de paiements directs de relance économique était distribuée aux Américains en mars 2021. Le gouvernement a mis en place divers programmes de relance conçus pour soutenir l’économie, qui était encore une fois à risque d’effondrement. Au total, environ cinq trillions de dollars ont été dépensés pour stimuler la pandémie. Si cette somme d’argent obscène a aidé des entreprises et des particuliers qui tenaient à peine, elle a encore aggravé une dette nationale déjà incontrôlable qui s’est élevée à plus de trente trillions de dollars en janvier 2022. En revanche, la dette nationale des États-Unis était d’environ six trillions de dollars en l’an 2000. Le Bureau du budget du Congrès estime que les États-Unis dépenseront 60 trillions de dollars rien qu’en paiements d’intérêts au cours des trois prochaines décennies.

Il est presque inimaginable que les États-Unis puissent un jour faire défaut sur leur dette. Cependant, la dette nationale ne peut pas continuer à croître sans contrôle indéfiniment. Pour aggraver les choses, une chaîne d’approvisionnement enchevêtrée, des pénuries de main-d’œuvre et une inflation brûlante menacent d’infliger davantage de difficultés économiques aux États-Unis. J’ai vu plusieurs rapports suggérant que nous pourrions bientôt faire face à une autre récession. Sera-t-elle pire que la précédente ? Si les événements des deux dernières décennies nous ont appris quelque chose, c’est que des catastrophes inattendues et sans précédent se produisent. Le dollar va-t-il s’effondrer ? Une nouvelle monnaie pourrait-elle prendre sa place ? Des indices suggèrent qu’un nouveau système monétaire pourrait arriver.

Alors la fin de l’argent est à l’horizon

Ces dernières années, les gens du monde entier ont manifesté un intérêt croissant pour une nouvelle forme de monnaie connue sous le nom de crypto-monnaie. Ce type de monnaie, qui est entièrement numérique et n’est soutenu par aucune banque centrale, a tendance à augmenter et à diminuer de façon spectaculaire. Malgré ses fortes fluctuations de valeur, un nombre croissant de personnes le considèrent comme l’avenir de l’argent. Ainsi, nous avons vu des sites web d’échange de crypto-monnaie fortement annoncés à la fois à la télévision et sur Internet alors que des efforts sont faits pour propulser la crypto-monnaie dans la société en général. Ces efforts incluent les approbations de plusieurs athlètes professionnels, dont le quart-arrière de la Ligue nationale de football Tom Brady, qui a joué dans une publicité pour le site web d’échange de crypto-monnaie FTX l’année dernière. Le receveur de la NFL Odell Beckham Jr. a fait la une des journaux en 2021 lorsqu’il a annoncé que l’intégralité de son salaire de 750.000 dollars serait payé dans la crypto-monnaie la plus connue au monde, le Bitcoin. Aaron Rodgers, un autre quart-arrière qui joue dans la Ligue nationale de football, a également approuvé le Bitcoin. Il a annoncé le 1er novembre 2022 qu’il recevrait une partie de son salaire en monnaie numérique. Pendant ce temps, le nouveau maire de New York, Eric Adams, a annoncé en janvier 2022 que son premier salaire serait converti en crypto-monnaie. « New York est le centre du monde, et nous voulons qu’il soit le centre de la crypto-monnaie et d’autres innovations financières », a déclaré Adams.

Les gouvernements n’aiment généralement pas les crypto-monnaies, telles que le Bitcobanin, car ces devises sont non réglementées, anonymes et considérées comme des concurrents de l’argent émis par les banques centrales. Afin de concurrencer les crypto-monnaies, certains pays ont déjà commencé à déployer leurs propres monnaies numériques. Cela inclut la Chine, qui a développé un yuan numérique. Dans ce système, les données de transaction sont anonymes pour les autres utilisateurs de devises et invisibles pour les banques qui effectuent les transactions, mais, entièrement visibles pour le gouvernement chinois. Ainsi, les autorités chinoises peuvent suivre chaque transaction effectuée avec le yuan numérique et peuvent confisquer de l’argent ou restreindre le flux de fonds à volonté. La nouvelle monnaie fonctionne main dans la main avec le système de crédit social récemment mis en place en Chine, qui attribue un « pointage de crédit social » aux citoyens chinois en fonction de leur comportement. Par exemple, jouer à des jeux vidéo de manière excessive ou se promener dans les rues publiques peut faire baisser le score d’une personne, tandis que les activités approuvées par le gouvernement peuvent augmenter le score. Ceux qui commettent trop d’infractions peuvent se voir interdire de posséder des biens, de contracter des emprunts ou d’acheter des billets d’avion, parmi de nombreuses autres limitations.

Il est facile de voir les nombreuses façons dont une monnaie numérique contrôlée par la banque centrale pourrait devenir un cauchemar pour la vie privée. Néanmoins, la Réserve Fédérale aux États-Unis a travaillé dur pour rechercher un dollar numérique. En février 2022, il a été signalé que la branche de la Réserve Fédérale à Boston, Massachusetts, en partenariat avec le Massachusetts Institute of Technology, ou MIT, testait déjà des conceptions pour un nouveau système de traitement numérique du dollar. Selon les rapports, le nouveau système est capable de traiter 1,7 million de transactions par seconde. « Il est essentiel de comprendre comment les technologies émergentes pourraient soutenir une CBDC (monnaie numérique de la banque centrale) et quels défis subsistent. Cette collaboration entre le MIT et nos technologues a un modèle de recherche CBDC évolutif qui nous permet d’en savoir plus sur ces technologies et les choix qui devraient être pris en compte lors de la conception d’une CBDC », a déclaré Jim Cunha, vice-président exécutif et chef de l’exploitation par intérim à la Réserve Fédérale de Boston.

En mars 2022, le président américain Joe Biden a publié un décret ordonnant au gouvernement américain de porter une nouvelle attention aux crypto-monnaies. L’ordonnance appelle le Département du Trésor à élaborer des recommandations politiques sur la protection des consommateurs, des investisseurs et des entreprises contre les risques associés aux monnaies numériques non réglementées. Plus révélateur, l’ordonnance déclare que le président des États-Unis « accorde l’urgence » à la recherche et au développement d’un dollar numérique. Ces développements indiquent qu’il ne s’agit plus de savoir si un dollar numérique sera développé, mais, quand un dollar numérique sera développé. Notons ici que quatre-vingt-sept pays dans le monde sont en train de rechercher et de développer des monnaies numériques de banque centrale.

En août 2021, le groupe de réflexion connu sous le nom de Brookings Institution a publié un article avec un titre déclarant : « L’argent liquide sera bientôt obsolète. L’Amérique sera-t-elle prête ? L’article exhorte ensuite la Réserve Fédérale à créer un dollar numérique. Les États-Unis devraient développer un dollar numérique, non pas à cause de ce que font les autres pays, mais parce que les avantages d’une monnaie numérique dépassent de loin les coûts », insiste l’auteur Eswar Prasad. Ces prétendus avantages incluent la fourniture aux pauvres et à ceux qui n’ont pas de compte bancaire d’un accès aux transactions numériques. L’article suggère également qu’un dollar numérique permettrait au gouvernement de verser rapidement et efficacement des paiements de relance à tous les Américains. On nous dit en outre que la Réserve Fédérale pourrait utiliser le dollar numérique comme un outil pour imposer des taux d’intérêt négatifs dans des conditions économiques médiocres. « Si les espèces étaient remplacées par un dollar numérique, cependant, la Fed pourrait imposer un taux d’intérêt négatif en réduisant progressivement les soldes électroniques des comptes en monnaie numérique de chacun, créant une incitation pour les consommateurs à dépenser et pour les entreprises à investir ». Je soupçonne que la plupart des Américains en voudraient à la Réserve Fédérale de voler subrepticement de l’argent sur leurs comptes, mais cela pourrait facilement se produire lorsqu’un dollar numérique sera introduit.

L’article admet qu’il existe certains risques liés à la mise en œuvre d’une monnaie numérique de la banque centrale. « Même avec des protections en place pour assurer la confidentialité, aucune banque centrale ne renoncerait à la capacité d’auditer et de retracer les transactions. Un dollar numérique pourrait menacer ce qui reste d’anonymat et de confidentialité dans les transactions commerciales, un rappel que l’adoption d’un dollar numérique n’est pas seulement une décision économique, mais aussi sociale. En d’autres termes, l’auteur estime que le peuple américain devrait abandonner sa vie privée financière pour le bien de la société ». Il conclut l’article en écrivant : « La fin de l’argent liquide est à l’horizon, et elle aura des effets considérables sur l’économie, la finance et la société en général. Avec une bonne préparation et une discussion ouverte, nous devrions embrasser l’avènement d’un dollar numérique.

Avec tant de pays développant désormais des monnaies numériques de banque centrale, je soupçonne fortement que ces différents systèmes monétaires numériques pourraient éventuellement être fusionnés en un seul, produisant ainsi une société mondiale sans numéraire. Cette société sans numéraire ferait partie d’un système économique mondial qui cherche à unir le monde entier sous un gouvernement antichrist mondial. Il est très possible que la population mondiale se retrouve incapable d’acheter ou de vendre sans utiliser la monnaie numérique.

Le monde en danger

Dans ce qui est rapidement devenu le plus grand point chaud de 2022, les forces militaires russes ont envahi l’Ukraine le 24 février 2022, à la demande du président russe Vladimir Poutine. Soudain, nous assistons à une guerre dévastatrice en Europe, qui pourrait facilement se propager à d’autres pays européens. Les dirigeants mondiaux savent que ce conflit, s’il se prolonge et s’il y a une erreur de calcul ou un malentendu, pourrait conduire à la troisième guerre mondiale et peut-être même à une guerre nucléaire.

Le 27 février 2022, quelques jours seulement après le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, Vladimir Poutine a mis ses forces nucléaires en état d’alerte maximale. La décision de Poutine a rapidement changé la conversation concernant le conflit et nous a amenés à nous demander s’il pouvait vraiment utiliser des armes nucléaires ? Peu de temps après, le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, aurait déclaré : « Donner l’alerte aux forces nucléaires russes est un développement effrayant. La perspective d’un conflit nucléaire, autrefois impensable, est maintenant de retour dans le domaine du possible ». On a compris depuis longtemps qu’en cas de guerre nucléaire totale, personne ne gagne. Ainsi, les puissances nucléaires ont traditionnellement adopté la doctrine militaire de la destruction mutuelle assurée, qui postule que si un pays utilise des armes nucléaires, la cible ou ses alliés répondront de la même manière, en ripostant par une attaque nucléaire contre l’auteur. Une étude menée par des scientifiques du Laboratoire national de Los Alamos en 1947 a déterminé qu’il faudrait entre dix et cent armes nucléaires pour détruire le monde entier. Il convient de noter que les armes nucléaires ont beaucoup progressé depuis la réalisation de cette étude et qu’elles sont désormais beaucoup plus puissantes et destructrices. En ce qui concerne la possibilité d’un assaut nucléaire, le secrétaire général de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord, Jens Stoltenberg, a averti : « La Russie doit cesser ses branle-bas nucléaires. Toute utilisation d’armes nucléaires changera fondamentalement la nature du conflit, et la Russie doit comprendre qu’une guerre nucléaire ne devrait jamais être menée et qu’elle ne peut jamais gagner une guerre nucléaire ». Ici, notons qu’au cours du mois de mars 2022, deux avions de combat russes ont illégalement violé l’espace aérien souverain au-dessus de la Suède pendant environ une minute. Il a été déterminé plus tard que ces avions de combat étaient armés d’ogives nucléaires.
La guerre nucléaire est le pire scénario. Il est beaucoup plus probable que le conflit continuera à être combattu par des moyens plus conventionnels. Néanmoins, il existe une possibilité très réelle et dangereuse que la guerre déborde des frontières de l’Ukraine et déclenche la Troisième Guerre Mondiale. Une simple erreur de calcul pourrait déclencher un conflit mondial. Il y a déjà eu au moins un appel de proximité. Le 13 mars 2022, il a été signalé qu’un drone égaré de fabrication soviétique armé d’un engin explosif s’était écrasé en Croatie. La bombe a explosé dans un parking et a endommagé une quarantaine de voitures. Fait remarquable, personne n’a été blessé ou tué. S’il y avait eu des victimes, la troisième guerre mondiale aurait pu déjà commencer car la Croatie est membre de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord. Une attaque contre un pays de l’OTAN est considérée comme une attaque contre tous. Néanmoins, le conflit a déjà pris une dimension internationale même sans guerre mondiale formelle. Pas moins de trois mille Américains ont exprimé leur intérêt à combattre les Russes en Ukraine, et certains sont déjà là-bas pour combattre les forces d’invasion. Les Canadiens se sont également portés volontaires pour se battre pour l’Ukraine, et ils ont même leur propre bataillon composé de 550 soldats. Pour ne pas être en reste, le président russe a soutenu un plan visant à amener des combattants étrangers de Syrie et d’autres parties du Moyen-Orient en Ukraine pour combattre pour les Russes. Ainsi, vous pourriez avoir des Américains et des Canadiens combattant des Syriens en Ukraine, ce qui entraînerait un conflit international par défaut.

Le président américain Joe Biden affirme faire preuve de prudence afin d’éviter d’aggraver le conflit et d’impliquer les troupes américaines dans la guerre. Par exemple, il a refusé d’imposer une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Russie malgré les appels répétés du président ukrainien Volodymyr Zelenskyy. Biden a également refusé de transférer des avions de combat en Ukraine, déclarant :

« L’idée que nous allons envoyer du matériel offensif et que des avions, des chars et des trains arrivent avec des pilotes américains et des équipages américains, comprenez simplement, ne vous leurrez pas, peu importe ce que vous dites, cela s’appelle la troisième guerre mondiale ». Le président a cependant déclenché un tollé lors d’un discours en Pologne. Parlant de Vladimir Poutine, Biden a déclaré à son auditoire : « Pour l’amour de Dieu, cet homme ne peut pas rester au pouvoir ».

Alors que les dirigeants mondiaux se chamaillent, le fait que des millions de personnes souffrent à cause de cette guerre ne doit pas être oublié. Des millions d’Ukrainiens ont fui leur pays et d’autres ont été tués. Des rapports récents indiquent qu’au moins 1119 civils ukrainiens étaient morts au 27 mars 2022. La Russie a également subi des pertes importantes. Fin mars 2022, le gouvernement russe a signalé que 1351 soldats russes étaient morts pendant la guerre et que 3825 avaient été blessés. Le gouvernement ukrainien estime cependant que plus de 15.000 soldats russes ont été tués jusqu’à présent. Toutes ces morts sont tragiques et inutiles, mais comme cela a si souvent été le cas dans le passé, nous voyons des pays utiliser leurs citoyens et leurs soldats comme des pions sur un échiquier. Je prie pour que ce conflit soit résolu avant qu’il ne dégénère en quelque chose de bien pire. Dans tous les cas, nous voyons qu’une fois de plus, les paroles de Jésus-Christ sonnent juste alors même que les nations se soulèvent contre les nations et que le monde souffre de famines, de pestes, de tremblements de terre dans divers endroits et des visions effrayantes.

Nous avons couvert certains des points chauds les plus importants de ces dernières décennies dans ce bulletin. Ces événements ont eu de graves conséquences et un impact profond sur notre monde. Pourtant, nous avons de l’espoir parce que l’événement le plus important et le plus bouleversant de l’histoire a eu lieu il y a près de deux mille ans lorsque notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ a donné sa vie sur la croix du Calvaire. L’impact de ce don s’est fait sentir immédiatement. Matthieu 27:50-54 nous dit : « Jésus poussa de nouveau un grand cri, et rendit l’esprit. Et voici, le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas, la terre trembla, les rochers se fendirent, les sépulcres s’ouvrirent, et plusieurs corps des saints qui étaient morts ressuscitèrent. Étant sortis des sépulcres, après la résurrection de Jésus, ils entrèrent dans la ville sainte, et apparurent à un grand nombre de personnes. Le centenier et ceux qui étaient avec lui pour garder Jésus, ayant vu le tremblement de terre et ce qui venait d’arriver, furent saisis d’une grande frayeur, et dirent : Assurément, cet homme était Fils de Dieu. » Les tombes ouvertes étaient un aperçu de ce qui arrivera à tout le peuple de Dieu qui croit au Seigneur Jésus-Christ. L’impact de ce que notre Sauveur a fait pour nous il y a si longtemps se fait encore sentir aujourd’hui. Si vous ne vous êtes pas encore repenti de vos péchés et que vous n’avez pas consacré votre vie à Dieu, je vous exhorte à le faire maintenant.

Source

Traduit par PLEINSFEUX

close

Ne manquez rien !

Rejoignez les nouvelles de PleinsFeux.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !
En savoir plus dans notre politique de confidentialité

Translate »