Religions-Sectes

Publié le 06 février, 2018 | par Equipe de Pleinsfeux

0

SEXE ET HONTE

Par Richard Bennett – Le 28 novembre 2015

Et l’Église Catholique Romaine

« Sexe, Honte et l’Église Catholique » étaient le grand titre de Newsweek pour le 4 mars 2002, sous-titré, « et nouvelle introspection à travers l’Amérique ». On aurait espéré que l’exposition de l’enseignement catholique sur la virginité et le célibat aurait été discutée.  Au lieu de cela, l’article se concentre sur la citation de certains faits et de certains chiffres, et qui dit quoi, sans référence à la position officielle de l’Église Catholique Romaine.  Puisque ce qui s’est passé est de la plus grande gravité, ce serait pour s’attendre à ce que les enseignements du Seigneur Jésus-Christ sur les abus des enfants aient été mentionnés.  Les enseignements pastoraux de l’apôtre Paul concernant le mariage et le ministère devraient également être portés sur la question.  Au lieu de cela, le Vatican a publié des règles du secret concernant les scandales qui ont été révélés à Boston et à travers le monde concernant les prêtres catholiques abusant des enfants.

En raison du comportement scandaleux provenant de Boston, et des scandales similaires à travers le monde, le Vatican a été invité à donner une réponse.  Le défunt Pape Jean-Paul II a approuvé de nouvelles règles.  Le cardinal Joseph Ratzinger, par l’intermédiaire de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, a publié ces règles, à savoir que « les cas des pédophiles étaient assujettis au secret pontifical et que seuls les prêtres devraient traiter de ces cas, y compris ceux qui servent comme juges, procureurs ou défenseurs dans les tribunaux de l’église … et les victimes doivent porter leurs accusations dans les 10 ans après avoir atteint l’âge de 18 ans ».  Si un tel principe de « secret pontifical » avait été produit dans un autre forum, un tollé serait entendu.  Les tentations des prêtres jugeant leurs confrères, et cela avec le « secret pontifical », seraient semblables à un appel des cadres d’Enron réclamant le droit de juger les dirigeants d’Enron et d’exercer le « secret exécutif ».  Tout cela est totalement choquant, surtout à la lumière des principes du Seigneur Jésus-Christ envers ce même sujet.  Si la vérité et la justice doivent être vues, il ne faut pas juger de l’apparence extérieure, ni de la position de la personne dans la société, ni dans le secret, mais à la lumière du jour, afin que la justice prévale.

Mariage et ministère

Dans les Écritures, le mariage est honoré.  Les qualifications scripturaires d’un pasteur ou d’un ministre sont qu’il doit être le mari d’une femme, sachant comment gérer sa propre maison d’abord, puis, l’église de Dieu.  « Que le mariage soit honoré de tous, et le lit conjugal exempt de souillure, car Dieu jugera les impudiques et les adultères. » (Hébreux 13:4)  « Il faut donc que l’évêque soit irréprochable, mari d’une seule femme, sobre, modéré, réglé dans sa conduite, hospitalier, propre à l’enseignement.  Il faut qu’il ne soit ni adonné au vin, ni violent, mais indulgent, pacifique, désintéressé.  Il faut qu’il dirige bien sa propre maison, et qu’il tienne ses enfants dans la soumission et dans une parfait honnêteté, car si quelqu’un ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l’Église de Dieu ? » (1 Timothée 3:2-5)  Le Seigneur Jésus-Christ parle du don du célibat, un don qui n’est donné qu’à quelques-uns.  Sur le sujet même : « Ses disciples lui dirent : Si telle est la condition de l’homme à l’égard de la femme, il n’est pas avantageux de se marier.  Il leur répondit : Tous ne comprennent pas cette parole, mais seulement ceux à qui cela est donné.  Car il y a des eunuques qui le sont dès le ventre de leur mère ; Il y en a qui le sont devenus par les hommes ; Et il y en a qui se sont rendus tels eux-mêmes à cause du royaume des cieux.  Que celui qui peut comprendre comprenne. » (Matthieu 19:10-12)  Par conséquent, c’est dans le contexte de parler du mariage que le Seigneur parle des eunuques pour l’amour du Royaume des cieux.  Il est à noter que le Seigneur ne parle pas d’une institution des célibataires ; Il dit plutôt : « Que celui qui peut comprendre comprenne. »  Celui qui est capable de comprendre comprenne.  C’est une affaire personnelle entre le Seigneur et l’individu qui est capable de comprendre et de supporter l’enseignement.  Ce n’était pas un conseil universel destiné à tous les croyants masculins servant dans le ministère.  Ce que le Seigneur n’a pas dit était ceci : « Pour cette cause, un homme quittera aussi père et mère et se joindra à un groupe d’autres célibataires, et leur mode de vie sera établi ».  Aucune forme de vie n’a jamais été établie par le Seigneur ; Plutôt seulement pour certains individus entre le Seigneur et ces individus ce type de vie est conseillé.  Si le Seigneur avait envisagé des « maîtres généraux » dans des monastères, et des « supérieures » dans des couvents dans ce contexte, il l’aurait dit.  Dans le Nouveau Testament, cependant, il n’y a aucune indication que les apôtres soient célibataires, ni ceux qui devaient les suivre en tant que pasteurs.  Au contraire, dans l’enseignement du Christ et celui de l’apôtre Paul, le mariage est une ordonnance dont aucune profession n’est interdite« N’avons-nous pas le droit de mener avec nous une sœur qui soit notre femme, comme font les autres apôtres, et les frères du Seigneur, et Céphas ? » (1 Corinthiens 9:5)  Les Écritures vérifient que Céphas (Pierre) avait une femme et une belle-mère.  Il est au-delà de la raison ou de la santé de penser que Pierre était célibataire. Interdire le mariage est une des doctrines erronées de l’église antichrétienne. Dans I Corinthiens 7:8-9 et 7:32-38, l’apôtre Paul dit qu’il est permis d’être célibataire si on le veut, mais cela ne doit jamais être commandé ; Ce n’est jamais la loi.  Dans les paroles de l’apôtre : « Mais s’ils manquent de continence, qu’ils se marient ; Car il vaut mieux se marier que de brûler. » (1 Corinthiens 7:9)  Se marier comprend la consommation du mariage.  Le célibat sacerdotal a été la cause première des immoralités sexuelles chez les prêtres, les femmes, les garçons et les filles, les prêtres proposant sexuellement aux femmes et aux filles l’adultère et/ou la fornication, et les garçons avec la sodomie.

Loi Catholique Romaine sur l’état clérical

Les enseignements de l’Église Catholique Romaine concernant le mariage et le ministère se dirigent dans une direction totalement différente.  La servitude totale envers le système catholique romain remplace la relation intime d’un individu avec le Seigneur Jésus-Christ.  Pour le prêtre catholique, le mariage n’est pas « honorable et sans tache » ; C’est plutôt un scandale.  Par la loi de l’Église Catholique Romaine, il est interdit aux prêtres et aux évêques de se marier.  Les mots exacts de la Loi Catholique Romaine sont donnés dans leur Code du Droit Canon,

Canon 1394, Section 1 – « … un ecclésiastique qui tente de se marier, même si ce n’est que civilement, encourt une suspension latae sententiae ; S’il ne se repent pas après avoir été averti et continue à faire scandale, il peut être puni progressivement par des privations, même par le renvoi de l’état clérical. »

Le célibat, dans l’enseignement du Seigneur Jésus-Christ, est uniquement pour l’individu qui peut recevoir ce don.  Le canon 1394 contredit clairement les enseignements du Seigneur Jésus-Christ.  Assez audacieux pour admettre que ses lois de fer ne sont pas basées sur la Bible, mais sur sa propre tradition, les enseignements du Vatican continuent,

« Dans tous les cas, l’Église Catholique Romaine d’Occident ne peut pas affaiblir son respect fidèle de sa propre tradition.  Et, il est impensable qu’elle ait suivi depuis des siècles une voie qui, au lieu de favoriser la richesse spirituelle des âmes individuelles et du Peuple de Dieu, l’ait en quelque sorte compromise ou qu’elle ait, avec des prescriptions juridiques arbitraires, étouffé la libre expansion des réalités les plus profondes de la nature et de la grâce. »

C’est une arrogance éhontée que le même pape et son Église, tout en admettant librement que leurs lois du célibat ne viennent pas du Seigneur Jésus-Christ, ni des Apôtres, mais plutôt, de « sa propre tradition », mais, déclarent qu’il est « impensable » « que l’Église Catholique Romaine ait étouffé avec des prescriptions juridiques arbitraires la libre expansion des réalités les plus profondes de la nature et de la grâce ».  Comment une Église qui reconnaît que le célibat ecclésiastique ne vient pas du Christ et des apôtres puisse faire de tels enseignements sa loi ?  Sa propre réponse officielle commence assez bien,

« Regardons ouvertement les principales objections contre la loi qui lie le célibat ecclésiastique avec le sacerdoce.  Le premier semble provenir de la source la plus autorisée, le Nouveau Testament, qui préserve les enseignements du Christ et des apôtres.  Il n’exige pas le célibat des ministres sacrés, mais le propose plutôt comme un acte libre d’obéissance à une vocation spéciale ou à un don spirituel spécial.  Jésus lui-même n’en a pas fait un préalable dans son choix des Douze, pas plus que les apôtres pour ceux qui ont présidé les premières communautés chrétiennes. »

L’Église Catholique Romaine déclare que les principales objections « semblent » provenir de « la source la plus autorisée », le Nouveau Testament.  Pourtant, pour elle, les Écritures ne sont pas « la source la plus autorisée ».  Tout en reconnaissant que la virginité n’est pas de la nature du ministère en soi, Rome a l’audace de déclarer que le célibat sacerdotal est encore pour l’Église de Rome une « loi sacrée ».

« La virginité, sans doute, comme l’a déclaré le Concile Vatican II, n’est évidemment pas exigée par la nature du sacerdoce lui-même.  Cela ressort clairement de la pratique de l’Église primitive et des traditions des Églises orientales. »  En même temps, le Concile n’a pas hésité à confirmer solennellement l’ancienne loi sacrée et providentielle du célibat sacerdotal.

Clairement, en termes d’autorité ultime, l’Église Catholique Romaine soutient que la tradition catholique romaine se tient au-dessus des Saintes Écritures !

Face à tout cela, le Saint-Esprit avait mis en garde contre des enseignements et des pratiques aussi absurdes dans le Nouveau Testament.  « Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons, par l’hypocrisie de faux docteurs portant la marque de la flétrissure dans leur propre conscience, prescrivant de ne pas se marier, et de s’abstenir d’aliments que Dieu a créés pour qu’ils soient pris avec actions de grâces par ceux qui sont fidèles et qui ont connu la vérité. » (1 Timothée 4:1-3)  Ce texte s’applique clairement à l’Église Catholique Romaine qui a placé ses traditions au-dessus des Saintes Écritures.  Interdire de se marier était une des étapes vers cette grande apostasie, qui est et a été pendant des siècles consacrée aux reliques des martyrs, en dressant des autels, en brûlant de l’encens, en consacrant des images et des temples, en faisant des prières et des louanges aux morts, et trompant généralement ceux qui n’ont pas reçu l’amour de la vérité. Un tel culte du démon inclut aussi l’interdiction de se marier et de s’abstenir de manger de la viande.  Les mêmes prêtres, à qui il est interdit de se marier, sont ceux qui ont reçu l’ordre de s’abstenir de manger de la viande pendant le Mercredi des Cendres et le Vendredi Saint.

Éliminer la loi pour supprimer les occasions d’infidélité ?

Le Vatican admet volontiers que ce qui s’est passé et ce qui se passe est attristant, et il pourrait sembler que la solution serait de permettre au clergé catholique de se marier.  La position officielle de l’Église de Rome reconnaît cela comme une option,

« Il y a ceux qui sont convaincus qu’un sacerdoce marié enlèverait les occasions d’infidélité, d’insouciance et de défections affligeantes qui blessent et attristent toute l’Église Catholique Romaine.  Ceux-ci soutiennent également qu’un sacerdoce marié permettrait aux ministres du Christ de témoigner plus pleinement de la vie chrétienne, en incluant le témoignage de la vie conjugale, dont ils sont exclus par leur état de vie. »

Alors que Rome l’admet officiellement, en pratique, elle ne fait rien ; Au contraire, elle continue d’insister sur ses lois du célibat.  Les lois de Rome sont de rigueur, imposées et immuables, selon les termes du pape et du Concile Vatican II, l’Église Catholique Romaine impose le célibat par la loi.  Ses paroles officielles sont,

« … basé sur le mystère du Christ et sa mission, le célibat, d’abord recommandé aux prêtres, fut ensuite imposé par la loi à tous ceux qui devaient être promus aux ordres sacrés.  Ce Concile sacré approuve et confirme cette législation. »

Devant un tel mépris pour les Saintes Écritures, est-il vraiment « impensable » qu’elle « ait, avec des prescriptions juridiques arbitraires, étouffé la libre expansion des plus profondes réalités de la nature et de la grâce ? »

La disgrâce de Boston

« Depuis le milieu des années 1990, plus de 130 personnes ont raconté des histoires horribles d’enfants sur la façon dont l’ancien prêtre John J. Geoghan les aurait caressés ou violés pendant une frénésie de trois décennies à travers une demi-douzaine de paroisses du Grand Boston.  Presque toujours, ses victimes étaient des garçons.  Un d’eux avait juste 4 ans.  Puis, vint la révélation de juillet dernier que le cardinal Bernard F. Law connaissait les problèmes de John J. Geoghan, en 1984, lors de la première année de Cardinal Law à Boston, et pourtant il approuva son transfert à la paroisse St. Julia de Weston.  Wilson D. Rogers Jr., l’avocat du cardinal, a défendu le déménagement l’été dernier, en disant que l’archidiocèse avait des assurances médicales que chacune des réaffectations de John J. Geoghan étaient « appropriées et sûres ».  Mais, un des évêques du Cardinal Law pensait que l’affectation de 1984 de John J. Geoghan à St Julia était si risquée qu’il a écrit au cardinal une lettre de protestation. L’archidiocèse avait déjà des preuves substantielles des habitudes sexuelles prédatrices de John J. Geoghan.  Cela incluait son affirmation en 1980 que son abus répété de sept garçons dans une famille élargie n’était pas un problème « sérieux », selon un registre archidiocésain.  Et, la mission de St. Julia s’est avérée désastreuse.  D’abord, John J. Geoghan a été mis en charge de trois groupes de jeunes, y compris les garçons d’autel.  En 1989, il a été forcé de partir en congé maladie après avoir reçu plus de plaintes d’abus sexuels, et a passé des mois dans deux institutions traitant des prêtres abusifs sexuellement.  Malgré cela, l’archidiocèse l’a ramené à St. Julia, où John J. Geoghan a continué à abuser des enfants pendant trois autres années.  Pourquoi a-t-il fallu une succession de trois cardinaux et de nombreux évêques pendant 34 ans pour placer les enfants hors de la portée de John J. Geoghan ? »

L’affaire de Boston n’est que la pointe de l’iceberg

« En utilisant les estimations plus élevées de prêtres pédophiles (8000) et le nombre de victimes (265), les résultats sont encore plus étonnants, en donnant un maximum possible de 2.092.440 victimes directes et jusqu’à 12.554.640 victimes indirectes pour un total de 14.647.080.  À des fins de comparaison, en utilisant les chiffres les plus bas, le nombre de victimes directes et de survivants pourrait à lui seul peupler une ville plus grande que Boston.  En utilisant les chiffres plus élevés, ce serait la quatrième plus grande ville des États-Unis, une entre la taille de Houston et Chicago.  Quatre religieuses catholiques américaines sur dix affirment avoir été victimes d’abus sexuels, selon une étude menée par des chercheurs catholiques soutenus par d’importants ordres religieux.  L’étude a révélé que les sœurs qui ont connu moins d’abus sexuels dans l’enfance, ont fui vers des couvents pour échapper à des avances sexuelles.  Au cours de la vie religieuse, près de 30% des 85.000 religieuses de la nation ont subi un traumatisme sexuel, allant du viol à l’exploitation où au harcèlement.  Un total de 40% a rapporté au moins une expérience de ce genre. »  Les notes du Vatican indiquent que des prêtres ont agressé des religieuses dans 23 pays, dont les États-Unis, l’Irlande, l’Italie, le Brésil et l’Inde.

La réponse catholique

Face à ces faits et à d’autres, les enseignements officiels catholiques romains déclarent :

« La vie consacrée par la profession des conseils évangéliques est une forme de vie stable par laquelle les fidèles, suivant de plus près le Christ sous l’action de l’Esprit Saint, sont totalement consacrés à Dieu. »

Les mots « de plus près », par conséquent, contrastent avec les vœux du mariage.  La signification est que la vie consacrée des prêtres et des nonnes est une suite plus proche du Christ que le mariage.  Il est clair que Dieu n’a jamais déclaré que cela était ainsi, mais, plutôt le contraire : « C’est pourquoi l’homme quittera  son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair. »  L’alliance du mariage est le plus tendre et le plus attachant de tous les rapports humains, plus tendre que même le lien qui nous unit à un parent.  Le mot « attachera » dénote une union du type le plus ferme.  C’est le don du mariage de Dieu, et le plus compréhensible que l’apôtre Paul devrait aussi dire, « Il faut donc que l’évêque soit irréprochable, mari d’une seule femme. » (1 Timothée 3:2)

Le mariage est honorable.  La compréhension qu’un pasteur devrait être le mari d’une femme a un plein soutien scriptural.  Malgré l’agonie, la misère et la moralité de milliers de prêtres catholiques romains, l’Église Catholique Romaine continue d’appliquer sa propre loi à ses adeptes.  Comme le disent les Écritures, ceux qui enseignent de telles choses se sont éloignés de la foi afin de propager leur doctrine démoniaque.  Rome s’est écartée de la foi en recommandant et en imposant le célibat et la virginité à l’office de pasteur, que Dieu n’a jamais commandés.  Ce qu’ils considèrent comme « saint » s’avère être impie, et ce qui est en fait « saint », Rome l’interdit absolument.  La crise actuelle de l’Église Catholique Romaine montre ce que peut être un désastre lorsque la Bible est mise de côté comme fondement de toute vérité, et qu’à sa place se trouve la tradition inepte de l’homme faillible.  « C’est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. » (Matthieu 7:20)

La solution du Vatican

Le pape et la résolution du Vatican au problème que nous avons vu est le secret pontifical, et une nouvelle insistance sur la loi du célibat et le recours à la psychologie pour de l’aide.  Le 4 mars 2002, il a été annoncé que les hommes homosexuels ne devraient pas être ordonnés prêtres.  Joaquin Navarro-Valls, porte-parole du Pape Jean-Paul II, a fait cette remarque.  « S’ils devaient éliminer tous ceux qui étaient orientés vers l’homosexualité, le nombre serait si stupéfiant que ce serait comme une bombe atomique ; Ceci ferait les mêmes dommages aux opérations de l’église », a déclaré A. W. Richard Sipe, un ancien prêtre et psychothérapeute.  Richard Sipe étudie la sexualité des prêtres depuis 25 ans et a écrit trois livres sur le sujet.  « Cela signifierait la démission d’au moins un tiers des évêques du monde.  Et, c’est très contre la tradition de l’église ; Beaucoup de saints avaient une orientation gay, et beaucoup de papes avaient des orientations gay », a déclaré Richard Sipe.  « Discriminer contre l’orientation ne va pas résoudre le problème ».

La vraie solution

Par nature, chaque personne est née pécheur destinée à l’enfer.  Le salut vient par Jésus-Christ seul.  Le véritable appel des Écritures est de croire au Seigneur Jésus-Christ seul, car c’est par la grâce seule, par la foi seule, qu’une personne est née de nouveau à la vie nouvelle en Christ.  « Le Père aime le Fils, et il a remis toutes choses entre ses mains.  Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; Celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui. » (Jean 3:35-36)  Cet appel est fait à tous, mais, d’une manière spéciale aux catholiques sincères américains de nos jours, et nous disons haut et fort : « Sortez du milieu d’elle, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n’ayez point de part à ses fléaux. » (Apocalypse 18:4)

Le Seigneur Dieu a utilisé le message évangélique qui est au cœur de tout vrai réveil dans le Corps du Christ, comme il l’était dans la Réforme.  Littéralement, des centaines de milliers de catholiques sont sauvés chaque année lorsqu’ils voient l’œuvre achevée de la rédemption du Christ et la folie des traditions, des lois et des pièges de l’Église Catholique Romaine.

Le thème continu des Écritures pour le croyant est : « En l’Éternel seul, résident la justice et la force. » (Ésaïe 45:24)  Ou dans les paroles de l’Apôtre : « Et même je regarde toutes choses comme une perte, à cause de l’excellence de la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur, pour lequel j’ai renoncé à tout, et je les regarde comme de la boue, afin de gagner Christ, et d’être trouvé en lui, non avec ma justice, celle qui vient de la loi, mais avec celle qui s’obtient par la foi en Christ, la justice qui vient de Dieu par la foi. » (Philippiens 3:8-9).  Le croyant qui est totalement accepté en Christ sur cette base va de l’avant.  Ainsi, la grâce de Dieu peut couler abondamment ; Dieu seul est glorifié.  Dans la grande sagesse de l’apôtre Pierre, nous disons aux catholiques sincères, opprimés par le scandale, la tradition et la honte : « Sachant que ce n’est pas par des choses périssables, par de l’argent ou de l’or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache. » (1 Pierre 1:18-19)  C’est la seule réponse solide et durable à « La nouvelle introspection à travers l’Amérique », dont parle Newsweek.  Dans le conseil et le commandement du Seigneur Jésus-Christ : « L’oeuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé. » (Jean 6:29)

Source : Berean Beacon 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Mots clés: , , , , , , , , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics