Fin des Temps

Publié le 02 septembre, 2020 | par Equipe de Pleinsfeux

0

SIGNE DES PROBLÈMES A VENIR

Avec cette colère vient la possibilité de plus de détresse sociale…

« Mais examinez toutes choses ; Retenez ce qui est bon ; Abstenez-vous de toute espèce de mal.  Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entier, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ ! » (I Thessaloniciens 5:21-23)

« Et, parce que l’iniquité se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira.  Mais celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé. »  (Matthieu 24:12-13)

« Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre.  Je viens bientôt.  Retiens ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne. »  (Apocalypse 3:10-11)

Par Samuel David Meyer – Août 2020

Dans ce bulletin, nous examinerons l’actualité de notre époque et les signes qui nous entourent et qui nous indiquent que des jours tumultueux sont à venir.  La maladie connue sous le nom de COVID-19, qui est causée par une nouvelle forme de coronavirus, s’aggraverait de façon exponentielle par les experts de la santé.  Les États-Unis sont aux prises avec cette maladie, apparemment incapables de la contenir, et certains états annulent leurs efforts pour rouvrir complètement après les fermetures en avril et mai de cette année.  De nouvelles restrictions lourdes sont mises en œuvre à un rythme régulier.  Dans la Californie, de nombreux types d’entreprises ont été fermés complètement sur ordre du gouverneur Gavin Newsome, notamment des bars, des restaurants, des cinémas et des musées.  De plus, les centres de fitness, les centres commerciaux, les salons de coiffure et les services de culte ont été contraints de cesser leurs activités dans de nombreux comtés de l’état.  Cet ordre est venu quelques semaines seulement après que le gouverneur Newsome ait pris la décision controversée d’interdire aux gens de chanter pendant les services de culte dans leurs églises.  « Les pratiques et les performances présentent une probabilité accrue de transmission du COVID-19 par des gouttelettes exhalées contaminées et devraient se produire par des méthodes alternatives comme la diffusion en continu sur Internet », a annoncé le Département de la Santé Publique de la Californie le 1er juillet 2020.  Ce mandat inquiétant est en contradiction directe avec les Écritures qui enseignent dans Jacques 5:13, « Quelqu’un parmi vous est-il dans la souffrance ?  Qu’il prie.  Quelqu’un est-il dans la joie ?  Qu’il chante des cantiques. »  De plus, si les autorités sont assez audacieuses pour interdire le chant et le culte, il n’est pas inconcevable qu’elles tentent également d’interdire la prière audible.  Après tout, ils pourraient tout aussi bien dire que prier à haute voix répand des gouttelettes contaminées de COVID-19 !

Parmi la pléthore de restrictions imposées au peuple américain, il y a de nouvelles règles concernant les voyages entre les états.  Alors que le road trip d’été est une tradition qui fait la joie de nombreux adultes et enfants, il ne nous est plus possible de voyager librement.  Par exemple, si je montais dans ma voiture et décidais de me rendre dans l’État de New York, du New Jersey ou du Connecticut, je serais obligé de me mettre en quarantaine pendant quatorze jours après avoir atteint ma destination.  Ne pas le faire entraînerait une lourde amende.  La sanction pour non-conformité dans le Connecticut est de $1000 et jusqu’à $2000 à New York.  De nombreux autres états, dont l’Alaska, la Floride, Hawaï, le Nouveau-Mexique, le Maine, le Vermont, l’Ohio, la Pennsylvanie et le Rhode Island, ont également mis en place des restrictions sur les voyages intérieurs.

Plus de trente états américains exigent désormais que les gens portent des masques dans les espaces publics.  Cette exigence a été approuvée par le président américain Donald Trump qui a récemment déclaré : « Je n’ai aucun problème avec les masques.  Je le vois de cette façon : Tout ce qui peut potentiellement aider, et qui peut certainement aider, est une bonne chose.  Je n’ai aucun problème.  Je le porte, je le porte… et je continuerai ».

Sans aucun doute, les experts médicaux commencent à paniquer.  Le 24 juillet 2020, le Dr Deborah Birx, qui est à la tête du groupe de travail COVID-19 de la Maison Blanche, a appelé onze grandes villes américaines à prendre des mesures « agressives » pour arrêter la propagation du coronavirus.  « Ce qui a commencé comme une épidémie du sud et de l’ouest commence à remonter la côte est vers le Tennessee, Arkansas, jusqu’au Missouri, à travers le Colorado, et il est évident que nous parlons d’augmentation maintenant à Baltimore », a déclaré le Dr Birx.  Elle a ajouté : « Il est donc vraiment essentiel que tout le monde suive cela et s’assure d’être agressif dans les efforts d’atténuation ».  Les onze villes qu’elle a identifiées comme des points chauds sont Baltimore, Maryland ; Cleveland, Ohio ; Columbus,  Ohio ; Indianapolis, Indiana ; Las Vegas, Nevada ; Miami, Floride ; Minneapolis, Minnesota ; Nashville, Tennessee ; La Nouvelle-Orléans, Louisiane ; Pittsburgh, Pennsylvanie ; et St. Louis, Missouri.  D’autres experts ont appelé les gouverneurs et les responsables de la ville à rétablir les verrouillages.  «J’espère que les gouverneurs feront preuve de bon sens et qu’ils refermeront. Cela frise l’irresponsabilité, la réouverture, tant que nous n’aurons pas la preuve absolue que la maladie est sous contrôle», a déclaré le Dr Bob Lahita, médecin et professeur de médecine à Université Rutgers.  De plus, un groupe de 150 médecins ont uni leurs forces et publié une lettre insistant pour que les États-Unis reviennent en mode de verrouillage.  « Arrêtez tout maintenant et recommencez », demande la lettre.  La lettre déclare en outre : « Si vous ne prenez pas ces mesures, les conséquences se mesureront en souffrance et en mort généralisées ».

Des développements choquants se produisent dans tout le pays.  Cela inclut le comté de Starr, au Texas, qui, bien que n’ayant que 100.000 habitants, a signalé une forte augmentation de la transmission du COVID-19.  Dans un article publié le 23 juillet 2020, il a été annoncé que l’hôpital du comté était à court de lits dans son unité de soins intensifs.  Ainsi, les responsables du comté disent qu’ils sont désormais obligés de prendre des décisions difficiles pour savoir qui mérite des soins médicaux.  « Malheureusement, le Starr County Memorial Hospital a des ressources limitées et nos médecins vont devoir décider qui recevra le traitement et qui sera renvoyé chez lui pour mourir parmi ses proches », a déclaré le juge Eloy Vera du comté de Starr.  Il y a un an, il aurait semblé impensable qu’une telle chose puisse se produire aux États-Unis.  Qui aurait jamais imaginé que les citoyens américains pourraient être refusés dans les établissements médicaux et renvoyés chez eux pour mourir ?

Officiellement, les cas signalés de COVID-19 ont désormais dépassé les quatre millions aux États-Unis.  Il convient de noter cependant que ce nombre est probablement inexact.  Le peuple américain soupçonne souvent les autorités gouvernementales de surestimer les cas de COVID.  Ce point de vue est partagé par Daniel Spitz, le médecin légiste en chef du comté de Macomb, Michigan.  En ce qui concerne le nombre de cas de COVID, il a été cité comme disant : « Sont-ils tout à fait exacts ?  Non.  Les gens en meurent-ils ? Absolument.  Les gens meurent-ils d’autres choses et le coronavirus obtient-il peut-être du crédit ?  Oui, probablement ».  Néanmoins, les responsables des Centres de Contrôle et de Prévention des Maladies ont annoncé en juillet 2020 qu’ils pensaient que les cas d’infection au COVID-19 étaient massivement sous-estimés.  En utilisant les données des tests d’anticorps, ils affirment que le nombre réel d’infections au coronavirus dans certaines régions pourrait être dix fois plus élevé que celui rapporté.  Dieu seul connaît le nombre réel de cas.  Ce qui semble évident à partir de tous ces rapports, c’est que la crise des coronavirus, qui a bouleversé le monde, ne disparaîtra pas de sitôt.  En fait, une enquête menée par OnePoll a révélé que 75% des répondants américains ont avoué avoir peur que la vie ne revienne jamais à la normale.  Dans tous les cas, nous serons tous confrontés à des défis dans les jours à venir.  Il faudra beaucoup de détermination pour réussir, mais nous savons que notre force vient d’en hautPsaumes 28:7-8 déclare : « L’Éternel est ma force et mon bouclier ; En lui mon cœur se confie, et je suis secouru ; J’ai de l’allégresse dans le cœur, et je le loue par mes chants.  L’Éternel est la force de son peuple, il est le rocher des délivrances de son oint. »

La Chine fléchit sa puissance

Alors que beaucoup d’attention a été portée sur la crise des coronavirus et les tensions raciales aux États-Unis, de nombreux reportages montrent que nous devrions être plus attentifs à ce que fait la Chine.  Ces dernières années, la Chine a accru son influence mondiale avec le président chinois Xi Jinping, indiquant clairement que le pays communiste cherche à devenir une superpuissance mondiale.  En fait, en 2017, le président chinois a déclaré que la Chine devait « occuper une place centrale dans le monde ».  L’ambitieux gouvernement chinois a déployé des efforts considérables pour réorganiser et moderniser son armée.  Selon un rapport de 2019, les dépenses militaires en Chine ont augmenté pendant vingt-quatre années consécutives et ont atteint 175,4 milliards de dollars l’année dernière.  Seuls les États-Unis dépensent plus pour leurs forces armées.  Aujourd’hui, la Chine possède la plus grande armée permanente du monde avec environ 2,18 millions de militaires actifs.  Les activités des dernières semaines et mois suggèrent que le régime chinois se prépare peut-être à utiliser ses ressources militaires considérables.

Le 13 juillet 2020, un article a été publié par CNBC avec le titre : « La Chine entre dans le vide du leadership mondial alors que les États-Unis luttent contre le coronavirus ».  L’article cite l’ancien Premier Ministre australien Kevin Rudd, qui estime que la Chine ressent une faiblesse des États-Unis alors que la crise des coronavirus s’aggrave.  Il est convaincu que le régime chinois utilise la crise comme une opportunité pour exercer son influence et s’affirmer en tant que leader mondial.  « Du point de vue de Pékin, cela représente une porte ouverte et les Chinois, de manière opportuniste ou non, y entrent directement ».

Les actions des Chinois suggèrent que ses dirigeants sont devenus plus audacieux.  Fin juin 2020, les législateurs chinois ont approuvé une nouvelle loi sur la sécurité nationale qui restreindra considérablement les libertés de la ville semi-autonome de Hong Kong.  Hong Kong, qui était contrôlée par les Britanniques jusqu’en 1997, est censée être régie par un système spécial qui offre à ses citoyens plus de liberté que ceux qui vivent en Chine continentale.  Cet accord n’expire qu’en 2047, mais les manifestations dans toute la ville l’année dernière ont soulevé la colère du gouvernement chinois qui cherche maintenant à diminuer ces libertés plus tôt que ne le permet l’accord.  La nouvelle loi, qui proscrit « tout acte de trahison, de sécession, de sédition, ou de subversion », a été adoptée par le gouvernement chinois sans aucune contribution du Conseil législatif de Hong Kong et permet également la création d’une nouvelle branche de sécurité chinoise à Hong Kong.  Cette loi a sans aucun doute été adoptée pour faire taire les détracteurs à Hong Kong.

Il semble probable que le régime chinois teste les eaux pour voir ce qu’il peut faire sans être contesté.  En fait, on craint de plus en plus que la Chine n’attaque bientôt Taïwan.  Le gouvernement chinois considère l’île de Taïwan comme sa propriété légitime et pourrait bientôt agir pour la placer sous son plein contrôle. « Si l’on considère la tendance à long terme, la Chine semble intensifier progressivement sa préparation militaire, en particulier dans les airs ou sur les eaux proches de Taïwan.  Ce que la Chine fait actuellement, c’est continuer à se préparer à résoudre le problème de Taïwan.  La menace est à la hausse », a averti le Ministre des Affaires Étrangères de Taïwan, Joseph Wu.  Il a en outre déclaré que les intrusions de l’armée chinoise sur le territoire de Taïwan « se sont produites presque tous les jours » tout au long du mois de juin 2020.

La Chine s’est également heurtée à l’Inde ces dernières semaines sur un territoire contesté dans la région himalayenne.  Le 15 juin 2020, une escarmouche entre les forces chinoises et indiennes a éclaté.  Au moins vingt soldats indiens sont morts tandis qu’environ trente-cinq soldats chinois ont péri dans le combat qui impliquait « un combat au corps à corps vicieux ».  Le comportement de la Chine à l’égard de Hong Kong, de Taïwan et de l’Inde marque un écart par rapport à la norme selon Taylor Fravel, directeur du programme d’études de sécurité au Massachusetts Institute of Technology.   « C’est clairement une nouvelle catégorie d’impasse.  Cette fois, la Chine déploie plus de troupes dans plus d’endroits en même temps.  De toute évidence, il y a un changement », a estimé Fravel.

Au milieu de la posture affirmée de la Chine, les relations avec les États-Unis se sont considérablement dégradées.  Certes, le président américain Donald Trump a une longue liste de griefs contre la Chine, y compris des politiques commerciales inéquitables, le vol de propriété intellectuelle, la revendication de la Chine sur des zones contestées dans la mer de Chine méridionale et la propagation du coronavirus qui a fait surface pour la première fois à Wuhan, en Chine, avant de faire son tour du monde.  Notons ici que le Secrétaire d’État américain Mike Pompeo s’est récemment rendu au Royaume-Uni dans le but de former une coalition pour s’opposer à la Chine.  « Nous voulons que chaque nation travaille ensemble pour repousser les efforts du Parti Communiste Chinois.  Nous espérons pouvoir construire une coalition qui comprend cette menace, travaillera collectivement pour convaincre le Parti Communiste Chinois qu’il n’est pas dans son intérêt de s’engager dans ce genre de comportement », a déclaré Pompeo.  Les responsables du Royaume-Uni ont exprimé leur volonté de travailler avec les États-Unis pour contrer les ambitions de la Chine.  « Le Royaume-Uni est vraiment convaincu que nous devons travailler avec nos amis américains et aussi avec d’autres partenaires ensemble dans le système international pour protéger nos libertés et nous lever, comme nous l’avons montré, je pense, à Hong Kong, pour nos valeurs », a déclaré le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab.  Le Royaume-Uni a déjà pris diverses mesures contre la Chine, y compris la dissolution d’un traité d’extradition avec Hong Kong, et a interdit l’utilisation d’équipements fabriqués par l’entreprise technologique chinoise Huawei sur ses réseaux de téléphonie mobile de cinquième génération.  Pour ces actions, le gouvernement chinois a promis que le Royaume-Uni « supportera les conséquences » de sa défiance.

Autre indicateur encore que tout ne va pas bien entre les États-Unis et la Chine, le président américain Donald Trump a récemment ordonné la fermeture du consulat chinois à Houston, au Texas.  Le 21 juillet 2020, les occupants du consulat ont reçu l’ordre de quitter les locaux dans les soixante-douze heures.  La Chine a rapidement protesté contre cette décision, le porte-parole du ministre chinois des Affaires étrangères Wang Wenbin déclarant : « Cela brise le pont de l’amitié entre les peuples chinois et américain ».  En réponse à la décision de Trump, le gouvernement chinois a ordonné aux États-Unis de fermer leur consulat à Chengdu, en Chine.  « La situation actuelle dans les relations sino-américaines n’est pas ce que la Chine souhaite voir.  Les États-Unis sont responsables de tout cela », a déclaré le ministère chinois des Affaires étrangères dans un communiqué.  Il a ajouté : « Nous exhortons une fois de plus les États-Unis à revenir immédiatement sur leur mauvaise décision et à créer les conditions nécessaires pour remettre les relations bilatérales sur les rails ».  Le président Trump n’a cependant pas été découragé et a laissé entendre qu’il pourrait fermer davantage de consulats chinois aux États-Unis.

Avec la formation d’alliances et la fermeture des consulats, on ne peut s’empêcher de se demander si ces circonstances sont un prélude à la guerre.  À tout le moins, les gros titres suggèrent que les États-Unis et la Chine entrent dans une « nouvelle guerre froide ».  Cela se reflète dans un article publié par Reuters News Service le 22 juillet 2020, qui déclare dans son titre, « Les États-Unis et la Chine entrent dans une nouvelle guerre froide ».  De la même manière, le New York Times a publié un article le même jour avec le titre  « Comment la guerre froide entre la Chine et les États-Unis s’intensifie ».  Cependant, Oriana Skylar Mastro, qui est professeure adjointe à l’Université de Georgetown, insiste sur le fait que ce qui se passe actuellement est très différent de la guerre froide des dernières années.  « La situation avec la Chine n’a rien à voir avec la guerre froide.  Du côté positif, nous avons un engagement important.  Sur le plan négatif, il y a une réelle possibilité d’une guerre chaude entre les deux parties à un degré qui n’a jamais existé avec l’Union Soviétique, » a-t-elle a dit en référence au conflit entre les États-Unis et l’Union Soviétique russe aujourd’hui disparue qui a duré de 1947 à 1991.  Alors que la guerre froide antérieure était définie par des guerres par procuration et des subterfuges, le nouveau conflit a le potentiel d’être beaucoup plus manifeste.  Un éditorial publié le 20 juillet 2020 par RT, qui est un média public russe et souvent considéré comme une source de propagande, déclare ostensiblement, « Une guerre sino-américaine semble désormais non seulement possible, mais presque inévitable ».  Seul Dieu sait ce que l’avenir nous réserve, mais il y a des signes tout autour de nous que des problèmes sont à venir.

Une tempête de détresse parfaite

 Il n’y a jamais eu d’époque comme celle d’aujourd’hui en Amérique.  Nous, le peuple, sommes maintenant aux prises avec une pandémie, un chômage élevé, une incertitude économique, des tensions raciales, des manifestations et des émeutes en même temps.  Pour aggraver les choses, l’histoire semble être la même dans de nombreuses grandes villes de notre pays ; La violence augmente.  À Atlanta, en Géorgie, les meurtres sur une période de quatre semaines se terminant le 11 juillet 2020 étaient 240% plus élevés qu’ils ne l’étaient pendant la même période en 2019.  Cette évolution a incité le maire d’Atlanta Keisha Lance Bottoms à  dire : « Je pense que c’est juste une parfaite tempête de détresse en Amérique ».

Ce problème s’étend cependant bien au-delà d’Atlanta.  Chicago, dans l’Illinois, est tristement célèbre pour sa violence omniprésente où chaque jour férié semble apporter plus d’effusion de sang.  Cette tendance s’est vérifiée pour le week-end de la fête de l’indépendance des 4 et 5 juillet.  Bien que le service de police de Chicago ait déployé 1200 policiers supplémentaires dans les rues pendant cette période, il y a encore eu 17 fusillades mortelles et plus de 70 autres blessés.  Cette statistique déchirante a incité le surintendant de la police de Chicago, David Brown, à dire : « Nous ne pouvons pas nous habituer à entendre parler d’enfants abattus à Chicago chaque week-end ».  D’autres villes, dont Houston, Texas ; Los Angeles, Californie ; New York, État de New York ; Philadelphie, Pennsylvanie ; et Portland, Oregon, ont signalé des augmentations significatives de l’activité violente.

Portland, en particulier, a attiré beaucoup d’attention en raison des manifestations en cours qui, à de nombreuses reprises, se sont transformées en violentes émeutes.  « Chaque nuit, des anarchistes détruisent et profanent des biens, y compris le palais de justice fédéral, et attaquent les courageux agents des forces de l’ordre qui les protègent », s’est plaint le Secrétaire à la Sécurité Intérieure par intérim, Chad Wolf.  Fait remarquable, les manifestations de Portland persistent depuis plus de cinquante jours consécutifs.  Parfois, les foules de manifestants se comptent par milliers et le président Donald Trump a déployé des officiers fédéraux dans la ville.  Un reportage du 25 juillet 2020 décrit une scène qui ressemble plus à une zone de guerre qu’à une manifestation.  Il décrit comment des centaines de personnes ont tenté de pousser ou de tirer une clôture entourant un palais de justice fédéral, tandis que certains sont venus armés d’outils électriques qu’ils ont utilisés pour essayer de couper la barrière.  Je ne peux m’empêcher de me demander ce que ces gens avaient l’intention de faire s’ils franchissaient la clôture ?

Sans fin en vue pour les manifestations, le président Trump a annoncé son intention d’envoyer davantage d’officiers fédéraux dans d’autres villes des États-Unis, y compris Chicago, Illinois ; Albuquerque, Nouveau-Mexique ; et Kansas City, Missouri.  Tout cela se passe alors que nous ne sommes qu’à quelques mois de ce qui pourrait être l’élection présidentielle la plus controversée de l’histoire américaine.  Peu importe qui gagne, que ce soit Donald Trump ou son adversaire Joe Biden, les gens vont être en colère.  Avec cette colère vient la possibilité de plus de détresse sociale, et nous pourrions certainement voir plus de violence dans les rues.  Approchez-vous de Dieu et continuez à prier !

Une admission surprenante de Planned Parenthood

Au cours des derniers mois, une grande attention s’est portée sur le racisme systémique aux États-Unis.  Malgré tout ce bavardage appelant à des réformes, il existe une organisation aux origines profondément racistes qui continue de fonctionner aujourd’hui, et c’est un groupe que les libéraux adorent absolument. Le groupe en question n’est autre que le plus grand fournisseur d’avortement américain, Planned Parenthood.  J’ai déjà écrit sur les débuts de Planned Parenthood, et j’ai longtemps dit que la fondatrice du groupe, Margaret Sanger, était une raciste enflammée.  En fait, elle était un partisan de l’eugénisme, qui est la conviction que ceux qui ont des traits génétiques indésirables ne devraient pas être autorisés à se reproduire.  C’était l’un des principes fondamentaux de l’Allemagne nazie, et oui, Sanger avait des liens avec le nazisme.  Dans le numéro d’avril 1933 de son magazine, The Birth Control Review, Sanger a publié un article intitulé « Eugenic Sterilization : An Urgent Need ».  Il a été écrit par un homme nommé Ernst Rudin, qui travaillait à l’époque comme directeur de la stérilisation génétique d’Adolf Hitler.  Sanger avait également des liens avec le Ku Klux Klan.

Étonnamment, Planned Parenthood du Grand New York a maintenant admis que son fondateur était un raciste !  Ils ont en outre annoncé qu’ils renommeraient leur bâtiment à Manhattan, New York, connu sous le nom de Margaret Sanger Health Center.  « La suppression du nom de Margaret Sanger de notre bâtiment est à la fois une étape nécessaire et en retard pour tenir compte de notre héritage et reconnaître les contributions de Planned Parenthood aux troubles reproductifs historiques au sein des communautés de couleur », a déclaré la présidente du conseil, Karen Seltzer. Elle a ajouté : « Les préoccupations et le plaidoyer de Margaret Sanger pour la santé reproductive ont été clairement documentés, mais aussi son héritage raciste ».  Puisqu’il y a maintenant un tel effort concerté pour démolir les institutions racistes en Amérique, n’est-il pas grand temps d’abolir Planned Parenthood ?

En terminant, nous pouvons clairement voir que nous vivons à une époque troublée et nous savons que ce monde continuera d’être troublé dans les jours à venir.  C’est ma prière que Dieu nous accorde toute la patience et la résolution de supporter les temps périlleux dans lesquels nous vivons.  Heureusement, Jésus a promis dans Matthieu 24:13 : « Mais celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé. »  Nous pouvons également trouver l’inspiration dans I Thessaloniciens 5:21-23 qui déclare : « Mais examinez toutes choses ; Retenez ce qui est bon ; Abstenez-vous de toute espèce de mal.  Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entier, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ ! »  Enfin, nous trouvons ces paroles encourageantes dans Apocalypse 3:10-12 : « Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre.  Je viens bientôt.  Retiens ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne. »

Merci à tous pour votre aimable soutien à ce ministère.  Que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec vous tous.  Amen.

Source:  Last Trumpet Ministries  

 Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

Mots clés: , , , , , , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Conférence 2020

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics