SOL FERTILE

SOL FERTILE

Partager avec les autres

La théologie du remplacement et l’antisémitisme.

Par Tricia Miller – Le 1 avril 2022

« Le supersessionisme et la théologie du remplacement ne rendent pas seulement l’antisémitisme possible, ils le rendent acceptable. La réalité est que ces mêmes croyances ont été le fondement de la haine des Juifs chrétiens pendant près de deux mille ans et sont maintenant utilisées par certains chrétiens pour refuser à Israël le droit d’exister. »

À la suite de la deuxième attaque meurtrière en six mois contre des Juifs américains dans leurs lieux de culte le Shabbat, David French a publié un article dans la National Review intitulé, Faire face au choc d’un terroriste évangélique. La pièce démontre une tentative honnête de lutter contre le fait qu’une personne affiliée à la même dénomination chrétienne dont lui, French, est membre, pourrait entrer Chabad de Poway près de San Diego, en Californie, le dernier jour de la Pâque et tuer une personne en en blessant trois autres.

Dans son article, French a fait une tentative compréhensible pour séparer les croyances et les actions du tireur de Poway de la position théologique supersessioniste de l’Église presbytérienne orthodoxe (OPC). Malheureusement, cependant, le résultat a été une défense mal informée de son opinion selon laquelle les croyances supersessionistes de l’OPC, ou « l’adhésion de toute église à la soi-disant théologie du remplacement », ne rendent en aucun cas l’antisémitisme acceptable.

French semble vouloir croire que les doctrines de sa dénomination n’avaient aucun rapport avec les agissements du tireur. Cependant, l’histoire et les événements actuels démontrent que le supersessionisme/théologie du remplacement, la croyance que les chrétiens et l’Église ont supplanté ou remplacé les juifs et Israël dans les desseins de Dieu, a fait et continuera de justifier l’antisémitisme et la violence contre les gens juifs.

Par conséquent, il n’est pas surprenant, pour ceux qui connaissent l’histoire de l’Église, qu’une personne qui a grandi exposée aux mêmes doctrines qui ont inspiré et justifié l’antisémitisme chrétien pendant des siècles, puisse avoir des croyances antisémites flagrantes, démontrées par la parole et les actes.

Le tireur de Poway, membre de l’une des familles les plus respectées de l’Église presbytérienne orthodoxe d’Escondido, en Californie, a publié un manifeste de huit pages décrivant sa haine du peuple juif. Commentant en ligne après la fusillade, il a déclaré : « Je ne ressens aucun remords. J’aimerais seulement en tuer plus. Je suis honoré d’être celui qui envoie ces vils anti-humains dans la fosse de feu où ils resteront pour l’éternité ». Bien qu’il soit certainement possible qu’il ait pu développer ces croyances en dehors de l’église, il est sûr de dire que les doctrines de l’église à laquelle il était affilié ont fourni un terrain fertile pour qu’une telle haine se développe.

L’hypothèse selon laquelle l’effort de French pour séparer les croyances et les actions du tireur de l’antisémitisme qui résulte du supersessionisme/théologie du remplacement est le résultat d’être mal informé, plutôt que d’une intention malveillante, est basée sur sa déclaration selon laquelle il n’est pas d’accord avec la doctrine du supersessionisme, ainsi que d’autres choses qu’il a écrites sur Israël. En fait, il a écrit des articles qui montrent une compréhension approfondie des questions critiques en relation avec Israël.

Dans un article intitulé, « Les vraies raisons pour lesquelles les évangéliques américains soutiennent Israël », French présente une explication réfléchie du soutien évangélique à l’État juif comme une combinaison de croyances, d’expérience, de moralité de base, de la persistance pernicieuse de l’antisémitisme et de l’interprétation biblique chrétienne. Et, dans un article publié le lendemain du jour où le Hamas a tiré environ 700 roquettes sur Israël en deux jours au début du mois de mai, French a présenté un argument convaincant qui démontre comment le droit de la guerre permet à Israël de détruire le Hamas et expose les doubles standards appliqués aux Forces de Défense d’Israël comme l’antisémitisme qu’elle est.

Donc, il n’y a aucun doute sur la façon dont French voient Israël en général.

Cependant, contrairement à la compréhension dont il fait preuve dans ces deux autres articles, French montre un manque de compréhension alarmant des fondements théologiques de l’antisémitisme lorsqu’il écrit : « Aucune personne raisonnable ne peut sonder la théologie de l’OPC (ou la théologie de ses cousins réformés) et pense un instant qu’il approuve la suprématie blanche, l’antisémitisme ou le nationalisme blanc.

La théologie de l’OPC peut ne pas « tolérer » ces positions ouvertement, mais le supersessionisme et la théologie du remplacement rendent en fait l’antisémitisme non seulement possible, mais acceptable. La réalité est que ces mêmes croyances ont été le fondement de la haine des Juifs chrétiens pendant près de deux mille ans et sont maintenant utilisées par certains chrétiens pour refuser à Israël le droit d’exister.

La croyance que l’Église chrétienne a supplanté ou remplacé le peuple juif et Israël aboutit à la conclusion qu’il n’y a aucun but à la poursuite de l’existence du peuple juif ou de l’État Juif. Cette position se manifeste souvent par la haine des Juifs, et la combinaison de la croyance et de la haine a été le moteur de divers niveaux de persécution et de violence envers les Juifs à chaque génération de l’histoire de l’Église.

Cette même conviction, qu’il n’y a pas de raison d’être à l’existence continue du peuple juif, a entraîné la complicité de l’Église allemande dans son ensemble dans l’anéantissement de six millions de Juifs européens pendant l’Holocauste. En effet, la grande majorité des chrétiens allemands estimaient que les Juifs méritaient ce que les nazis leur avaient fait. Leur croyance était enracinée dans quatre cents ans de théologie allemande basée sur les enseignements de Martin Luther.

Dans Sur les Juifs et leurs mensonges, Luther a expliqué comment Dieu avait rejeté les Juifs et les avait remplacés par l’Église. Au chapitre 15, il a offert son conseil sur ce qu’il fallait faire aux Juifs, un conseil que les nazis ont suivi et que l’Église a toléré.

Il a écrit en partie :

« Que ferons-nous, chrétiens, de ce peuple rejeté et condamné, les juifs…

Premièrement, de mettre le feu à leurs synagogues ou à leurs écoles, d’enterrer et de couvrir de terre tout ce qui ne brûle pas, afin que personne n’en voie plus jamais une pierre ou des cendres…

Deuxièmement, je conseille que leurs maisons soient également rasées et détruites.

Troisièmement, je conseille que tous leurs livres de prières et écrits talmudiques… leur soient enlevés…

Quatrièmement, je conseille d’interdire désormais à leurs rabbins d’enseigner sous peine de mort…

Cinquièmement, je conseille que le sauf-conduit sur les routes soit complètement aboli pour les Juifs…

Sixièmement, je conseille que l’usure leur soit interdite, et que tout argent liquide et trésor d’argent et d’or leur soit enlevé et mis de côté pour être gardé… »

Il ressort clairement des écrits de Martin Luther que la croyance dans le rejet et le remplacement des Juifs par l’Église (supersessionisme) alimente la conviction de certains que la violence contre le peuple juif est justifiée.

Pour être juste, l’Église presbytérienne orthodoxe a publié une déclaration condamnant la fusillade dans la synagogue de Poway. Elle déclare :

« Le crime atroce de violence et de haine qui a eu lieu à la synagogue Chabad de Poway, le samedi 27 avril, nous attriste profondément et nous brise le cœur. En tant que congrégation du Seigneur Jésus-Christ, nous consacrons nos vies à l’amour et à la miséricorde du Seigneur envers tous les beaux enfants de Dieu, de toutes les nations, langues et tribus. Nos prières, nos condoléances et nos soins les plus sincères vont aux victimes, à leurs proches et à la congrégation de Habad. Nous déplorons et résistons à toutes les formes d’antisémitisme et de racisme. Nous sommes profondément blessés qu’un tel mal ait pu sortir de notre communauté. Une telle haine n’a sa place dans aucune partie de nos croyances ou pratiques, car nous cherchons à façonner notre vie entière selon l’amour et l’Évangile de Jésus-Christ. »

Sans douter de leur sincérité lorsqu’ils affirment leur résistance à toutes les formes d’antisémitisme, il est naïf et irresponsable d’ignorer les preuves historiques de la façon dont la même théologie à laquelle adhère l’OPC a effectivement inspiré et alimenté ce qu’ils prétendent déplorer et résister. Cette théologie alimente non seulement l’antisémitisme, mais aussi l’antisionisme, car les deux sont basés sur la conviction que les Juifs n’ont pas le droit d’exister en tant que peuple avec les mêmes droits que les autres êtres humains.

Selon leur site Internet, la position de l’OPC concernant Israël est la suivante :

« Nous croyons qu’Israël dans l’Ancien Testament était l’Église avant la venue de Christ. Le paragraphe 4 de la Confession de Foi de Westminster ajoute : À eux aussi, en tant que corps politique, Il a donné diverses lois judiciaires, qui ont expiré avec l’état de ce peuple, n’obligeant personne d’autre maintenant, au-delà de l’équité générale que celui-ci peut nécessiter.

En d’autres termes, la nation d’Israël, telle qu’elle existait en tant que peuple de Dieu dans l’Ancien Testament, n’est plus. Galates 6:16 nous informe que l’Église est maintenant l’Israël de Dieu. Dans l’Ancien Testament, l’église, appelée la nation d’Israël, se composait des descendants de sang d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Mais, dans le Nouveau Testament, l’Église se compose maintenant de tous ceux qui croient à la promesse de Dieu comme et avec Abraham (Voir Romains 4:1-12 et Galates 3:13-14). Nous qui avons confiance en Christ sommes maintenant la nation d’Israël !

Par conséquent, l’Église presbytérienne orthodoxe soutient que l’entité politique/géographique connue sous le nom d’Israël n’est pas significative en soi. Nous prions pour les descendants de sang d’Abraham, les Juifs, afin qu’ils puissent aussi croire en Jésus (voir Romains 9-10). Mais, notre position serait que la nation d’Israël d’aujourd’hui n’est pas plus importante que n’importe quelle autre nation, et pourtant devrait tenir une place importante dans le travail de l’Église en faisant des disciples de chaque nation. »

Selon leurs propres termes, « l’Église presbytérienne orthodoxe soutient que l’entité politique/géographique connue sous le nom d’Israël n’est pas significative en soi ». Cette position est la conclusion logique de leur conviction que « l’Église est maintenant l’Israël de Dieu » et que « le peuple de Dieu dans l’Ancien Testament n’est plus ».

Si « le peuple de Dieu dans l’Ancien Testament » n’existe plus, alors peu importe ce qui arrive à ceux qui, génération après génération, continuent de s’identifier comme juifs. En conséquence, la théologie du remplacement/supersessionisme a été utilisée par l’Église tout au long de la majeure partie de son histoire pour inspirer, justifier et même encourager la persécution et la violence contre le peuple juif.

Par conséquent, il est erroné de prétendre que la position supersessionniste de l’OPC concernant le peuple juif et l’État d’Israël n’a aucun lien possible avec l’antisémitisme avoué du tireur de la synagogue de Poway. En fait, près de deux mille ans d’histoire de l’Église contredisent fortement la croyance de French selon laquelle : « … l’adhésion de toute église à la soi-disant théologie de remplacement n’implique pas que l’antisémitisme soit acceptable de quelque manière que ce soit ».

La théologie du remplacement/supersessionisme et le manque de considération pour Israël alimentent absolument l’antisémitisme, et ils fournissent absolument une justification à l’antisémitisme. Une étude honnête de l’histoire de l’Église révèle comment cette théologie a été utilisée pour justifier tout ce qui a été fait aux Juifs, y compris les persécutions, les pogromes, les expulsions et le soutien des chrétiens allemands à l’Holocauste.

En effet, l’histoire et les événements actuels démontrent que le supersessionisme/théologie du remplacement a fait et continuera à justifier l’antisémitisme et la violence contre le peuple juif tant que les chrétiens ignoreront l’histoire de l’Église et ce que la Bible a à dire sur l’avenir du peuple juif.

Source

Traduit par PLEINSFEUX

close

Ne manquez rien !

Rejoignez les nouvelles de PleinsFeux.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !
En savoir plus dans notre politique de confidentialité

Translate »