Fin des Temps

Publié le 18 février, 2020 | par Equipe de Pleinsfeux

0

TOUS LES POISSONS SONT PARTIS !

La pêche dans le golfe d’Alaska va fermer pour la toute première fois : Plus de morue : Le saumon est presque disparu : Des millions de petits oiseaux de mer sont morts depuis 2015.

Par The Big Wobble – Le 8 décembre 2019

Ce n’est que la pointe de l’iceberg !  Décès des oiseaux de mer de l’Alaska 2019.

En novembre 2019, des milliers d’oiseaux puffins à queue courte migrant d’Alaska se sont retrouvés morts sur les plages emblématiques de Sydney.

Des nombres de morue extrêmement bas ont amené les autorités fédérales à fermer la pêche du golfe d’Alaska pour la première fois.  En réponse sans précédent à un nombre historiquement bas de morue du Pacifique, la pêche fédérale à la morue dans le golfe d’Alaska ferme pour la saison 2020.  C’est une décision qui n’a pas surpris, mais c’est la première fois que la pêche est fermée en raison de problèmes de faible stock.  « Nous sommes à la pointe de ce statut de surpêche », a déclaré Nicole Kimball, membre du Conseil de gestion des pêches du Pacifique Nord, lors de discussions à Anchorage vendredi après-midi.  Ce n’est pas la surpêche à blâmer pour les morts, mais plutôt les changements climatiques.  Le réchauffement des températures des océans relié aux changements climatiques fait des ravages dans un certain nombre de pêcheries de l’Alaska, préoccupant les biologistes, les habitants et les pêcheurs dont les rendements sont faibles et qui mettent en danger les moyens de subsistance des pêcheurs.  Une évaluation des stocks cet automne a mis les populations de morue du Golfe à un creux historique, avec « presque pas » de nouveaux œufs, selon le biologiste de recherche de la NOAA, Steve Barbeaux, qui a rédigé le rapport.

Jusqu’à l’émergence d’une vague de chaleur marine appelée « la goutte » en 2014, la morue du Golfe se portait bien.  Mais, la canicule a fait monter la température de l’océan de 4 à 5 degrés.  Les jeunes morues ont commencé à mourir, selon les scientifiques.  « Une grande partie de l’impact sur la population est due à cette première vague de chaleur dont nous ne nous sommes pas remis », a déclaré Barbeaux lors d’une entrevue le mois dernier. Après la première vague de chaleur, le nombre de morues s’est effondré de plus de la moitié, passant de 113.830 tonnes métriques en 2014 à 46.080 tonnes (soit une perte de près de 68.000 tonnes) métriques en 2017.  La baisse a été régulière à partir de là.

Le mois dernier, The Big Wobble a signalé plus de misère pour les pêcheries de saumon rose d’Alaska.  La saison sur le terrain du Prince William Sound Science Centre a été marquée par un faible débit et une mortalité élevée avant la ponte.  Cette année, pratiquement aucune pluie n’a conduit à des débits extrêmement faibles et les équipes de terrain ont observé des morts sans précédent avant le frai et une migration exceptionnellement tardive dans les cours d’eau.  Selon le Prince William Sound Science Center, le poisson a finalement commencé, ce qui était pour beaucoup, un voyage malheureux dans les ruisseaux après quelques pluies au début de septembre.  La pluie s’est arrêtée et les rivières se sont asséchées à nouveau.  Bientôt, des milliers de poissons ont été limités aux marées sans eau suffisante pour retourner dans les baies.  Ils ont tous suffoqué.  « Au cours des 10 premiers jours de septembre, le nombre de poissons morts dans un de nos cours d’eau est passé de pratiquement aucun à près de 30.000 saumons roses morts, tous morts avant le frai »« Nos équipes sur le terrain ont estimé que 10.000 sont morts en une seule nuit. Nous n’avons jamais rien documenté de tel dans le passé. »

En novembre 2019, des milliers d’oiseaux puffins à queue courte migrant d’Alaska se sont retrouvés morts sur les plages emblématiques de Sydney et les décès d’oiseaux n’avaient rien à voir avec les incendies de forêt massifs dans la région, des milliers d’autres, des puffins à queue courte mouraient en mer, dans ce qui a été la confirmation des pénuries de poissons incroyables dans l’océan Pacifique.  Les cadavres avaient été repérés sur plusieurs rivages dont Bondi, Manly et Cronulla.  Les oiseaux migraient vers le sud de l’Australie pour se reproduire après avoir passé l’été en Alaska.  Mais, selon les experts, un nombre plus élevé que d’habitude meurt en chemin en raison d’un manque de nourriture.  Les oiseaux doivent être à pleine puissance pour faire le voyage de 14.000 km au-dessus du Pacifique, mais le krill et les autres poissons dont ils se nourrissent ont apparemment diminué en raison de l’augmentation des températures de la mer.

BirdLife Australia a transformé le problème en « crise ».  Dans un communiqué publié sur son site Internet, le groupe déclare : « Pour la cinquième année consécutive, les températures de la surface de la mer au large de l’Alaska ont été exceptionnellement chaudes, ce qui a entraîné une grave pénurie de proies marines des puffins, entraînant la mort de milliers de puffins échoué le long des plages de l’Alaska.  Selon le US Fish and Wildlife Service, ils sont morts de faim. Ce n’était pas un événement, cependant ; Il s’agissait plutôt d’une série de décès catastrophiques.  À partir de la fin juin, ces décès se sont poursuivis le long de différentes sections de la côte de l’Alaska, se produisant progressivement plus au sud, jusqu’en août.  De nombreux puffins ont également échoué sur la péninsule russe de Tchoukotka.  Bien que plusieurs milliers d’oiseaux aient été retrouvés morts et mourants sur la plage, c’est probablement la pointe de l’iceberg ».

Ce n’est que la pointe de l’iceberg !  Décès des oiseaux de mer de l’Alaska 2019.

En mai 2019, le US Fish and Wildlife Service (USFWS) et le National Park Service (NPS) ont commencé à recevoir des rapports d’oiseaux de mer morts et mourants du nord de la mer de Béring et des Tchouktches, y compris près de la réserve nationale de Bering Land Bridge National Preserve.

De la fin juin au début août, des milliers de puffins à queue courte ont été signalés morts et échoués sur les plages de la région de la baie de Bristol, ou observés faibles et tentant de se nourrir de filets maillants à saumon dans les eaux intérieures (citation TBW: La plupart des saumons étaient morts avant le frai).  À la mi-août, la disparition des puffins s’était étendue vers le nord, en plus petit nombre, mais à des endroits très répandus, dans le nord de la mer de Béring et des Tchouktches le long des côtes de l’Alaska et de la péninsule de Tchoukotka en Russie.  Des macareux et des marmettes étaient également signalés, mais en nombre beaucoup plus faible que les puffins.  De plus, des puffins à queue courte vivants ont été observés en grand nombre en août dans le golfe d’Alaska, le long des côtes des parcs nationaux de Glacier Bay et de Kenai Fjords et des baies de l’île Kodiak.  Il est inhabituel de voir cette espèce en grande abondance dans ces zones, car elle est généralement au large et vient de l’hémisphère sud pour se nourrir dans les mers de Béring et des Tchouktches pendant l’été et l’automne.

Historiquement, des mortalités d’oiseaux de mer se sont produites occasionnellement en Alaska ; Cependant, de grands événements de mortalité se produisent chaque année depuis 2015.  (TBW déclare : Des millions de petits oiseaux de mer ont été signalés morts depuis 2015, cette année il s’agit de Puffins à queue courte, mais ces dernières années ont vu des macareux et des guillemots morts à cause de la famine).

De manière cohérente, les oiseaux morts examinés depuis les mers de Béring et des Tchouktches au cours de ces récents décès ont été déterminés comme morts de faim.  Les carcasses d’oiseaux de mer des décès de 2019 ont été collectées à plusieurs endroits et envoyées au National Wildlife Health Center du US Geological Survey (USGS) pour examens et tests.  Les premiers résultats indiquent que la famine est la cause des décès pour la plupart des endroits. Cependant, dans le sud-est de l’Alaska, l’exposition à la saxitoxine (une biotoxine associée à un empoisonnement paralytique aux mollusques) a été reliée en juin à une mortalité localisée des sternes arctiques reproductrices.

The Big Wobble signale un décès sans précédent d’oiseaux de mer en Alaska et au Canada depuis 2015.  Les changements climatiques sont considérés par les scientifiques comme un contributeur important au déclin des oiseaux de mer, des rapports indiquant que des espèces britanniques telles que des sternes et des mouettes tridactyles font face à un avenir incertain à mesure que la température de la mer augmente.  Les macareux, en particulier, ont subi d’énormes pertes ces dernières années et un rapport de l’Union internationale pour la conservation de la nature en avril a averti que l’espèce emblématique était en danger d’extinction.  Des milliers d’oiseaux de mer morts ont été retrouvés rejetés sur terre sur des sites allant des îles de la mer de Béring aux villages au nord du détroit de Béring, signes d’une autre grande mortalité dans les eaux réchauffées de l’océan Pacifique Nord.  (Les nombres réels seront des millions car la plupart mourront en mer.)  Les oiseaux morts sont principalement des fulmars boréaux et des puffins à queue courte, des espèces qui migrent sur de longues distances pour passer des étés dans les eaux au large de l’Alaska et d’autres régions du nord, les États-Unis, selon le Wildlife Service.  Dans le mélange se trouvent également des mouettes tridactyles, des guillemots et des macareux, a indiqué l’agence fédérale.

La cause est à l’étude.  Les autopsies montrent jusqu’à présent que les oiseaux sont émaciés, sans nourriture dans leur estomac ou intestin et avec peu ou pas de graisse sur leur corps.  « En ce moment, nous savons qu’ils meurent de faim et ne peuvent pas garder la tête hors de l’eau, et ils se noient », a déclaré Ken Stenek, enseignant à Shishmaref et bénévole dans un programme de surveillance des oiseaux marins.

Le bilan précis n’est pas clair.  Les nouveaux décès découlent d’une perte massive de guillemots communs en 2015 et 2016, 2017 et 2018, le plus grand décès de guillemots jamais enregistré en Alaska et d’un précurseur des échecs reproductifs presque totaux des guillemots du golfe d’Alaska et de Béring.  Il fait également suite à la mort de milliers de macareux trouvés l’automne dernier sur l’île Saint-Paul dans les Pribilofs et, avant cela, à la mort massive de guillemots et de macareux le long de la côte ouest des États-Unis.  Dans chaque vague de morts, des oiseaux affamés ont laissé des carcasses émaciées et chaque vague a été associée à des eaux marines inhabituellement chaudes.

Source: Global Research 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

Mots clés: , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics