Conversions

Publié le 26 mai, 2019 | par Equipe de Pleinsfeux

0

TROIS ATHÉES PUISSANTS

Par BP-Pub-1 – Le 20 mai 2019

QUI SE SONT CONVERTIS AU CHRISTIANISME

Lorsque l’universitaire d’Oxford, CS Lewis, décrivit sa conversion adulte de l’Athéisme au Christianisme dans Surpris par la Joie (HarperCollins), en 1955, ceci devint un classique de l’apologétique, un livre encore lu par les chrétiens et les chercheurs.

Son histoire comprenait la réalisation que sa croyance en la justice et la moralité nécessitait un législateur moral transcendant et que la prétention de Jésus d’être le Fils de Dieu n’avait de sens que si c’était vrai.

Mais, il y a beaucoup de convertis des temps modernes dont les voyages font écho à la propre recherche de Lewis pour la vérité.  Les chrétiens peuvent apprendre beaucoup de ce qui a amené les autres à croire.  Ce sont trois histoires sur la façon dont la moralité, la beauté et l’amour ont conduit trois sceptiques à la personne du Christ.

Le célèbre et fameux athée Bill Hayden reçoit Jésus à 85 ans

L’histoire que vous allez lire parle de trois femmes puissantes dont le cheminement intellectuel a mené à leur conversion de l’Athéisme au Christianisme.

Holly Ordway

La plupart des gens, qu’ils soient croyants ou non, vivent des moments de transcendance lorsqu’ils rencontrent la musique, l’art et la littérature qui les touchent profondément.  Et, si ces moments de transcendance qui interrompent nos vies nous dirigeaient réellement vers Dieu ?  Ces moments étaient les piliers de la première vie de CS Lewis, qui luttait pour que son athéisme corresponde à son expérience de « joie » lorsqu’il rencontra de la poésie, de la littérature, de la musique et de la beauté qui semblaient appartenir à un autre monde, processus qu’il décrit dans Surpris par la Joie.

La professeure d’université, Holly Ordway, a également développé un amour pour la littérature et la poésie enfantine, dévorant les Chroniques de Lewis de Narnia et le Seigneur des Anneaux de Tolkien.  Élevée dans un foyer laïque aux États-Unis, elle était inconsciente des allégories chrétiennes des deux. Rétrospectivement, elle pense que Dieu a agi par son imagination alors même qu’elle rejetait l’idée de religion comme non pertinente.

Au fur et à mesure que Holly progressait dans l’enseignement supérieur, son incrédulité se solidifiait dans l’athéisme, mais lorsqu’elle commença une carrière dans l’enseignement de la littérature et de la poésie, elle se trouva subitement défaite par le pouvoir de ce qu’elle lisait, notamment dans la tradition chrétienne.  Elle a décrit cette expérience : « Je me souviens de la lecture de l’ouverture du sonnet de John Donne intitulé, « Cœur de mon cœur, les trois personnes de Dieu », pour vous encore, mais, frappez, respirez, brillez, et cherchez à réparer.  J’avais l’impression d’avoir touché un fil électrique.  C’est à ce moment-là que l’imagination qui était en moi une rivière sous la surface a commencé à bouillonner et je me suis dit : Il se passe quelque chose dans cette poésie et je me demande ce que c’est ».

Liste de convertis de l’Athéisme au Christianisme

Ce genre de rencontres a amené Holly à croire qu’il existait un Dieu qui avait enflammé son sens de l’imagination, mais qui l’amènerait finalement à enquêter sur les croyances de poètes chrétiens tels que Gerard Manley Hopkins et TS Eliot, dont elle a écrit le lien si profondément : « J’ai eu une conversion en deux étapes, d’abord pour croire en Dieu, puis, pour croire en Christ.  Si je n’avais pas été convaincue que la résurrection était un événement de l’histoire, je serais restée Athéiste.  Alors, j’ai fini par devenir chrétienne, car l’imagination et la raison se rejoignaient.  Je vois maintenant que ce que des gens comme Gerard Manley Hopkins (mon poète préféré) me donnaient avant d’être chrétienne me donnait un petit aperçu du monde qui m’avait montré que c’était logique, d’une manière que je n’avais jamais vécue auparavant.  Je suis maintenant entrée dans ce monde ».

Après avoir vécu ces moments de joie, Holly est passée d’apprécier le travail de ces poètes à plonger dans le même courant de réalité qu’elle habitait.  Ce fut aussi l’expérience de CS Lewis.  Dans son court essai peu connu, Méditation dans un Hangar, il décrit la différence entre comprendre quelque chose par l’observation et l’expérience.  L’anthropologue qui étudie la religion peut donner une explication sociologique convaincante de la raison pour laquelle les gens croient, tout comme le biologiste peut donner une explication chimique à l’amour que vous ressentez pour votre partenaire.

Lewis a comparé cela à se tenir dans une sombre réserve à outils et à voir un faisceau de lumière traverser le vide situé en haut de la porte.  Cela vous donne une idée de ce qu’est le faisceau de lumière.  Mais, repositionnez-vous pour regarder le long du faisceau de lumière, et les outils sombres disparaîtraient et seraient remplacés par un soleil éclatant et la cime des arbres qui onduleraient à l’extérieur.

Top 15 des musulmans célèbres qui se sont convertis au Christianisme

Lewis écrit : « Vous avez une expérience d’une chose quand vous la regardez et une autre quand vous la regardez.  Quelle est l’expérience « vraie » ou « valide » ?  Qu’est-ce qui vous dit le plus à propos de cette chose ? »

Holly a emprunté la métaphore de Lewis, qui disait des poètes chrétiens qu’elle était devenue amoureuse : « Je suis entrée dans ce rayon de lumière pour pouvoir regarder avec eux et ils peuvent me montrer plus qu’ils ne le pouvaient auparavant ».

Jennifer Fulwiler

Comme tous les parents le savent, la naissance d’un enfant est un événement marquant.  Les priorités, les habitudes de vie et les habitudes de sommeil sont rapidement réorganisées pour tenir compte de ce qui est maintenant le plus important dans la vie.  Pour certaines personnes, toutefois, le changement va encore plus loin que cela.

Jennifer Fulwiler a grandi dans une famille aimante, mais dans laquelle la religion était décrite comme fausse.  Jennifer dit qu’elle ne se souvient jamais d’une époque où elle croyait en Dieu.  Élevée au régime « de la science, de la raison et de la pensée rationnelle fondée sur des preuves », elle lisait avant de se coucher le livre d’astronomie de Carl Sagan, Cosmos.  Dès son jeune âge, elle savait que le monde fonctionnait selon un ensemble bien établi de lois naturelles et que la science était de facto le moyen de tout comprendre.  Toutes les preuves ont confirmé que nous vivons dans un monde matériel de matière, de molécules, d’électrons et de protons, sans avoir besoin de Dieu.  Jennifer est restée une athée heureuse à l’âge adulte et dans les premières années de son mariage.

Cependant, peu de temps après la naissance de son premier enfant, sa pensée a radicalement changé.  Jennifer l’a décrit ainsi : « J’ai baissé les yeux et j’ai  pensé : Qu’est-ce que ce bébé ?  Et j’ai pensé : Eh bien, dans une perspective purement athée et matérialiste, il est une collection de réactions chimiques évolutive au hasard.  Et, j’ai réalisé que si c’est vrai alors tout l’amour que je ressens pour lui n’est rien de plus que des réactions chimiques dans notre cerveau.  Et, je l’ai regardé et j’ai pensé : Ce n’est pas vrai.  Ce n’est pas la  vérité ».

Ce moment a été un tournant pour la jeune mère.  Elle s’est lancée dans une quête pour voir si la religion avait un sens et a commencé à se pencher sur le spiritualisme, le bouddhisme, l’hindouisme et le mysticisme.  Le Christianisme était la seule religion qui fût mise de côté.  Ses parents avaient fait un travail minutieux pour s’assurer que Jennifer la considère comme fausse.  Finalement, son mari (également un non-croyant à l’époque) la persuada de se pencher sur les revendications du Christianisme.  Après tout, si c’était faux, il devrait être facile de le nier.  Cependant, ses enquêtes ont conduit Jennifer à conclure que Jésus était bien ce qu’il avait dit, un voyage décrit dans son livre, Quelque chose d’autre que Dieu (Ignatius Press).

Liste de convertis notables de l’Hindouisme au Christianisme

Le changement d’esprit de Jennifer a commencé lorsque quelque chose s’est inscrit dans sa tête.  Les explications scientifiques avec lesquelles elle avait grandi ne suffisaient pas à expliquer la totalité de ce qu’elle éprouvait dans le lien avec son enfant.  Sur le plan scientifique, elle aurait suffisamment su que tout en regardant son bébé, toute une série de neurones tirant sur le cerveau en excès produirait un ensemble de réactions chimiques et d’hormones, et que ceux-ci contribueraient à la perturbation émotionnelle pour protéger et soigner son fils nouveau-né avec chaque once de son être.  Mais, cette description physique à elle seule ne pourrait pas expliquer l’expérience réelle de l’amour à part entière.

C’est un phénomène que CS Lewis a également reconnu.  Si, comme le prétendent de nombreux athées, le monde se résume à un ensemble complexe de processus chimiques et physiques, l’amour, la beauté, le sens et même la vérité ne sont que des illusions d’un esprit mécanique : « Si les esprits sont entièrement dépendants du cerveau sur la biochimie, et la biochimie (à long terme) sur le flux insignifiant des atomes, je ne comprends pas comment la pensée de ces esprits devrait avoir plus d’importance que le son du vent dans les arbres ».

Cependant, à la fin, même ceux qui croient que le monde est régi par des lois physiques ont du mal à croire que l’amour n’est qu’une illusion.  1 Jean 4:8 déclare que « Dieu est amour ».  Pour Lewis et Fulwiler, seule l’existence de Dieu pouvait donner un sens à notre profonde croyance en l’amour.

Leah Libresco

En 2012, Leah Libresco, mathématicienne et autoproclamée « athée geek », est apparue dans mon émission radiophonique « Incroyable ? », pour discuter de sa conversion au Christianisme.  Jusque-là, Leah avait été une blogueuse de renom sur la chaîne athée du réseau Patheos, écrivant sur les mathématiques et le scepticisme et échangeant amicalement avec de nombreux chrétiens.

Mais, quelque chose qui s’appelle « l’argument moral » avait lâché Leah pendant des années.

Liste de A à Z des convertis notables de l’Islam au Christianisme

Elle ne pouvait s’empêcher de croire que certaines choses sont vraiment bonnes ou mauvaises, et pas seulement le produit de ses sentiments et de ses préférences culturelles.  Tout comme elle a reconnu la réalité d’un domaine mathématique qui existait indépendamment de nous, humains, elle a également dû admettre la réalité d’un domaine moral du bien et du mal.  La vérité morale selon laquelle maltraiter des enfants est une erreur est vraie de la même manière que deux plus deux équivaut à quatre.  Mais, de telles croyances sur le bien et le mal n’avaient aucun sens dans sa vision athée du monde, où la moralité, si elle existait, était purement subjective, c’était quelque chose que les humains avaient développé pour un avantage social.  Sa conviction croissante que la moralité est une réalité fixe et objective n’a de sens que s’il y a un Dieu.

Sa conversion a provoqué une réaction de la part de la communauté athée.

Sa conversion au Christianisme a provoqué une réaction négative de la communauté athée et a attiré l’attention du public lorsqu’elle a raconté son histoire à la chaîne d’information CNN.  Dans son entrevue, Leah expliqua que même s’il restait beaucoup de questions, le Christianisme expliquait mieux que son Athéisme les choses dont elle était sûre.  Comme elle l’a dit : « La moralité est quelque chose que nous découvrons comme les archéologues, pas quelque chose que nous construisons comme des architectes.  Le Christianisme a offert une explication convaincante ».

Lorsque Leah est venue dans l’émission, je l’ai mise en conversation avec Hemant Mehta, une autre blogueuse du même réseau athée dont elle faisait partie auparavant.  Son blog s’appelle « Athéiste Amical » et elle a été l’une des premières à publier une réponse critique à la conversion de la mathématicienne.  Pour cette rencontre, Mehta était moins « amicale » que « déconcertée ».  Elle a admis qu’elle ne pouvait même pas comprendre toute sa terminologie philosophique, et encore moins son raisonnement.  Surtout, elle ne pouvait tout simplement pas comprendre en quoi consistait l’argument moral qui l’avait convaincue de devenir chrétienne, en particulier dans un monde où son Dieu permettait de tels maux et souffrances.

L’histoire de CS Lewis aurait peut-être pu aider ici.  Comme Mehta, Lewis s’est opposé à Dieu sur la base du mal qu’il a vu dans le monde, mais sa conversion a reflété celle de Leah lorsqu’il a réalisé que son objection n’avait de sens que si un domaine moral existait : « Mon argument contre Dieu était que l’univers semblait si cruel et injuste.  Mais, comment avais-je eu cette idée de juste et d’injuste ?  Un homme n’appelle pas une ligne de travers s’il n’a pas la moindre idée d’une ligne droite.  À quoi étais-je en train de comparer l’univers quand je l’ai appelé injuste ? »

Liste A-Z des convertis notables du Judaïsme au Christianisme

L’histoire de la conversion de Lewis est peut-être aussi troublante que celle de Leah, mais l’histoire du jeune mathématicien est la preuve que certains chemins menant au Christ impliquent des voyages profondément intellectuels et que l’argument moral continue à être une raison puissante pour que les sceptiques embrassent Dieu.

Source : Believers Portal 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

Mots clés: , , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics