Conspiration

Publié le 14 novembre, 2019 | par Equipe de Pleinsfeux

0

TRUMP VS. SCHIFF, SOROS ET LE SOCIALISME

Par Cliff Kincaid – Le 12 novembre 2019

En conséquence, Trump, le président le plus anti-communiste depuis Reagan, fait face à une destitution et à une révocation possible.

Le Représentant Adam Schiff, président du Comité du Renseignement de la Chambre, a reçu un siège prestigieux au dîner organisé par le Comité d’Accueil du Congrès pour la victime du communisme « Triomphe de la Liberté » à Washington, DC, communiste alors qu’il procède à la destitution du président Donald Trump cette semaine.

Mais, l’analyste Trevor Loudon a longtemps écrit sur le représentant Schiff dans sa base de données Keywiki, documentant ses liens avec les syndicats ouvriers de gauche avec une tendance socialiste, des groupes financés par George Soros, et le comité chinois de 100 membres procommuniste.  Ce dernier organise essentiellement des « opérations d’influence » pour le régime communiste chinois.

La campagne de destitution a lieu à un moment où l’administration Trump tente de confronter la Chine au sujet de ses pratiques commerciales déloyales et de sa domination du secteur technologique.

Ce qui surprend certains observateurs, c’est que la Fondation commémorative des victimes du communisme accepte Schiff comme sponsor de l’événement.  Les républicains, qui constituaient la majorité des commanditaires du dîner au Congrès, ont déclaré que le processus d’élimination de Trump par Schiff avait été injuste et secret.  En effet, de nombreux conservateurs appellent cela un processus de style soviétique, un critique affirmant que Schiff se « livre à Staline » dans son zèle pour détruire Donald Trump.

La connexion avec l’Ukraine

En menant ses efforts pour destituer Donald Trump de ses fonctions, Schiff se concentre sur le prétendu appel abusif présumé de ce dernier au président ukrainien afin qu’il enquête sur les accusations de corruption portées contre le fils de son rival, Joe Biden.  Donald Trump avait également voulu savoir si l’Ukraine avait un rôle à jouer dans l’élaboration du faux « Dossier Trump » utilisé pour justifier la surveillance du président et de ses collaborateurs.

L’appel a été révélé par un « lanceur d’alerte » anti-Trump de la CIA, dont l’identité est protégée par Schiff, les principaux médias et les sociétés de médias sociaux.  Trump a publié une transcription de l’appel téléphonique et suggère un comportement traître de la part de « Shifty Schiff ».

Au fur et à mesure que le processus se déroulait, Schiff « a exprimé son regret » de mentir sur le fait qu’il n’avait aucun contact préalable avec le « lanceur d’alerte » de la CIA derrière la mise en accusation.  « Nous n’avons pas parlé directement au lanceur d’alerte », a-t-il déclaré le 17 septembre.  Mais, un membre de son personnel avait en fait parlé à l’analyste de la CIA.

Avant la campagne de mise en accusation en cours, Schiff était également l’un des principaux fabricants de fausses allégations de la « collusion » russe avec le président Trump.  Il y avait « de nombreuses preuves de collusion à la vue », avait déclaré Schiff à propos de Trump et de la Russie.  Mais, l’enquête de l’avocat spécial Robert Mueller n’a révélé aucune collusion de ce type.

Un choix controversé

Le dîner du « Triomphe de la Liberté » du 8 novembre a récompensé Joachim Wilhelm Gauck, homme politique allemand et ancien pasteur en Allemagne de l’Est, avec la médaille de la Liberté Truman-Reagan, nommée en l’honneur des présidents démocrate et républicain les plus associés à l’anticommunisme. Cependant, Gauck a également reçu le prix Open Society de la controversée Central European University, une institution fondée par l’opérateur de fonds spéculatifs, le milliardaire George SorosLe fondateur de la CEU, Soros, qui soutient les causes marxistes et de gauche et les candidats aux États-Unis, a déclaré que Gauck « a passé sa vie à faire en sorte que les personnes qui ont souffert du communisme ne soient pas oubliées et que les crimes de la Stasi [police secrète est-allemande] ne reste pas impunis ».

En fait, des dirigeants de la Stasi, tels que Markus Wolf, ont échappé à la prison, à la suite d’une décision délibérée des élites occidentales de ne pas organiser de procès à la Nuremberg pour les communistes qui auraient pu entraîner la peine de mort.  En conséquence, Vladimir Poutine, ancien colonel du KGB soviétique basé en Allemagne de l’Est, est devenu président de la Russie.  Depuis 2005, l’Allemagne est dirigée par Angela Merkel, une jeune militante communiste en Allemagne de l’Est qui, en tant que chancelière, a rendu l’Allemagne plus dépendante du pétrole et du gaz russe en mettant fin au programme nucléaire de l’Allemagne.  Elle s’est également félicitée de l’invasion musulmane de l’Europe, qui a entraîné davantage de terrorisme islamique.

Ces développements et d’autres contribuent à expliquer pourquoi le sous-titre de l’ouvrage massif du jugement dissident soviétique Vladimir Buovsky, Jugement à Moscou, fait référence aux crimes soviétiques et la « complicité occidentale ». Il a appelé à un procès à la Nuremberg pour les communistes.

« La Fondation commémorative des victimes du communisme a longtemps étudié la possibilité de traduire en justice le communisme devant le tribunal international de l’opinion publique », a déclaré le Dr Lee Edwards, cofondateur et président de la Fondation commémorative des victimes du communisme.  « Peut-être, en hommage à Vladimir Bukovsky, il est temps de commencer à planifier un événement aussi historique ».

C’est l’heure.  Schiff vs. Trump

Trump continue à mettre en avant la cause de l’anticommunisme.  Un jour avant le dîner du « Triomphe de la Liberté », Trump a organisé un événement pour commémorer les victimes du communisme et a publié une déclaration à ce sujet.

Mais, le dégoût de Donald Trump à l’égard du Schiff «anticommuniste» pour des raisons de sécurité nationale est bien connu.  Le 28 octobre, il avait déclaré à la presse à Washington que la Maison-Blanche n’avait pas informé le Comité du Renseignement de la Chambre au sujet du raid qui avait coûté la vie à Abou Bakr al-Baghdadi, le fondateur de l’ISIS, craignant que cette information ne soit divulguée par Schiff.  Trump a déclaré : «… Je pense qu’Adam Schiff est le plus gros responsable des fuites à Washington. »

Le jugement de Bukovsky à Moscou explique comment certains associés du Congrès ou ex-collègues du Congrès ont tenté de saper la politique étrangère anticommuniste du président Ronald Reagan afin de profiter à l’Union Soviétique et de mettre en place un régime communiste au Nicaragua.  Il cite un document secret montrant les liens entre le Parti communiste soviétique et le Front sandiniste de libération nationale du Nicaragua.

À cet égard, Trevor Loudon note que le second démocrate au sein du comité du renseignement, Jim Himes, du Connecticut, s’est rendu au Nicaragua, à l’origine du soviet, à la fin des années 1980 pour y effectuer des recherches sur sa thèse de premier cycle intitulée « Les comités de défense sandinistes et la transformation de la culture politique ».  Loudon affirme que Himes a

« blanchi à la chaux » les réseaux d’espionnage civils du régime marxiste-léniniste.

« Heureusement pour Jim Himes », a commenté Loudon, « aucune vérification des antécédents en matière de sécurité n’est requise pour siéger au Comité du Renseignement de la Chambre.  En fait, les vérifications des antécédents de sécurité ne sont pas nécessaires pour siéger à un comité du Congrès, même à ceux ayant accès à des documents confidentiels ».

Il est clair qu’avant la victoire finale sur le communisme, il faut organiser un procès officiel à Nuremberg pour les communistes et leurs compagnons de voyage occidentaux.  Mais, cela pourrait exposer les marxistes au Congrès pour lesquels le président anticommuniste Reagan avait publiquement exprimé tant d’inquiétude.  En fait, Reagan avait évoqué l’époque où le Congrès avait un comité (le Comité de la Chambre sur les activités non-américaines) qui enquêterait même sur ses propres membres si l’on soupçonnait l’implication du communisme.

Le communisme n’est jamais mort

Le véritable scandale russe, comme l’explique Bukovsky dans son livre, est que les deux principaux partis politiques ont agi comme si les dirigeants communistes, d’abord en Union Soviétique, puis en Chine, pouvaient être raisonnés, et que l’aide et le commerce occidentaux transformeraient les dictatures communistes, responsables de l’ordre international.  Il a expliqué comment le dernier président soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, avait prévu de changer le visage du communisme soviétique et d’intégrer le monde à travers des blocs régionaux tels que l’Union Européenne dans des structures socialistes internationales.  Gorbatchev a utilisé les revendications de l’action mondiale menée par les États-Unis contre le « réchauffement de la planète » pour y parvenir.

Dans un discours intitulé « Octobre et Perestroïka : La révolution continue », Gorbatchev a déclaré ouvertement son engagement en faveur d’un État communiste mondial, déclarant le 2 novembre 1987 : « Nous nous dirigeons vers un monde nouveau, le monde communiste.  Nous ne fermerons jamais cette route ».

Pourtant, le prix George Bush pour l’excellence dans la fonction publique, nommé en l’honneur de l’ancien président, le premier président Bush, a été décerné à Gorbatchev en 2001.  Ce prix avait été remis à l’époque en l’honneur de Gorbatchev censé trouver un « terrain d’entente » sur de telles questions, en tant que droits de l’homme et contrôle des armements et présidant à la transition vers une « Russie démocratique ».  Une grande cérémonie a eu lieu à la bibliothèque présidentielle George HW Bush.

Le président George W. Bush avait déclaré à propos du président russe et ancien colonel du KGB, Vladimir Poutine : « J’ai regardé l’homme dans les yeux … j’ai pu avoir une idée de son âme ».

Les dirigeants occidentaux, y compris les deux présidents américains Bush, avaient voulu croire que le communisme était mort ou en voie de disparition et que le monde pourrait s’unir pour défendre ce que le premier président Bush a appelé un Nouvel Ordre Mondial.

En revanche, Donald Trump a rejeté cette approche, notamment dans son discours intitulé « L’avenir n’appartient pas aux mondialistes » aux États-Unis.

Sur la base d’une analyse de leurs programmes et de leurs événements, il apparaît clairement que la Fondation commémorative des victimes du communisme n’a pas suffisamment expliqué comment la politique de Gorbatchev en matière de Perestroïka et de Glasnost était conçue pour duper l’Occident et duper les démocrates et les républicains.  Le groupe a reçu des centaines de milliers de dollars des fondations Scaife, dont le défunt fondateur, Dick Scaife, était un anticommuniste convaincu qui reconnaissait la nature de l’ennemi communiste.  Il serait déçu de ne pas avoir suivi une stratégie de victoire sur le communisme.

Le temps est venu non seulement pour la fondation commémorative des victimes du communisme de se joindre à l’appel aux procès de Nuremberg pour le communisme, comme le recommandait Bukovsky, mais, d’approuver la formation de nouveaux comités du Congrès sur les activités non américaines et la sécurité intérieure.

Dans ce contexte, le fait que des membres de l’administration Bush soient des personnalités de premier plan dans la Fondation commémorative des victimes du communisme peut aider à expliquer l’échec de ce que le défenseur communiste Anatoliy Golitsyn avait appelé dans son livre « La tromperie de la perestroïka », associé à des organisations mondialistes telles que le Conseil des relations extérieures (CFR) et la Commission trilatérale, cette dernière étant impliquée dans l’ouvrage de Bukovsky dans la facilitation des projets de Gorbatchev.  Le CFR a été entaché par l’espion communiste Alger Hiss en tant que membre influent.  On lui a récemment demandé d’expliquer comment et pourquoi le pédophile condamné, Jeffrey Epstein, avait rejoint l’organisation.

La mission du groupe des victimes du communisme a été compromise dès le début, du fait qu’elle avait été autorisée par un Acte du Congrès signé par le président Bill Clinton et devait prendre des mesures pratiques pour ne pas offenser les démocrates ou les républicains.  Mais, l’histoire montre que les démocrates du Congrès ont mis fin au Comité de la sécurité intérieure de la Chambre, successeur du Comité de la Chambre sur les activités non-américaines, et à son homologue du Sénat.  Il n’y a aucun moyen d’échapper à ce fait critique.

Combattre le communisme avec le socialisme

Autre indice de la dérive de gauche qui rend difficile la responsabilisation des socialistes et des communistes, le groupe des victimes du communisme présente le conseil consultatif de Carl Gershman, un socialiste.  Gershman est depuis longtemps président du National Endowment for Democracy (NED), une entité financée par le gouvernement fédéral qui dépense 180 millions de dollars par an en « aide à la démocratie » dans des pays étrangers.

Le président Ronald Reagan avait lancé le programme NED en 1983 et s’était dit qu’il allait maintenir un penchant anticommuniste.  Mais, les soi-disant socialistes non communistes qui soutiennent le globalisme et l’intervention américaine dans les pays étrangers ont rapidement pris les choses en main. Nombre d’entre eux sont communément appelés « néoconservateurs ».  Jusqu’à leur élection, Trump faisait partie de la coalition républicaine.  Aujourd’hui, beaucoup ne sont jamais que des trompeurs.

Pour sa part, Gershman était président de la Ligue socialiste des jeunes et directeurs exécutifs des sociaux-démocrates, États-Unis, une émanation du parti socialiste américain.  Il avait autrefois cherché à « transformer le parti démocrate en parti social-démocrate » et aurait déclaré : « Notre objectif, en tant que socialistes, est de créer en Amérique une structure politique qui équivaut à un parti social-démocrate », également adopté par la CIA depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, que le « socialisme démocratique » était « le rempart le plus efficace contre le totalitarisme », selon les mots de l’historien libéral Arthur Schlesinger.

En août, Gershman, s’exprimant en Ukraine, a déclaré que le National Endowment for Democracy « avait fait de l’appui à la démocratie en Ukraine l’une de ses principales priorités », le plus gros prix « dans une confrontation avec la Russie et a suggéré que les jours au pouvoir du président russe Poutine pourraient être comptés ».

Trump, qui cherche à améliorer ses relations avec la Russie et veut éviter un affrontement militaire sur l’Ukraine, semble penser que la NED s’immisce dans les affaires des autres pays.  Son bureau du budget a proposé une réduction importante du budget du NED.  Mais, les démocrates ont rejoint les républicains tels que le sénateur Lindsey Graham en prononçant la proposition « morte à l’arrivée ».

En irritant Trump et ses partisans, le National Endowment for Democracy, ont rendu hommage au regretté sénateur John McCain, grand critique de Trump, en remettant à titre posthume la Médaille du service pour la démocratie du NED. McCain avait remis le « Dossier Trump » au FBI sur la suggestion de son ami proche, le sénateur Lindsey Graham.

Graham a été fortement critiqué pour ne pas avoir honoré sa promesse de faire appel à son comité judiciaire du Sénat pour enquêter sur les agents de l’État Profond qui tentaient de renverser Trump.  Lou Dobbs de Fox traite Graham de fraudeur.

En conséquence, Trump, le président le plus anti-communiste depuis Reagan, fait face à une destitution et à une révocation possible.

Source: News With Views 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

Mots clés: , , , , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics