Catastrophe

Publié le 05 décembre, 2019 | par Equipe de Pleinsfeux

0

UN CLIMAT APOCALYPTIQUE

Par Samuel David Meyer – Décembre 2019

L’angoisse sociale prédominante est palpable.

« Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là.  Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent. »   (Matthieu 7:13-14)

« La fin de toutes choses est proche.  Soyez donc sages et sobres, pour vaquer à la prière. »   (1 Pierre 4:7)

Dans ce bulletin, nous examinerons de manière franche et factuelle les événements de notre époque qui montrent que les peuples de ce monde s’éloignent de plus en plus de Dieu et les mènent à la catastrophe.  Lorsque nous examinons les bouleversements généralisés, l’incertitude économique, les catastrophes naturelles, les menaces de conflit, les maladies mortelles, l’idéologie changeante et la confusion religieuse à l’œuvre, il apparaît clairement que l’humanité se rapproche de plus en plus de la « fin de toutes choses » dont parle l’apôtre Pierre dans sa première épître.

Pour ceux qui se soucient de lire les reportages ces jours-ci, vous remarquerez peut-être que les scénarios qu’ils décrivent sonnent comme la fin du monde.  Par exemple, selon le titre du 6 novembre 2019, « 11.000 scientifiques du monde entier mettent en garde contre des souffrances indicibles causées par la crise climatique ».  Dans une initiative censée coïncider avec le 40e anniversaire de la toute première Conférence mondiale sur le climat, une lettre a été publiée, dans laquelle il est notamment dit : « Nous déclarons, avec plus de 11.000 scientifiques signataires du monde entier, clairement et sans équivoque que cette planète, La Terre, est confrontée à une urgence climatique ».  La lettre ajoute : « Pour assurer un avenir durable, nous devons changer notre façon de vivre, en améliorant les signes vitaux résumés par nos graphiques.  La croissance économique et démographique est un des principaux facteurs de la hausse des émissions de CO2 des combustibles fossiles ; Nous avons donc besoin de transformations audacieuses et radicales en ce qui concerne les politiques économiques et démographiques ».  L’histoire a été couverte par de nombreux médias, y compris Bloomberg News, qui avait écrit dans leur titre : « La Terre a besoin de moins de gens pour vaincre la crise climatique, disent les scientifiques ».

Les appels au contrôle de la population ne font que s’intensifier et si les États-Unis se retrouvent bientôt sous le leadership de progressistes radicaux, dont la plupart tiendraient compte des propos de ces scientifiques, il n’est pas inconcevable que de nouvelles politiques visant à freiner la croissance démographique soient mises en place.  Un tel leadership encouragerait probablement davantage d’avortements et une plus grande adoption de l’homosexualité, car ces deux péchés entravent la procréation.

Ironiquement, Bloomberg News, mentionné ci-dessus, a publié un article différent le 30 octobre 2019, moins d’une semaine avant de couvrir l’histoire de contrôle de la population citée ci-dessus.  L’article d’octobre s’intitule simplement « Le désastre mondial de la fécondité » et explique en détail à quel point la population mondiale diminue en fait parce que les gens n’ont pas assez d’enfants.  L’article commence par rappeler que le taux de fécondité mondial est passé de cinq naissances vivantes par femme dans les années 1960 à seulement 2,43 naissances vivantes par femme en 2017.  Il est ensuite précisé ce qui suit : « Alors que le monde devrait ajouter plus de 3 milliards de personnes, selon l’Organisation des Nations Unies, ce sera probablement le point culminant. La chute des taux de fécondité et le vieillissement de la population entraîneront de graves problèmes qui seront ressentis plus cruellement à certains endroits que d’autres.  Il est étrange que nous assistions maintenant à des duels de catastrophes contradictoires rapportés par la même source.  Il convient de noter que Bloomberg a également signalé qu’en 2017, près de la moitié des pays du monde avaient vu leur taux de fécondité chuter au-dessous des niveaux de remplacement. »

Alors que les scientifiques s’inquiètent de la croissance démographique mondiale, la triste réalité est que la race humaine commence à mourir.  Le fait qu’il y ait de plus en plus de jeunes haineux et coupables qui s’engagent à ne jamais avoir d’enfants, ceci ne fait qu’aggraver le problème.  Étonnamment, un petit mouvement en pleine croissance a vu le jour avec des gens qui méprisent tellement leur vie qu’ils souhaiteraient ne jamais être nés.  Ils s’appellent eux-mêmes «anti-natalistes».  Cette tendance a été rapportée par The Guardian, le 14 novembre 2019, dans une histoire relatant la philosophie d’un Indien d’une vingtaine d’années qui avait tenté de poursuivre en justice ses parents simplement parce qu’ils l’avaient mis au monde.  Parlant du mouvement anti-nataliste, l’homme aurait déclaré : « Ce n’était pas notre décision de naître. L’existence humaine est totalement inutile ».  Bien que son action en justice ait rapidement été rejetée en Inde, l’homme a ajouté que son intention était de   « susciter cette peur parmi les parents en général.  Parce que les parents ne réfléchissent pas avant d’avoir un enfant ».  Le rapport cite également le philosophe anti-nataliste David Benatar qui a écrit : « Il serait préférable que les humains (et d’autres espèces) disparaissent ».  Le principe absurde de l’anti-natalisme est que « créer une nouvelle vie a toujours tort ».

L’angoisse sociale prédominante est palpable.  En fait, un mot qui a trouvé sa place dans le vocabulaire populaire est « apocalypse ».  Une recherche superficielle des nouvelles révélera une variété d’histoires sur divers scénarios apocalyptiques, mais curieusement, les apocalypses qu’elles présentent sont laïques, sans aucune mention de Dieu ou de son jugement sur l’homme pécheur. À titre d’exemple, un article publié par The Guardian le 13 novembre 2019 annonce de façon inquiétante dans son titre : « L’apocalypse des insectes pose un risque pour toutes les formes de vie sur Terre, préviennent les défenseurs de l’environnement ».  L’histoire continue en racontant comment les abeilles, les papillons et d’autres insectes meurent en nombre record, y compris vingt-trois espèces d’abeilles et de guêpes qui se sont éteintes dans les années 1900.  En outre, l’article cite des données selon lesquelles 50% de tous les insectes ont été perdus depuis 1970, tandis que 40% des espèces d’insectes connues aujourd’hui sont également menacées de disparition.  En ce qui concerne la crise, le professeur Dave Goulson de l’Université de Sussex au Royaume-Uni aurait déclaré : « Nous ne pouvons en être sûrs, mais en termes de nombre, nous avons peut-être perdu 50% ou plus de nos insectes depuis 1970, cela pourrait être beaucoup plus.  Nous ne savons tout simplement pas ce qui fait peur.  Si nous n’arrêtons pas le déclin de nos insectes, il y aura des conséquences profondes pour toute vie sur Terre et pour les humains ».  Les abeilles et les papillons jouent un rôle crucial dans la pollinisation des cultures.  Trente-cinq pour cent de toutes les cultures nécessitent une pollinisation pour se développer.

Le flot incessant d’histoires alarmantes a laissé une foule de personnes très sombres sur la vie.  Cela est évident dans un article écrit par la journaliste Cara Buckley pour le New York Times.  Dans son article du 15 novembre 2019 intitulé « L’Apocalypse vous a fait sombrer ?  Peut-être que cela vous aidera », écrit Buckley.  « Le barrage de nouvelles planétaires cataclysmiques, les feux de forêt galopants, les senteurs d’automne à New York à 90 degrés.  Je me sentais tellement en désaccord avec le simple fait d’exister.  Après tout, j’appartenais à l’espèce qui détruisait la plupart des autres ».  En cherchant un remède contre les angoisses de culpabilité, Buckley encourage ensuite ses lecteurs à « embrasser la douleur, mais ne vous arrêtez pas là. Cherchez un chemin spirituel pour forger la gratitude, la compassion et l’acceptation… »  L’auteur mentionne le bouddhisme, mais néglige de révéler la vraie solution qui peut réellement aider les personnes qui se sentent perdues et sans espoir.  La solution est la foi en Jésus-Christ.  Oui, le monde finira un jour et beaucoup de gens commencent à comprendre ce fait évident.  Que devrions-nous faire ?  Jésus nous enseigne dans Luc 21:28 : « Quand ces choses commenceront à arriver, redressez-vous et levez vos têtes, parce que votre délivrance approche. »

Jugements de feu, d’eau et de sécheresse

La Bible est remplie d’exemples du jugement de Dieu.  Nous savons que Dieu a jugé le monde avec un déluge d’eau au temps de Noé, qu’il a jugé les Israélites à maintes reprises pour idolâtrie, et les Écritures nous disent clairement que ce monde entier sera jugé par le feu à la fin.  En dépit de ce que la Parole de Dieu déclare clairement, peu de gens, à notre époque, croient encore que Dieu déverse jamais un jugement sur ce monde.  Nous arrivons donc à une question importante.  Et, s’il était déjà là ?

Le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui est extrêmement déséquilibré.  À un moment donné, certaines régions du monde subissent des inondations catastrophiques, tandis que d’autres connaissent une sécheresse catastrophique et parfois des incendies de forêt.  Si vous vivez dans une région du monde où il fait beau et que le climat est clément, sachez que vous êtes béni.  Pour beaucoup d’autres, la vie est remplie de difficultés alors que les peuples du monde entier se battent contre la création de Dieu.

 

Dire que 2019 a été une année difficile pour les agriculteurs américains est un euphémisme.  Le printemps a été inondé et dévasté, et maintenant que nous arrivons à la fin de l’année, nous commençons à avoir une image plus complète de la gravité de la situation.  En août 2019, le Département de l’agriculture des États-Unis, ou USDA, a signalé que les agriculteurs n’étaient pas en mesure de planter plus de 19,4 millions d’acres de terres agricoles cette année.  Cela représente une augmentation de 17,49 millions d’acres supplémentaires non plantées par rapport à l’année dernière, la plupart des champs non plantés étant en sommeil dans douze états du Midwest.  « Les producteurs agricoles de tout le pays sont confrontés à des défis importants et à des décisions difficiles sur leurs fermes et leurs ranchs.  Nous savons que les agriculteurs traversent une période difficile.  Nous nous sommes efforcés d’améliorer la flexibilité de nos programmes pour aider les producteurs qui ne peuvent pas planter », a déclaré Bill Northey, le sous-secrétaire pour la production et la conservation agricoles à l’USDA.  En raison d’une mauvaise production végétale, 40% de l’ensemble des revenus agricoles des États-Unis proviendront de l’aide et de l’assurance fédérales en 2019.

Dans des endroits tels que la Californie, des incendies de forêt se produisent chaque année et, à entendre certains experts, il est évident qu’ils s’attendent à ce que la situation s’aggrave de plus en plus dans les jours à venir.  Selon Stephen Pyne, historien des incendies et professeur à l’Université de l’Arizona, le monde entre dans un « âge de feu ».  Comme on pouvait s’y attendre, il attribue une partie du blâme aux changements climatiques.  « Le changement climatique améliore les performances et, comme on pouvait s’y attendre, il retient l’attention car il est mondial et que sa portée va au-delà des flammes jusqu’aux océans, des extinctions massives et d’autres effets pervers.  Mais, le changement climatique ne suffit pas à lui seul à expliquer la peste des mégafeux », a expliqué Pyne.  Il est intéressant de noter qu’il a choisi d’utiliser le mot « peste », qui évoque l’imagerie biblique.

Si vous dites au peuple australien que le monde entre dans l’âge du feu, il sera peut-être enclin à l’accepter.  Selon des rapports de novembre 2019, un nombre sans précédent de feux de brousse australiens étaient incontrôlables, et près d’un pour-cent de ces incendies se sont déclarés dans l’état de New South Wales.  « Nous n’avons simplement jamais eu autant d’incendies en même temps en Nouvelle-Galles du Sud », a déploré le commissaire des pompiers de Nouvelle-Galles du Sud, Shane Fitzsimmons.  Selon CNN, les nuages de fumée des incendies en Nouvelle-Galles du Sud et dans le Queensland pourraient être vus d’aussi loin que la Nouvelle-Zélande.  Des avertissements inquiétants ont été émis à la mi-novembre.  « Le seul endroit sûr où d’aller  ailleurs », a déclaré Stuart Ellis du Conseil des autorités du service d’urgence en cas d’incendie en Australie.  Dans l’état actuel des choses, les gens commencent à se rendre compte que ces incendies ne sont pas normaux.  « Si quelqu’un vous dit : Cela fait partie d’un cycle normal ou nous avons déjà eu des incendies de ce genre auparavant, souriez poliment et quittez les lieux, car ils ne savent pas de quoi ils parlent », a déclaré Greg Mullins, ancien commissaire du service d’incendie et de secours en Nouvelle-Galles du Sud.

En ce qui concerne Venise, en Italie, de violentes inondations ont frappé la célèbre ville des canaux en novembre 2019.  Selon certaines sources, il s’agirait de la pire inondation de la destination touristique populaire depuis 1966.  Un article du 13 novembre 2019 décrit cette scène comme « une dévastation apocalyptique ».  Durant ce déluge, la marée haute a atteint 74 pouces et 85% de la ville a été inondée.  La dévastation a poussé le maire de Venise, Luigi Brugnaro, à dire : « Venise est à genoux ».

Pendant ce temps, en Afrique australe, la sécheresse a ravagé le pays et a menacé des millions de personnes de famine.  « Nous avons connu la pire sécheresse en 35 ans dans les régions centrale et occidentale au cours de la saison de croissance », a déploré Margaret Malu du Programme alimentaire mondial.  Environ 11 millions de personnes en Angola, au Zimbabwe, au Mozambique, en Zambie, à Madagascar, au Malawi, en Namibie, à Eswatini et au Lesotho sont confrontées à une urgence alimentaire, alors que l’ONU estime à 45 millions le nombre de personnes vivant dans la région, dans une situation « d’insécurité alimentaire grave ».

La situation est également extrêmement grave en Afrique du Sud.  Selon un hydrologue, le Dr Gideon Groenewald, l’Afrique du Sud est actuellement confrontée à la pire sécheresse en mille ans.  Dans la province du Nord du Cap, les habitants sont de plus en plus désespérés.  La sécheresse a décimé les troupeaux d’animaux, les champs ont dépéri et les sources d’eau telles que les ruisseaux se sont complètement asséchées.  « La sécheresse a un impact dévastateur sur les gens émotionnellement et spirituellement car, financièrement, tout est presque perdu », a déclaré Jaco Heymans, un ministre de l’Église réformée néerlandaise.  Il a ensuite ajouté : « De nombreuses personnes ont déjà annulé leurs polices d’assurance et leur assistance médicale afin de survivre.  La principale préoccupation est de maintenir les animaux en vie, de sorte que tout ce qui est épargné sert à l’alimentation des moutons ».

De manière remarquable, il est possible que des régions du monde souffrent à la fois de sécheresse et d’inondations.  Tel est le cas en Somalie africaine.  En août 2019, il a été signalé que la Somalie était confrontée à sa troisième sécheresse en moins de dix ans, exposant ainsi deux millions de personnes à un risque élevé de faim.  Pourtant, en novembre 2019, des inondations se sont produites en Somalie et ont emporté les maisons et les biens de nombreux résidents.  Safiyo Sheikh Ali, maire de la ville de Beledweyne, n’a pas mâché ses mots.  « C’est une situation catastrophique », a-t-elle déclaré.  Le président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed a évalué les dégâts et a ensuite déclaré que la situation était « au-delà de nos capacités ».  La combinaison inhabituelle et dangereuse de sécheresse et d’inondations a laissé 6,3 millions de personnes confrontées à des pénuries alimentaires.

Enfin, en regardant de nouveau en Californie, cet état américain a reçu une bonne nouvelle en mars 2019 lorsqu’il a été déclaré qu’une longue période de sécheresse, qui avait duré plus de sept ans, avait finalement pris fin.  Maintenant, un rapport daté du 14 novembre 2019 et publié par Fresno Bee indique que la sécheresse pourrait revenir en Californie.  Au moment de la publication, 81% des États étaient confrontés à « des conditions anormalement sèches ».

Lorsque nous considérons les régimes météorologiques et climatiques étranges et sévères, nous voyons ici un ton apocalyptique.  Dans Marc 13:8, Jésus nous a spécifiquement avertis qu’il y aurait des « famines et des troubles » pendant la fin des temps.  En outre, bien que le mot « famine » soit souvent associé à la sécheresse, il peut également être provoqué par des inondations, des épidémies, voire la guerre.  À la fin, toute la race humaine a besoin de la miséricorde, de la grâce et de l’aide de Dieu.  Comme il est dit dans Psaumes 121:1-2, « Je lève mes yeux vers les montagnes… d’où me viendra le secours ?  Le secours me vient de l’Éternel, qui a fait les cieux et la terre. »

La voie à suivre pour la destruction

De manière tragique, à ce moment crucial de l’histoire de l’humanité, où nous avons plus que jamais besoin de l’aide de Dieu, des multitudes de personnes se détournent du Seigneur Jésus-Christ.  Dans Matthieu, chapitre 7, Jésus nous avertit que toute l’humanité suit un chemin qui mène à l’éternité.  Il nous dit également que l’humanité a la propension de choisir le mauvais chemin. Matthieu 7:13-14 nous dit : « Entrez par la porte étroite.  Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là.  Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent. »  Une étude publiée par le Pew Research Center le 17 octobre 2019 montre que le nombre de personnes qui se disent chrétiennes aux États-Unis continue de diminuer.  En fait, le titre de la recherche affirme que « le déclin du Christianisme aux États-Unis se poursuit à un rythme rapide ».  Le texte continue en disant que si 65% des Américains déclarent toujours être chrétiens, ce nombre est tombé de 77% en 2009.  Il s’agit d’un changement énorme en une décennie seulement.  Ceux qui sont classés dans la catégorie des nones, ce qui inclut les athées, les agnostiques et les personnes qui affirment n’avoir aucune inclination religieuse, représentent désormais 26% de la population américaine.  « Le taux de déclin des chrétiens est très frappant.  Et la proportion d’Américains qui n’ont pas de religion augmente très rapidement, ce qui est tout aussi frappant », a déclaré Greg Smith, directeur adjoint de la recherche chez Pew.  Bien que les chrétiens soient consternés par ces chiffres et que les athées et les agnostiques soient ravis, il convient de noter que cette situation même est un accomplissement de la prophétie biblique, ce qui indique que nous nous approchons de la fin des temps.  II Thessaloniciens 2:1-3 explique : « Pour ce qui concerne l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ et notre réunion avec lui, nous vous prions, frère, de ne pas vous laisser facilement ébranler dans votre bon sens, et de ne pas vous laisser troubler, soit par quelque inspiration, soit par quelque parole, ou par quelque lettre qu’on dirait venir de nous, comme si le jour du Seigneur était déjà là.  Que personne ne vous séduise d’aucune manière, car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme du péché, le fils de la perdition. »

Alors que beaucoup se détournent de la foi chrétienne, la popularité de la sorcellerie et du paganisme ne cesse de croître.  De telles religions sont fréquemment promues dans les reportages d’actualité.  Un exemple en est un article paru dans le New York Times d’octobre 2019, qui proclame dans son  titre : « Les sorcières ont leur heure ».  L’histoire comprend une interview d’une sorcière de Brooklyn, New York, qui explique le lien étroit qui existe entre la sorcellerie et le féminisme.  « La sorcière est un archétype féminin qui a autorité sur elle-même.  Elle n’a pas le pouvoir en relation avec les autres.  Elle a le pouvoir selon ses propres termes.  Et, à cause de cela, elle est, je crois, l’ultime icône féministe » a expliqué la sorcière.  Elle a ensuite ajouté : « À chaque vague de féminisme, il y a un regain d’intérêt pour la sorcière ».  Ce n’est pas un hasard si la génération Milléniale aime la sorcellerie et le féminisme.  Ce n’est pas non plus un hasard si le péché le plus flagrant de cette génération est celui de l’avortement.  L’avortement est lié au féminisme, qui, par extension, est lié à la sorcellerie.

Alors même que le pourcentage de chrétiens professant diminue aux États-Unis, un groupe qui s’appelle le Temple Satanique prétend compter 100.000 membres et est maintenant officiellement reconnu par le Service du Revenu Interne comme une église exempte d’impôt 501c3.  Le groupe s’est également infiltré dans l’armée américaine.  En particulier, un groupe d’adhérents a tenu des réunions à l’Académie navale des États-Unis.  Les réunions sont autorisées car les personnes concernées s’abstiennent de parler de politique.  « Les aspirants ont le droit de se réunir pour discuter de leurs convictions à leur guise, mais, pour être clair, conformément à la politique du Département de la Défense, les militaires ne participeront pas à des activités politiques partisanes et éviteront de déduire que leurs activités peuvent sembler impliquer l’approbation du DoD ou l’approbation d’une cause    politique », a déclaré la porte-parole, la Commandante Alana Garas.

Sans aucun doute, un flot de mauvais esprits noirs a été libéré à travers le monde ces derniers jours.  Une autre indication de ces ténèbres est apparue récemment à Rome, en Italie, où une statue du prétendu « dieu » répugnant appelé Moloch a été placée devant le Colisée, de sorte que tous ceux qui entraient devaient passer par sa présence.  À l’époque biblique, Moloch, ou Molech, tel qu’il est parfois traduit dans les Écritures, était connu pour être un dieu qui exigeait le sacrifice d’enfants.  Cette divinité diabolique a finalement trouvé sa place dans la culture israélite, en partie grâce au roi Salomon, et a jeté une malédiction sur le peuple.  Personne dans leur esprit ne pourrait ériger une statue de quelque chose d’aussi déplaisant, ce qui en est la preuve, la folie spirituelle dresse sa tête laide.

Étonnamment, le culte païen était présenté au Vatican en octobre 2019 lorsque des répliques d’une déesse païenne d’Amérique du Sud ont été apportées à Rome et vénérées ouvertement dans le jardin du Vatican en présence du Pape François.  Les statues, qui représentent une déesse nue et enceinte appelée Pachamama, sont censées représenter la « Terre nourricière ».  La démonstration publique de l’idolâtrie n’a pas été appréciée par de nombreux catholiques.  Finalement, les statues ont été volées et jetées dans le Tibre, mais ont ensuite été récupérées par la police.  Le Pape François s’est excusé pour le soi-disant vandalisme, mais le cardinal Gerhard Muller a cassé le rang avec le pape et a déclaré : « La grande erreur a été de faire entrer les idoles dans l’église, et non de les mettre dehors ».

Les vannes sont ouvertes

Chaque année, nous constatons que l’homosexualité est devenue plus courante et acceptée aux États-Unis.  De nombreux hommes politiques, y compris le président Donald Trump, ont exprimé leur soutien à la communauté LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres).  Les films et les émissions de télévision mettent désormais en évidence des personnages homosexuels, une évolution qui a incité le groupe de défense des droits des LGBT, appelé GLAAD, à se réjouir.  Selon les statistiques publiées par l’organisation, 10,2% des personnages apparaissant à la télévision cette année sont soit homosexuels, lesbiennes, bisexuels ou transgenres.  Bien que GLAAD soit satisfait de ce développement, ils ne sont pas encore satisfaits.  « Il y a beaucoup de bons chiffres à célébrer, mais il reste encore du travail à faire », a déclaré Megan Townsend de GLAAD.  Le groupe demande à Hollywood d’augmenter le pourcentage de personnages de la télévision LGBT à 20% l’année prochaine.  Il est clair que le peuple américain a un goût pour ce type de contenu.  En fait, la réaction récente s’en est suivie lorsque l’on a appris que Delta Airlines avait supprimé les scènes d’amour du même sexe de deux films figurant sur son système de divertissement en vol.  Delta s’est rapidement excusé et a promis de restaurer les scènes.

Par ailleurs, le candidat démocrate à la présidence des États-Unis, Pete Buttigieg, a augmenté dans les sondages.  Comme la plupart des gens le savent maintenant, Buttigieg est un homosexuel.  Les derniers chiffres des sondages ont incité Yahoo News à publier un article intitulé : « L’Amérique est-elle prête pour un président gay ? »  Selon un sondage réalisé par Gallup en mai dernier, 76% des répondants ont indiqué qu’ils voteraient pour un candidat gay. Parmi les démocrates, le pourcentage était de 83%.  Selon des sondages du 19 novembre 2019, Buttigieg aurait pris les devants dans certains des sondages dans l’Iowa et dans un sondage réalisé par le Saint Anselm College dans l’État du New Hampshire.  Buttigieg aurait pris 10%.  L’ancien vice-président, Joe Biden, et la sénatrice du Massachusetts, Elizabeth Warren, sont en tête.  Le jour du scrutin est encore loin.  Néanmoins, les vannes se sont ouvertes et les États-Unis d’Amérique subissent un changement spectaculaire.

En terminant, nous voyons tout autour de nous les signes que nous nous approchons de la venue de notre Seigneur Jésus-Christ.  Pourtant, malgré les problèmes de ce monde et le climat apocalyptique de notre époque, nous savons que rien ne peut nous séparer de l’amour de Dieu.  Romains 8:35-39 nous rassure : « Qui nous séparera de l’amour de Christ ?  Sera-ce la tribulation, ou l’angoisse, ou la nudité, ou le péril, ou l’épée ?  Selon qu’il est écrit : C’est à cause de toi qu’on nous met à mort tout le jour, qu’on nous regarde comme des brebis destinées à la boucherie.  Mais dans toutes ces choses nous somme plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés.  Car j’ai l’assurance que ni le mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur ni la profondeur, ni aucun autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur. »  Je vous encourage tous à mettre votre espoir et votre confiance en Jésus-Christ. Si vous ne vous êtes pas encore repenti de vos péchés et n’avez pas encore consacré votre vie à Dieu, je vous exhorte à le faire maintenant.

Ceci est le dernier bulletin pour l’année 2019.  Si vous vous abonnez à cette lettre par courrier, n’oubliez pas de nous envoyer votre formulaire de renouvellement afin que nous puissions vous assurer de recevoir chaque lettre d’information en 2020.  Que la grâce et la paix soient avec vous au nom du Seigneur Jésus-Christ.F

Source: Last Trumpet Ministries 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

Mots clés: , , , , , , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics