Fin des Temps

Publié le 04 décembre, 2020 | par Equipe de Pleinsfeux

0

 UN NOUVEAU MONDE À L’HORIZON

Par Samuel David Meyer – Décembre 2020

« Puis je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre ; Car le premier ciel et la première terre avaient disparu, et la mer n’était plus.  Et je vis descendre du ciel, d’auprès de Dieu, la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, préparée comme une épouse qui s’est parée pour son époux.  Et j’entendis du trône une forte voix qui disait : Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes !  Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux.  Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. »  (Révélation 21:1-4)

Notre monde a radicalement changé depuis le début de 2020 !

Alors que nous entrons dans le dernier mois de cette année tumultueuse et que nous nous préparons à la transition vers 2021, nous le faisons en sachant que notre monde a radicalement changé depuis le début de 2020.  Même en ce moment présent, ceux d’entre nous qui sont vivants et qui le resteront, traversent une histoire qui sera un jour étudiée et scrutée si ce monde devait persister pendant encore cent ans.  Nous nous trouvons au bord d’un changement sociétal massif alors que nous nous rapprochons d’une existence qui serait totalement méconnaissable pour nos ancêtres.

La pandémie de coronavirus a servi de catalyseur pour provoquer ce changement monumental.  Cela s’est passé si vite que personne n’a eu le temps de se préparer à ce qui allait arriver.  Quelques semaines à peine après qu’un nouveau virus mystérieux a été signalé à Wuhan, en Chine, des pays du monde entier soumettaient leurs citoyens à des verrouillages, ce qui a provoqué une crise économique.  Soudainement, des millions de personnes étaient sans travail et sans moyen de nourrir leur famille.  Neuf mois plus tard, la pandémie semble être pire que jamais.

Néanmoins, on nous dit qu’un nouveau président va prendre en charge les États-Unis.  Il est également affirmé qu’au moins deux vaccins contre la Covid-19 sont en route et quelques semaines après avoir été prêts à être distribués.  Est-ce que ce sont les solutions dont nous avons besoin ?  Notre pays brisé sera-t-il réparé ? Après avoir soigneusement étudié les événements actuels de notre époque, je crois fermement que lorsque la poussière retombera et que la pandémie sera déclarée terminée, le monde sera transformé à jamais.

Un hiver sombre à venir

Le 12 novembre 2020, un rapport du Wall Street Journal a informé ses lecteurs que la Covid-19 se propageait rapidement aux États-Unis.  À l’époque, les nouveaux cas d’infection avaient dépassé 100.000 cas par jour pendant neuf jours consécutifs.  Un record de 65.386 hospitalisations a également été signalé, avec un nombre total de décès qui a coûté la vie à plus de 242.000 personnes.  Nous sommes maintenant le 26 novembre 2020 et les chiffres continuent d’augmenter considérablement.  Au moment d’écrire ces lignes, le nombre d’hospitalisations a battu des records pendant dix-sept jours consécutifs avec 90.481 personnes hospitalisées à l’heure actuelle.  Le nombre total de décès dépasse 269.000 et plus de 13 millions d’infections ont été signalées au total.  Ces chiffres augmentent si rapidement que les totaux seront probablement beaucoup plus élevés au moment où vous lirez ce bulletin.

Alors que les chiffres continuent d’augmenter, les politiciens et les scientifiques proposent des prévisions plutôt sombres pour les mois à venir.  Joe Biden, l’homme dont on nous a dit qu’il avait remporté l’élection présidentielle de 2020, a dit au peuple américain de s’attendre à un « hiver sombre » dans les commentaires offerts le 9 novembre 2020.  De la même manière, le Dr Albert Ko du College Yale de santé publique aurait déclaré : « Les deux prochains mois vont être difficiles.  Nous pourrions voir 100.000 morts supplémentaires d’ici janvier ».  Christopher Murray, qui est directeur de l’Institute for Health Metrics and Evaluation à l’Université de Washington, a également offert une évaluation sombre.  « Nous avons dépassé le point de pouvoir contrôler le virus. Il y en a trop », a-t-il prévenu.

Dans les jours précédant la fête américaine de Thanksgiving, qui a eu lieu le 26 novembre 2020, les Centres de Contrôle et de Prévention des Maladies, ou CDC, ont supplié le peuple américain de ne pas voyager pour la célébration coutumière.  « Le moyen le plus sûr de célébrer Thanksgiving cette année est à la maison avec les gens de votre foyer », a insisté le Dr Erin Sauber-Schatz du CDC.  Malgré l’avertissement, plus de 5,9 millions de personnes ont voyagé par avion vers divers endroits du pays au cours de la semaine précédant les vacances.  Ce fait a suscité des avertissements encore plus sombres de danger à venir.  « Je ne veux pas être effrayant, mais… aujourd’hui, peut changer le cours de Covid pour notre pays pour le reste de l’année.  Les infections qui sont maintenues aujourd’hui vont apparaître dans trois semaines et vont se manifester par des décès à Noël et au Nouvel An et vont se répandre dans tous les États », a déclaré l’analyste médicale Dr Megan Ranney de l’Université Brown.  Le Dr William Schaffner, professeur de maladies infectieuses à l’Université Vanderbilt, a proposé une évaluation similaire.  « Le virus va assister à certains de ces dîners de la Thanksgiving et se propager, j’en ai peur.  Et puis les gens rentreront chez eux, certains d’entre eux tomberont malades, se propageront plus loin dans leurs familles et dans leurs quartiers.  Dans une semaine, plus probablement dans deux semaines, nous verrons une montée en flèche.  Nous vivons une période difficile ».  Enfin, en parlant de ceux qui voyagent pour la Thanksgiving, l’ancien conseiller de l’équipe médicale de la Maison Blanche, Jonathan Reiner, a déclaré sans ambages : « C’est potentiellement la mère de tous les événements de grande diffusion ».

Compte tenu de la nature désastreuse de ces avertissements, on peut se demander pourquoi tant de gens ont encore choisi de voyager.  En termes simples, le peuple américain est las d’être bousculé par des entités gouvernementales.  Ce simple fait a été déploré par le Dr Anthony Fauci, qui est devenu l’expert en maladies infectieuses le plus célèbre d’Amérique au cours de cette pandémie.  S’exprimant lors d’une réunion en novembre 2020, Fauci a fait cette déclaration révélatrice : « Je parlais avec mes collègues du Royaume-Uni qui disent que le Royaume-Uni est similaire à l’endroit où nous sommes maintenant parce que chacun de nos pays a cet esprit indépendant.  Je peux comprendre cela, mais le moment est venu de faire ce qu’on vous dit ».  En d’autres termes, le Dr Fauci attend du peuple américain qu’il renonce à ses droits garantis par la Constitution des États-Unis.

Curieusement, des représentants du gouvernement ont été surpris à plusieurs reprises en train de violer les restrictions qu’ils ont mises en place pour d’autres. La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, a fait la une des journaux en septembre de cette année lorsqu’elle s’est rendue dans un salon intérieur pour se faire coiffer.  À l’époque, aucun service de salon intérieur n’était autorisé à San Francisco, en Californie, où se trouve le salon.  Pour aggraver les choses, Pelosi a été filmée avec son masque baissé et son visage exposé.  Dans un autre exemple d’hypocrisie flagrante, les démocrates ont célébré en grands groupes dans les rues des villes américaines après que Joe Biden ait été proclamé vainqueur des élections de 2020.  Cela inclut la maire de Chicago, Lori Lightfoot, qui a défendu sa décision de mettre en danger des vies humaines en permettant non seulement à de grandes foules de se rassembler, mais aussi en les rejoignant.  « Il y a des moments où nous avons réellement besoin d’un soulagement et de nous rassembler et j’ai eu l’impression que c’était l’un de ces moments.  Et cette foule était rassemblée, que je sois là ou non », a déclaré la maire hypocrite.  Quelques jours à peine après sa célébration, la mairesse Lightfoot a émis de nouvelles ordonnances de rester à la maison pour les habitants de Chicago.  Le gouverneur de Californie, Gavin Newsome, a également été critiqué récemment lorsqu’il a été révélé qu’il avait assisté à une fête d’anniversaire le 6 novembre 2020, alors qu’il avait exhorté les citoyens de son état à éviter tout rassemblement social avec des personnes d’autres foyers. Newsome s’est excusé plus tard pour son indiscrétion, en déclarant : «Je tiens à m’excuser auprès de vous parce que j’ai besoin de prêcher et de pratiquer, et non pas seulement de prêcher et de ne pas pratiquer, et j’ai fait de mon mieux pour y parvenir. Nous sommes tous humains.  Nous échouons tous parfois ».  À Denver, dans le Colorado, le maire Michael Hancock s’est également retrouvé dans le pétrin après avoir exhorté les habitants de son état à s’abstenir de se rassembler pour la Thanksgiving en personne, puis, il s’est rendu dans l’État du Mississippi pour être avec sa famille pour les vacances. « Je reconnais que ma décision a déçu beaucoup de gens qui pensent qu’il aurait été préférable de passer la Thanksgiving seuls.  En tant que fonctionnaire, dont la conduite est à juste titre examinée pour le message qu’elle envoie aux autres, je m’excuse auprès des habitants de Denver qui voient ma décision comme étant en contradiction avec les directives de rester à la maison pour tous les voyages, sauf les voyages essentiels », a déclaré le maire dans son mea culpa.  Enfin et surtout, le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, a été critiqué après avoir exhorté les autres à rester à la maison, mais a ensuite admis que sa mère et deux de ses enfants prévoyaient se rendre pour un rassemblement de la Thanksgiving.  Ses plans ont brusquement changé après qu’ils aient été rapportés dans les nouvelles.

Il convient de noter que l’État de New York a certaines des restrictions de pandémie les plus strictes à l’heure actuelle.  Ces restrictions incluent une limite de dix personnes pour tous les rassemblements à l’intérieur, même dans les résidences privées.  Le Gouverneur Cuomo s’attend manifestement à ce que les forces de l’ordre sévissent contre les soi-disant rassemblements illégaux dans les maisons et a publiquement critiqué les policiers qui ont refusé de les arrêter. « Je ne veux pas d’un agent des forces de l’ordre qui dit : Je ne fais appliquer que la loi que j’aime ou que je pense devoir être appliquée, s’est plaint le gouverneur tout en notant : « De nombreux policiers ne portent pas de  masque ».  Néanmoins, le shérif de New York, Joseph Fucito, a promis que des restrictions sévères seraient appliquées dans les jours à venir.  « Les équipes du shérif seront en force à l’approche des vacances.  Il y aura des points de contrôle pour les véhicules aux principaux ponts et passages de la ville de New York.  Le shérif effectuera également des contrôles aux arrêts de bus sur le trottoir. Ainsi, les bus en provenance de l’extérieur de l’État qui entrent dans la ville de New York seront accueillis par des équipes de shérifs lorsqu’ils descendront sur le trottoir».  À l’heure actuelle, les visiteurs de l’État de New York sont tenus de fournir un résultat négatif au test Covid-19 lorsqu’ils entrent dans l’état.  Même avec un test négatif, les visiteurs doivent toujours être mis en quarantaine pendant trois jours, puis, être testés à nouveau.  Malheureusement, de nombreuses régions des États-Unis commencent à ressembler à un régime autoritaire semblable à l’ex-Union Soviétique.

Pendant ce temps, l’État de l’Oregon a imposé une limite stricte à tous les rassemblements intérieurs et extérieurs qui ne peuvent pas dépasser six personnes.  La gouverneure de l’Oregon, Kate Brown, a exhorté les habitants de son état à dénoncer les contrevenants aux autorités.  « Ce n’est pas différent de ce qui se passe s’il y a une fête dans la rue et que cela garde tout le monde éveillé. Que font les voisins ?  Ils appellent les forces de l’ordre parce que c’est trop bruyant.  C’est comme ça.  C’est comme une violation d’une ordonnance sur le bruit ».  Ainsi, nous voyons un gouverneur américain dire aux citoyens américains de dénoncer leurs amis et voisins qui violent ce mandat.  Il existe un roman bien connu qui décrit un comportement similaire.  Il s’appelle 1984 et a été écrit par George Orwell. Cependant, ce qui se passe actuellement n’est pas une œuvre de fiction.

J’ai déclaré à de nombreuses reprises depuis le début de la pandémie que la Constitution des États-Unis n’était plus pleinement en vigueur.  Il est intéressant de noter qu’il existe une personnalité très importante qui partage ce sentiment. Le juge de la Cour Suprême, Samuel Alito, a prononcé un discours le 12 novembre 2020, dans lequel il a déclaré : « Je pense que c’est une déclaration de fait incontestable : Nous n’avons jamais vu auparavant des restrictions aussi sévères, étendues et prolongées que celles subies pendant la majeure partie de 2020 ».  Il a ajouté : « Pensez à tous les événements en direct qui seraient autrement protégés par la liberté d’expression, discours en direct, conférences, et réunions.  Pensez aux services de culte.  Les églises fermées le dimanche de Pâques ; Les synagogues fermées pour la Pâque et le Yom Kippour.  Pensez à l’accès aux tribunaux et le droit constitutionnel à un procès rapide.  Les procès devant les tribunaux fédéraux ont pratiquement disparu dans de nombreux endroits.  Qui aurait pu imaginer cela ? »  Enfin, le juge Alito a fait remarquer : « La crise de la COVID a servi en quelque sorte de test de résistance constitutionnel ».  Ainsi, on voit que la crise des coronavirus a gravement érodé la liberté individuelle dans ce pays.  Alors que l’on peut s’attendre à ce que certaines de ces libertés reviennent une fois la crise terminée, les personnes en position de pouvoir savent désormais qu’elles peuvent s’en tirer en suspendant les droits du peuple américain en cas de crise de santé publique. C’est une hypothèse sûre que la pandémie de coronavirus ne sera pas la dernière crise.  En fait, dans les années à venir, le peuple américain pourrait à nouveau voir une attaque contre ses droits alors que les gouvernements mondiaux s’emploient à lutter contre ce qu’ils appellent les changements climatiques.  Les années à venir sont susceptibles d’apporter des temps plus désespérés, et en tant que tels, nous qui connaissons notre Dieu devons nous approcher de lui.  Nous sommes assurés dans Jacques 4:8, « Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous ».  En fin de compte, c’est ce que nous devons faire si nous voulons survivre à ce qui nous attend.

Retour à la normale ?

Depuis le tout début de la pandémie de coronavirus, le seul espoir que la communauté scientifique ait jamais offert pour un retour à la normale est qu’un jour nous pourrions avoir un vaccin pour lutter contre le virus.  En tant que tel, l’équipe du président Donald Trump s’est employée à mettre en œuvre un plan connu sous le nom d’Opération Warp Speed, conçu pour développer, produire en masse et distribuer un vaccin le plus rapidement possible.  Dans les semaines qui ont précédé l’élection présidentielle de 2020, le président a souvent affirmé qu’un vaccin n’était plus qu’à quelques semaines.  Apparemment, il avait raison dans son affirmation.  Près d’une semaine après la fin des élections, le fabricant de médicaments connu sous le nom de Pfizer a annoncé que de nouvelles données issues de leurs essais médicaux indiquent que leur vaccin contre le coronavirus est efficace à environ 90%.  Le Dr Anthony Fauci a salué cette annonce, déclarant que les résultats sont « tout simplement extraordinaires ».  Il a ajouté : « Peu de gens s’attendaient à ce que ce soit aussi élevé que cela.  Cela aura un impact majeur sur tout ce que nous faisons en ce qui concerne la Covid ».  Le président Trump a également salué l’annonce et a publié avec enthousiasme sur Twitter : « Le marché boursier est en plein essor. Un vaccin bientôt.  Rapport de 90% efficace.  Quelle bonne nouvelle ! »  Quelques jours plus tard, le 16 novembre 2020, le fabricant de médicaments connu sous le nom de Moderna a annoncé que son vaccin était efficace à 94% selon les dernières données.  Soudainement, on nous a dit qu’il n’y avait pas un, mais deux vaccins qui pourraient bientôt être distribués aux populations du monde entier.  Dans l’état actuel des choses, des millions de personnes pourraient recevoir ces vaccins très prochainement.  « Il y a une chance que nous puissions recevoir l’approbation des États-Unis, de l’Europe ou des deux régions cette année encore.  Nous pourrions même commencer à livrer le vaccin en décembre si tout le monde travaille en étroite collaboration », a déclaré Ugur Sahin, co-fondateur de la société connue sous le nom de BioNTech, qui a co-développé le vaccin avec Pfizer.

Avec de nouveaux vaccins contre la Covid si proches d’être disponibles, les États-Unis pourraient être confrontés à une nouvelle controverse.  Selon le Dr Moncef Slaoui, l’un des principaux conseillers de l’initiative Opération Warp Speed du président Donald Trump, soixante-dix pour cent de la population américaine doit être vaccinée pour obtenir l’immunité collective contre la Covid-19.  « Normalement, avec le niveau d’efficacité, nous avons 95%, alors que 70% environ de la population vaccinée permettrait une véritable immunité collective. Cela se produira probablement quelque part au mois de mai 2021, quelque chose comme cela, basé sur nos plans », a expliqué le Dr Slaoui.  Ainsi, selon les experts, si suffisamment de personnes se font vacciner, nous pourrions revenir à la « normale » au printemps de l’année prochaine.  Cependant, un sondage publié par Gallup le 17 novembre 2020 indique que seulement 58% des personnes interrogées disent qu’elles seraient disposées à prendre le vaccin.  Je connais de nombreuses personnes qui ont déclaré catégoriquement qu’elles ne prendraient le vaccin en aucune circonstance.

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles une personne peut refuser le vaccin.  D’une part, les vaccins sont souvent développés à partir de cellules fœtales de bébés avortés.  Ce fait a incité Joseph Brennan, un évêque catholique de Fresno, en Californie, à dire : «Je ne pourrai pas prendre le vaccin, mes frères et sœurs, et je vous encourage à ne pas le faire s’il a été développé avec du matériel provenant de cellules souches d’un bébé avorté, ou de tissus provenant de l’insémination artificielle d’un embryon humain.  C’est moralement inacceptable pour nous », a-t-il déclaré.  Des représentants de Pfizer et Moderna ont tenté d’apaiser les inquiétudes des Américains pro-vie en affirmant que les cellules fœtales de bébés avortés n’étaient pas utilisées pour développer leurs vaccins.  Cependant, il est apparu que de telles cellules fœtales étaient utilisées pour tester les vaccins.  À l’inverse, le vaccin mis au point par la société AstraZeneca a utilisé des cellules fœtales dans sa production.  Ainsi, ceux qui reçoivent le vaccin AstraZeneca auront des traces de cellules de bébé avortées injectées dans leur corps.

Mis à part les problèmes moraux en jeu, certaines personnes pourraient être réticentes à recevoir le vaccin contre la Covid-19 en raison de ses effets secondaires plutôt désagréables.  Un article publié par CNBC, le 23 novembre 2020, admet que les injections produites par Pfizer et Moderna « pourraient induire des effets secondaires similaires aux symptômes associés à une Covid-19 légère, tels que des douleurs musculaires, des frissons et des maux de tête ».  Ceci est particulièrement problématique car on prétend que les personnes doivent recevoir deux cycles de vaccination pour que le traitement soit efficace.  Cependant, les personnes peuvent être peu enclines à recevoir une deuxième injection après avoir éprouvé ces effets secondaires désagréables.  « Nous devons vraiment faire prendre conscience aux patients que ce ne sera pas une promenade de santé », a déclaré le Dr Sandra Fryhofer de l’American Medical Association.

Il semble probable que ceux qui ne souhaitent pas se faire vacciner contre la Covid-19 dans les mois à venir devront faire face à une immense pression de la part du public, du gouvernement et du domaine médical pour capituler.  Ceux qui refusent pourraient finir par perdre certains privilèges.  En fait, la compagnie aérienne australienne connue sous le nom de Qantas a récemment annoncé que dans un proche avenir, elle n’autoriserait pas les passagers à voyager sur leurs vols internationaux à moins d’avoir reçu un vaccin contre la Covid-19.  La compagnie aérienne a également laissé entendre que la restriction pourrait également être mise en œuvre sur les liaisons intérieures en Australie.  « Que vous ayez besoin de cela au niveau national, nous devrons voir ce qui se passe avec la Covid-19 sur le marché, mais, certainement pour les visiteurs internationaux qui sortent et les personnes quittant le pays, nous pensons que c’est une nécessité », a déclaré Alan Joyce, PDG de Qantas.  Il a ensuite déclaré que d’autres compagnies aériennes prévoyaient de faire de même.  « Je parle à mes collègues d’autres compagnies aériennes du monde entier et je pense que ce sera un thème commun à tous.  Il y a beaucoup de logistique, beaucoup de technologie à mettre en place pour que cela se réalise, mais les compagnies aériennes et les gouvernements y travaillent en ce moment même ».  Selon un article publié par Axios, le 7 novembre 2020, les entreprises travaillent déjà à la conception de « certificats d’immunité » numériques pour la Covid-19.  L’article suggère que de tels certificats peuvent être exigés avant que les individus puissent retourner au travail ou voyager.  Peut-être que le monde ne reviendra pas à la normale après tout, même avec ces nouveaux vaccins disponibles.

La grande réinitialisation

Ces derniers mois, il y a eu beaucoup de bavardages sur Internet à propos de « la grande réinitialisation ».  Il y a probablement une confusion considérable sur le sujet, je vais donc essayer d’expliquer aussi clairement que possible ce que cela signifie.  Il convient de noter que des sources médiatiques telles que The Daily Beast et le New York Times ont déjà rejeté la Grande Réinitialisation comme une théorie du complot.  En fait, le Times est allé jusqu’à l’appeler une théorie du complot « sans fondement ».  Cependant, la grande réinitialisation est un programme très réel.  Dans un autre article publié par le New York Times, on nous dit que le Forum économique mondial, ou WEF, retarde son sommet annuel, qui a lieu chaque année à Davos, en Suisse.  Au lieu de tenir la prochaine réunion en janvier 2021, elle sera déplacée à l’été de l’année prochaine.  L’article cite ensuite Adrian Monck, directeur général du Forum économique mondial, qui a déclaré : « La nécessité pour les dirigeants mondiaux de se rassembler pour concevoir un chemin de reprise commun et façonner la grande réinitialisation dans l’ère post-Covid-19 est urgent ».  Ainsi, de leur propre aveu, la Grande Réinitialisation n’est pas simplement une théorie du complot ; Il s’agit d’un plan visant à remodeler le système économique mondial dans « l’ère post-Covid-19 ».

Les personnes impliquées dans le projet ne sont pas timides à ce sujet.  Le site web du WEF regorge d’articles discutant ouvertement de leur programme de réinitialisation.  Klaus Schwab, qui est le fondateur et président exécutif du WEF, a expliqué l’objectif de son groupe lorsqu’il a déclaré : « Pour obtenir un meilleur résultat, le monde doit agir conjointement et rapidement pour réorganiser tous les aspects de nos sociétés et économies, de l’éducation au social. Chaque pays, des États-Unis à la Chine, doit participer, et chaque industrie, du pétrole et du gaz à la technologie, doit être transformée.  En bref, nous avons besoin d’une « grande réinitialisation » du capitalisme ».

Ainsi, nous voyons que le WEF a saisi la crise des coronavirus comme une opportunité de transformer et de remodeler le monde.  Alors que certains pourraient soutenir que le WEF n’a pas l’autorité pour mettre en œuvre un tel plan, nous devons nous rappeler que certaines des personnes les plus influentes de la planète font partie de ce groupe.  Cela inclut l’ancien Secrétaire d’État américain John Kerry qui a participé aux discussions du WEF sur la Grande Réinitialisation.  Lors de l’une de ces discussions, Kerry a clairement indiqué qu’il ne voulait pas que le monde revienne à la normale après la fin de la pandémie.  « La normale était une crise ; La normale ne fonctionnait pas.  Nous ne devons pas y penser en appuyant sur un bouton et en revenant à la situation actuelle.  Nous sommes loin d’être en mesure de revenir à tout type de normal », a déclaré Kerry.  Dans une discussion plus récente qui a eu lieu en novembre 2020, Kerry a déclaré : « La notion de réinitialisation est plus importante que jamais.  Je crois personnellement que nous sommes à l’aube d’une période extrêmement excitante ».  Il convient de noter que Joe Biden a choisi John Kerry comme son envoyé présidentiel spécial pour le climat.  En d’autres termes, Kerry pourrait jouer un rôle crucial dans l’élaboration de la politique des États-Unis en matière de changements climatiques.

Ajoutant encore à l’intrigue, le Pape François a récemment exhorté les jeunes du monde à adopter un nouveau système économique mondial.  « Vous reconnaissez le besoin urgent d’un système économique différent.  Le système mondial actuel est certainement insoutenable à plusieurs points de vue et nuit à notre terre sœur, si gravement maltraitée et dépouillée, ainsi que les pauvres et les exclus parmi nous ».  Les propos du pape vont de pair avec le plan de la Grande Réinitialisation, qui, d’ailleurs, va de pair avec le Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies.  En réalité, nous assistons à des tentatives de restructuration du monde et de mise en place d’un gouvernement mondial de l’Antéchrist unifié sous un système économique unique.  S’ils y sont autorisés, le monde tel que nous le connaissons sera très différent dans les années à venir.

Alors même que l’élite mondiale travaille pour créer un monde nouveau, nous qui suivons les Écritures savons que cette planète que nous occupons actuellement ne durera pas éternellement.  Cependant, notre Dieu prépare un monde nouveau pour son peuple, et ce qu’il fait pour nous sera bien meilleur que tout ce que le Forum économique mondial pourrait produire.  Dans Jean 14:2-3, notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ nous a promis : « Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père : Si cela n’était pas, je vous l’aurais dit.  Je vais vous préparer une place.  Et, lorsque je m’en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi.  Vous savez où je vais, et vous en savez le chemin. »  Apocalypse 21:1-4 décrit le lieu qui est actuellement en préparation.  Ces versets déclarent : « Puis je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre ; Car le premier ciel et la première terre avaient disparu, et la mer n’était plus.  Et je vis descendre du ciel, d’auprès de Dieu, la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, préparée comme épouse qui s’est parée pour son époux.  Et j’entendis du trône une forte voix qui disait : Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes !  Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux.  Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. »  Si vous ne vous êtes pas encore repenti de vos péchés et consacré votre vie à Dieu, je vous exhorte à le faire maintenant.  Nous sommes plus proches que jamais de notre destination éternelle.  J’espère et je prie pour que nous soyons tous prêts lorsque ce jour arrivera.

Merci à tous pour votre généreux soutien à ce bulletin.  Ceci est le dernier numéro pour l’année 2020. 

Que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec vous tous.  Amen. 

Last Trumpet Ministries, PO Box 806, Beaver Dam, WI 53916

Source: Last Trumpet Ministries   

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

Mots clés: , , , , , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • LES SECRETS DE L’ATLANTIDE 2021

  • Conférence 2020

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction


Real Time Web Analytics