UNE CONFLUENCE DE CALAMITÉS

UNE CONFLUENCE DE CALAMITÉS

Partager avec les autres

Par Samuel David Meyer – Juin 2022

« Car si la trompette rend un son incertain, qui se préparera au combat ? » (1 Corinthiens 14:8)

« Voici ce que je veux repasser en mon cœur, ce qui me donnera de l’espérance. Les bontés de l’Éternel ne sont pas épuisées, ses compassions ne sont pas à leur terme ; Elles se renouvellent chaque matin. Oh! Que ta fidélité est grande ! L’Éternel est mon partage, dit mon âme ; C’est pourquoi je veux espérer en lui. L’Éternel a de la bonté pour qui espère en lui, pour l’âme qui le cherche. Il est bon d’attendre en silence le secours de l’Éternel. » (Lamentations 3:21-26)

Nous vivons dans un monde interconnecté.

Grâce à la technologie moderne, la population mondiale a la capacité de voyager très rapidement d’un pays à l’autre. Si vous avez les moyens financiers, vous pouvez voyager en avion des États-Unis vers l’Australie en environ vingt et une heures. À l’inverse, lorsque les pèlerins d’Angleterre embarquèrent pour l’Amérique sur le navire connu sous le nom de Mayflower, en 1620, le voyage dura soixante-six jours. Dans les temps bibliques anciens, il a fallu quarante ans au peuple israélite pour voyager du Pays de Goshen en Égypte à la Terre Promise. Aujourd’hui, un voyage de la région du Pays de Goshen en Égypte à Jérusalem dans l’État d’Israël peut être accompli en moins de dix heures en automobile.

Notre capacité à voyager si efficacement et rapidement à travers le monde est précisément la raison pour laquelle un nouveau coronavirus en provenance de Chine a pu se propager dans le monde entier en quelques mois seulement. Ce même transport efficace a cédé la place à ce qu’on appelle désormais une « économie mondiale ». Ces derniers mois, nous avons beaucoup entendu parler d’une crise de la chaîne d’approvisionnement qui a entraîné des pénuries d’un large assortiment de produits et a exacerbé les pressions inflationnistes aux États-Unis et à l’étranger. Les problèmes d’approvisionnement ont commencé avec la pandémie de COVID-19, car de nombreuses régions du monde ont été fermées en 2020 et au-delà. Notre monde moderne ne peut pas gérer facilement les perturbations prolongées, et de nombreuses personnes n’ont probablement aucune idée de la complexité de la chaîne d’approvisionnement mondiale.

Lorsque nous pensons aux automobiles fabriquées aux États-Unis, certains fabricants, tels que Ford, Chrysler et General Motors, nous viennent probablement à l’esprit. Cependant, aucun des véhicules produits par ces sociétés n’est d’origine purement américaine. Les voitures d’aujourd’hui utilisent des composants du monde entier, et selon un rapport publié en 2018, les deux véhicules avec le plus de composants produits aux États-Unis étaient, ironiquement, fabriqués par Honda. La fourgonnette Honda Odyssey et la camionnette Honda Ridgeline étaient toutes deux fabriquées à 75% aux États-Unis en 2018.

« Il n’y a pas de véhicules purement américains. Ce sont des constructeurs automobiles mondiaux qui utilisent des sources mondiales pour tous les types de pièces », a déclaré Michelle Krebs, analyste principale sur le site web de vente de voitures connu sous le nom d’AutoTrader.

L’électronique grand public a une chaîne d’approvisionnement encore plus compliquée. Prenez, par exemple, le célèbre smartphone d’Apple connu sous le nom d’iPhone. La complexité de ces appareils est presque époustouflante. Pour produire un iPhone, Apple rassemble des composants provenant de quarante-trois pays et de six continents. Une vidéo produite par CNBC en décembre 2018 décrit le parcours d’un microprocesseur avant d’être finalement installé dans un iPhone d’Apple. La puce est conçue à Cupertino, en Californie. Les puces sont ensuite fabriquées à Taïwan. Elles sont testées et emballées aux Philippines et finalement expédiées en Chine ou à Taïwan pour être installées dans les appareils. La vidéo révèle également qu’un smartphone typique utilise entre soixante et soixante-dix éléments du tableau périodique des éléments. Beaucoup de ces éléments, y compris les métaux des terres rares, sont extraits en Chine, mais ils proviennent également d’autres parties du monde.

De toute évidence, le mondialisme nous a contraints à un mode de vie complexe. Vivre dans un monde tellement interconnecté signifie que nous sommes confrontés à un assortiment de crises non seulement au niveau local ou national, mais plutôt, au niveau mondial. Lorsque des usines ferment en Chine en raison des blocages liés à la COVID, vous ne pourrez peut-être pas trouver ce que vous cherchez chez Walmart. Lorsque la Russie envahira l’Ukraine, les Africains pourraient mourir de faim parce que les nations africaines ne peuvent plus acheter de blé ukrainien. Lorsque les États-Unis imposent des sanctions à la Russie à cause de son incursion en Ukraine, nous payons plus cher l’essence. Si les États-Unis connaissent une récession économique, il y a de fortes chances que d’autres pays en subissent les conséquences. En raison d’une économie mondiale de plus en plus complexe et interconnectée, peu de nations, voire aucune, ont encore la capacité de prendre soin d’elles-mêmes.

Une chaîne est aussi solide que son maillon le plus faible. À l’heure actuelle, il existe une pléthore de vulnérabilités mettant le monde en danger. En fait, Kristalina Georgieva, qui est la directrice générale du Fonds monétaire international, ou FMI, a écrit dans un article publié en ligne en mai 2022 que l’économie mondiale est confrontée à son « plus grand test depuis la Seconde Guerre Mondiale ». « Les tensions sur le commerce, les normes technologiques et la sécurité augmentent depuis de nombreuses années, sapant la croissance, et la confiance dans le système économique mondial actuel », a écrit Georgieva. Citant les dommages économiques de la pandémie de COVID-19, l’invasion russe de l’Ukraine et les changements climatiques, le FMI affirme que le monde est confronté à une « confluence de calamités ».

Selon le FMI, ces calamités sont aggravées par un système de paiement transfrontalier inefficace. Comme solution à ce problème perçu, ils suggèrent qu’un nouveau système de paiement mondial soit mis en place. « Les pays pourraient travailler ensemble pour développer une plate-forme numérique publique mondiale, une nouvelle infrastructure de paiement avec des règles claires, afin que chacun puisse envoyer de l’argent à un coût minimal et avec une vitesse et une sécurité maximales. Il pourrait également connecter diverses formes de monnaie, y compris les monnaies numériques de la banque centrale. » De quoi parlent-ils vraiment ici ? Si vous lisez entre les lignes, ils proposent un système financier mondial unique dans lequel toutes les formes de monnaie deviennent une et sont converties en monnaie numérique !

La crise mondiale de l’approvisionnement alimentaire

Entre le 22 et le 26 mai 2022, les riches et les puissants se sont réunis à Davos, en Suisse, pour le Forum économique mondial annuel. Selon un rapport de CNBC, l’une des principales préoccupations discutées lors de l’événement était l’approvisionnement alimentaire mondial, qui est entravé par la sécheresse, les problèmes de chaîne d’approvisionnement, les pénuries d’engrais, la guerre en Ukraine et l’inflation mondiale. « La nourriture est le gros souci ici, car cela pourrait être le joker. Quand les gens ont faim dans le monde, et il y aura 1,5 milliard de personnes affamées qui n’auront pas forcément les moyens ou l’accès à la nourriture, en particulier en Afrique mais pas seulement, c’est un problème », a déclaré la directrice générale de Citigroup, Jane Fraser.

La directrice générale du FMI susmentionnée, Kristalina Georgieva, a également tiré la sonnette d’alarme concernant l’intensification de la crise alimentaire mondiale. « Nous avons un choc des prix des matières premières dans de nombreux pays, et le choc particulier sur lequel je veux attirer votre attention est un choc des prix alimentaires. Au cours de la semaine dernière, en raison de ce sentiment que l’économie entre peut-être dans des eaux plus difficiles, les prix du pétrole ont baissé, mais le prix des aliments continue d’augmenter, d’augmenter, d’augmenter, d’augmenter. Pourquoi ? Nous pouvons réduire la consommation de pétrole lorsque la croissance ralentit, mais, nous devons manger tous les jours, et l’anxiété concernant l’accès à la nourriture à un prix raisonnable dans le monde atteint son paroxysme », a averti Georgieva. Sans aucun doute, la faim est source d’instabilité. Lorsque les gens meurent de faim, ils deviennent imprévisibles à tel point que si les masses deviennent suffisamment désespérées, elles pourraient même renverser les gouvernements de certains pays. Ici, notons qu’une source anonyme de Capitol Hill a été citée dans un récent reportage comme disant : « Les effets sur les prix des denrées alimentaires à travers le monde, en particulier en Afrique et en Afrique du Nord, vont être bouleversants. Vous allez voir des gouvernements tomber ».

Au moment d’écrire ces lignes, de grandes quantités de céréales se trouvent dans des silos en Ukraine et ne peuvent pas être expédiées en raison des blocus de la Russie. « Actuellement, vingt-deux millions de tonnes de céréales en Ukraine sont dans des installations de stockage. La faim ne vient pas seule. Elle s’accompagne toujours d’un chaos politique », a prévenu le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy. David Beasley, qui est le responsable en chef du Programme alimentaire mondial des Nations Unies, a également lancé un avertissement sévère, déclarant : « Permettez-moi de vous avertir clairement : Si vous ne répondez pas maintenant, nous assisterons à une déstabilisation, une famine massive et une migration d’une échelle sans précédent et à un coût bien plus élevé ». Dans une interview avec Politico, Beasley a déclaré que la famine en Afrique et au Moyen-Orient allait déclencher une migration massive vers l’Europe. « Si vous pensez que nous avons l’enfer sur terre maintenant, préparez-vous. Si nous négligeons l’Afrique du Nord, l’Afrique du Nord arrive en Europe. Si nous négligeons le Moyen-Orient, le Moyen-Orient arrive en Europe », a averti Beasley.

À l’heure actuelle, plus de vingt-trois millions de personnes dans les pays africains que sont l’Éthiopie, la Somalie et le Kenya souffrent de faim extrême. Ce nombre représente plus du double des dix millions de personnes souffrant de ce fléau dans ces pays l’année dernière. La région connaît sa pire sécheresse depuis quarante ans et la guerre en Ukraine a aggravé la crise. L’Ukraine fournit normalement quatre-vingt-dix pour cent du blé consommé en Afrique de l’Est. La flambée des prix des engrais complique encore les choses. « Les prix des engrais ont augmenté en moyenne de 70% par rapport à l’année dernière. L’engrais est disponible localement mais il est hors de portée de la majorité des agriculteurs. Pire, de nombreux agriculteurs savent qu’ils ne peuvent pas récupérer ces coûts », a déploré Timothy Njagi, chercheur à l’Institut Tegemeo de politique et de développement agricoles au Kenya.

La famine est un problème en Afrique depuis longtemps. Même quand j’étais enfant, il n’était pas rare d’entendre des gens mourir de faim en Afrique. En effet, on a souvent entendu des parents exhorter leurs enfants à finir leur repas sans se plaindre car « il y a des enfants affamés en Afrique » qui aimeraient avoir ce que nous avons. Pourtant, la crise actuelle s’étend bien au-delà du continent africain. En fait, l’Inde est le deuxième plus grand producteur de blé au monde, mais, en raison des vagues de chaleur et des faibles rendements des cultures, le pays de 1,4 milliard d’habitants a interdit l’exportation de blé le 16 mai 2022. Après l’annonce, les prix mondiaux du blé ont augmenté à un niveau record.

La crise alimentaire américaine

Les États-Unis ont souvent été appelés « le pays de l’abondance ». Néanmoins, même ici, les problèmes d’approvisionnement alimentaire et l’inflation toujours croissante commencent déjà à presser le peuple américain. Les parents célibataires traversent une période particulièrement difficile. Les rapports indiquent que certains sautent des repas pour pouvoir nourrir leurs enfants à la place. Pourquoi cela se produit-il ? Dans l’ensemble, les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 11% au cours de la dernière année seulement. Certains éléments vont bien au-delà de ce point de pourcentage. Par exemple, les œufs coûtent désormais 22,6% de plus qu’en mai 2021. Le beurre coûte désormais 19,2% de plus, tandis que les agrumes ont augmenté de 18,6 %, le bacon de 17,7 %, le rosbif de 16,9 %, le poulet de 16,4 %, le bœuf haché a augmenté de 14,8 %, le lait de 14,7 %, et la liste est longue.

J’ai récemment lu un article sur les réseaux sociaux écrit par une femme de notre communauté locale. Elle était bouleversée parce qu’elle avait commandé 12 ailes de poulet à Pizza Hut, et après que les frais de livraison aient été ajoutés à sa facture, son total était d’environ trente dollars. Le peuple américain n’est pas habitué à ces prix élevés de la nourriture, mais ils pourraient devenir plus courants dans un avenir proche. Un article publié par Bloomberg News le 18 mai 2022 raconte l’histoire d’un opérateur de pizzeria frustré à Jackson, Mississippi. Il y a dix-huit mois, le propriétaire de cet établissement payait environ 85 dollars pour une boîte d’ailes de poulet de 40 livres. Le même produit coûte maintenant jusqu’à $150. Par conséquent, le prix du menu pour une portion de 15 ailes est passé de $13.95 avant la pandémie à $27.95 aujourd’hui. Cependant, le propriétaire du restaurant ne fait pas de profit même à ce prix. Après avoir calculé le coût des autres ingrédients et de la main-d’œuvre, il estime que son coût réel pour la commande est d’environ trente-quatre dollars. « Nous n’avons jamais rien vu de tel que ce que nous voyons en ce moment », a déclaré le propriétaire du restaurant.

Étonnamment, un autre rapport indique qu’un restaurant mexicain de Floride a recouru à l’utilisation d’autocollants sur ses menus après avoir été contraint d’augmenter ses prix quatre fois en quinze mois. Les prix augmentant si rapidement, il est plus facile pour l’établissement d’utiliser des autocollants pour modifier les prix au lieu d’imprimer de nouveaux menus. Quand j’ai lu ce rapport, j’ai pensé aux histoires que mon père racontait sur la République de Weimer en Allemagne dans les années qui ont suivi la Première Guerre Mondiale, lorsque le pays était ravagé par l’hyperinflation. À l’époque, il était courant que les clients des restaurants insistent pour payer avant de manger leur repas, car souvent le prix aurait déjà augmenté au moment où ils auraient fini de manger. Fait intéressant, l’auteur de l’article de Bloomberg a écrit : « La dernière fois que j’ai vu des autocollants sur les menus, j’étais au Venezuela pour couvrir une économie ravagée par l’hyperinflation. Il n’y a pas de comparaison entre l’inflation au Venezuela à l’époque et l’inflation ici aujourd’hui. Ils ne sont même pas proches. Mais, je dois dire que voir des autocollants sur un menu aux États-Unis m’a rappelé beaucoup de souvenirs. Il est certainement vrai que l’inflation aux États-Unis n’est pas aussi mauvaise qu’au Venezuela en ce moment, mais l’inflation pourrait rester un problème pendant un certain temps.

Ces derniers temps, les crises se succèdent et affectent notre approvisionnement alimentaire. Même les bébés sont menacés de malnutrition en ces temps de troubles. En février 2022, Abbott Laboratories a volontairement commencé à rappeler certaines de ses marques de préparations pour nourrissons. La société a ensuite fermé son usine de fabrication à Sturgis, dans le Michigan, après que quatre bébés ont été hospitalisés en raison d’infections bactériennes. Étant donné que l’entreprise fabrique 48% de toutes les préparations pour nourrissons aux États-Unis, le rappel et la fermeture qui a suivi ont plongé tout le pays dans le chaos alors que des parents désespérés cherchaient frénétiquement les préparations qu’ils avaient l’habitude d’utiliser. Pour ceux qui se demandent pourquoi Abbott Laboratories a fermé ses installations dans le Michigan pendant un certain temps, un rapport du New York Times cite le chef de la Food and Drug Administration, le Dr Robert Califf, disant que l’usine de Sturgis s’est avérée « extrêmement insalubre ». Il a poursuivi en disant : « Franchement, les résultats de l’inspection étaient choquants ». Certains bébés ont également été hospitalisés en raison de carences nutritionnelles après que leurs parents aient été incapables de se procurer du lait maternisé pour leurs nourrissons. Face aux critiques croissantes, l’administration du président Joe Biden a eu recours à la réception d’envois d’urgence de préparations pour nourrissons en provenance d’Europe. C’est vraiment une triste situation lorsque les États-Unis d’Amérique ne peuvent même pas subvenir aux besoins de leur population la plus jeune et la plus vulnérable.

Si vous vous demandez pourquoi la volaille et les œufs sont si chers de nos jours, un facteur contributif important est la crise actuelle de la grippe aviaire en Amérique du Nord. En raison des réglementations gouvernementales, les agriculteurs aux États-Unis sont tenus de détruire des troupeaux entiers d’oiseaux, tels que des poulets et des dindes, si même un animal teste positif pour le virus de la grippe aviaire. « Juste au moment où vous pensiez que cela ne pouvait pas empirer, voici la grippe aviaire », a déclaré Karyn Rispoli, journaliste pour l’éditeur de recherche sur les matières premières Urner Barry. Plus de 37 millions d’oiseaux domestiques sont morts à cause de l’épidémie de grippe aviaire. Une quarantaine d’espèces d’oiseaux, domestiques et sauvages, ont été infectées par cette souche de grippe aviaire hautement contagieuse. Pour aggraver les choses, Jonathan Runstadler, professeur à la Cummings School of Veterinary Medicine, a déclaré que le virus responsable de l’épidémie pourrait ne jamais disparaître. « Il y a des raisons de s’attendre à ce que ce virus soit là pour rester, et il ne va pas disparaître », a-t-il déclaré.

Si vous n’êtes pas agriculteur, il y a de fortes chances que vous ne pensiez pas beaucoup aux engrais. Pourtant, c’est un sujet important car si les agriculteurs ne disposent pas d’un approvisionnement suffisant, les rendements des cultures seront bien inférieurs à ce qu’ils sont normalement. Malheureusement, il y a actuellement une pénurie mondiale d’engrais, ce qui signifie que les États-Unis sont également touchés par cette situation désastreuse. « Si vous parlez à un agriculteur d’Amérique du Nord ou d’Océanie, la discussion principale porte sur les engrais, en particulier sur le prix et la disponibilité des engrais. Les prix sont plus ou moins 78% plus élevés que la moyenne en 2021, et cela fait craquer le côté production de l’agriculture », a déclaré Theo de Jager, président de l’Organisation mondiale des agriculteurs. La citation précédente a été trouvée dans un article publié par National Geographic le 23 mai 2022, avec le titre inquiétant : « La crise alimentaire mondiale se profile alors que l’approvisionnement en engrais diminue ».

John Boyd Jr., président de la National Black Farmers Association, a prévenu que le peuple américain pourrait avoir de mauvaises surprises d’ici la fin de l’été 2022. « Nous allons voir beaucoup d’étagères vides et des prix beaucoup plus haut », a-t-il déclaré. Il y a tellement de problèmes avec l’approvisionnement alimentaire aux États-Unis et à l’étranger qu’il devient difficile de saisir pleinement tout ce qui se passe. De la sécheresse à la famine, la guerre, la grippe aviaire et la pénurie d’engrais, toutes ces crises menacent la capacité de l’humanité à maintenir la vie. Heureusement, nous connaissons celui qui peut nous soutenir même face à une grande adversité. Psaume 3:6 déclare : « Je me couche, et je m’endors ; Je me réveille, car l’Éternel est mon soutien. » Dieu nous a déjà fait traverser tant de choses, et il ne va pas nous abandonner maintenant. Une chose est certainement évidente : Nous avons besoin de Lui maintenant plus que jamais.

La crise énergétique mondiale

Au moment où j’écris cet article, le 30 mai 2022, les États-Unis célèbrent une fête connue sous le nom de Memorial Day. Ce jour férié est souvent considéré comme le jour qui lance la saison des voyages d’été en Amérique. Ainsi, les prix de l’essence ont tendance à augmenter considérablement à cette époque en raison de l’augmentation de la demande. C’est une mauvaise nouvelle pour les conducteurs puisque les prix du carburant sont déjà à des niveaux record et devraient poursuivre leur ascension dans les mois à venir. Le 19 mai 2022, le coût moyen de l’essence a atteint cinq dollars le gallon dans l’État de l’Illinois. Le prix est encore plus élevé en Californie où les conducteurs paient désormais en moyenne plus de six dollars le gallon. Pour la première fois de l’histoire, l’essence coûte désormais plus de quatre dollars le gallon dans les cinquante états et a atteint une moyenne nationale de 4,60 dollars le 28 mai 2022. Pourquoi constatons-nous ces coûts de carburant record ?

Selon les experts, la pandémie de COVID-19 est un facteur important à l’origine de la hausse des prix. Pendant les fermetures de 2020, les gens du monde entier ont voyagé beaucoup moins souvent qu’ils ne le font habituellement, ce qui a entraîné une baisse spectaculaire de la consommation de carburant. Ainsi, les compagnies pétrolières ont réduit leur production. Cependant, alors que la pandémie s’estompait, la demande de pétrole est revenue en force alors que des foules de gens étaient impatients de reprendre la route. Alors que la demande augmentait, les compagnies pétrolières avaient du mal à suivre le rythme, et l’offre mondiale de pétrole n’est toujours qu’à 97% des niveaux d’avant la pandémie. « Trois pour cent ne semblent pas beaucoup, mais, les stocks sont très bas », a déclaré Peter McNally de la société de recherche Third Bridge. La demande mondiale globale de pétrole a augmenté au-delà de ce qu’elle était avant la COVID-19. En 2019, la demande mondiale de pétrole était d’environ 100,3 millions de barils par jour. À l’époque, l’offre était d’environ 100,6 millions de barils par jour, ce qui permettait aux pays d’utiliser l’excédent quotidien de 0,3 million de barils par jour pour constituer des stocks. Cependant, la demande de pétrole aujourd’hui est estimée à 103 millions de barils par jour. Le problème ? Il n’y a que 100,6 millions de barils par jour disponibles. Les sanctions des États-Unis et d’autres pays occidentaux contre la Russie en raison de leur invasion de l’Ukraine ont encore compliqué le problème, entraînant la perte d’environ un million de barils par jour de l’approvisionnement mondial. Selon un récent rapport de Bank of America Global Research, une grande partie de l’Europe, de l’Amérique du Nord et de l’Asie ont des stocks de pétrole « dangereusement bas ». « Le plus inquiétant, c’est que les barils de pétrole stratégiques détenus par les gouvernements de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) sont déjà bas et devraient fortement baisser à l’avenir, laissant les consommateurs exposés à tout futur choc d’offre négatif », prévient le rapport.

La majorité des Américains conduisent des automobiles qui fonctionnent à l’essence. Cependant, les équipements agricoles et les semi-remorques fonctionnent généralement au diesel. Malheureusement, l’approvisionnement en carburant diesel aux États-Unis est en très mauvais état, en particulier dans la partie nord-est du pays. La côte est a généralement un stock de 62 millions de barils de diesel au mois de mai, mais, cette année, l’offre de mai était inférieure à 52 millions de barils. « J’aimerais avoir de bonnes nouvelles pour le Nord-Est, mais c’est la pagaille », a déclaré l’analyste Tom Kloza. C’est un énorme problème. Si les camions ne peuvent pas obtenir le carburant diesel dont ils ont besoin pour fonctionner, les marchandises ne pourront pas circuler aux États-Unis. Si les agriculteurs ne peuvent pas obtenir le diesel dont ils ont besoin, ils ne pourront pas faire pousser leurs cultures. Si cela se produit, tout coûtera plus cher.

Alors que le peuple américain est aux prises avec le coût élevé du carburant, le président américain Joe Biden s’est montré remarquablement déconnecté de la réalité. Considérez cette déclaration bizarre du président : « Quand il s’agit des prix de l’essence, nous traversons une transition incroyable qui se produit et, si Dieu le veut, quand ce sera fini, nous serons plus forts et le monde sera plus fort et moins dépendant des combustibles fossiles quand ce sera fini ». Ainsi, nous voyons que le président pense que ces coûts énergétiques élevés sont une bonne chose car ils obligeront les gens à adopter l’énergie verte et déclencheront une « transition incroyable ». Il espère probablement que davantage de personnes achèteront des véhicules électriques. Pourtant, avec l’inflation galopante aux États-Unis, je trouve douteux que de nombreux Américains puissent se permettre un achat aussi coûteux. Selon un rapport publié par NBC News en mars 2022, le coût moyen d’un véhicule électrique est d’environ $60.000. Compte tenu du fait que les deux tiers des Américains vivent d’un chèque de paie à l’autre, la plupart des gens ont du mal à s’offrir des véhicules traditionnels à essence. L’âge moyen des voitures aux États-Unis est désormais de 12,2 ans, un nouveau record.

Nous vivons en effet à une époque où il y a une « confluence de calamités », et il est très probable qu’il y aura plus de problèmes à venir. Le marché boursier aux États-Unis a été instable ces dernières semaines, le marché du logement commence à décliner et on craint de plus en plus qu’une récession ne soit imminente. Pendant ce temps, la guerre en Ukraine se poursuit, nous sommes prévenus que nous nous attendons à une saison active des ouragans cet été, et le monde est maintenant aux prises avec une épidémie du virus de la variole du singe. Au moment d’écrire ces lignes, il y a 257 cas confirmés d’infection à la variole du singe dans des pays où la maladie n’est généralement pas présente. Il y a 120 autres cas suspects. Ce nombre est susceptible d’augmenter dans les semaines à venir. L’Organisation mondiale de la santé a classé l’épidémie comme un « risque modéré » pour la santé publique.

Alors que nous considérons tout ce qui se passe dans le monde, les mots trouvés dans Lamentations 3:17 sont tout à fait relatables. Ce verset dit : « Tu m’as enlevé la paix ; Je ne connais plus le bonheur. » Les États-Unis ne se sentent guère comme une nation prospère et pacifique en ce moment. Cependant, le chapitre des Lamentations continue et nous rappelle qu’en tant que peuple de Dieu, nous avons de l’espoir ! Lamentations 3: 21-26 déclare : « Voici ce que je veux repasser en mon coeur, ce qui me donnera de l’espérance. Les bontés de l’Éternel ne sont pas épuisées, ses compassions ne sont pas à leur terme ; Elles se renouvellent chaque matin. Oh ! Que ta fidélité est grande ! L’Éternel est mon partage, dit mon âme ; C’est pourquoi je veux espérer en lui. L’Éternel a de la bonté pour qui espère en lui, pour l’âme qui le cherche. Il est bon d’attendre en silence le secours de l’Éternel. » Parfois, nous oublions, mais chaque jour qui nous est donné est un don de Dieu. Ses miséricordes sont nouvelles chaque matin, Il connaît la fin depuis le début, et Il sait comment nous sortir de chaque calamité qui nous attend. Si vous ne vous êtes pas encore repenti de vos péchés et que vous n’avez pas consacré votre vie à Dieu, je vous exhorte à le faire maintenant.

Comme toujours, nous sommes reconnaissants à nos aimables supporters qui rendent ce bulletin possible. Que Dieu vous bénisse abondamment. Que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec vous tous. Amen.

Source

Traduit par PLEINSFEUX

close

Ne manquez rien !

Rejoignez les nouvelles de PleinsFeux.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !
En savoir plus dans notre politique de confidentialité

Translate »