Conspiration

Publié le 06 juillet, 2012 | par Pleins Feux

0

Une information cruciale que TOUT catholique devrait connaître « Comprendre le catholicisme romain » 1 partie

Par Rick Jones

Le catholicisme romain est-il chrétien ?

Malgré un débat animé, il semble qu’une réponse puisse être esquissée en comparant les doctrines du Catéchisme de l’Église Catholique ( JEAN-PAUL II. Catéchisme de l’Église Catholique. Vatican : MAME/PLON, 1992. 800 p.) de 1992 avec la Sainte Bible.

Avez-vous lu le catéchisme ? Savez-vous ce que l’église catholique enseigne ? Cette religion vous mènera-t-elle au paradis ?

Né et élevé dans la foi catholique romaine, la curiosité a amené l’auteur à étudier en détails le nouveau catéchisme et à comparer ses enseignements avec la Parole écrite de Dieu. Les résultats furent surprenants !

Si vous n’avez pas le temps ou le désir de vous plonger dans les 800 pages (édition de poche) du nouveau catéchisme, vous devez lire ce livre révélateur. Trente-sept doctrines catholiques romaines sont extraites du catéchisme … expliquées … et comparées avec la Parole écrite de Dieu. Si votre destinée éternelle est entre les mains de l’église catholique, il est vital que vous appreniez comment les doctrines catholiques officielles «s’arrangent » avec les Écritures. Sont-elles en accord les unes avec les autres ? Vous pourriez être étonné !

Préface

J’ai été baptisé dans l’église catholique étant enfant, j’ai fait ma première communion et ma confirmation enfant — j’ai assisté à la messe et suivi l’instruction religieuse chaque semaine. J’ai confessé mes péchés à un prêtre et fait de mon mieux pour obéir aux 10 commandements. D’une façon générale, j’étais un bon catholique. Ma femme, Shari, qui a participé à la préparation de ce livre, est également née et a été élevée dans un foyer catholique romain, et a étudié dans des écoles catholiques. Elle aussi a fidèlement suivi tous les rituels catholiques requis.

Malgré tout notre entraînement catholique, aucun de nous deux ne comprenait complètement les véritables doctrines de l’église catholique, ni comment elles se situaient par rapport à la Sainte Bible. Notre confiance en l’église catholique en souffrit. Je suis profondément persuadé que la plupart des catholiques sont dans la même situation. Ce livre a été conçu pour remédier à ce problème. Après sa lecture, vous aurez une compréhension complète des principales doctrines de l’église catholique et vous saurez comment celles-ci s’accordent avec les Saintes Écritures.

De plus, vous découvrirez des vérités que vous n’aviez jamais soupçonné auparavant, et vous serez bien mieux préparé pour le jour qui vient où vous vous tiendrez devant Dieu pour le jugement dernier. Que Dieu vous bénisse lors de votre lecture.

” … que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père de gloire, vous donne un esprit de sagesse et de révélation, dans sa connaissance, et qu’il illumine les yeux de votre cœur … ”  Éphésiens 1.17-18

Introduction

Ces dernières années, il y a eu une certaine fusion entre le catholicisme romain et le protestantisme. Beaucoup, des deux cotés, appellent ceux de l’autre camp ‘soeurs et frères en Christ’. Cela ne s’entendait pas il y a quelques années, mais actuellement :

  • Le clergé catholique romain apparaît sur les chaines de télévisions chrétiennes, promouvant l’unité entre catholiques et protestants.
  • Les programmes de radio chrétiennes diffusent des émissions catholiques.
  • Les librairies chrétiennes proposent une grande variété de produits plaisant aux catholiques.

[Ce constat correspond en effet à la situation nord-américaine mais pas à celle de l’Europe. On constate toutefois en Europe le développement d’un mouvement oecuménique dirigé par Rome, dont les fameuses JMJ sont un bon exemple.]

Les deux camps ont-ils réellement fusionné ? Prêchent-ils le même message ? Annoncent-ils tous deux les mêmes doctrines fondamentales ?

Pour répondre à ces questions, j’ai commencé une étude exhaustive du catéchisme de l’église catholique paru en 1992. L’utilisation de ce catéchisme était importante pour deux raisons :

  1. Ce catéchisme est la source officielle de la doctrine catholique romaine. Personne ne peut nier qu’elle contient les enseignements actuels de l’église catholique romaine.
  2. Publié en 1992, c’est le premier catéchisme depuis plus de 400 ans. Vous pouvez donc être assuré que vous êtes en train de lire les enseignements actuels de l’église catholique romaine, pas ce qu’elle a enseigné il y a 300 ans.

Dans ce livre, nous allons examiner les 37 doctrines catholiques romaines les plus critiquées, et laisser les faits parler d’eux-mêmes.

Vous ne trouverez pas d’opinions ou de philosophies personnelles présentées ici. Il s’agit strictement de l’exposé de la vraie doctrine catholique romaine, comparée avec la Bible. Il vous faudra en tirer vos propres conclusions et prendre vos propres décisions

Ce n’est pas non plus un livre de jugement ou de condamnation. Il a pour seul but de vous aider à mieux comprendre les doctrines catholiques, afin que vous soyez préparé à vous tenir devant Dieu pour le jugement, comme nous devrons tous le faire après la mort :

“ Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement,” Hébreux 9.27

Mon cœur est brisé à la pensée de ceux qui entendront Jésus leur dire ce jour là :

“Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité.” Matthieu 7.23

En vérité, la Bible révèle que le Seigneur prononcera ces mots à beaucoup de personnes religieuses. Sachant cela, il est vital que vous ne suiviez pas aveuglément n’importe qui

Apprenez-en plus sur ces doctrines catholiques et vous serez à même de vous tenir devant Dieu avec confiance.

Alors que vous lirez ce livre, ma prière est que Dieu révèle Sa vérité à votre cœur et à votre esprit.

Que Dieu vous bénisse.
Chapître 1 – Le salut par l’Église

Le catholicisme romain enseigne que le salut n’est disponible que par l’église Catholique :

“Le décret sur l’OEcuménisme du deuxième concile du Vatican explicite : ‘C’est, en effet, par la seule Église catholique du Christ, laquelle est moyen général de salut’, que peut s’obtenir toute la plénitude des moyens de salut”. Article #816, p.219

Ici, la source officielle de la doctrine catholique exprime avec force que le salut ne peut pas être obtenu en dehors de l’église catholique romaine. Peut-être pensez-vous “l’église catholique ne croit plus cela !” Pourtant, la position du catéchisme est claire :

“Appuyé sur la Sainte Écriture et sur la Tradition, le Concile enseigne que cette Église en marche sur la terre est nécessaire au salut. Seul, en effet, le Christ est médiateur et voie de salut : or, Il nous devient présent en son corps qui est l’Église ; […] C’est pourquoi ceux qui refuseraient soit d’entrer dans l’Église catholique, soit d’y persévérer, alors qu’ils la sauraient fondée de Dieu par Jésus-Christ comme nécessaire, ceux-là ne pourraient pas être sauvés.” Article #846, p.227

Si cela n’est pas assez clair, voici d’autres déclarations :

“C’est dans l’Église qu’est déposée ‘la plénitude des moyens du salut’. C’est en elle que ‘nous acquérons la sainteté par la grâce de Dieu'” Article #824, p.221

“En elle subsiste la plénitude du Corps de Christ uni à sa Tête, ce qui implique qu’elle reçoive de Lui ‘la plénitude des moyens de salut’…” Article #830, p.223

Quand on étudie la Parole de Dieu à ce sujet, deux faits sautent aux yeux :

  1. La Bible n’indique jamais, même vaguement, qu’il faille passer par une église pour obtenir le salut.
  2. Des centaines de versets proclament que le salut est un don de Dieu, facilement accessible à tous, mais seulement en passant par Jésus-Christ :

“Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur.” Romains 6.23

A part Jésus-Christ, aucun autre nom (ou groupe) ne peut offrir le salut :

“Il n’y a de salut en aucun autre [N.D.A. excepté Jésus-Christ] ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.” Actes 4:10, 12

Quand Jésus-Christ est mort sur la croix, Il a payé le prix complet pour les péchés de toute l’humanité et a permi à tout un chacun de venir directement à Lui pour être sauvé. Jésus Lui-même l’a annoncé :

“Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui.” Jean 3.36

Jésus a aussi prêché :

“En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie.” Jean 5.24

Encore et encore, Jésus-Christ a affirmé cette vérité bénie :

“En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi a la vie éternelle.” Jean 6.47

(Lisez également Jean 6.40; Jean 3.16, Jean 3.18, Jean 3.36, Jean 1.12).

Dans Jean 20.31, nous découvrons pourquoi les évangiles ont été écrits :

“Mais ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu’en croyant vous ayez la vie en son nom.” Jean 20.31

Jamais Jésus ne requiert la nécessité d’une église pour apporter le salut. Ce cadeau gratuit est disponible pour tous ceux qui croiront en Lui :

“Tous les prophètes rendent de lui le témoignage que quiconque croit en Lui reçoit par son nom le pardon des péchés.” Actes 10.43

Selon la Bible, la rédemption s’obtient grâce à Christ, et non pas grâce à une église :

“… et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ.” Romains 3.24

Christ seul peut offrir le cadeau de la vie éternelle car Il a volontairement versé Son sang pour nous :

“En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce,” Éphésiens 1.7

Encore une fois, la seule chose demandée pour le salut est la foi en Jésus-Christ :

“Car je n’ai point honte de l’Évangile: c’est une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit …” Romains 1.16

De multiples passages reprennent ce thème :

“Car Dieu ne nous a pas destinés à la colère, mais à l’acquisition du salut par notre Seigneur Jésus-Christ,” 1 Thessaloniciens 5.9

Pendant que Jésus était cloué à la croix, Il a montré que le salut dépendait de Lui, et non pas d’une église. Le voleur qui était sur la croix à coté de Lui a crié :

“… Souviens-toi de moi, quand tu viendras dans ton règne.” Luc 23.42

Quand ce pécheur mourant a prononcé ces paroles de foi, Jésus lui a répondu en disant :

“Je te le dis en vérité, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis.” Luc 23.43

Une église ne sauve pas … Jésus, Lui, sauve :

“Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par Lui.” Jean 3.17

“A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par Lui de la colère.” Romains 5.9

Si le salut n’avait été dispensé qu’au travers de l’église catholique, Dieu nous aurait-Il trompé dans Sa Parole, sachant que notre destinée éternelle était en jeu ? Pierre aurait-il ouvertement affirmé ce qui suit dans les Saintes Écritures ?

“Mais c’est par la grâce du Seigneur Jésus que nous croyons être sauvés, …” Actes 15.11

Conclusion

La Parole de Dieu déclare que le salut est obtenu par la foi dans le sang versé de Jésus-Christ, alors que le catéchisme maintient que le salut n’est dispensé que par l’église catholique.

Vous devez maintenant décider qui vous allez croire : la tradition des hommes, ou la Parole de Dieu ? Vous ne pouvez pas dire : “les deux” car chacune insiste sur le fait que l’autre a tort :

“L’amour de Dieu a été manifesté envers nous en ce que Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui.” 1 Jean 4.9

Rappelez-vous qu’un jour vous vous tiendrez devant Dieu et aurez à Lui expliquer votre choix. Allez-vous risquer de rejeter la Parole de Dieu pour suivre la tradition des hommes ?

“Ce peuple m’honore des lèvres, Mais son cœur est éloigné de moi. C’est en vain qu’ils m’honorent, En donnant des préceptes qui sont des commandements d’hommes. Vous abandonnez le commandement de Dieu, et vous observez la tradition des hommes.” Marc 7.6-8

Chapître 2 – Le salut obtenu par de bonnes œuvres

La doctrine catholique enseigne qu’il faut continuellement faire de bonnes oeuvres pour être sauvé.

“L’incorporation à l’Église, cependant, n’assure pas le salut pour celui qui, faute de persévérer dans la charité, …” Article #837, p.225

Pour être sauvé, il faut accomplir des œuvres comme le baptême (voir Article #1257, p.331), en plus de divers sacrements (voir Article #1129, p.300) et beaucoup d’autres actions.

Une fois encore, les enseignements du catholicisme s’opposent à la Parole de Dieu, qui affirme que le salut ne peut pas se gagner, que c’est un don gratuit et inconditionnel de Dieu :

” Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie.” Éphésiens 2.8-9

” il nous a sauvés, non à cause des oeuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit,” Tite 3.5

La Bible répète encore et encore que le salut vient de la foi – jamais de bonnes œuvres :

” Car nous pensons que l’homme est justifié par la foi, sans les oeuvres de la loi.” Romains 3.28

” Aussi l’Écriture, prévoyant que Dieu justifierait les païens par la foi, a d’avance annoncé cette bonne nouvelle à Abraham : Toutes les nations seront bénies en toi !” Galates 3.8

Comment devenons-nous des enfants de Dieu ? :

” Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ” Galates 3.26

Les pharisiens et les bonnes oeuvres

Les pharisiens religieux étaient convaincus que le fait de pratiquer de bonnes œuvres leur permettraient de gagner le salut, mais Jésus les remit en place. Dans l’Évangile de Marc, les Pharisiens et les scribes demandent à Jésus :

” … Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens, mais prennent-ils leurs repas avec des mains impures ?” Marc 7.5

En réponse, Jésus les corrigea :

” … Vous anéantissez fort bien le commandement de Dieu, pour garder votre tradition.” Marc 7.9

Quelle tragédie ! En élevant la tradition au-dessus de la Parole de Dieu, les pharisiens avaient concrètement rejeté le commandement de Dieu. Jésus accusa également les Pharisiens :

” … annulant ainsi la parole de Dieu par votre tradition, que vous avez établie. Et vous faites beaucoup d’autres choses semblables.” Marc 7.13

N’est-ce pas exactement ce que fait l’église catholique en élevant la tradition au dessus de la Parole de Dieu ?

Les Pharisiens étaient convaincus que le salut s’obtenait en accomplissant de bonnes actions, mais Jésus savait que les bonnes actions ne pourraient jamais sauver personne.

” Néanmoins, sachant que ce n’est pas par les oeuvres de la loi que l’homme est justifié, mais par la foi en Jésus-Christ, nous aussi nous avons cru en Jésus-Christ, afin d’être justifiés par la foi en Christ et non par les oeuvres de la loi, parce que nulle chair ne sera justifiée par les oeuvres de la loi.” Galates 2.16

” Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ,” Romains 5.1

Les bonnes œuvres ne sont pas suffisantes

Lisez ces quelques mots de Jésus à propos de la valeur des bonnes œuvres :

” Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom ? n’avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ?” Matthieu 7.21-22

Cette multitude sera pour toujours déçue quand elle entendra Jésus répondre :

” Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité.” Matthieu 7.23

Beaucoup de gens ignorent que leurs bonnes œuvres ne sont pas suffisantes pour les sauver. Cette ignorance est affligeante, car après la mort, ils seront envoyés en enfer pour l’éternité.

L’Apôtre Paul fait une autre déclaration importante concernant les bonnes œuvres :

” Je ne rejette pas la grâce de Dieu ; car si la justice s’obtient par la loi, Christ est donc mort en vain.” Galates 2.21

En d’autres termes, si vous pouviez gagner le paradis grâce à vos bonnes œuvres, alors Jésus a subi une horrible mort pour rien.

Mais il n’en est rien. Les Écritures déclarent que Jésus a donné Sa vie parce qu’il n’y avait pas d’autres moyens, pour nous, de recevoir le pardon de nos péchés.

L’unique façon de devenir enfant de Dieu est la foi en Christ. Les bonnes œuvres ne feront jamais l’affaire :

” Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ” Galates 3.26

La Bible répète sans relâche la position de Dieu, afin qu’elle soit encore plus claire :

” Celui qui croit en lui [Jésus] n’est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.” Jean 3.18

Jésus lui-même déclare la même vérité :

” La volonté de mon Père, c’est que quiconque voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour.” Jean 6.40

Conclusion

Cher ami catholique romain, vous devez maintenant prendre une autre décision. Soit vous croyez à la Parole de Dieu et acceptez le cadeau gratuit du salut grâce à Jésus-Christ, soit vous préférez les traditions de l’église catholique, qui affirment que le salut doit être gagné par de bonnes œuvres.

Vous ne pouvez pas choisir la doctrine catholique et la Parole de Dieu, car elles sont en contraction l’une avec l’autre.

Ma prière est que vous fassiez le bon choix. Si vous choisissez de recevoir le cadeau gratuit du salut qu’offre Dieu, nous vous expliquerons un peu plus loin comment vous pouvez le faire :

” Jésus leur répondit : L’oeuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé.” Jean 6.40

Chapître 3 – L’Eglise pardonne les péchés

Le catholicisme enseigne qu’il a le pouvoir et l’autorité de pardonner les péchés des fidèles. Voici quelques extraits du catéchisme (rappelez-vous que lorsque le catéchisme mentionne “l’Eglise”, il désigne “l’église catholique romaine”) :

“Il n’y a aucune faute, aussi grave soit elle, que la Sainte Eglise ne puisse remettre …” Article #982, p. 258

“De par la volonté du Christ, l’Eglise possède le pouvoir de pardonner les péchés des baptisés …” Article #986, p. 259

“L’Eglise qui, par l’évêque et ses prêtres, donne au nom de Jésus-Christ le pardon des péchés…” Article # 1448, p.378

L’église catholique a-t-elle le pouvoir de pardonner les péchés ? Regardons ce qu’en disent les Ecritures : ” Comment cet homme parle-t-il ainsi ? Il blasphème. Qui peut pardonner les péchés, si ce n’est Dieu seul ?” Marc 2.7 ” Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ.” Éphésiens 4.32

Selon l’Ecriture, Dieu veut que ses enfants s’adressent directement à Lui, et non à une quelconque église, pour obtenir le pardon de leurs péchés :

Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins.” Hébreux 4.16

Ce verset proclame que le pardon des péchés vient du trône de Dieu, et non pas d’une église. Cependant, le catholicisme enseigne une doctrine contraire :

“En effet, ce sont les évêques et les presbytres, qui ont, en vertu du sacrement de l’Ordre, le pouvoir de pardonner les péchés <<au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit>>” Article #1461, p.381

“il fallait qu’elle [l’église catholique] fût capable de pardonner leurs fautes à tous les pénitents, quand même ils auraient péché jusqu’au dernier moment de leur vie.” Article #979, p. 258

Cette doctrine inventée par les hommes contredit la Parole de Dieu. Beaucoup de personnages se sont approchés librement du trône de Dieu pour le pardon de leurs péchés. Le psalmiste s’adressa directement à Dieu :

” Je t’ai fait connaître mon péché, … J’ai dit : J’avouerai mes transgressions à l’Éternel ! Et tu as effacé la peine de mon péché.” Psaume 32.5

Le Roi David s’adressa directement à Dieu pour le pardon de ses fautes :

” Vois ma misère et ma peine, Et pardonne tous mes péchés.” Psaume 25.18

Dans le Psaume 51, David demande encore pardon :

” Lave-moi complètement de mon iniquité, Et purifies-moi de mon péché… J’ai péché contre toi seul, Et j’ai fait ce qui est mal à tes yeux…” Psaume 51.2,4

Le Roi Salomon savait que les enfants d’Israël et lui-même pouvaient se tourner directement vers Dieu pour recevoir le pardon de leurs fautes :

” Daigne exaucer les supplications de ton serviteur et de ton peuple d’Israël, lorsqu’ils prieront en ce lieu ! Exauce du lieu de ta demeure, des cieux, exauce et pardonne !” 2 Chroniques 6.21

Dieu demande au peuple de venir à Lui pour recevoir la repentance :

” si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s’humilie, prie, et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, je l’exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays.” 2 Chroniques 7.14

Dieu ne demande à personne de passer par une église pour recevoir le pardon des péchés.

” Car tu es bon, Seigneur, tu pardonnes, Tu es plein d’amour pour tous ceux qui t’invoquent.” Psaume 86.5

” … si l’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi.” Colossiens 3.13

Pourquoi l’église catholique prétend-elle que le pardon des péchés n’est possible qu’à travers elle ? L’extrait suivant du catéchisme nous donne sa réponse :

“Si dans l’Eglise il n’y avait pas la rémission des péchés, nul espoir n’existerait, nulle espérance d’une vie éternelle et d’une libération éternelle. Rendons grâce à Dieu qui a donné à son Eglise un tel don” Article #983, p. 259

Plutôt que de s’adresser à Jésus pour le pardon des péchés et pour la vie éternelle, les catholiques romains reçoivent l’enseignement selon lequel leurs péchés ne peuvent être pardonnés que grâce à l’église catholique. Intentionnellement ou non, cette doctrine enferme les fidèles dans le giron de l’église catholique…

Conclusion

Une fois encore, la Parole de Dieu et les traditions humaines s’affrontent. Dieu dit qu’Il est le seul à pardonner les péchés, tandis que la tradition catholique prétend que l’église catholique a ce même pouvoir.
De quel coté vous rangerez-vous ?

” Mon âme, bénis l’Éternel, et n’oublie aucun de ses bienfaits ! C’est lui qui pardonne toutes tes iniquités” Psaume 103.2-3

Chapître 4 – La Seule véritable EgliseL’Eglise catholique enseigne-t-elle encore qu’elle est la seule véritable Eglise fondée par Christ ? Beaucoup pensent qu e non, mais aucun démenti n’est jamais venu contredire sa position officielle :”C’est là l’unique Eglise du Christ, dont nous professons dans le symbole qu’elle est une, sainte, catholique et apostolique” Article #811, p.217 Se référant à l’église catholique, le catéchisme déclare :  “dans cette seule et unique Eglise de Dieu…” Article #817, p.219″Elle est catholique parce qu’en elle le Christ est présent. << Là où est le Christ Jésus, là est l’Eglise Catholique.>>” Article #830, p.223Cette doctrine de la “seule vraie église” est dérivée d’un verset de l’Ecriture, qui, comparé à d’autres versets, s’interprète d’une toute autre façon. Quand Jésus d emanda à ses disciples qui Il était, Pierre répondit :” … Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.” Matthieu 16.16

Jésus lui répondit :

” … tu es Pierre, et … sur cette pierre je bâtirai mon Église, et … les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle.” Matthieu 16 .18

Le catholicisme prétend que le Seigneur a élevé Simon Pierre au rang de “La” pierre. Il a depuis lors bâti toute la religion catholique sur cette promesse. Cependant, d’autres versets, limpides, déclarent que Jésus (et non Simon) est “La” pierre :

” et qu’ils ont tous bu le même breuvage spirituel, car ils buvaient à un rocher spirituel qui les suivait, et ce rocher était Christ.” 1 Corinthiens 10.4

Jésus n’est pas seulement “La” pierre, Il est la pierre angulaire de l’église :

” Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire <>.” Éphésiens 2.20

Dans l’Ancien Testament, des prophéties annoncèrent que Jésus, rejeté des hommes, deviendrait la pierre angulaire de l’église :

” La pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient Est devenue la principale de l’angle.” Psaume 118.22

Même Simon Pierre, prétendument premier pape, confessa que Jésus est la pierre d’angle de l’église :

” … Jésus est La pierre rejetée par vous qui bâtissez, et qui est devenue la principale de l’angle.” Actes 4.10-11

” L’honneur est donc pour vous, qui croyez. Mais, pour les incrédules, La pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient Est devenue la principale de l’angle” 1 Pier re 2.7

Selon les Ecritures, Simon Pierre N’EST PAS “La” pierre :

” Car qui est Dieu, si ce n’est l’Éternel ; Et qui est un rocher, si ce n’est notre Dieu ?” Psaume 18.31

” Car je proclamerai le nom de l’Éternel. Rendez gloire à notre Dieu ! Il est le rocher …” Deutéronome 32.3-4

” … Oui, c’est en Dieu que mon âme se confie … Oui, c’est lui qui est mon rocher …” Psaume 62.1-2

” Mais l’Éternel est ma retraite, Mon Dieu est le rocher de mon refuge.” Psaume 94.22

Qui est le chef de l’église ?

En dépit de tous ces versets, le catholicisme prétend encore que Simon Pierre est “La” pierre, et que ses successeurs sont les chefs de l’&ea cute;glise :

“L’unique Eglise du Christ, (…) est celle que notre Sauveur, après sa Résurrection, remit à Pierre pour qu’il en soit le pasteur, qu’Il lui confia, à lui et aux autres apô tres, pour la répandre et la diriger (…). Cette Eglise comme société constituée et organisée dans le monde est réalisée dans (subsistit in) l’Eglise catholique gou vernée par le successeur de Pierre et les évêques qui sont en communion avec lui. Article #816, p.219 [Les passages omis le sont aussi dans le texte du catéchisme]< /FONT>.

Cependant, la Bible déclare que Jésus-Christ (et non Simon Pierre ou ses “successeurs”) est le chef de l’église :

” Il [Jésus] est la tête du corps de l’Église ; il est le commencement, le premier-né d’entre les morts, afin d’être en tout le premier.” Co lossiens 1.18

” Il [Dieu] a tout mis sous ses pieds, et il l’a donné [Jésus] pour chef suprême à l’Église,” Éphésiens 1.22

” mais que, professant la vérité dans la charité, nous croissions à tous égards en celui qui est le chef, Christ.” Éphésiens 4.15

“L’église” biblique

Quand la Bible utilise le mot “église”, elle se réfère toujours à l’ensemble de ceux qui placent leur confiance en Jésus-Christ, et en Lui seul, pour leur salut. Il ne s’agit jamais des membres d’une quelconque dénomination :

” à l’Église de Dieu qui est à Corinthe, à ceux qui ont été sanctifiés en Jésus-Christ, appelés à être saints , et à tous ceux qui invoquent en quelque lieu que ce soit le nom de notre Seigneur Jésus-Christ, leur Seigneur …” 1 Corinthiens 1.2

L’apôtre Paul écrit :

” Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l’Église, et s’est livré lui-même pour elle,” Éphésiens 5.25

Le catholiscisme n’existant pas au temps de Paul, il n’était pas catholique. Cependant, il savait que Christ l’aimait et était mort sur la croix pour lui. Personne n’oserait dire que Paul n’était pas chrétien parce qu’il n’était pas catholique.
Qui suggèrerait que Dieu n’aime que les catholiques ? … Ou qu’Il n’est mort que pour des catholiques ? Ce serait pourtant le cas si l’&eacut e;glise catholique était la seule église. Paul déclara également :

” et marchez dans la charité, à l’exemple de Christ, qui nous a aimés, et qui s’est livré lui-même à Dieu pour nous …” &E acute;phésiens 5.2

Peut-on être chrétien sans être catholique ?

Se prenant pour la seule vraie église, le catholiscisme prétend déterminer qui est ou n’est pas chré tien :

“Appuyé sur la Sainte Ecriture et sur la Tradition, le Concile enseigne que cette Eglise en marche sur la terre est nécessaire au salut” Article #818, p.220

En d’autres termes, si vous n’avez pas été baptisé dans l’église catholique, vous n’êtes pas sauvé, et donc pas chrétien.
Les Ecritures affirment cependant que votre adh& eacute;sion, ou non, à une quelconque église ne change rien concernant votre salut. Si votre foi est en Jésus-Christ seul, alors Il vous a déjà accepté, et vous êtes d&eacut e;jà sauvé :

” Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.” Jean 3.16

Conclusion

Arrivé ici, il vous faut répondre à quelques questions :

  • Simon Pierre était-il “La” pierre ? Le catéchisme répond par l’affirmative, mais la Parole de Dieu par la négative.
  • L’église catholique romaine est-elle la seule véritable église ? Le catéchisme répond oui, la Bible non.
  • Pensez-vous réellement que tous les non catholiques iront en enfer ?

Une fois encore, la réponse à chacune de ces questions dépendra de ce que vous avez décidé de croire … la tradition humaine ou la Parole de Dieu.
Jésus posa aux phari siens une question à laquelle tous les catholiques devraient réfléchir :

” … pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition ?” Matthieu 15.3

Chapître 5 – Le baptême sauve

L’église catholique enseigne que le baptême est nécessaire au salut :

“Le Seigneur Lui-même affirme que le Baptême est nécessaire pour le salut.” Article #1257, p. 331

Tous les catholiques devraient savoir que c’est un mensonge : le Seigneur n’est pas d’accord avec cette phrase. La Bible enseigne que le salut est un don gratuit qu’aucune oeuvre [c’est-à-dire aucune action de notre part, aucun rite] ne pourra jamais acquérir. Cette doctrine a été imaginée par le catholicisme :

“L’église ne connaît pas d’autre moyen que le Baptême pour assurer l’entrée dans la béatitude éternelle…” Article #1257, p. 331

“Nés à une vie nouvelle par le Baptême, les fidèles sont …” Article #1212, p. 321

“Par le Baptême nous sommes libérés du péché et régénérés comme fils de Dieu, nous devenons membres du Christ et nous sommes incorporés à l’Eglise …” Article #1213, p. 322

La Bible ne peut pas être plus en désaccord avec cela :

“Cette lumière [=Jésus] à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu” Jean 1.9-12

Malgré de tels versets, le catéchisme enseigne que :

“Le Baptême ne purifie pas seulement de tous les péchés, il fait aussi du néophyte <<une création nouvelle>>, un fils adoptif de Dieu qui est devenu <<participant de la nature divine>>, membre du Christ et cohéritier avec Lui, temple de l’Esprit Saint.” Article #1265, p. 333

“Par le Baptême, tous les péchés sont remis, le péché originel et tous les péchés personnels ainsi que toutes les peines du péché.” Article #1263, p. 332 (voir aussi Article #985, p. 258)

Ces doctrines contredisent une foule de versets. La Bible enseigne que seul Christ peut pardonner les péchés, ce que ne pourront jamais faire de “bonnes oeuvres” comme le baptême :

“En lui [Jésus] nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés …” Éphésiens 1.7

Si le baptême est nécessaire pour le salut, pourquoi Paul a-t-il enseigné que :

” Ce n’est pas pour baptiser que Christ m’a envoyé, c’est pour annoncer l’Evangile…” 1 Corinthiens 1.17

Le même homme de Dieu aurait-il déclaré :

“Je rends grâces à Dieu de ce que je n’ai baptisé aucun de vous, excepté Crispus et Gaïus,” 1 Corinthiens 1.14

Le message de Jean le baptiste était :

“…Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche.” Matthieu 3.2

Après leur repentance, les gens venaient se faire …

“… baptiser par lui dans le fleuve du Jourdain.” Matthieu 3.6

Ecoutez ce que l’éthiopien eunuque demanda à Philippe alors qu’ils discutaient du baptême :

“Comme ils continuaient leur chemin, ils rencontrèrent de l’eau. Et l’eunuque dit : Voici de l’eau ; qu’est-ce qui empêche que je sois baptisé ? Philippe dit : Si tu crois de tout ton coeur, cela est possible. L’eunuque répondit : Je crois que Jésus-Christ est le Fils de Dieu.” Actes 8.36-37

La Bible enseigne que le salut précède le baptême, et que le baptême n’est pas requis pour le salut. Quand le geôlier de l’épître aux Philippiens demande “que faut-il que je fasse pour être sauvé ?” Paul répond :

“… Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé, toi et ta famille … Il les prit avec lui, à cette heure même de la nuit, il lava leurs plaies, et aussitôt il fut baptisé, lui et tous les siens.” Actes 16.30-33

Premièrement ils crurent, et ils furent ensuite baptisés.

Le baptême suit toujours le salut !

Un autre exemple :

“Cependant Crispus, le chef de la synagogue, crut au Seigneur avec toute sa famille. Et plusieurs Corinthiens, qui avaient entendu Paul, crurent aussi, et furent baptisés.” Actes 18.8

Dans le chapitre 2 des Actes, quand Pierre, que les catholiques croient être le premier pape, termina son prêche :

Ceux qui acceptèrent sa parole furent baptisés ; et, en ce jour-là, le nombre des disciples s’augmenta d’environ trois mille âmes.” Actes 2.41

Ici aussi, ils furent baptisés, non pour devenir enfants de Dieu, mais parce qu’ils étaient déjà enfants de Dieu.
Quand Philippe prêcha aux gens de Samarie, vint d’abord le salut, puis le baptême :

“Mais, quand ils eurent cru Philippe, qui leur annonçait la bonne nouvelle du royaume de Dieu et du nom de Jésus-Christ, hommes et femmes se firent baptiser.” Actes 8.12

Peu après, dans le même passage, Simon, un sorcier qui trompait le peuple des environs, suivit le même chemin :

“Simon lui-même crut, et, après avoir été baptisé, il ne quittait plus Philippe…” Actes 8.13

Le catéchisme enseigne :

“Le fruit de tous les sacrements appartient à tous. Car les sacrements, et surtout le Baptême qui est comme la porte par laquelle les hommes entrent dans l’Eglise, sont autant de liens sacrés qui les unissent tous et les attachent à Jésus-Christ” Article #950, p. 250

Juste avant sa mort, le voleur crucifié à coté de Jésus a mis sa confiance en Christ. Bien entendu, il n’a jamais été baptisé, mais il est quand même allé au Paradis. Pourquoi ? Parce que le salut est obtenu grâce à Christ, pas grâce au Baptême.

Le catéchisme enseigne aussi que lorsqu’une personne baptise, c’est Jésus lui-même qui baptise :

“Il [Jésus] est là présent par sa vertu dans les sacrements, au point que lorsque quelqu’un baptise, c’est le Christ Lui-même qui baptise.” Article # 1088, p.290

Encore une tradition catholique dont la Parole de Dieu ne parle pas.

Une autre contradiction

Voilà une autre doctrine catholique :

“Le Baptême, en effet, est le sceau de la vie éternelle.” Article #1274, p. 335

La Bible est encore en désaccord avec ceci, enseignant que la destinée éternelle des enfants de Dieu a été scellée par le Saint-Esprit :

“En lui vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l’Evangile de votre salut, en lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis,” Éphésiens 1.13

“N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption.” Éphésiens 4.30

Conclusion

Le baptême est-il nécessaire au salut ? La tradition catholique et la Parole de Dieu se retrouvent dos à dos. Le catéchisme dit “oui”, la Parole de Dieu dit “non”.

En quoi croirez-vous ?

Chapître 6 – Le Pape : vicaire du Christ

Le pape est-il le vicaire [“vicaire” signifie “substitut”] de Christ sur la terre, exerçant un pouvoir universel sur l’église toute entière ?
Si vous vous en tenez au catéchisme :

“En effet, le Pontife Romain a sur l’Eglise, en vertu de sa charge de Vicaire du Christ et de Pasteur de toute l’Eglise, un pouvoir plénier, suprême et universel qu’il peut toujours librement exercer.” Article #882, p. 236

“… le pontife romain, …, en tant que pasteur et docteur suprême de tous les fidèles …” Article #891, p.238

Alors que l’église catholique élève le pape en position de pasteur et docteur suprême de tous les fidèles, la Parole de Dieu nous révèle que quelqu’un occupe déjà cette place :

“Mais le consolateur, l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit.” Jean 14.26

“Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité …” Jean 16.13

Jésus nous a promis que ce docteur infaillible resterait avec nous :

“Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous,” Jean 14.16

Le pape occupe visiblement une place réservée au Saint Esprit. C’est une place qu’aucun homme ne peut occuper :

“Lequel des hommes, en effet, connaît les choses de l’homme, si ce n’est l’esprit de l’homme qui est en lui ? De même, personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n’est l’Esprit de Dieu.” 1 Corinthiens 2.11

L’apôtre Paul insiste encore sur le fait que l’Esprit Saint, et non un homme, est le docteur infaillible des vrais chrétiens :

“Or nous, nous n’avons pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données par sa grâce. Et nous en parlons, non avec des discours qu’enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu’enseigne l’Esprit, …” 1 Corinthiens 2.12-13

Des ressemblances ?

Si les papes sont les substituts de Christ sur la terre, leurs vies devraient beaucoup ressembler à celle du Christ. Comparons donc :

Jésus s’habillait comme un homme normal Le pape ne se montre que vêtu d’habits majestueux
Pendant sa vie sur terre, Jésus n’a jamais été riche. Le pape contrôle une des plus riches organisations terrestres.
Jésus vivait simplement Le pape est entouré par l’opulence.
Jésus servit sans relâche les multitudes le pape voyage dans son jet privé, rencontrant les dirigeants de toutes les nations.
La plupart des gens rejetèrent finalement Jésus car Il disait la vérité. Le pape est adoré et vénéré par des millions de personnes.
Jésus dirigeait toute louange vers le Père, et disait à propos de Lui-même : ” Jésus lui dit : Pourquoi m’appelles-tu bon ? Il n’y a de bon que Dieu seul.” Marc 10.18 Le pape accueille volontiers toutes les louanges des hommes

Le pape devrait-il accepter l’adoration des multitudes ? Examinez comment le “pape” Simon Pierre réagit quand Corneille essaya de l’adorer :

“Lorsque Pierre entra, Corneille, qui était allé au-devant de lui, tomba à ses pieds et se prosterna. Mais Pierre le releva, en disant : Lève-toi ; moi aussi, je suis un homme.” Actes 10.25-26

Le pape : la tête de l’église ?

Le catéchisme prétend que :

“Le Pape jouit, par institution divine, du pouvoir suprême, plénier, immédiat, universel pour la charge des âmes.” Article #937, p. 248

Selon la Parole de Dieu, le pape n’est pas à la tête de la véritable église de Jésus-Christ. Cette position est exclusivement réservée au Seigneur Jésus :

“car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Église …” Éphésiens 5.23

Concernant le titre papal de “Saint Père”, Jésus Lui-même nous apprend que :

“Et n’appelez personne sur la terre votre père [dans le sens honorifique] ; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux.” Matthieu 23.9

Pourtant, le pape accepte non seulement le titre de “Père”, mais encore celui de “Saint Père”, titre réservé à Dieu seul :

“Qui ne craindrait, Seigneur, et ne glorifierait ton nom? Car seul tu es saint …” Apocalypse 15.4

Il n’est pas prudent pour un homme de s’affubler d’un nom réservé à Dieu, car Dieu ne donnera Sa gloire à personne :

“Je suis l’Éternel, c’est là mon nom ; Et je ne donnerai pas ma gloire à un autre …” Esaïe 42.8

Quelques autres questions troublantes

Une fois encore, la doctrine catholique et les Saintes Ecritures se trouvent en contradiction l’une avec l’autre. Il vous faut donc choisir l’un ou l’autre camp en répondant aux questions suivantes :

  • Pourquoi Dieu ne nous a-t-il pas dit, dans Sa Parole, qu’Il nous enverrait le pape comme vicaire du Christ ?
  • Pourquoi la Bible insiste-t-elle sur le fait que Jésus est à la tête de l’église si ce n’est pas vrai ?
  • Pourquoi l’église catholique insiste-t-elle sur le fait que le pape dispose de l’autorité finale en lieu et place de Jésus ?
  • Pourquoi l’église catholique désigne-t-elle le pape comme votre docteur suprême à la place de l’Esprit Saint ?

Conclusion

Vous êtes le seul à pouvoir répondre à ces questions pour vous-même. Et vous êtes le seul à pouvoir décider en quoi vous voulez croire : la tradition catholique des hommes … ou bien la Parole de Dieu ?

“Vous avez tout pleinement en lui, qui est le chef de toute domination et de toute autorité.” Colossiens 2.10

“Il est la tête du corps de l’Église …” Colossiens 1.18

Chapître 7 – Le Pape : infaillible

Selon la doctrine catholique, le Pape est infaillible en matière de doctrine, foi et morale.

“Pour maintenir l’Eglise dans la pureté de la foi transmise par les apôtres, le Christ a voulu conférer à son Eglise une participation à sa propre infaillibilité, Lui qui est la Vérité. Par le <<sens surnaturel de la foi>>, le peuple de Dieu <<s’attache indéfectiblement à la foi>>, sous la conduite du Magistère vivant de l’Eglise.” Article #885, p.238

Le catéchisme réaffirme la même croyance de la façon suivante :

“De cette infaillibilité, le Pontife Romain, chef du collège des évêques, jouit du fait même de sa charge quand, en tant que pasteur et docteur suprême de tous les fidèles, et chargé de confirmer ses frères dans la foi, il proclame, par un acte définitif, un point de doctrine touchant la foi et les moeurs…” Article #891, p. 238

Malheureusement, cette doctrine n’est rien d’autre qu’une nouvelle tradition humaine, qui contredit les Ecritures. La Bible déclare que tout le monde est pécheur. Personne n’est parfait, personne n’est infaillible en quoi que ce soit :

“Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu” Romains 3.23

“selon qu’il est écrit: Il n’y a point de juste, pas même un seul” Romains 3.10

Notez bien que vous n’avez pas lu “personne, sauf le pape.” Jésus est la seule personne infaillible qui ait jamais vécu sur Terre :

Celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu.” 2 Corinthiens 5.21

Y a-t-il d’autres catholiques infaillibles ?

Le catéchisme va même plus loin en affirmant que les responsables catholiques ont également atteint cet état d’infaillibilité :

“La charge pastorale du Magistère est ainsi ordonnée à veiller à ce que le Peuple de Dieu demeure dans la vérité qui libère. Pour accomplir ce service, le Christ a doté les pasteurs du charisme d’infaillibilité en matière de foi et de moeurs.” Article #890, p. 238

“L’infaillibilité du Magistère des pasteurs s’étend à tous les éléments de doctrine y compris morale sans lesquels les vérités salutaires de la foi ne peuvent être gardées, exposées ou observées.” Article #2051, p. 514

Il faut bien comprendre que Dieu n’a pas déclaré ces personnes infaillibles … ce sont d’autres hommes, pécheurs, qui l’ont fait.

Les Ecritures abondent en histoires d’hommes pécheurs. Même ceux que Dieu a utilisé l’étaient. Dieu a parlé du roi David comme étant un “homme selon mon coeur” (Actes 13.22), et pourtant David était meurtrier et adultère, pour ne s’en tenir qu’à ces deux péchés.

L’apôtre Paul et tous les autres apôtres étaient pécheurs. Paul dit de lui-même :

“A moi, qui suis le moindre de tous les saints, cette grâce a été accordée d’annoncer aux païens les richesses incompréhensibles de Christ” Éphésiens 3.8

Personne n’est infaillible selon les Ecritures, sauf Jésus.

Quelques questions complémentaires

Non contente de violer les Ecritures, cette doctrine soulève d’autres questions importantes auxquelles vous vous devez de répondre :

  • Quand le Pape et les autres responsables catholiques, qui prétendent être infaillibles, sont en désaccord avec la Parole de Dieu, donc c’est que Dieu a tord ! Etes-vous prêt à croire cela ?
  • Pourquoi l’église catholique veut-elle vous faire croire que le pape et les autres responsables catholiques sont infaillibles en matière de doctrine ? Ne serait ce pas pour lier et contraindre encore davantage ses membres à l’obéissance ?
  • Comment se fait-il que des hommes faillibles ont l’autorité d’en déclarer d’autres infaillibles ?
  • Pourquoi l’église catholique refuse-t-elle d’honorer Jésus-Christ en le reconnaissant comme le seul infaillible, tel que les Saintes Ecritures nous l’enseignent ?

Conclusion

Voilà une autre tradition humaine qui soulève beaucoup de questions.
Je vous en prie, n’acceptez pas aveuglément cette doctrine catholique comme une vérité. Examinez la Parole de Dieu pour répondre à ces questions et décidez dans votre coeur :

“… après avoir été élevé à la perfection, [Jésus] est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l’auteur d’un salut éternel.” Hébreux 5.9

Chapître 8 – Les sacrements sauvent

Les sacrements sont-ils nécessaires au salut ?

“L’Eglise affirme que pour les croyants les sacrements de la Nouvelle Alliance sont nécessaires au salut.” Article #1129, p. 300

Que sont les sacrements ?

“Il y a dans L’Eglise sept sacrements : le Baptême, la Confirmation ou Chrismation, l’Eucharistie, la Pénitence, l’Onction des malades, l’Ordre, le Mariage.” Article #1113, p.296

Ces sept sacrements ne sont rien d’autre qu’une série de bonnes oeuvres. Comme nous l’avons déjà vu dans les chapitres précédents, la Bible répète à l’envie que les bonnes oeuvres ne sauveront jamais personne :

“Car nul ne sera justifié devant lui par les oeuvres de la loi …” Romains 3.20

Voici ce que Dieu pense de nos bonnes oeuvres :

“Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie.” Éphésiens 2.8-9 [voir aussi Esaïe 64.6]

Doit-on être catholique pour être sauvé ?

Etant donné que les sacrements sont supposés être nécessaires au salut, et comme ceux-ci ne sont accessibles qu’au travers de l’église catholique, bien évidemment, il faut être un membre zélé de l’église catholique pour être sauvé.

Bien que vous n’entendrez jamais un porte parole de l’église catholique l’affirmer, c’est exactement ce que la doctrine catholique implique. Je vous le demande encore une fois : êtes-vous prêt à accepter que tous ceux qui sont en dehors de l’église catholique brûleront pour l’éternité en enfer ?

Les traditions humaines

Comprenez que ces sacrements, que l’église catholique présente comme nécessaires au salut, ne viennent même pas de Dieu. Ce sont des règles inventées par les hommes qui ont été transmises de générations en générations. En leur obéissant, vous n’obéissez pas à Dieu. Vous obéissez à la tradition des hommes.

On doit se demander, dans de telles conditions, si ces sacrements sont réellement nécessaires, ou bien si l’église catholique utilise les traditions humaines pour effrayer le peuple et le maintenir sous son influence, par peur de la damnation éternelle.

Le salut : grâce au Christ ou grâce aux sacrements ?

Si les sacrements sont nécessaires au salut, pourquoi Dieu proclame-t-il que :

“Mais ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu’en croyant vous ayez la vie en son nom.” Jean 20.31

Paul, l’apôtre, a disserté brièvement sur le sujet :

“Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est une puissance de Dieu.” 1 Corinthiens 1.18

Mon ami catholique : croyez-vous que des bonnes oeuvres comme les sacrements sont nécessaires au salut ? Pensez-vous que c’est une folie de croire que le salut ne peut être obtenu que par la foi ; foi en l’oeuvre de Jésus sur la croix ? Si c’est le cas, la Parole de Dieu vous avertit que vous irez en enfer.

Quand Jésus a déclaré que le salut ne venait que de Lui, non seulement il disait la vérité, mais encore Il répétait ce qu’Il avait entendu du Père :

” Mais maintenant vous cherchez à me faire mourir, moi qui vous ai dit la vérité que j’ai entendue de Dieu.” Jean 8.40

Sous-entendre que Jésus a tord, c’est sous-entendre que Dieu a tord également. Jésus poursuit en expliquant pourquoi les gens refusent de croire à Sa Parole :

“Celui qui est de Dieu, écoute les paroles de Dieu; vous n’écoutez pas, parce que vous n’êtes pas de Dieu.” Jean 8.47

Si vous acceptez cette doctrine catholique du salut par les sacrements, vous refusez d’entendre la Parole de Dieu. Jésus dit que si vous pouvez faire cela, alors vous n’êtes pas de Dieu.

Etes-vous sûr, sans l’ombre d’un doute, que vous êtes de Dieu ?
Voulez-vous vraiment vous éloigner de la Parole de Dieu et accepter celle des hommes ? Si vous le pouvez, vous êtes en grand danger…

“Pierre et les apôtres répondirent : Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes.” Actes 5.29

Chapître 9 – Le péché de présomption

Le catholicisme maintient qu’être dans la certitude d’aller au paradis est un péché de présomption :

“Le premier commandement vise aussi les péchés contre l’espérance, qui sont le désespoir et la présomption”. Article #2091, p. 526

[Viennent alors deux définitions de la présomption. Nous sommes d’accord avec la première ; la deuxième retient notre attention.]

“Il y a deux sortes de présomption. Ou bien, l’homme présume de ses capacités (espérant pouvoir se sauver sans l’aide d’en haut), ou bien il présume de la toute puissance ou de la miséricorde divines (espérant obtenir son pardon sans conversion et la gloire sans mérite)“. Article #2092, p. 527. [C’est nous qui soulignons].

[Cet article mérite d’être bien analysé car il pourrait paraître, à première vue, conforme à l’Evangile.

Il n’en est rien.

Prenons tout d’abord la phrase sans la précision apportée par la parenthèse : <<il présume de la toute puissance ou de la miséricorde divines>>

La Bible affirme, au contraire, que nous pouvons avec confiance nous attendre à la toute puissance et à la miséricorde divine, si nous avons effectué une conversion telle qu’elle est définie dans l’Evangile :

  • repentance pour mes propres péchés,
  • acceptation du sacrifice de Jésus, mort pour mes péchés à ma place,
  • reconnaissance de Jésus comme mon Sauveur et mon Seigneur

La conversion biblique est un événement unique dans la vie d’un chrétien : elle en marque le début. Il y a un avant et un après. La conversion a lieu instantanément lorsqu’un homme exprime sa foi dans la grâce de Dieu pour sa faute.

Reprenons notre analyse de l’article du catéchisme : la parenthèse exprime aussi l’idée de pardon et de conversion : <<(espérant obtenir son pardon sans conversion et la gloire sans mérite)>>

Mais de quelle conversion s’agit-il ?

Selon la doctrine catholique, la conversion est continuelle (voir Article #2784, p. 686). Il faudrait chaque jour se convertir (Article #2630, p. 650), et le sacrement de réconciliation continuerait “l’oeuvre de conversion” (Article #1423, p. 371). On pourrait être chrétien et “se préparer à la conversion” (Article #1963, p. 496) …
L’idée de “chrétiens” non convertis est parfaitement étrangère à l’Evangile ; elle apparaîtrait totalement saugrenue aux apôtres !

En conclusion, la parenthèse ne peut être validement considérée pour rapprocher cet article de l’Evangile.

Je laisse Rick Jones expliquer pourquoi, si nous sommes chrétiens selon la Bible, nous pouvons avoir une parfaite assurance de notre sort dans l’au-delà.]

En prenant cette position, l’église catholique s’affirme une fois de plus être en contradiction avec les Ecritures :

” Je vous ai écrit ces choses, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu…” 1 Jean 5.13

Arrêtons-nous et raisonnons un instant. S’il y a un endroit nommé paradis, magnifique au-delà de toute imagination, et s’il y a un endroit de tourments éternels appelé enfer, un Dieu aimant ne nous dirait-Il pas comment accéder à l’un … et échapper à l’autre ?

Dieu nous laisserait-Il dans l’incertitude pendant notre vie entière, sans que nous puissions savoir comment échapper aux flammes de l’enfer et jouir au paradis avec Lui ?

Un Dieu aimant nous dirait-Il : “Faites autant de bonnes oeuvres que vous le pouvez, et croisez les doigts au moment où vous paraîtrez devant Moi pour le jugement ” ?

Ce ne serait pas de l’amour mais de la torture ! De la cruauté au plus haut degré !

Non !

Le Dieu d’amour nous donne un plan simple et clair pour échapper à cet affreux lieu de tourment et être assuré d’aller au paradis :

“Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.” Jean 3.16

La Bible déclare que ceux qui acceptent Christ par la foi et mettent leur confiance en Lui peuvent savoir dès maintenant qu’ils ont la vie éternelle :

“Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui.” Jean 3.36

“En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie.” Jean 5.24

Ce n’est pas un péché de présumer aller au paradis si on est né dans la famille de Dieu grâce à la foi en Christ. C’est un fait biblique et une remarquable promesse faite par le Seigneur Jésus.
Ce n’est jamais présomptueux de prendre Dieu au mot. En vérité, Il aime ça :

“Mes brebis entendent ma voix ; je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle ; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main.” Jean 10.27-28

Dieu veut que Ses enfants se reposent sur le fait qu’ils sont nés dans Sa famille et que leur destinée éternelle est assurée :

“En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi a la vie éternelle.” Jean 6.47

Remarquez bien que cette promesse n’est pas conditionnée à un certain nombre de bonnes oeuvres effectuées. Vous pouvez avoir cette certitude dès maintenant. C’est la volonté de Dieu. Jésus a déclaré :

“La volonté de mon Père, c’est que quiconque voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour.” Jean 6.40

Paul n’a pas considéré être présomptueux lorsqu’il écrivit qu’il était en route pour le ciel :

“Je suis pressé des deux côtés : j’ai le désir de m’en aller et d’être avec Christ, ce qui de beaucoup est le meilleur ; mais à cause de vous il est plus nécessaire que je demeure dans la chair.” Philippiens 1.23-24

Cher ami, ne réalisez-vous pas que cette doctrine catholique vous garde sous influence ? L’église catholique ne veut pas que vous sachiez que votre destinée éternelle peut être fixée, car alors vous n’auriez plus besoin d’elle.

Comme il est tragique de voir les catholiques rester sous influence, servant l’église dans l’espoir de gagner le paradis, quand le désir de Dieu pour eux est de leur donner l’assurance du salut dès maintenant :

” … espérance de la vie éternelle, promise dès les plus anciens temps par le Dieu qui ne ment point,” Tite 1.2

“Et la promesse qu’il nous a faite, c’est la vie éternelle.” 1 Jean 2.25

Vous devez être né de nouveau.

Pour avoir cette assurance, il faut absolument être né de nouveau :

“Jésus lui répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu.” Jean 3.3

Pour naître de nouveau, vous devez recevoir Jésus-Christ dans la foi comme votre Sauveur personnel et faire confiance en Lui seul pour votre salut. En effectuant cette démarche, vous naissez dans la famille de Dieu :

“Mais à tous ceux qui l’ont [la Parole = Jésus] reçue [acceptée], à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu” Jean 1.12

Une fois dans la famille de Dieu, vous devenez cohéritier avec Jésus-Christ :

“Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers : héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ …” Romains 8.17

En tant qu’héritier, vous ne devez plus vous inquiéter de votre destinée. Il vous est promis :

“… un héritage qui ne se peut ni corrompre, ni souiller, ni flétrir, lequel vous est réservé dans les cieux” 1 Pierre 1.4

Cela n’est-il pas formidable ? Un héritage éternel dans les cieux est déjà réservé à tous ceux qui deviennent enfants de Dieu. Jésus a rappelé à ceux qui croyaient en Lui que :

“Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père. Si cela n’était pas, je vous l’aurais dit. Je vais vous préparer une place.” Jean 14.2

Comprenez-vous quelle est la véritable nature de Dieu ? Il vous aime et veut que vous sachiez qu’il n’est pas présomptueux de croire à Sa Parole et de se reposer dans ses bienfaits. Dieu vous aime et, si vous êtes né de nouveau, Il veut que vous sachiez que vous avez la vie éternelle … dès maintenant !

Les liens peuvent être rompus

Dieu ne veut pas que vous soyez sous l’influence d’une “religion de bonnes oeuvres”. Il veut avoir une relation personnelle avec vous basée sur sa grâce merveilleuse. Dieu ne veut pas que vous vous torturiez l’esprit, vous demandant où vous passerez l’éternité.

Demandez à Dieu d’ouvrir vos yeux afin que vous puissiez comprendre cette vérité sensationnelle. Puis, acceptez Jésus en Lui adressant une prière comme celle-ci dans votre coeur :

“Cher Père Éternel,
j’admets que j’ai placé ma foi dans une religion et non en Toi. J’ai essayé de “gagner mon paradis” grâce à de bonnes oeuvres commandées par mon église. Maintenant je réalise que les bonnes oeuvres ne me conduiront jamais au ciel. C’est seulement en recevant Jésus que j’obtiendrai la vie éternelle.

Dès maintenant, je demande à Jésus-Christ de venir dans mon coeur et de me sauver. Je me repens de mes péchés et je me repens d’avoir mis ma foi dans l’église catholique romaine. A partir de maintenant, je mettrai ma confiance en Jésus-Christ seul.

Merci de m’avoir montré la vérité et de m’avoir sauvé. Merci de m’avoir donné l’assurance de mon salut. Dans le nom de Jésus, Amen”

Si vous venez de faire une prière comme celle-ci, et y avez mis toute votre sincérité, Dieu a promis que vous êtes maintenant Son enfant et que vous avez l’assurance d’aller au paradis après votre mort.

Présomption ou foi ?

Ce n’est pas présomptueux de prendre Dieu et Sa Parole au sérieux. Ça s’appelle la foi. Quand Jésus parcourut la terre, il donna à tous ceux qui mettaient leur confiance en Lui cette merveilleuse promesse :

“Et, lorsque je m’en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi.” Jean 14.3

Croyez au Christ dès maintenant. Vous serez heureux de l’avoir fait :

“Car l’Éternel aime la justice, Et il n’abandonne pas ses fidèles ; ils sont toujours sous sa garde, Mais la postérité des méchants est retranchée.” Psaume 37.28

Chapître 10 – Le baptême des enfants

Le baptême des enfants est l’une des doctrines les plus critiquables de l’église catholique :

“Naissant avec une nature déchue et entachée par le péché originel, les enfants eux aussi ont besoin de la nouvelle naissance dans le Baptême afin d’être libérés du pouvoir des ténèbres et d’être transférés dans le domaine de la liberté des enfants de Dieu, à laquelle tous les hommes sont appelés. La pure gratuité de la grâce du salut est particulièrement manifeste dans le Baptême des enfants. L’Eglise et les parents priveraient dès lors l’enfant de la grâce inestimable de devenir enfant de Dieu s’ils ne lui conféraient le Baptême peu après la naissance” Article #1250, p. 330

Le catéchisme révèle d’où provient cette doctrine :

“La pratique de baptiser les petits enfants est une tradition immémoriale de l’Eglise. Elle est attestée explicitement depuis le II° siècle …” Article #1252, p. 330

Ici, le catéchisme admet que cette doctrine n’est pas basée sur les Ecritures. C’est une tradition humaine. L’avertissement de Paul s’applique bien ici :

“Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s’appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ.” Colossiens 2.8

Le baptême dans la Bible

Ce qui dérange le plus à propos du baptême des petits enfants, c’est que la Bible n’en recense aucun. Bien au contraire : tous les baptêmes bibliques concernent des personnes suffisamment âgées pour pouvoir entendre et accepter l’Evangile. Jésus était adulte lorsqu’il fut baptisé. [Témoin cette conversation, d’adulte à adulte, entre Jésus et Jean-Baptiste :]

“Alors Jésus vint de la Galilée au Jourdain vers Jean, pour être baptisé par lui. Mais Jean s’y opposait, en disant: C’est moi qui ai besoin d’être baptisé par toi, et tu viens à moi ! Jésus lui répondit : Laisse faire maintenant, car il est convenable que nous accomplissions ainsi tout ce qui est juste. Et Jean ne lui résista plus. Dès que Jésus eut été baptisé, il sortit de l’eau. Et voici, les cieux s’ouvrirent, et il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui.” Matthieu 3.13-16

Dans toute la Bible, le baptême suit toujours le salut. L’eunuque éthiopien qui fut mené au salut par Philippe était lui aussi un adulte lorsqu’il fut baptisé :

” … Philippe et l’eunuque descendirent tous deux dans l’eau, et Philippe baptisa l’eunuque.” Actes 8.38

Tous ceux qui furent baptisés le furent après avoir cru :

“Cependant Crispus, le chef de la synagogue, crut au Seigneur avec toute sa famille. Et plusieurs Corinthiens, qui avaient entendu Paul, crurent aussi, et furent baptisés.” Actes 18.8

Quand le peuple prit garde au message de repentance de Jean le Baptiste :

“confessant leurs péchés, ils se faisaient baptiser par lui dans le fleuve du Jourdain.” Matthieu 3.6

Evidemment, les nourrissons ne peuvent pas se repentir, croire et confesser leurs péchés. Ils ne sont donc jamais considérés comme des baptisés selon les Ecritures.

Le gardien de prison de la ville de Philippe

Quand le gardien de prison de la ville de Philippe qui gardait l’apôtre Paul lui demanda : “Que faut-il que je fasse pour être sauvé ?” (Actes 16.30), Paul répondit : “Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé” (verset 31). “Aussitôt il fut baptisé” (verset 33).

Quand Pierre prêcha, en Actes, chapitre 2 :

“… Ceux qui acceptèrent sa parole furent baptisés ; et, en ce jour-là, le nombre des disciples s’augmenta d’environ trois mille âmes.” Actes 2.41

Quand Philippe prêcha aux gens de Samarie, hommes et femmes furent baptisés, mais aucun enfant ne le fut :

” Mais, quand ils eurent cru [les paroles de] Philippe, qui leur annonçait la bonne nouvelle du royaume de Dieu et du nom de Jésus-Christ, hommes et femmes se firent baptiser.” Actes 8.12

Si la Parole de Dieu affirme si clairement que seuls ceux qui sont assez âgés pour entendre et recevoir l’Evangile peuvent être baptisés, alors pourquoi le catholicisme demande-t-il que les nourrissons le soient ? Est-ce pour amener les gens sous son influence dès leur naissance ? La réponse vous appartient.

Conclusion

Quand vous avez été baptisé bébé, avez-vous été réellement baptisé ou bien a-t-on juste versé de l’eau sur vous ? Votre réponse dépend de ce que vous croyez : la Parole de Dieu ou la tradition des hommes.

Rappelez-vous des paroles de Jésus aux responsables religieux de son temps :

“Vous anéantissez fort bien le commandement de Dieu, pour garder votre tradition.” Marc 7.9

Chapître 11 – Les degrés du péché

Le catéchisme laisse entendre aux catholiques qu’il y aurait différents degrés de péchés :

“Il convient d’apprécier les péchés selon leur gravité.” Article #1854, p. 474

Premièrement, il existe des péchés véniels :

“On commet un péché véniel quand on n’observe pas dans une matière légère la mesure prescrite par la loi morale, ou bien quand on désobéit à la loi morale en matière grave, mais sans pleine connaissance ou sans entier consentement.” Article #1862, p. 476

… et des péchés mortels :

“Le péché mortel … entraîne la perte de la charité et la privation de la grâce sanctifiante, c’est-à-dire de l’état de grâce. S’il n’est pas racheté par le repentir et le pardon de Dieu, il cause l’exclusion du Royaume du Christ et la mort éternelle de l’enfer…” Article #1861 , p. 476 (voir aussi les articles #1861, 1014, 1033, 1035 et 1037)

Avec la menace de “la mort éternelle de l’enfer” au-dessus de la tête, on peut se poser les questions suivantes :

  • Qu’est-ce qui constitue véritablement un péché mortel ?
  • Quelle mesure de repentance permet d’être pardonné ?
  • Comment savoir quand quelqu’un est pardonné ?
  • Pourquoi la Bible est-elle muette au sujet des différences de gravité dans les péchés ?

Hélas, le catéchisme ne répond à aucune de ces questions

Qu’enseigne la Bible ?

Quand nous examinons la Parole de Dieu, nous y trouvons un tout autre enseignement :

“Quiconque pèche transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi.” 1 Jean 3.4

Comme nous avons tous enfreint l’un ou l’autre des commandements de Dieu, la Bible déclare que nous sommes tous pécheurs.

“Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu” Romains 3.23

A cause du péché, nous méritons tous de mourir et de subir la punition de l’enfer :

“Car le salaire du péché, c’est la mort” Romains 6.23

La Parole de Dieu ne fait pas de distinction dans la gravité des péchés. Elle précise simplement que la conséquence du péché, c’est la mort.

Mais Dieu dans Sa grâce et Son amour, a envoyé Son fils Jésus-Christ mourir sur la croix et payer le prix de tous les péchés de tous les hommes :

” lui, [Jésus] après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s’est assis pour toujours à la droite de Dieu” Hébreux 10.12

Le véritable salut n’est accessible que par Jésus-Christ : Il est le seul homme ayant vécu sans commettre de péchés, et Il est donc le seul à avoir pu verser son sang pour les péchés des autres :

“Rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d’avoir part à l’héritage des saints dans la lumière ; il nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume de son Fils bien-aimé, en qui nous avons la rédemption, le pardon des péchés.” Colossiens 1.12-14

Dieu demande à Ses enfants de lui confesser leurs péchés. Une fois ceux-ci confessés et pardonnés, Dieu fait une merveilleuse promesse :

“Et je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités.” Hébreux 10.17

Jésus encore occulté

Ici encore, l’honneur dû à Jésus lui est volé. Il est le seul à pouvoir effacer les péchés de toute l’humanité, par son acte d’amour désintéressé, accompli sur la croix.

Le catholicisme, cependant, occulte cette réalité et vole l’honneur et la gloire dûs à Jésus seul. L’église catholique déclare que les “petits” pécheurs peuvent, par de bonnes oeuvres, contribuer à se faire pardonner certains péchés :

“Le péché véniel affaiblit la charité… Il mérite des peines temporellesle péché véniel ne nous rend pas contraires à la volonté de Dieu et à l’amitié divines ; il ne rompt pas l’alliance avec Dieu. Il est humainement réparable avec la grâce de Dieu. <<Il ne prive pas de la grâce sanctifiante ou déifiante et de la charité, ni par suite, de la béatitude éternelle.>>” Article #1863, p. 476 [C’est nous qui soulignons].

Conclusion

Une fois encore, vous devez choisir. Resterez-vous sous l’influence du catholicisme en croyant que certains péchés sont pire que d’autres et que de bonnes oeuvres sont continuellement nécessaires pour se les faire pardonner ?

Ou croirez-vous la Parole de Dieu : Jésus est mort pour payer le prix de tous les péchés, une fois pour toutes ?

“Je vous ai enseigné avant tout, comme je l’avais aussi reçu, que Christ est mort pour nos péchés, selon les Ecritures” 1 Corinthiens 15.3

Chapître 12 – La transsubstantiation

Pendant la messe, les prêtres prétendent avoir le pouvoir extraordinaire de transformer le pain et le vin en véritables corps et sang de Jésus-Christ :

“Le Concile de Trente résume la foi catholique en déclarant : <<Parce que le Christ, notre Rédempteur, a dit que ce qu’Il offrait sous l’espèce du pain était vraiment son Corps, on a toujours eu dans l’Eglise cette conviction, que déclare le saint Concile de nouveau : par la consécration du pain et du vin s’opère le changement de toute la substance du pain en la substance du Corps du Christ notre Seigneur et de toute la substance du vin en la substance de son Sang ; ce changement, l’Eglise catholique l’a justement et exactement appelé transsubstantiation.>>” Article #1376, p. 360

L’église catholique adhère toujours à cette doctrine qui a été définie au Concile de Trente :

“Au coeur de la célébration de l’Eucharistie il y a le pain et le vin qui, par les paroles du Christ et par l’invocation de l’Esprit Saint, deviennent le Corps et le Sang du Christ.” Article #1333, p. 348

Le catéchisme spécifie même le moment exact de la venue de Christ dans l’eucharistie et combien de temps Il y reste :

“La présence eucharistique du Christ commence au moment de la consécration et dure aussi longtemps que les espèces eucharistiques subsistent. Le Christ est tout entier présent dans chacune des espèces et tout entier dans chacune de leurs parties, de sorte que la fraction du pain ne divise pas le Christ.” Article #1377, p. 360

Puisque le catholicisme incite ses membres à prendre part à ce qui s’apparente à du cannibalisme, cette doctrine doit être examinée sérieusement.
Pour commencer, nous devons déterminer son origine. Est-elle de Dieu, ou est-ce une tradition humaine ? Le catholicisme insiste sur le fait qu’elle est scripturale, citant en cela les mots de Jésus dans Jean 6 :

“Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez son sang, vous n’avez point la vie en vous-mêmes. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle; et je le ressusciterai au dernier jour.” Jean 6.53-54

Bien que ce verset semble, en effet, enseigner le cannibalisme, le sens véritable apparaît quand on lit ce passage dans son contexte. Juste avant cette déclaration, Jésus a dit :

“Car le pain de Dieu, c’est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. Ils lui dirent : Seigneur, donne-nous toujours ce pain. Jésus leur dit : Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim, et celui qui croit en moi n’aura jamais soif.” Jean 6.33-35

Cet enseignement est conforme au reste des Ecritures. La vie éternelle vient de la foi en Jésus-Christ, pas en la consommation de Son corps. Le Seigneur clarifie encore ses propos :

“La volonté de mon Père, c’est que quiconque voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour.” Jean 6.40

Une fois encore, Jésus insiste sur le fait que la vie éternelle vient de la foi en Lui. Quand ses disciples murmurèrent à propos de Ses paroles, Jésus expliqua :

“C’est l’esprit qui vivifie ; la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie.” Jean 6.63

Jésus parlait de manière spirituelle, et non pas physique. Il expliquait que spirituellement, toute vie provient de la foi en Lui. Il ne parlait pas de manger Son corps !

Nulle part ailleurs dans la Bible, Dieu ne permet le cannibalisme. En réalité, Il en interdit la pratique :

“Seulement, vous ne mangerez point de chair avec son âme, avec son sang.” Genèse 9.4

“C’est pourquoi j’ai dit aux enfants d’Israël : Personne d’entre vous ne mangera du sang, et l’étranger qui séjourne au milieu de vous ne mangera pas du sang.” Lévitique 17.12

Dieu ne commanderait jamais à Ses enfants de faire quelque chose qu’Il a déjà interdit.

Le but biblique

Les instructions de Paul en 1 Corinthiens 11 jettent encore plus la lumière sur ce sujet :

“Car j’ai reçu du Seigneur ce que je vous ai enseigné ; c’est que le Seigneur Jésus, dans la nuit où il fut livré, prit du pain, et, après avoir rendu grâces, le rompit, et dit : Ceci est mon corps, qui est rompu pour vous ; faites ceci en mémoire de moi.” 1 Corinthiens 11.23-24

Quand Jésus dit : “Prenez et mangez, c’est mon corps”, Il ne demandait pas aux disciples de se saisir de Lui et de mordre ! C’est même ridicule de le suggérer !! Il parlait de manière spirituelle de ce qu’il allait accomplir sur la croix.

Notez que le passage se termine par : “faites ceci en mémoire de moi.” Observer le repas du Seigneur est une commémoration de ce qu’a fait le Christ au Calvaire, pas un recommencement. La même chose est vraie pour le sang du Christ :

“De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit : Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang ; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez.” 1 Corinthiens 11.25

Jésus lui-même a enseigné la même leçon à Ses disciples au dernier repas :

“Ensuite il prit du pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant : Ceci est mon corps, qui est donné pour vous ; faites ceci en mémoire de moi.” Luc 22.19

Conclusion

Etant donné que la transsubstantiation est une autre tradition catholique non conforme aux Ecritures, plusieurs questions intriguantes se posent :

  • Pourquoi l’église catholique extrait-elle délibérément un verset de son contexte et construit-elle une doctrine que la Bible, de toute évidence, n’enseigne pas ?
  • Pourquoi l’église catholique préfère-t-elle que vous “mangiez Dieu” plutôt que de vous voir placer votre confiance en Lui ?
  • Plus important encore : pouvez-vous, en toute connaissance de la vérité, continuer à pratiquer cet acte ?

” Celui donc qui sait faire ce qui est bien, et qui ne le fait pas, commet un péché.” Jacques 4.17

Chapître 13 – L’eucharistie préserve du péché

Le partage de l’eucharistie a-t-il le pouvoir de laver les catholiques de leurs péchés passés et de les préserver de péchés futurs ?

“C’est pourquoi l’Eucharistie ne peut pas nous unir au Christ sans nous purifier en même temps des péchés commis et nous préserver des péchés futurs” Article #1394, p. 365

“Par la même charité qu’elle allume en nous, l’Eucharistie nous préserve des péchés mortels futurs. Article #1395, p. 365

Une fois encore, la Parole de Dieu et la tradition catholique se trouvent en complet désaccord. A propos de la purification des péchés passés, la Bible déclare que tous les péchés sont lavés par le sang de Jésus-Christ :

“Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché.” 1 Jean 1.7

“… Jésus-Christ, le témoin fidèle, le premier-né des morts, et le prince des rois de la terre ! A celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang ” Apocalypse 1.5

“Et c’est là ce que vous étiez, quelques-uns de vous. Mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés au nom du Seigneur Jésus-Christ, et par l’Esprit de notre Dieu.” 1 Corinthiens 6.11

Le catéchisme enlève ce mérite à Christ, le seul à pouvoir laver les péchés des gens, et attribue cette puissance à l’hostie.

Pourquoi ?

La préservation des péchés futurs

Dans les Ecritures, il n’y a aucun indice qui laisserait à penser que le fait de manger un morceau de pain préserve de péchés futurs. Cette doctrine n’est qu’une façon pratique de faire revenir les gens à la messe pour recevoir l’eucharistie, dans l’espoir qu’elle les aidera à se préserver du péché. En dehors de la dépendance des gens envers leur église, cette pratique n’a aucun effet. La Parole de Dieu donne, quand à elle, une “recette” pour se protéger du péché :

“Je serre ta parole dans mon coeur, Afin de ne pas pécher contre toi.” Psaume 119.11

“Comment le jeune homme rendra-t-il pur son sentier? En se dirigeant d’après ta parole.” Psaume 119.9

Pour se préserver du péché, Dieu suggère que vous lisiez, mémorisiez et obéissiez à la Bible. Curieusement, l’église catholique n’est pas d’accord. Il semble que ses dirigeants préfèrent que vous vous tourniez vers l’église pour avoir de l’aide plutôt que vers la Parole de Dieu.

A vous de comprendre pourquoi.

L’Éternel te gardera de tout mal, Il gardera ton âme ;” Psaume 121.7

“Tu es un asile pour moi, tu me garantis de la détresse, Tu m’entoures de chants de délivrance.” Psaume 32.7

“Le Seigneur me délivrera de toute oeuvre mauvaise, et il me sauvera pour me faire entrer dans son royaume céleste. A lui soit la gloire aux siècles des siècles ! Amen !” 2 Timothée 4.18

Conclusion

Pour être lavé de vos péchés passés et vous protéger de futurs péchés, le catholicisme vous préconise de vous fier en l’hostie, un morceau de pain. Comprenez vraiment que cette tradition humaine contredit la Parole de Dieu. Obéir à la doctrine catholique revient à rejeter les Saintes Ecritures.

Est-ce vraiment ce que vous voulez faire ?

“Or, à celui qui peut vous préserver de toute chute et vous faire paraître devant sa gloire irrépréhensibles et dans l’allégresse, à Dieu seul, notre Sauveur, par Jésus-Christ notre Seigneur, soient gloire, majesté, force et puissance, dès avant tous les temps, et maintenant, et dans tous les siècles ! Amen ! ” Jude 1.24-25

Chapître 14 – L’Eucharistie : aide les morts

Partager l’eucharistie donne aux catholiques qui sont encore vivants l’occasion d’aider les morts :

” Le sacrifice eucharistique est aussi offert pour les fidèles défunts <<qui sont morts dans le Christ et ne sont pas encore pleinement purifiés.>>, pour qu’ils puissent entrer dans la lumière et la paix du Christ.” Article #1371, p. 358

“… L’Eucharistie est le coeur de la réalité pascale de la mort chrétienne. C’est alors que l’Eglise exprime sa communion efficace avec le défunt … ” Article #1689, p. 435

Cette doctrine sidérante enseigne aux catholiques romains que le fait de recevoir régulièrement l’eucharistie aide leurs proches défunts à atteindre le paradis plus rapidement. Si cette doctrine vient de Dieu, alors il faut y obéir. Par contre, si c’est une tradition humaine destinée à garder les gens sous le contrôle de l’église, alors c’est cruel. Examinons ce que Dieu dit à ce sujet :

Jamais mentionné

Vous pouvez examiner les Ecritures en long et en large, vous n’y lirez jamais que l’eucharistie peut aider une personne morte. Pas un seul personnage biblique n’a jamais reçu l’eucharistie pour aider un défunt aimé.
Comme on peut le suspecter, cette tradition catholique n’est pas seulement absente de la Parole de Dieu : elle la viole. La Bible enseigne que nous aurons chacun à rendre compte de notre propre existence, et uniquement de celle-ci :

” Ainsi chacun de nous rendra compte à Dieu pour lui-même. ” Romains 14.12

Jésus a tout accompli

Les gens n’entreront au paradis que grâce à l’oeuvre accomplie par Jésus-Christ sur la croix. Le salut est un don de Dieu, pas un titre gagné par notre vertu ou par la vertu d’êtres chers.

La mort, puis le jugement

La Bible déclare qu’après la mort, chacun se retrouvera face à Dieu pour le jugement. Il n’y a pas de seconde chance :

” Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement ” Hébreux 9.27

Ceux qui ne placent pas leur confiance en Christ pendant qu’ils sont encore en vie sont déjà condamnés à l’enfer :

” Celui qui croit en lui n’est point jugé; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. ” Jean 3.18

La colère de Dieu s’exerce contre ceux qui meurent sans Christ :

” Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui. ” Jean 3.36

La Bible ne dit nulle part que la colère de Dieu envers un défunt pourrait être apaisée par l’eucharistie “consommée” par ses proches encore vivants. La seule manière d’éviter la condamnation de Dieu est de placer sa foi en Jésus-Christ pendant le temps de sa vie. Jésus déclara :

” En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie. ” Jean 5.24

Conclusion

Une fois encore, vous pouvez vous poser plusieurs questions :

  • Pourquoi cette tradition de l’église catholique existe-elle, alors qu’elle est si diamétralement opposée à la Parole de Dieu ?
  • Pourquoi l’église catholique demande-t-elle à ses membres d’accomplir des rituels pour leurs morts, quand la Bible dit que cela ne sert à rien ?
  • Est-ce une nouvelle fois une manière de garder les gens sous l’influence de l’église catholique ?
  • Plus important encore, il vous faut comprendre que, si vous continuez à pratiquer cette tradition, il vous faut rejeter les paroles de Jésus lui-même. Etes-vous sûr de bien vouloir faire ça ?

” Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s’appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ. ” Colossiens 2.8

Chapître 15 – Marie sauve

Marie, la mère de Jésus, joue-t-elle un rôle dans le salut de l’humanité ?

“Après son Assomption au ciel, son [Marie] rôle dans le salut ne s’interrompt pas : par son intercession répétée elle continue à nous obtenir les dons qui assurent notre salut éternel” Article #969, p. 255

“Par son obéissance elle est devenue, pour elle-même et pour tout le genre humain, cause de salut” Article #494, p. 133

Cette doctrine est-elle conforme à la Bible ? Selon la Parole de Dieu, Marie n’a jamais rien eu à voir avec le processus du salut. Les Écritures nous révèlent que Jésus est le SEUL qui peut nous procurer le salut :

” Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.” Actes 4.12

Jésus déclara lui-même qu’Il est le SEUL chemin vers le paradis :

” Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.” Jean 14.6

” Je suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé …” Jean 10.9

Pourtant, le catéchisme insiste :

“… la bienheureuse Marie, Mère de Dieu, qui est unie à son Fils dans l’oeuvre du salut par un lien indissoluble.” Article #1172, p. 312

Une fois encore, la question est de savoir ce que vous allez croire : la Bible ou la tradition de l’église catholique. La Bible est formelle :

” C’est moi, moi qui suis l’Éternel, et hors moi il n’y a point de sauveur.” Esaïe 43.11

” Et moi, je suis l’Éternel, ton Dieu, dès le pays d’Égypte. Tu ne connais d’autre Dieu que moi, et il n’y a de sauveur que moi.” Osée 13.4

” Dieu est mon rocher, … O mon Sauveur…” 2 Samuel 22.3

Avant la naissance de Jésus, un ange a annoncé qu’Il serait le Sauveur :

” elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus ; c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés.” Matthieu 1.21

Après la naissance de Jésus, l’ange s’est répété :

” c’est qu’aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur.” Luc 2.11

Encore et encore, nous lisons que Jésus est le Sauveur :

” … nous l’avons entendu nous-mêmes, et nous savons qu’il [Jésus] est vraiment le Sauveur du monde.” Jean 4.42

” Dieu l’a [Jésus] élevé par sa droite comme Prince et Sauveur, …” Actes 5.31

” C’est de la postérité de David que Dieu, selon sa promesse, a suscité à Israël un Sauveur, qui est Jésus.” Actes 13.23

” et qui a été manifestée maintenant par l’apparition de notre Sauveur Jésus-Christ, …” 2 Timothée 1.10

” à Tite, mon enfant légitime en notre commune foi : que la grâce et la paix te soient données de la part de Dieu le Père et de Jésus-Christ notre Sauveur !” Tite 1.4

” qu’il a répandu sur nous avec abondance par Jésus-Christ notre Sauveur” Tite 3.6

” … le Père a envoyé le Fils comme Sauveur du monde.” 1 Jean 4.14

Regardez les mots de Pierre, que les catholiques croient être le premier pape :

” … par la justice de notre Dieu et du Sauveur Jésus-Christ ” 2 Pierre 1.1

” C’est ainsi, en effet, que l’entrée dans le royaume éternel de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ vous sera pleinement accordée.” 2 Pierre 1.11

” En effet, si, après s’être retirés des souillures du monde, par la connaissance du Seigneur et Sauveur Jésus-Christ … ” 2 Pierre 2.20

Pierre savait, de façon absolument certaine, que Jésus (et non Marie), était le Sauveur. Pierre rendit gloire à Jésus, jamais à Marie :

” Mais croissez dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. A lui soit la gloire, maintenant et pour l’éternité ! Amen !” 2 Pierre 3.18

Le même Pierre déclara que :

” sachant que ce n’est pas par des choses périssables, par de l’argent ou de l’or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache,” 1 Pierre 1.18-19

Sans l’ombre d’un doute, Jésus est le sauveur, pas Marie.

Conclusion

Les points étudiés dans ce chapitre soulèvent plusieurs questions auxquelles il faut apporter des réponses :

  • Pourquoi l’église catholique pousse-t-elle les gens à se tourner vers Marie plutôt que vers Jésus pour leur salut ?
  • Pourquoi toute cette gloire rendue à Marie à la place de Jésus ?
  • Si Marie joue un rôle dans le salut, pourquoi Dieu n’en-a-t-il rien dit dans Sa Parole ?
  • Peut-être le plus important : en qui allez-vous vous confier pour votre salut ? La Marie de la tradition catholique ou le Jésus de la Parole de Dieu ?

” Mais notre cité à nous est dans les cieux, d’où nous attendons aussi comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ” Philippiens 3.20

Chapitre 16 – Marie : sauvée depuis la naissance

Le catholicisme prétend que Marie n’a jamais péché et, donc, qu’elle était sauvée depuis sa naissance :

“Par la grâce de Dieu, Marie est restée pure de tout péché personnel tout au long de sa vie.” Article #493, p. 132

“Ainsi, donnant à la Parole de Dieu son consentement, Marie devint Mère de Jésus et, épousant à plein coeur, sans que nul péché la retienne, la volonté divine de salut, se livra elle-même intégralement à la personne et à l’oeuvre de son Fils …” Article #494, p. 133

“… elle est << le fruit le plus excellent de la Rédemption >> : dès le premier instant de sa conception, elle est totalement préservée de la tâche du péché originel et elle est restée pure de tout péché personnel tout au long de sa vie.” Article #508, p. 136 (Voir également l’article #722, p. 196

Si jamais vous vous demandiez si cette doctrine est enseignée dans la Parole de Dieu, sachez qu’elle ne l’est pas. Le catéchisme admet qu’il s’agit ici d’une autre tradition de l’église catholique.

“Au long des siècles, l’Eglise a pris conscience que Marie, << comblée de grâce >> par Dieu, avait été rachetée dès sa conception” Article #491, p. 132

Cependant, la Bible affirme que Jésus, et non Marie, est celui qui n’a pas péché :

” Celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu.” 2 Corinthiens 5.21

Mettanr à part le Seigneur Jésus, la Bible affirme on ne peut plus clairement que tous les hommes et les femmes ont péché :

” Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu” Romains 3.23

” selon qu’il est écrit : Il n’y a point de juste, Pas même un seul” Romains 3.10

” Tous sont égarés, tous sont pervertis ; Il n’en est aucun qui fasse le bien, Pas même un seulRomains 3.12

Remarquez bien : aucun de ces versets ne dit : “tous ont péché, sauf Marie.”

” Mais l’Écriture a tout renfermé sous le péché…” Galates 3.22
[autre traduction : “…voici le verdict de l’Ecriture : l’humanité toute entière se trouve prisonière de sa culpabilité devant Dieu” traduction du Semeur]

Marie savait qu’elle avait besoin d’un sauveur

Dans l’Evangile de Luc, Marie elle-même a admis qu’elle était pécheresse. Sinon, pourquoi aurait-elle affirmé qu’elle avait besoin d’un sauveur ?

” Et Marie dit : Mon âme exalte le Seigneur, Et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur” Luc 1.46-47

Pourtant, l’église catholique demande à ses fidèles d’adorer Marie :

“La piété de l’Eglise envers la Sainte Vierge est intrinsèque au culte chrétien” Article #971, p. 256

Jésus a-t-il exalté Marie ?

Lors de Son ministère, voici comment Jésus a répondu quand on vint l’avertir que Sa mère venait le voir :

” Mais Jésus répondit à celui qui le lui disait: Qui est ma mère, et qui sont mes frères ? Puis, étendant la main sur ses disciples, il dit : Voici ma mère et mes frères. Car, quiconque fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux, celui-là est mon frère, et ma soeur, et ma mère.” Matthieu 12.48-50

Jésus n’a pas dit : “Je vous présente une femme bénie”. Au contraire, il répondit que quiconque obéit à la Parole de Dieu est l’égal de Marie. Jésus refusa donc de la porter aux nues.

Quand d’autres glorifiaient Marie

Voici ce qui arriva quand la foule tenta d’exalter Marie :

” Tandis que Jésus parlait ainsi, une femme, élevant la voix du milieu de la foule, lui dit : Heureux le sein qui t’a porté ! heureuses les mamelles qui t’ont allaité ! Et il répondit : Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la gardent !” Luc 11.27-28

Jésus annonce que ceux qui entendent et obéissent à la Parole de Dieu sont plus bénis que la femme qui l’a nourrie. Il n’est pas impossible que le Seigneur prononça ces mots à destination de ceux qui, aujourd’hui, choisissent d’ignorer la Parole de Dieu pour vénérer Marie.

Une constante

Nous le voyons constamment tout au long de cet ouvrage, Jésus s’oppose au détournement de gloire et d’honneur qu’Il est le seul à mériter. Au lieu de Le considérer comme l’unique homme n’ayant jamais péché, le catholicisme contredit les Ecritures et insiste sur le fait que Marie est également sans péché.

Pourquoi ?

Conclusion

Marie a-t-elle été préservée du péché depuis sa naissance ? La tradition catholique veut vous le faire croire, mais la Parole de Dieu affirme qu’elle ne le fut pas. En quoi croirez-vous ?

” Non, il n’y a sur la terre point d’homme juste qui fasse le bien et qui ne pèche jamais.” Ecclésiaste 7.20

” C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché, …” Romains 5.12

Chapître 17 – Marie : Une vierge perpétuelle ?

Le catéchisme enseigne que Marie est restée vierge durant toute sa vie :

“Marie << est restée vierge en concevant son Fils, vierge en l’enfantant, vierge en le portant, vierge en le nourrissant de son sein, vierge toujours >>” Article #510, p. 136

“… a conduit l’Eglise à confesser la virginité réelle et perpétuelle de Marie. … La liturgie de l’Eglise célèbre Marie comme la Aeiparthenos, << toujours vierge >>” Article #499, p.134

Soit Marie est restée vierge, soit elle ne l’est pas restée. La position que vous prendrez dépend de ce que croyez… la tradition des hommes ou la Parole de Dieu.
La Bible enseigne qu’après avoir donné naissance à Jésus, Marie porta d’autres enfants :

” N’est-ce pas le fils du charpentier ? n’est-ce pas Marie qui est sa mère ? Jacques, Joseph, Simon et Jude, ne sont-ils pas ses frères ?” Matthieu 13.55

” N’est-ce pas le charpentier, le fils de Marie, le frère de Jacques, de Joses, de Jude et de Simon ? et ses soeurs ne sont-elles pas ici parmi nous ? ” Marc 6.3

L’apôtre Paul écrit :

” Mais je ne vis aucun autre des apôtres, si ce n’est Jacques, le frère du Seigneur.” Galates 1.19

Ces versets contredisent si clairement la doctrine catholique que le catéchisme fournit une explication :

“L’Eglise a toujours compris ces passages comme ne désignant pas d’autres enfants de la Vierge Marie : en effet, Jacques et Joseph, <<frères de Jésus>> sont les fils d’une Marie disciple du Christ …” Article #500, p. 135

Une autre Marie ? Pourquoi tortre ainsi les Ecritures ? Ces versets se réfèrent clairement à Marie, la mère de Jésus. Pourquoi donc l’église catholique trompe-t-elle ainsi ses membres ?

Est-ce pour répandre l’image d’une Marie, créature divine, qui serait au-dessus des contingences de relations normales avec Joseph, dans le cadre de leur mariage ?

Est-ce pour rapprocher Marie des prêtres et des nonnes, qui mènent une vie de célibataires ?

C’est à vous d’apporter les réponses à ces questions.

Le lien avec le paganisme

Pourquoi donc ériger Marie dans cet état de perpétuelle virginité ?
Bien que ce soit au delà des buts de ce livre, il faut noter l’étonnante ressemblance entre la Marie de l’église catholique et les déesses païennes qui étaient vénérées à l’époque de l’Ancien Testament. N’est-il pas déconcertant pour tout catholique que la Marie de leur religion ressemble plus à une déesse païenne qu’à la Marie de la Bible ?

Conclusion

Marie était-elle cette vierge perpétuelle ou ne l’était-elle pas ? Votre choix est, encore et toujours le même : accepter la tradition des hommes et rejeter la Parole de Dieu… ou bien croire en ce que Dieu dit par Sa Parole…

” Le fondement de ta parole est la vérité, et toutes les lois de ta justice sont éternelles.” Psaume 119.160

Chapître 18 – Marie : Source de sainteté

Le catéchisme prétend que la vierge Marie est un modèle et une source de vraie sainteté :

“De l’Eglise, il [le catholique] apprend l’exemple de la sainteté ; il en reconnaît l’exemple et la source dans la Toute Sainte Vierge Marie…” Article #2030, p.510

Vous ne serez pas surpris de constater qu’un nouveau problème surgit ici. Ainsi que nous l’avons vu dans le chapitre précédent, la Bible présente Marie comme une pécheresse qui avait besoin d’un Sauveur.
Oui, elle a été bénie de donner naissance au Fils de Dieu, mais cela ne fait pas d’elle une source de sainteté. Se référant à elle-même, Marie s’émerveilla que Dieu ait :

” … jeté les yeux sur la bassesse de sa servante …” Luc 1.48

La source biblique de Sainteté

La Bible affirme de manière répétée que Dieu est notre unique modèle de sainteté :

” Qui ne craindrait, Seigneur, et ne glorifierait ton nom ? Car seul tu es saint. Et toutes les nations viendront, et se prosterneront devant toi…” Apocalypse 15.4

” Exaltez l’Éternel, notre Dieu, Et prosternez-vous devant son marchepied ! Il est saint !” Psaume 99.5

” Qu’on célèbre ton nom grand et redoutable! Il est saint !” Psaume 99.3

Jamais dans les Ecritures nous ne lisons que Marie est sainte, et encore moins qu’elle est une source ou un modèle de sainteté :

” Exaltez l’Éternel, notre Dieu, et prosternez-vous sur sa montagne sainte ! Car il est saint, l’Éternel, notre Dieu !” Psaume 99.9

” Ils criaient l’un à l’autre, et disaient : Saint, saint, saint est l’Éternel des armées ! toute la terre est pleine de sa gloire !” Esaïe 6.3

Les mots “saint” et “sainteté” sont utilisés plus de 600 fois dans la Bible. Pas une seule fois concernant Marie.

Dieu dit que nous devrions être saints comme Lui est saint, pas comme Marie est sainte :

” Mais, puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite, selon qu’il est écrit : Vous serez saints, car je suis saint.” 1 Pierre 1.15-16

” Car je suis l’Éternel, votre Dieu ; vous vous sanctifierez, et vous serez saints, car je suis saint …” Lévitique 11.44

Mon ami catholique romain, voyez-vous la différence ici ? La Parole de Dieu vous demande de manière répétée de vous référer au Dieu éternel de l’univers comme étant votre modèle et votre source de sainteté. Le catholicisme rétorque : “Non, ne regardez pas à Dieu, mais préférez-Lui cette femme faillible.”

Ce n’est rien moins qu’un blasphème.

Nous ne pouvons que nous demander :

  • Pourquoi l’église catholique tente-t-elle de détrôner le Dieu tout puissant de la place qui Lui revient et y pousser Marie ?
  • Pourquoi le catholicisme veut-il que vous vous tourniez vers Marie comme exemple de sainteté à la place de Dieu ?

Dieu mérite toute la gloire et tout l’honneur. Bien plus, Il est un Dieu jaloux, comme Il nous le rappelle :

” … Je ne donnerai pas ma gloire à un autre.” Esaïe 48.11

Conclusion

Qui sera VOTRE modèle de sainteté ? Le Dieu tout puissant … ou une femme pécheresse ? Le catholicisme vous demande de regarder la femme. La Bible déclare que seul Dieu est qualifié pour ce rôle :

Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire et l’honneur et la puissance; car tu as créé toutes choses, et c’est par ta volonté qu’elles existent et qu’elles ont été créées.” Apocalypse 4.11

Je suis l’Éternel, votre Saint, le créateur d’Israël, votre roi.” Esaïe 43.15

© 1995 traduit avec permission

Mots clés: , , ,



Comments are closed.

Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics