Politique américaine

Publié le 01 février, 2021 | par Equipe de Pleinsfeux

0

UNE TRANSFORMATION EN COURS

« Pour ce qui concerne l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ et notre réunion avec lui, nous vous prions, frères, de ne pas vous laisser facilement ébranler dans votre bon sens, et de ne pas vous laisser troubler, soit par quelque inspiration, soit par quelque parole, ou par quelque lettre qu’on dirait venir de nous, comme si le jour du Seigneur était déjà là.  Que personne ne vous séduise d’aucune manière ; Car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on air vu paraître l’homme du péché,  le fils de la perdition, l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore, jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu. » (II Thessaloniciens 2:1-4

 

Par Samuel David Mayer – Janvier 2021

Il y a près de quarante ans, mon père, le pasteur David J. Meyer, a écrit le tout premier numéro de ce bulletin.  Le monde qui existait à l’époque était radicalement différent du monde que nous occupons aujourd’hui.  Ronald Reagan était président des États-Unis.  Le revenu familial médian en Amérique était d’environ 22.000 dollars par an, le salaire minimum était de 3 dollars et trente-cinq cents de l’heure, et la dette nationale officielle était sur le point d’atteindre un trillion de dollars pour la toute première fois.  À ce stade, peu d’Américains avaient un ordinateur à la maison, Microsoft n’avait pas encore sorti sa première version de Windows et Internet était une technologie rudimentaire à ses débuts.  Il n’y avait pas de smartphones, de téléviseurs intelligents ou même de DVD.  Le monde semblait plus simple dans les années 80, un endroit presque pittoresque par rapport à aujourd’hui.  Pourtant, même à l’époque, mon père prévoyait un danger à l’horizon et utilisait ce bulletin comme plate-forme pour avertir les autres des troubles qui se produisaient sur la terre.  Néanmoins, je crois que même lui aurait été étonné par les événements de l’année que nous venons de subir.  Au cours de mes dix années en tant que rédacteur en chef, je n’avais jamais vu une année aussi dramatique que 2020. Peu de gens ont échappé à l’année indemnes.  Une étude menée par OnePoll dans une étude récente sur 2000 Américains, a révélé que huit répondants sur dix ont déclaré que les États-Unis souffraient d’une « crise existentielle ». Soixante-huit pour cent des personnes interrogées ont déclaré que cette année difficile les avait « vaincues ».  Pour ceux qui ne connaissent pas le terme, la crise existentielle renvoie à la remise en question du sens et de la valeur de la vie.

Lorsque nous considérons les circonstances de la population battue des États-Unis, il n’est pas étonnant que tant de gens se demandent si leur vie compte. Cependant, en tant qu’enfants de Dieu, nous savons que nous sommes importants parce que notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ a suffisamment pris soin de nous pour aller à la croix du Calvaire et payer la pénalité pour nos péchés.  Romains 6:23 déclare : « Car le salaire du péché, c’est la mort ; Mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur. »  L’apôtre Paul a également reconnu que la vie sans l’espoir d’une éternité avec Dieu est une expérience misérable. I Corinthiens 15:19  nous dit : « Si c’est dans cette vie seulement que nous espérons en Christ, nous sommes les plus malheureux de tous les hommes. »  Comme toujours, j’exhorte chaque lecteur de ce bulletin à mettre sa foi, son espérance et sa confiance en Dieu.  Il peut nous aider même si personne d’autre ne le peut.

Au bord de l’effondrement économique

Alors que les masses subissent les retombées économiques de la pandémie de coronavirus, des villes de tentes font leur apparition à travers les États-Unis.  Des milliers de personnes ont perdu leur maison et, soudainement, elles n’ont nulle part où aller.  Dans le centre-ville de Phoenix, en Arizona, deux grands parkings ont été convertis en campements où certains des 7500 sans-abri de la région vivent désormais dans des conditions sordides.  Chaque famille a reçu un espace de douze pieds carrés, mais, à part les toilettes portables et les stations de lavage, peu de commodités ont été fournies aux occupants.  La ville des tentes de Phoenix est l’une des nombreuses aux États-Unis.  D’autres peuvent être trouvés à New York ; Los Angeles, Californie ; Chicago, Illinois ; Et de nombreuses autres grandes villes.  Comment est née cette sombre réalité ?

Lorsque les États ont commencé à imposer des verrouillages en mars 2020, la plupart des États ont également imposé un moratoire sur les expulsions pour s’assurer que les personnes ne seraient pas expulsées de leurs maisons.  Néanmoins, des chercheurs du Princeton University Eviction Lab ont rapporté que 162.000 Américains dans vingt-sept villes ont été expulsés depuis le début de la pandémie.  En septembre 2020, les Centres pour le Contrôle et la Prévention des Maladies, ou CDC, ont déclaré une interdiction d’expulsion à l’échelle nationale pour les personnes touchées par la pandémie.  Sans l’interdiction, pas moins de 40 millions d’Américains pourraient être confrontés à l’expulsion et au sans-abrisme.  L’interdiction des expulsions, cependant, n’est qu’une mesure provisoire, et elle ne peut certainement pas durer éternellement.  Lorsque la mesure prendra fin, nous pourrions voir un flot d’expulsions sans précédent dans l’histoire de notre pays.  Au moment de la rédaction de cet article, environ 70 milliards de dollars en arrérages de loyer et de charges de services publics sont dus aux propriétaires et aux sociétés de services publics.  L’interdiction d’expulsion du CDC devait expirer le 31 décembre 2020.  Cependant, un projet de loi de relance nouvellement adopté, qui a été signé par le président Donald Trump, prolonge le moratoire jusqu’au 31 janvier 2021.  De façon inquiétante, un titre de The Street prévient dans un article publié le 13 décembre 2020, « Attendez-vous à plus d’expulsions de l’histoire à l’expiration de l’interdiction. » 

Pour aggraver les choses, environ 50 millions d’Américains, dont 17 millions d’enfants, sont confrontés à la faim à l’heure actuelle.  En conséquence, le nombre de personnes sollicitant de l’aide auprès des banques alimentaires a considérablement augmenté.  « Nous avons eu des distributions de nourriture où nous avons littéralement aligné des centaines de véhicules pour obtenir de la nourriture », a déclaré Bryan Singleton, directeur de cinq banques alimentaires dans l’État de Géorgie.  Pendant ce temps, à New York, une organisation connue sous le nom de Banques alimentaires pour New York a distribué 77 millions de repas aux New-Yorkais en 2020.  Ce nombre totalise une augmentation de 70% par rapport à la distribution alimentaire en 2019.  Les gens sont clairement désespérés.  Lors d’un récent cadeau de nourriture et de jouets à Chicago, dans l’Illinois, des voitures se sont alignées sur 15 pâtés de maisons.  Au total, près de huit millions d’Américains sont tombés dans la pauvreté au cours des cinq derniers mois.  « Nous constatons une augmentation continue de la pauvreté chaque mois depuis juin », a déploré le professeur James X. Sullivan de l’Université de Notre-Dame.  Il a ajouté : « Il y a deux façons de contrer cette tendance à la hausse de la pauvreté : L’une est une amélioration spectaculaire du marché du travail.  L’autre est un soutien accru du gouvernement fédéral.  Compte tenu de l’état du virus, je ne parierais pas sur une amélioration significative du marché du travail à court terme. »

Les entreprises ont également subi une grande calamité en 2020.  De nombreuses marques emblématiques ont été contraintes de déclarer faillite, y compris des détaillants tels que J.C. Penney, Neiman Marcus et J. Crew.  Incroyablement, environ 100.000 restaurants ont fermé leurs portes au cours de l’année qui vient de se terminer.  Les difficultés économiques de la pandémie ont provoqué un effet domino.  Lorsque les entreprises ferment, le chômage augmente.  Lorsque le chômage augmente, les gens ne peuvent pas payer leur loyer, leurs hypothèques et leurs services publics.  Lorsque les gens ne peuvent pas payer leur logement, ils sont mis hors de chez eux et les gouvernements locaux perdent alors de l’argent qui serait autrement perçu par les impôts fonciers.  Dans l’ensemble, tous ces problèmes affaiblissent les États-Unis d’Amérique.

Pour lutter contre les conditions économiques difficiles causées par la pandémie, le gouvernement américain a adopté des mesures de relance pour soutenir l’économie.  La loi CARES, adoptée en mars 2020, était un projet de loi gigantesque qui coûtait plus de deux mille milliards de dollars.  Au fil des mois, les fonds alloués à divers programmes de secours se sont épuisés et le gouvernement s’est de nouveau retrouvé confronté à la nécessité de fournir davantage de fonds pour la relance.  Les négociations entre la Chambre des représentants contrôlée par les démocrates et le Sénat contrôlé par les républicains se sont poursuivies pendant des mois pendant que le peuple américain languissait.  Enfin, une législation prévoyant 900 milliards de dollars pour les programmes de relance a été adoptée en décembre 2020 et signée par le président Trump le 27 décembre 2020.  Comme l’une des dispositions du plan de relance, la plupart des Américains recevront un paiement direct de 600 dollars. Cependant, compte tenu de la dette considérable de nombreux Américains qui doivent des milliers de dollars en arrérages de loyer et de factures de services publics, 600 dollars n’iront pas très loin.  En tant que tel, il est probable que nous verrons plus de plans de relance mis en oeuvre à l’avenir.  En fait, Joe Biden, l’homme dont on nous dit qu’il a remporté l’élection présidentielle de 2020 et qui devrait prendre ses fonctions le 20 janvier 2021, prévoit déjà de nouvelles mesures de relance.  S’exprimant en décembre 2020, Biden a déclaré à son public : « Nos jours les plus sombres dans la bataille contre la Covid sont devant nous, pas derrière nous.  Le Congrès a fait son travail cette semaine et je peux, et je dois, leur demander de le refaire l’année prochaine », a déclaré Biden en appelant à plus de législation de relance.  Biden s’attend à suffisamment d’argent pour fournir une assurance chômage, payer l’équipement de protection des agents de santé et fournir suffisamment d’argent pour payer suffisamment de vaccins contre la Covid pour vacciner 300 millions d’Américains.

Étonnamment, il y a des indices que Joe Biden pourrait envisager un système de paiements directs récurrents au peuple américain.  Selon un rapport publié par Business Insider, le 24 décembre 2020, l’administration Biden a eu des discussions avec l’organisation à but non lucratif d’Andrew Yang connue sous le nom de Humanity Forward.  Le groupe plaide pour l’établissement d’un revenu de base universel à l’échelle nationale.  Andrew Yang, qui s’est présenté à la présidence des États-Unis en tant que démocrate aux primaires de 2020, était surtout connu pour son plan de payer chaque adulte américain mille dollars par mois.  En tant que concept, le revenu de base universel suscite déjà un intérêt considérable.  En fait, un programme connu sous le nom de maires d’un revenu garanti a été lancé par le maire Michael Tubbs de Stockton, en Californie. L’initiative fournit aux familles de diverses villes 500 dollars par mois.  Au total, les maires de 29 villes se sont engagés à fournir à leurs citoyens des paiements directs en espèces.  18 millions de dollars ont été fournis par le fondateur de Twitter, Jack Dorsey, pour financer le programme.

Fournir des chèques de relance pendant une urgence économique est une chose, mais, distribuer de l’argent à tout le monde de façon permanente ne serait pas durable.  Les États-Unis ont déjà dépensé des trillions de dollars cette année dans des programmes de relance, et la dette nationale officielle atteindra bientôt 28 trillions de dollars.  Pendant que ces énormes dépenses ont lieu, la valeur du dollar américain diminue par rapport à de nombreuses autres devises, notamment le dollar canadien, le dollar australien et l’euro.  Curieusement, l’institution financière danoise connue sous le nom de Saxo Bank a fait ce qu’elle appelle une « prédiction farfelue » de ce qui pourrait arriver à l’avenir si les programmes de revenu de base universel devenaient permanents.  « Le risque que les sociétés soient entièrement déchirées aboutit à la prise de conscience que les mesures contre la Covid-19 n’étaient pas une simple réaction de panique, mais le début d’une nouvelle réalité permanente du revenu de base universel », a déclaré le stratège macro Kay Van-Petersen.  Il a ajouté : « UBI conduit à un rééquilibrage sismique des forces et des structures au sein de la société, et de leur application géographique. »  Je soupçonne fortement que si de l’argent supposé gratuit est offert à l’avenir, ces fonds ne seront pas sans conditions.

En fait, l’ancien représentant des États-Unis John Delaney, qui est un démocrate de l’État du Maryland, a récemment suggéré que le peuple américain pourrait être incité à recevoir une vaccination Covid en la liant à un paiement de relance de 1500 dollars.  « Nous devons créer, à mon avis, une incitation pour que les gens accélèrent vraiment leur réflexion sur la prise du vaccin », a déclaré Delaney.  En outre, je ne serais pas surpris de voir un nouveau système de revenu de base universel lié à une monnaie numérique, ce qui pourrait accélérer davantage le mouvement de notre pays vers une société sans numéraire.  Je ne peux pas non plus m’empêcher de penser à quelque chose que mon père a dit il y a de nombreuses années alors qu’il prêchait.  Il a suggéré que lorsque « l’homme de péché » dont il est question dans II Thessaloniciens, chapitre 2, que beaucoup appellent « l’Antéchrist », sortira, il pourrait inciter les gens à le suivre en décrétant que toutes leurs dettes seront pardonnées s’ils le font.  Ainsi, l’argent gratuit coûterait aux masses leur dévouement et leur âme. Nous savons que de nombreuses personnes cherchent désespérément un moyen de sortir de ce désordre actuel, mais nous devons faire très attention aux solutions que nous acceptons.

Les vaccins sont arrivés

Lorsque la nouvelle a été annoncée en novembre 2020 selon laquelle la société pharmaceutique connue sous le nom de Pfizer avait un vaccin contre Covid-19 qui serait efficace à 90%, la nouvelle a été accueillie avec une grande jubilation. Peu de temps après, Moderna a annoncé qu’eux aussi disposaient d’un vaccin efficace, ce qui représentait pour de nombreuses personnes la première lueur d’espoir dans une lutte amère et prolongée contre le nouveau coronavirus.  En décembre 2020, les deux vaccins ont été approuvés pour une utilisation d’urgence aux États-Unis, et la campagne pour vacciner le plus de personnes possible est maintenant en cours.

Bien qu’on nous dise que les deux vaccins sont sûrs et efficaces, il est intéressant de noter que Pfizer et Moderna bénéficient d’une immunité totale contre les poursuites si quelque chose ne va pas avec leurs vaccins.  En d’autres termes, si vous prenez les injections et développez ensuite de graves complications, vous ne pouvez pas intenter une action en justice contre les fabricants de médicaments. Inutile de dire que beaucoup d’Américains hésitent à se faire vacciner.  D’une part, aucun vaccin de l’histoire n’a jamais été développé aussi rapidement que les vaccins contre les coronavirus de Pfizer et Moderna.  Il ne leur a fallu que huit mois pour développer leur nouveau médicament et recevoir une autorisation d’urgence de la Food and Drug Administration.  Jusque-là, un vaccin contre les oreillons, qui est devenu accessible au public en 1967, était le vaccin le plus rapide jamais produit et celui-ci a pris quatre ans.

Avec le déploiement du vaccin en cours, de nombreux rapports ont fait état de personnes souffrant de réactions indésirables après avoir reçu le vaccin.  En décembre 2020, il a été rapporté que la FDA enquêtait sur plusieurs cas de réactions allergiques aux vaccins.  « Nous travaillons main dans la main avec les Centres pour le Contrôle et la Prévention des Maladie (CDC) et nous travaillons en fait en étroite collaboration avec nos collègues du Royaume-Uni, qui, bien sûr, ont signalé la réaction allergique.  Je pense que nous allons examiner toutes les données que nous pouvons de chacune de ces réactions pour trier exactement ce qui s’est passé et nous chercherons également à essayer de comprendre quel composant du vaccin pourrait aider à les produire », a déclaré Peter Marques de la FDA. Après que des rapports supplémentaires de réactions allergiques ont commencé à faire surface, la FDA a révisé ses lignes directrices pour le vaccin Pfizer.  Ils disent maintenant que si vous avez des antécédents de réactions allergiques aux ingrédients du vaccin, vous ne devriez pas prendre le vaccin.  Dans une autre tournure intéressante, WPLG, qui est une filiale d’ABC à Miami, en Floride, a publié un rapport affirmant que les chercheurs étudient les effets des vaccins Covid sur la fertilité masculine.  Le bref rapport informe ses lecteurs que cela est fait pour rassurer les hommes sur le fait qu’il est sûr de prendre les injections contre la Covid.  Pourtant, l’article se termine en disant : « Pour protéger la fertilité, certains hommes peuvent envisager de congeler leur sperme avant la vaccination. » 

Un sondage récent indique que quatre Américains sur dix déclarent ne pas vouloir se faire vacciner contre la Covid.  À ce titre, le Département de la Santé et des Services Sociaux prévoit de consacrer 250 millions de dollars à une « campagne nationale d’éducation » pour convaincre davantage de personnes de l’obtenir.  Pendant ce temps, Joe Biden espère voir cent millions d’Américains vaccinés contre la Covid au cours de ses cent premiers jours à la Maison Blanche.  À son crédit, Biden a déclaré qu’il ne pensait pas que les vaccinations devraient être obligatoires.  « Je ne pense pas que cela devrait être obligatoire. Je n’exigerai pas qu’il soit obligatoire.  Tout comme je ne pense pas que les masques doivent être rendus obligatoires dans tout le pays.  Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir en tant que président des États-Unis pour encourager les gens à faire ce qui est juste et quand ils le feront, démontrer que cela compte », a informé Biden.

Bien que les vaccins ne soient pas officiellement rendus obligatoires par le gouvernement, ceux qui refusent de les obtenir pourraient rencontrer des difficultés dans leur vie quotidienne.  Presque immédiatement après que les vaccins aient été approuvés pour une utilisation d’urgence, les employeurs du pays ont commencé à demander s’ils pouvaient légalement exiger de leurs employés qu’ils se font vacciner.  « Il y a peut-être un mois environ, nous n’avions pas eu beaucoup de clients qui nous posaient des questions à ce sujet.  Nous commençons à voir beaucoup plus d’élan », a déclaré Brett Coburn, du cabinet d’avocats Alston & Bird.  En réponse à l’intérêt croissant pour le sujet, l’agence gouvernementale connue sous le nom de Commission pour l’égalité des chances en matière d’emploi a publié une déclaration indiquant que les employeurs sont légalement autorisés à exiger de leurs travailleurs qu’ils reçoivent un vaccin contre le coronavirus.  Seules les personnes handicapées ou ayant une croyance religieuse sincère contre les vaccinations seraient exemptées de l’exigence selon la loi fédérale.  En ce qui concerne la possibilité que les employeurs forcent les vaccinations, Arthur Caplan, professeur de bioéthique à la Grossman School of Medicine de l’Université de New York, aurait déclaré : « Il est beaucoup plus probable qu’une organisation ou une entreprise privée vous obligera à être vacciné pour obtenir certains accès aux lieux.  Les gens s’inquiètent du fait que le président, le gouverneur ou l’exécutif du comté leur disent quoi faire.  Je ne pense pas que cela se produira ».

Dans notre numéro du mois dernier, j’ai signalé que la compagnie aérienne australienne connue sous le nom de Qantas prévoyait d’exiger des passagers sur leurs vols internationaux qu’ils fournissent une preuve de vaccination contre la Covid.  Il a également été révélé que d’autres compagnies aériennes envisagent la même exigence.  Il est maintenant apparu que les pays européens pourraient également mettre en œuvre les exigences en matière de vaccins Covid.  Nadhim Zahawi, qui supervise le déploiement des injections de Covid au Royaume-Uni, a récemment déclaré que ceux qui rejetaient l’inoculation pourraient se voir interdire l’entrée dans les restaurants, les bars, les cinémas et les sites sportifs. En France, ceux qui refusent de se faire vacciner pourraient être bannis des transports en commun selon un rapport publié par l’AFP le 22 décembre 2020. De plus, le gouvernement espagnol envisage de constituer un registre de ses citoyens qui refusent de se faire vacciner.  Ce registre sera partagé avec d’autres pays européens et pourrait éventuellement être utilisé pour restreindre les voyages.

Ceux qui prennent le vaccin voudront probablement être en mesure de prouver qu’ils l’ont fait.  Bien que les destinataires reçoivent une petite carte papier à placer dans leur portefeuille, ces cartes sont manuscrites et facilement perdues ou falsifiées.  À ce titre, la question demeure de savoir comment la preuve de vaccination sera présentée aux entités qui en ont besoin.  En tant que tel, on a beaucoup parlé des passeports d’immunité et des certificats numériques, dont certains sont déjà en cours de développement.  Une possibilité, cependant, qui n’a pas reçu beaucoup de considération dans les nouvelles, a été révélée par le Massachusetts Institute of Technology.  En décembre 2019, le célèbre institut a annoncé avoir développé un « colorant quantique par points » spécial.  Ce colorant peut être injecté avec un vaccin et ainsi utilisé pour stocker les dossiers médicaux d’une personne dans une marque spéciale sous la peau !  Le colorant est invisible à l’œil nu ; Cependant, il est accessible avec un smartphone spécialement équipé.  « Dans les régions où les cartes de vaccination papier sont souvent perdues ou n’existent pas du tout, et où les bases de données électroniques sont inconnues, cette technologie pourrait permettre la détection rapide et anonyme des antécédents de vaccination des patients afin de garantir que chaque enfant est vacciné », s’enthousiasme Kevin McHugh, ancien du MIT et maintenant professeur de bio-ingénierie à l’Université Rice.

Je me rends compte que l’histoire ci-dessus semble presque incroyable, et étant donné la prolifération des fausses nouvelles sur Internet, je peux parfaitement comprendre pourquoi certains pourraient être sceptiques quant à l’existence de cette technologie.  Cependant, les informations citées ci-dessus proviennent directement du site web du MIT, je peux donc vous assurer que c’est vrai.  Ce système, qui laisse une marque sous la peau, pourrait-il être utilisé comme méthode pour vérifier que l’on a bien reçu le vaccin Covid ?  Le temps nous le dira.

Une puce pour votre cerveau

En 2018, l’entrepreneur excentrique connu sous le nom d’Elon Musk a lancé un avertissement inquiétant au monde.  Alors que les scientifiques et les entreprises technologiques développent de nouvelles technologies d’intelligence artificielle (IA) à un rythme rapide, Musk craint que les robots ne prennent le contrôle du monde à l’avenir et asservissent l’humanité.  « Au moins quand il y a un dictateur pervers, cet humain va mourir.  Mais pour l’Intelligence artificielle, il n’y aurait pas de mort.  Il vivrait pour toujours.  Et puis vous auriez un dictateur immortel auquel nous ne pourrions jamais échapper », a averti Musk.  Compte tenu des dangers potentiels, un être humain rationnel pourrait supposer que l’humanité ne devrait jamais développer l’Intelligence Artificielle en premier lieu.  Cependant, Musk, qui est récemment devenu le troisième homme le plus riche du monde, a sa propre solution en tête.  L’une de ses sociétés, connue sous le nom de Neuralink, est en train de développer une « interface cerveau-ordinateur » qui permettra à une personne de devenir à la fois humaine et machine.  Ce faisant, Musk affirme que l’humanité sera en mesure de rivaliser avec les robots.

La technologie effrayante est présentée comme un moyen de corriger les lésions cérébrales et la paralysie du corps humain.  De plus, on prétend que la puce de Neuralink aura la capacité d’équilibrer les niveaux hormonaux d’un humain et de modifier ainsi l’humeur ou les sentiments d’une personne.  Musk affirme également que la puce permettra aux humains d’entendre des sons auparavant indétectables et offrira la possibilité de diffuser de la musique directement vers le cerveau humain.

Je me rends compte que tout cela ressemble à de la science-fiction impossible. Cependant, Neuralink a déjà implanté ses puces dans le cerveau des animaux. En août 2020, Musk a montré un cochon nommé Gertrude et a démontré comment la puce Neuralink leur permettait d’observer son activité neuronale. Nous savons que ces dernières années, un nombre croissant d’individus ont reçu des puces RFID dans leurs mains.  Nous voyons maintenant qu’une puce est en cours de développement pour le cerveau humain.  Chacune de ces technologies, je crois, rapproche le monde de la marque de la bête dont il est question dans Apocalypse 13.

En terminant, nous vivons certainement une transformation globale en cours. Cette transformation s’accompagne d’une série de problèmes, et ces problèmes provoquent une grande anxiété dans le monde.  Pourtant, nous pouvons nous tourner vers notre Sauveur et il a promis de nous aider.  Hébreux 4:14-16 déclare : « Ainsi, puisque nous avons un grand souverain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, demeurons fermes dans la foi que nous professions.  Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses ; Au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché.  Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins. »  De la même manière, nous lisons dans Hébreux 13:6 : « C’est donc avec assurance que nous pouvons dire : Le Seigneur est mon aide, je ne craindrai rien ;  Que peut me faire un homme ? » 

Merci à tous pour votre aimable soutien à ce ministère.  Nous savons que les temps sont durs en ce moment et nous apprécions sincèrement chaque dollar qui a été donné.  Nous sommes impatients de poursuivre notre ministère en 2021 avec l’aide de Dieu et selon sa volonté.

Que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec vous tous.  Amen.  

Source: Last Trumpet Ministries   

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

Mots clés: ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • LES SECRETS DE L’ATLANTIDE 2021

  • Conférence 2020

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction


Real Time Web Analytics