VOICI CE QU’IL Y A VRAIMENT DANS LES VACCINS

VACCIN CONTRE LES CORONAVIRUS

Partager avec les autres

Le 25 octobre 2022

Le biostatisticien espagnol Dr Ricardo Delgado du groupe de recherche La Quinta Columna rapporte ce que lui et son équipe ont trouvé dans les vaccins au cours de l’année écoulée. 

Chaque déclaration faite ici par le Dr Delgado est accompagnée d’illustrations et de détails des articles scientifiques publiés et évalués par des pairs qui étayent ses affirmations.

***

TRANSCRIPTION TRADUIT

Bonjour, tout le monde. 

Je m’appelle Ricardo Delgado et je suis le fondateur et directeur de La Quinta Columna.

Tous les vaccins testés (Pfizer, AstraZeneca, Janssen et Moderna) contiennent exclusivement des nanotechnologies. 

Nous avons trouvé

des nano-routeurs, qui émettent également des adresses MAC qui peuvent être détectées avec la technologie sans fil Bluetooth en utilisant simplement votre propre téléphone portable et l’aide d’une application.

Nous avons trouvé des nano-antennes et des antennes plasmoniques pour l’amplification de ces signaux.

Nous avons également identifié des nano-rectennas, qui agissent comme des ponts redresseurs de courant alternatif/continu, des codecs et certaines portes logiques pour le chiffrement de ces nano-communications émises de l’individu inoculé vers un serveur distant.

Le matériau principal

pour la création de ces complexes micro-sculpturaux est l’oxyde de graphène, dont la présence est déterminante pour l’auto-assemblage de ces complexes structuraux.

Le mécanisme principal de l’exfoliation de l’oxyde de graphène dans le corps, en points quantiques, est la biodégradation naturelle médiée par l’enzyme myéloperoxydase et le mécanisme de Teslaphorèse, qui sont des champs électromagnétiques micro-ondes émis par les signaux des téléphones mobiles avec différentes gammes de fréquences.

L’oxyde de graphène

injecté dans l’organisme acquiert des propriétés magnétiques au contact de l’hydrogène et des cellules vivantes. C’est pourquoi la plupart des personnes injectées ont un magnétisme exacerbé au point d’inoculation et par la suite dans le plexus solaire supérieur et le crâne.

L’oxyde de graphène est détecté dans le corps par notre système immunitaire comme s’il s’agissait d’un agent pathogène. 

Une fois injecté, il a une affinité pour le système nerveux central – essentiellement, la moelle épinière et notre cerveau, en raison de son électroconductivité plus élevée. Au niveau du système nerveux central, il provoque l’immobilisation des membres, des accidents vasculaires cérébraux, une paraplégie et une altération du système nerveux.

L’oxyde de graphène a un facteur de coagulation sanguine et augmente la thrombogénicité ou la prolifération des thrombus. La conséquence ultime des thrombus est toutes sortes d’accidents cardiovasculaires, tels que les embolies, les ischémies, les accidents vasculaires cérébraux, les anévrismes, etc.

L’oxyde de graphène a également une affinité pour les organes électriques, comme notre cœur, notamment lorsque son activité cardiaque augmente et donc, son activité électrique. A ce moment, cet oxyde de graphène cible le cœur et l’enflamme, générant une myocardite ou une péricardite.

De plus, l’oxyde de graphène a la capacité d’absorber le rayonnement électromagnétique de notre environnement et de le multiplier par un effet transistor. Ainsi, il provoque de petites décharges qui provoquent des arythmies dans notre système cardiaque. Cela explique pourquoi tant d’athlètes souffrent d’arythmies lorsqu’ils ont une activité cardiaque accrue.

Les conséquences de ces arythmies sont des évanouissements, des pertes de connaissance ou des syncopes liées – ou non – à une mort inattendue ou subite. Une grande partie de notre population vaccinée souffre de mort inattendue ou subite lorsqu’elle interagit à proximité de ces sources de micro-ondes.

L’oxyde de graphène a également la capacité de générer une mutagenèse, une altération chromosomique et un cancer, de sorte que les personnes qui ont récemment souffert de tumeurs ou de néoplasmes après la vaccination feront rapidement resurgir une ligne de métastases et celles qui sont en parfaite santé courront un risque élevé de développer un cancer.

L’oxyde de graphène est extrêmement toxique et sa toxicité dépend également du rayonnement électromagnétique qu’il absorbe. Partout où il passe, il génère une inflammation des tissus, une inflammation systémique ou organique et une cascade de radicaux libres.

Lorsque le stress oxydatif généré par cette substance toxique à l’intérieur de l’organisme rompt l’équilibre de la “balance redox” et dépasse un certain seuil au-dessus des niveaux antioxydants de notre glutathion endogène, notre système immunitaire s’effondre et favorise la fameuse tempête de cytokines.

Cet oxyde de graphène, qui est injecté comme matériau principal dans les “vaccins”, est éliminé du corps par nos poumons, mais s’il est irradié alors qu’il se trouve dans les poumons, l’inflammation ultérieure du tissu pulmonaire provoque une pneumonie bilatérale.

Si les vaccinés survivent aux doses initiales d’oxyde de graphène injectées dans leur sang, celui-ci sera dégradé dans l’organisme par les anticorps neutralisants responsables de sa dégradation.

Une fois que le graphène et sa toxicité ont disparu, il en va de même pour les anticorps qui neutralisent la substance, qui déclenchent également nos immunogobulines. C’est pourquoi les gens sont obligés d’être re-vaccinés tous les trois mois, afin de maintenir les niveaux corporels de cette substance toxique, en prétendant qu’ils ne possèdent plus d’immunité.

Bref, le SARS-CoV-2 inexistant, non isolé, non purifié, non cultivé qui nous est présenté dans la version officielle et ses variantes, est en réalité l’oxyde de graphène introduit consciemment et volontairement dans le vaccin contre la grippe de la campagne 2019-2020. En d’autres termes, la maladie, rebaptisée COVID-19, est simplement un syndrome d’irradiation aiguë rehaussé par le graphène.

Par conséquent, la première et fondamentalement la seule vague artificielle avait comme population cible nos maisons de retraite et de soins infirmiers, dont le taux de vaccination contre la grippe est très proche de 100 %. Nos personnes âgées étaient auparavant vaccinées avec cette substance puis irradiées avec les fameuses antennes de téléphones portables, qui suspectes, 8 sur 10 sont placées à proximité des Ehpad.

Ils ont justifié le génocide

de nos personnes âgées comme prétexte pour dire à l’ensemble de la population mondiale que nous étions confrontés à un nouveau coronavirus, afin que sous la crainte de cette prétendue “contagion”, ils puissent procéder à l’inoculation de l’ensemble de la population mondiale avec de l’oxyde de graphène. L’objectif est d’éliminer une grande partie de la population et d’utiliser les propriétés de modulation comportementale de l’oxyde de graphène dans le domaine des sciences neurales et de l’intelligence artificielle pour la population restante.

L’oxyde de graphène a une affinité particulière pour les neurones. Une fois installé dans les neurones, il génère un réseau neuronal artificiel qui remplace progressivement le réseau neuronal naturel. Lorsque la taille des nanoparticules d’oxyde de graphène est inférieure à 35 nanomètres, elles traversent facilement notre barrière hémato-encéphalique (une membrane qui protège notre cerveau d’éventuels dommages venant de l’extérieur) et accèdent à notre propre réseau neuronal.

D’une part, l’oxyde de graphène parvient à briser les synapses neuronales, afin que notre cerveau puisse être cartographié et littéralement collecter des informations, telles que des souvenirs, des pensées locales, des sensations, des émotions ou des sentiments. Vous comprendrez maintenant pourquoi, durant cette pandémie, des législations telles que le

« NeuroRights Act » ont été votées dans certains pays.

De plus, cet oxyde de graphène peut être stimulé à distance et sans fil, en utilisant à cet effet, la mise en œuvre de la nouvelle technologie 4G, 4Gplus et 5G

Toutes les personnes vaccinées envoient leurs données à un serveur externe contrôlé par l’Intelligence Artificielle (probablement financé par Mr Elon Musk).

Cette synthèse d’informations

est fournie sous la forme d’un synopsis de plus de 20 000 heures de recherche, en collaboration avec un groupe multidisciplinaire de scientifiques et est basée sur les découvertes scientifiques du rapport technique final du Dr Pedro Campras, qui fournit des preuves sans équivoque concluantes de la présence de l’oxyde de graphène (rGO) dans des échantillons de vaccin produits par AstraZeneca, Moderna, Pfizer et Janssen.

Cette recherche émerge également de l’analyse scientifique des preuves matérielles et observationnelles. Nous comprenons qu’ils ont profité de l’ignorance générale et du manque de connaissances des communautés médicales et sanitaires sur des sujets tels que les nanotechnologies pour mener à bien ce plan sinistre qu’ils appellent l’Agenda 2030.

Vous pouvez en savoir plus sur ces précieuses informations sur LaQuintaColumna.net , où vous trouverez toutes les preuves et les articles scientifiques indiqués ici. Le « processus de vaccination » étant mondial, nous sommes confrontés à la disparition de l’espèce humaine telle que nous la connaissons d’ici quelques mois. Ils l’appellent post- ou transhumanisme ou simplement le processus Humain 2.0.

Dans cette nouvelle étape, le survivant de l’automate sera privé d’autonomie de pensée autonome et de libre arbitre ; une espèce esclavagiste entièrement dépendante de ces oligarchies technocratiques.

La Quinta Columna est composée de millions de personnes à travers le monde, qui cherchent à maintenir l’essence de l’être humain, le respect de l’humanité et sa dignité en tant qu’espèce unique. La Quinta Columna a découvert ce crime contre l’humanité, contre sa vie et contre sa nature même.

Merci de partager cette information vitale avec tous ceux qui vous entourent.

Source

Traduit par PLEINSFEUX

close

Ne manquez rien !

Rejoignez les nouvelles de PleinsFeux.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !
En savoir plus dans notre politique de confidentialité

Translate »