Études

Publié le 12 septembre, 2021 | par Equipe de Pleinsfeux

0

VOTRE AVENTURE PERSONNELLE

Par Chuck Missler – Le 1 septembre 2021

Il a même mis Sa Parole au-dessus de Son Nom !

En entreprenant l’étude sérieuse de la Bible, vous vous lancez dans l’aventure la plus excitante, l’aventure des idées.  Ce devrait être votre voyage personnel de découverte dans cette odyssée entre le miracle de votre origine et le mystère de votre destin.

Pourquoi une «aventure» ?  Parce que ce n’est pas un sport de spectateur ; Cela implique la participation !  Les «codes» les plus excitants seront ceux que vous découvrirez par vous-même.  C’est trop important pour être laissé aux autres.  C’est le mystère de votre destin personnel, après tout.  Mais, vous devrez peut-être inclure certains outils pour votre voyage.

Herméneutique hérétique

L’herméneutique est l’art d’interpréter la littérature, en particulier les Saintes Écritures, et elle inclut la reconnaissance des principes sur lesquels une véritable analyse doit procéder.  Elle est à distinguer de l’exégèse, qui se concentre sur ce que le texte exprime réellement ou entend exprimer.

(Beaucoup de commentateurs ont tendance à ressembler à Humpty Dumpty dans Through the Looking Glass de Lewis Carroll, qui a soutenu que « Quand j’utilise un mot, cela signifie exactement ce que je veux dire, ni plus ni  moins.»)

L’approche classique de l’herméneutique biblique conservatrice met généralement l’accent sur les considérations suivantes :

  1. La considération du but de la Bible dans son ensemble ;
  2. Le caractère distinctif de chaque livre considéré ;
  3. À qui s‘adresse un passage spécifique ;
  4. Exégèse : Découverte du sens exact des mots déterminants dans le texte (tout en étant attentif aux synecdoques, calembours, et al. ; Voir Cosmic Codes, Annexe A) ;
  5. Prise en compte du contexte ;
  6. Examen de toutes les Écritures liées au thème donné ;
  7. La nécessité de bander les yeux de vos préjugés personnels.

Ces accents donnent une bonne hygiène intellectuelle.  Ce sont les piliers sur lesquels les doctrines traditionnelles sont rigoureusement ancrées.  C’est l’asservissement inébranlable à l’emprise du contexte, cependant, qui peut parfois sembler myope.

Développer un équilibre approprié de portée créative, contraint par la prudence des érudits, est essentiel pour aborder tout travail sérieux et constitue certainement un défi majeur en ce qui concerne toute enquête biblique. (Pourtant, c’est peut-être là que vous devrez peut-être échanger votre camisole de force contre un gilet pare-balles !)

Outils de découverte

Les outils de l’avocat plaidant sont bien différents de ceux du détective.  Les premiers sont déductifs ; Les derniers sont inductifs.  Le diplômé du séminaire, défendant une doctrine, utilise des techniques beaucoup plus restrictives que l’étudiant curieux qui cherche simplement à comprendre.  Les preuves sont basées sur un raisonnement déductif.  « Cherchez le sens normal, ne cherchez aucun autre sens, ou bien vous obtiendrez un non-sens », est le conseil traditionnel et sûr.

Mais avant qu’une preuve finale et rigoureuse ne soit formulée, de nombreuses répétitions ont lieu, et, dans celles-ci, ce n’est pas un raisonnement déductif mais un raisonnement plausible qui est pratiqué.  Le raisonnement déductif ne devient utile que lorsque nous savons quoi prouver et comment le prouver.  Le raisonnement plausible est la logique de la découverte.  Les méthodes de raisonnement plausible comprennent l’induction, l’analogie, la généralisation et la spécialisation.

Alors que nous examinons attentivement l’utilisation des passages tels qu’ils sont «décodés» par l’Écriture elle-même, cependant, nous trouvons quelques exemples troublants mais éclairants.  Il deviendra évident que c’est l’intégrité de l’ensemble qui fournit le contexte ultime qui transcende souvent entièrement le contexte local.

Allusions non contextuelles

Lorsque Joseph et Marie ont été avertis des intentions malveillantes d’Hérode envers l’enfant Jésus, ils se sont enfuis en Égypte pour échapper à ses plans. Après la mort d’Hérode, ils étaient alors libres de retourner dans leur Nazareth natale.  Dans le récit de Matthieu, il note spécifiquement que le détour en Égypte était lui-même l’accomplissement d’une prophétie d’Osée :

« Il y resta jusqu’à la mort d’Hérode, afin que s’accomplit ce que le Seigneur avait annoncé par le prophète : J’ai appelé mon fils hors d’Égypte. » (Matthieu 2:15) 

Cela semble être une citation d’Osée 11:1, et pourtant, lorsqu’elle est examinée à sa place, cette application semble être extrêmement éloignée du contexte que l’on inférerait du passage source.  Toute tentative de Matthieu d’imputer les contraintes du contexte apparent dans Osée semble en effet artificielle.

Et encore, en ce qui concerne le meurtre des enfants à Bethléem, Matthieu s’appuie sur un passage de Jérémie comme une prophétie en train de s’accomplir :

« On a entendu des cris à Rama, des pleurs et de grandes lamentations : Rachel pleure ses enfants, et n’a pas voulu être consolée, parce qu’ils ne sont plus. »   (Matthieu 2:18)

Ceci est tiré de Jérémie 31:15, qui a clairement en vue le retour de la nation après l’exil babylonien.  Il est difficile de voir comment le « contexte » a une incidence sur la validité de l’application de Matthieu aux meurtres de Bethléem.

Au chapitre 16 [des Codes cosmiques], nous avons passé en revue un certain nombre de prophéties bien connues qui semblent émerger du texte malgré le contexte spécifique qui les entourait.  Paul, également, s’appuie sur des « décodages » intéressants lorsqu’il relie, dans 1 Corinthiens 10:4, le concept du « rocher qui a suivi » Israël dans le désert à Jésus-Christ lui-même.  Il semble faire allusion aux deux occasions au cours desquelles ils ont reçu l’eau dont ils avaient besoin pour boire du rocher de Meriba.

D’après l’indice de Paul, nous pouvons reconnaître un modèle de type macrocode plus large dans ces deux incidents.  En fait, cette perspective plus large peut éclaircir un mystère.  Dans le premier cas (Exode 17:5-6), Dieu a demandé à Moïse spécifiquement de frapper le rocher, ce qu’il a fait, et l’eau a ensuite été fournie.

Dans le second cas (Nombres 20:7-11), Dieu ordonna à Moïse de parler au rocher.  Cependant, Moïse, dans son exaspération contre son propre peuple, frappa le rocher avec sa verge comme il l’avait fait la fois précédente.  Ce qui rend cette situation si troublante, c’est que parce que Moïse n’a pas suivi les instructions de Dieu précisément, il n’a pas été autorisé à entrer dans la Terre Promise !  Il a été autorisé à le voir depuis le mont Nébo avant sa mort, mais n’a pas été autorisé à accompagner ses charges lors de leur entrée.  Quel coup !

Il est généralement enseigné que Moïse a simplement déformé Dieu aux gens en les laissant penser que Dieu était en colère ; Et, peut-être, semblant également s’attribuer le mérite de la disposition.  En tout cas, cela semble un peu sévère pour beaucoup.  Après 40 ans de service fidèle, acharné et souvent frustrant, ce méfait lui a refusé le rêve de sa vie.

Mais, il y a aussi une possibilité supplémentaire.  Si Moïse avait suivi les instructions spécifiques de Dieu, ces deux événements auraient pu servir de macrocode des deux venues du Messie, dans laquelle seule la première occasion impliquait que le rocher soit frappé.  Paul révèle que, idiomatiquement, le «rocher» était un code pour le Christ.  Est-il possible qu’un aspect de la performance malheureuse de Moïse ne soit qu’un macrocode prévu ait ainsi été soufflé ?

Constance d’exposition

Il est remarquable de constater à quel point l’utilisation de telles métaphores et comparaisons est cohérente dans tout le corps des Écritures.  C’est l’une des démonstrations subtiles, mais remarquables, de sa conception unifiée et de sa seule paternité.  L’allusion au «rocher» de Paul trouve un écho dans des phrases similaires dans toute la Bible comme le rocher de notre salut, un rocher d’offense et une pierre d’achoppement, et le fondement même (« sur ce rocher je bâtirai mon église »), chacun se référant à Christ.  Cette même «pierre» ;   «La pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale de l’angle.»  (Psaume 118:22) 

Ceci est cité dans Matthieu 21:42, Marc 12:10, Luc 20:17, Actes 4:11, Ephésiens 2:20 et 1 Pierre 2:7, faisant dans chaque cas référence à Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire principale.  Aussi,

« Et il sera un sanctuaire, mais aussi une pierre d’achoppement, un rocher de scandale pour les deux maisons d’Israël, un filet et un piège pour les habitants de Jérusalem. »   (Ésaïe 8:14)

Ceci est cité dans 1 Pierre 2:8, se référant à Jésus-Christ.

« Tu regardais, lorsqu’une pierre se détacha sans le secours d’aucune main, frappa les pieds de fer et d’argile de la statue, et les mit en pièces.  Alors le fer, l’argile, l’airain, l’argent et l’or, furent brisés ensemble et devinrent comme la balle qui s’échappe d’une aire en été ; Le vent les emporta, et nulle trace n’en fut retrouvée.  Mais la pierre qui avait frappé la statue devint une grande montagne, et remplit toute la terre. »  (Daniel 2:34-35)

Ce même idiome est cité dans Matthieu 21:44 et Luc 20:18 : « Celui qui tombera sur cette pierre s’y brisera, et celui sur qui elle tombera sera écrasé. »  Il y a beaucoup d’autres exemples.

Clés cachées à débloquer

Souvent, les clés pour déverrouiller un passage sont cachées dans les endroits les plus étranges.  Le contexte local n’est pas toujours utile pour découvrir leurs implications.  C’est pourquoi c’est une découverte si incroyable de saisir l’intégrité de l’ensemble de la collection, 66 livres qui sont un système de messagerie intégré.  Une fois que vous avez découvert cela par vous-même, d’innombrables difficultés disparaissent.

Dans Apocalypse, chapitre 9, nous rencontrons d’étranges «sauterelles» qui ont un roi nommé Abaddon.  Pourtant, Proverbes 30:27 nous dit que les «sauterelles n’ont pas de roi».  Ainsi, nous en déduisons que les sauterelles de l’Apocalypse ne sont pas des sauterelles naturelles mais sont idiomatiques pour les démons.  Ce même « code » est utilisé dans Amos 7:1 (dans la Septante grecque) dans lequel nous apprenons que «Gog» est aussi un roi des sauterelles démoniaques.

Il existe des centaines de ces subtilités qui sont trop spécialisées pour cette vue d’ensemble et sont mieux discutées dans un commentaire d’exposition des passages spécifiques impliqués.

Nids de poule, pièges et sables mouvants

Une fois que vous avez découvert l’intégrité de l’ensemble et qui est vraiment Jésus-Christ, il est étonnant de voir combien de controverses s’évaporent… et combien de pseudo-éruditions peuvent être supprimées.  En voici quelques-unes pour rendre votre voyage moins gênant.

Piège n°1 : L’hypothèse documentaire

Il y a ceux qui ne croient pas que Moïse a écrit les cinq premiers livres de la Bible, la Torah (en hébreu) ou le Pentateuque (en grec).  De nombreux universitaires épousent ce que l’on appelle « l’hypothèse documentaire » (également appelée hypothèse « Graf-Wellhausen », qui a été popularisée pour la première fois par Julius Wellhausen (1876-77) et ses collègues.  Discernant ce qu’ils pensaient être des différences de style textuel, ils ont attribué divers segments des livres de Moïse à divers rédacteurs connus sous le nom de J, ou Yahwist ; E, ou élohiste ; D, pour une source deutéronomique ; P, pour une source sacerdotale, etc…

Parcourir les détails érudits peut donner l’impression que tout cela est assez savant, mais c’est simplement du scepticisme drapé d’arrogance académique.  Et cela fait de Jésus un menteur ou un trompeur.

Dans l’un de ses premiers efforts après sa résurrection, Jésus a donné une étude Biblique de l’Ancien Testament sur la route d’Emmaüs dans laquelle il a attribué la Torah à Moïse.  Tout au long du Nouveau Testament, la Torah est citée et invariablement attribuée à Moïse.  Et Jésus a clairement déclaré qu’ils parlent tous de Lui.  Le Nouveau Testament s’appuie fortement sur la Torah, avec 165 citations directes et plus de 200 allusions.  Nier la paternité de Moïse, c’est construire les annales du Nouveau Testament sur un fondement de tromperie.

Tout commentaire sonore sur la Genèse traitera de cette distraction.

Piège n°2 : L’hypothèse de Deutéro-Isaïe

Un proche cousin de l’hypothèse documentaire est la notion qu’il y avait vraiment deux Ésaïe.  (Certaines variantes suggèrent même trois ou plus.)  Cela résulte d’une différence de style perçue entre les 39 premiers chapitres et les 27 derniers.   Il est supposé que «Ésaïe 1» et « Ésaïe 2» ont vécu dans des périodes différentes et avait des styles différents.

Chacune des affirmations détaillées peut être réfutée par une analyse textuelle solide, mais cela peut vous faire dérailler de beaucoup d’études plus fructueuses. Encore une fois, l’Écriture elle-même vient à notre secours.  (C’est vraiment incroyable de voir comment les Écritures anticipent chaque hérésie qui a émergé à travers l’histoire.)

Dans Jean 12:38, il y a une citation d’Ésaïe au chapitre 53.  Dans Jean 12:40, il y a une citation d’Ésaïe au chapitre 6.  Entre ces deux versets, Jean 12:39 les relie en disant : «Aussi ne pouvaient-ils croire, parce qu’Ésaïe a dit encore.»  Jean nous dit qu’Isaïe I et Isaïe II sont du même auteur.  Si vous reconnaissez l’intégrité de l’ensemble, vous pouvez éviter de gaspiller beaucoup d’énergie en descendant les sentiers du lapin des universitaires sceptiques.

Piège n°3 : Arguments de l’histoire de l’Église

Si quelqu’un entreprend de prendre la Bible au sérieux, il peut être dangereux de se fier aux caprices de l’histoire de l’Église comme guide fiable.  L’histoire entière de l’église a été une chronique de déviations répétées des enseignements clairs de l’Écriture et, finalement, de leur éventuelle correction.  En fait, les sept lettres aux églises représentatives dans les chapitres 2 et 3 de l’Apocalypse les ont toutes prises au dépourvu.  Chaque église a été surprise de lire son bulletin.

Un exemple stellaire est la question de l’amillénarisme : Le refus que le Christ revienne littéralement sur terre pour régner sur le trône de David.  Ceci est encore couramment enseigné dans de nombreuses églises.  (Je m’excuse si cela semble offensant ; Mais si l’on prend la Bible au sérieux, on doit faire face à ce que la Bible dit, pas à ce à quoi les traditions confessionnelles se sont accrochées.)

L’Ancien Testament enseignait clairement que le Messie régnerait sur le trône de David.  Ces promesses ont été reconfirmées à Marie dans Luc 1:32.  Le trône de David n’existait pas pendant le ministère du Christ.  C’est clairement encore pour le futur.  Mais le problème est bien plus large que cela.

Lorsque l’Empire Romain a adopté le Christianisme sous Constantin au quatrième siècle, l’accent mis sur le fait que le Christ devait finalement revenir pour débarrasser la terre de ses dirigeants maléfiques n’était pas une position de chaire populaire pour la direction impériale.  On a alors eu recours à l’allégorisation des Écritures afin de « spiritualiser » le message en des termes plus politiquement corrects.  L’amillénarisme, la négation d’un futur règne littéral de 1000 ans du Christ sur la terre, a commencé avec Augustin (345-430 après Jésus-Christ), construit sur les allégorisations d’Origène.

L’amillénarisme rendrait Dieu coupable de ne pas respecter ses alliances inconditionnelles envers les descendants physiques d’Abraham, d’Isaac et de Jacob : les Juifs.

  1. Promesse de la terre : Genèse 12:7 ; 13:15-16 ; 17:7-8.
  2. Promesse du pays, d’un royaume et d’un plus grand Fils de David (Messie) comme roi : Psaume 89:27-37.
  3. Promesse de restauration de la terre d’Israël à partir de la dispersion mondiale et de l’établissement du royaume du Messie : Jérémie 31:37 ; Ézéchiel 36, 37, 38, 39, etc…
  4. Promesses qu’un reste des Israélites sera sauvé : Romains 11:25-29 ; Zacharie 13:8-9 ; Ésaïe 10:20-22.
  5. Quand Augustin a adopté le point de vue millénaire, il est devenu le point de vue dominant de l’Église Catholique Romaine.  Même après la Réforme, la plupart des réformateurs protestants n’ont pas réussi à contester ces points de vue de l’église médiévale, et ils continuent donc dans de nombreuses confessions traditionnelles.

L’amillénarisme est devenu le fondement de l’antisémitisme (Jérémie 31:35-37). Malheureusement, il refait surface.  Cela s’est bien sûr avéré tragique pour les Juifs.  Cela s’est également avéré tragique pour l’Église puisqu’il a fait perdre à l’Église ses racines juives et sa compréhension des perspectives critiques de l’Ancien Testament.

Il existe de nombreuses autres ramifications qui vont bien au-delà de cet examen superficiel, et aucune d’entre elles n’est exempte de controverse.  Mais, cet exemple a été inclus car il s’agit d’un cas remarquable où le texte biblique est assez clair et sans ambiguïté, et pourtant l’histoire de l’église ne s’est pas avérée être un guide fiable pour une herméneutique saine.  Il existe de nombreux autres exemples, mais nous laisserons cet indicateur d’avertissement suffire.

Commencer une étude sérieuse

Il a également promis d’envoyer le Saint-Esprit pour « nous enseigner toutes choses

La meilleure façon de manger un éléphant est une bouchée à la fois.  Choisissez un livre de la Bible, n’importe quel livre fera l’affaire, et creusez-le vraiment.

Beaucoup aiment commencer par l’Évangile de Jean.  On dit qu’il est « assez peu profond pour qu’un enfant puisse y entrer, assez profond pour qu’un éléphant puisse s’y plonger ».

D’autres aiment commencer par le commencement, la Genèse, surtout avec un bon commentaire scientifique comme aide.

Mon endroit préféré pour faire commencer les nouveaux arrivants est dans le Livre de l’Apocalypse.  Vraiment.  C’est le seul livre avec une promesse spéciale pour le lecteur.  Revoyez le chapitre 19 pour de nombreuses raisons : C’est un bon point de départ pour l’étudiant sérieux.  Ensuite, allez à la Genèse après avoir terminé l’Apocalypse.

Bizarrement, ça n’a pas d’importance.  Lancez-vous et voyez par vous-même.

Ressources

Pour se préparer à toute aventure, il est important d’emporter les bons outils.  Et c’est bien d’avoir un guide qui a «été là».  Toute bonne librairie chrétienne aura une sélection de commentaires d’exposition qui seront utiles.  Vous développerez rapidement vos propres favoris.

Une bonne étude de la Bible est également un bon point de départ.  Il y en a beaucoup d’excellents disponibles.  Regardez-les.  Choisissez-en un et portez-le.

Un autre des outils les plus indispensables est une concordance exhaustive, comme celle de Strong.  Avec lui, vous pouvez trouver n’importe quel verset que vous recherchez ; Vous pouvez découvrir pour n’importe quel mot de quel mot hébreu ou grec il a été traduit et ce qu’il signifie, sans avoir à connaître les langues.  Ce n’est pas cher et vous aidera rapidement à trouver tout ce que vous cherchez.

Si vous avez un ordinateur et que vous êtes sur Internet, vous disposez d’énormes ressources et elles sont gratuites.  Vous aurez envie de découvrir la «Bible de la lettre bleue», qui est une Bible entièrement hypertexte, avec l’hébreu et le grec également disponibles ; Plusieurs dictionnaires bibliques et encyclopédies, tous consultables par mot ; Références croisées complètes, etc.  De plus, vous pouvez « cliquer » sur n’importe quel verset et il rendra disponibles des dizaines de commentaires, classiques et contemporains, en texte ou en audio, et tout cela est gratuit.  Rendez-vous sur www.khouse.org et jetez un œil.

Tout seul

Nous avons appelé ce chapitre «Votre aventure personnelle».  Pourquoi une «aventure» ?  Parce que ce n’est pas un sport de spectateurs ; Cela implique la participation !  Les « codes » les plus excitants seront ceux que vous découvrirez par vous-même.

L’une des protections les plus importantes contre l’erreur (et l’hérésie) est de maintenir une vision du contexte la plus large possible, « l’ensemble du conseil de Dieu ».  Le tout s’intègre dans un ensemble soigneusement conçu.  Aucune partie n’est triviale.  Et il n’y a pas de contradictions.  Lorsque vous pensez en avoir trouvé un, rappelez-vous que Dieu récompense toujours les diligents. Cherchez-le attentivement et il en résultera une découverte.

Il est essentiel de se rappeler qu’il s’agit d’un exercice spirituel, pas simplement intellectuel.  Un homme peut admirer un cadran solaire ; Il peut admirer l’intelligence de sa conception et de ses ornements.  Mais s’il tient une lampe à la main ou toute autre lumière émanant de lui-même ou de ce monde, il peut le faire à n’importe quelle heure et ne pourra jamais dire l’heure de la journée. Rien d’autre que la lumière du soleil de Dieu dans les cieux ne peut le compter correctement.  En fait, la découverte la plus surprenante est que l’Auteur du Livre est prêt à transcender les barrières de l’espace-temps pour vous encadrer personnellement !

Cela vous semble fou ?  Je vous mets au défi d’essayer.  Mais vous devez garder une trace minutieuse afin que vous puissiez dire où vous avez été et comment vous y êtes arrivé.

Votre journal de bord privé

Le tombeau est vide.  Il est ressuscité et il a un programme pour vous.

Avez-vous déjà rencontré un passage de la Bible que vous n’avez pas compris ? Bien sûr.  Nous l’avons tous fait, plusieurs fois.

Il y a des moments où il est essentiel de s’arrêter et de rechercher l’arrière-plan, de rechercher des références supplémentaires, etc., et de ne pas laisser le problème en suspens.  D’autres fois, il est plus fructueux de le noter mais de continuer à avancer pour ne pas s’enliser dans des problèmes tangentiels.

J’ai une suggestion personnelle qui peut sembler étrange, mais je pense que vous y trouverez une découverte qui changera votre vie.  Aimeriez-vous mener une expérience empirique dans le surnaturel ?  Je veux dire biblique, bien sûr.  En fait, ce sera en quelque sorte une expérience de « laboratoire » dans les méthodes d’étude.

Allez dans une papeterie et procurez-vous un « journal », un livre relié avec des pages lignées mais vierges, du genre destiné à un journal personnel ou similaire. (Les filles savent exactement de quoi je parle ; La plupart des gars ne s’y sont probablement jamais adonnés.) 

Ce sera pour vos yeux seulement.  L’engagement est que vous ne montrerez jamais cela à personne d’autre.  (Ceci est simplement pour assurer la franchise et l’ouverture intime dans la compilation de ce dossier très personnel.  Ce sera très privé et ne sera pas destiné à être partagé.)

La première étape

La prochaine fois que vous tombez sur un passage que vous ne comprenez pas ou qui vous embrouille, ouvrez votre journal et notez la date, la référence qui vous laisse perplexe et, c’est la partie la plus difficile, essayez de décrire votre  « confusion » sur le passage en question.  Essayez d’exprimer, à vous-même, mais, par écrit, pourquoi cela ne semble pas avoir de sens ou semble contradictoire, etc. …

Deuxième étape

Fermez maintenant votre journal et profitez de votre «hotline» 24 heures sur 24 vers la salle du trône de l’univers.  Demandez des éclaircissements à l’auteur lui-même.  Priez notre Père à ce sujet.  Dieu a promis de répondre à nos prières, particulièrement en ce qui concerne Sa Parole.  Il a même mis Sa Parole au-dessus de Son Nom !

« Mais le consolateur, l’Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit. »    (Jean 14:26)

Il a également promis d’envoyer le Saint-Esprit pour « nous enseigner toutes choses », pas seulement la plupart d’entre elles, mais, toutes choses.  C’est un Dieu qui fait et tient ses promesses !  Mettez le problème sur Ses genoux.  C’est toujours excitant de voir ce qui se passe alors !

Troisième étape

Maintenant, notez attentivement ce qui va se passer ensuite.  Ce ne sera peut-être pas dans les 60 prochaines secondes.  Ce sera peut-être demain, ou peut-être la semaine prochaine, n’importe quand.  Mais, quelque chose va arriver.  Vous aurez une rencontre qui sera une réponse à votre question spécifique.

La réponse peut venir d’un autre passage que vous lisez dans vos études de dévotion.  Cela peut provenir du sermon du dimanche suivant ou d’une session d’étude biblique à domicile dans le quartier.  Ou, cela peut provenir d’une cassette que vous écoutez quelques jours plus tard.  Cela peut provenir de quelque chose à la radio.  Ou même une conversation entendue dans un restaurant, même mal comprise ; qui sait ?  Mais quelque chose va se passer dans votre vie pour clarifier et éclairer le passage problème !

Quatrième étape

Le passage auparavant déroutant deviendra maintenant si clair, et cela fait partie de la difficulté : Vous aurez du mal à vous rappeler à quel point vous étiez confus à ce sujet plus tôt.  C’est là qu’intervient votre journal de bord.

Alors maintenant, vous devez ouvrir votre journal à la page appropriée, entrer la date et les moyens par lesquels votre plaidoyer a été répondu, puis mettre en évidence vos nouvelles idées qui apparaissent en contraste avec votre entrée d’origine.

Pourquoi s’embêter ?

Pourquoi faire ce petit exercice ?  Pourquoi tout le «travail de papier» ?  Cet effort de journalisation deviendra un trésor unique pour vous-même.  Votre journal sera, franchement, pratiquement dénué de sens pour quiconque ; C’est votre propre terrain privé.  Mais, pour vous, il continuera à devenir plus précieux à chaque entrée.

Les jours viendront où vous serez « abattu ».  Il y aura des moments où vous traverserez votre « Vallée du doute ».  Il y aura des moments où vous sentirez que; Que tout cela semble si lointain, ou intangible.  Peut-être que nous venons de nous laisser emporter par tout cela…

Vous découvrirez également que vous êtes impliqué dans une guerre invisible et qu’il existe des forces spirituelles qui cherchent à vous séparer de la vérité, qui travailleront à saper votre foi et à entraver votre progrès.  Il y a des êtres sensibles, malveillants et puissants qui sont vos adversaires invisibles.  Leurs armes principales sèment le doute, la tromperie et le déni.

Lorsque ces doutes surgiront, et ils le feront, vous pourrez alors revenir à votre journal intime et revoir les nombreuses occasions où Dieu le Saint-Esprit lui-même vous a personnellement instruit pendant que vous progressiez dans la Parole de Dieu.  Chaque entrée dans votre journal personnel sera l’une de ses « empreintes de pas » où il vous a emporté au cours de votre grande aventure.

Non seulement vous êtes en possession d’un message d’origine Divine, mais l’Expéditeur s’occupe personnellement de vous et est disponible pour vous conseiller et vous guider.

Espérons que ce livre a été utile pour développer une nouvelle perspective de la Parole même de Dieu.  Il s’agit d’une lettre d’amour, écrite avec du sang, sur une croix en bois érigée en Judée il y a près de 2000 ans.

Le tombeau est vide.  Il est ressuscité et il a un programme pour vous.

« Car je connais les projets que j’ai formés sur vous, dit l’Éternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l’espérance. »   (Jérémie 29:11)

Et, Il attend de vos nouvelles.

Source: KHouse 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 



Back to Top ↑
  • VISITES


  • LES SECRETS DE L’ATLANTIDE 2021

  • Conférence 2020

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction


Real Time Web Analytics