Conspiration

Publié le 23 juillet, 2018 | par Equipe de Pleinsfeux

0

FUSION FAITE EN ENFER

Par Robert Bridge – Le 30 juin 2018

Le partenariat entre Bayer et Monsanto annonce la mort de l’humanité.

Sur quel plan de réalité est-il possible que deux des entreprises les plus moralement en faillite au monde, Bayer et Monsanto, puissent être autorisées à unir leurs forces pour ce qui promet d’être la prochaine étape dans la prise en charge des fournitures agricoles et médicinales mondiales ?

Attention, intrigue : Il n’y a pas de côté Mister Hyde dans cette histoire d’horreur aux proportions épiques ; Tout est Dr. Jekyll.  Comme un scénario d’une plante grimpante de David Lynch, Bayer AG de renommée gazeuse a finalisé son achat pour 66 milliards de dollars (50 milliards de livres) de Monsanto, la société agrochimique qui devrait plaider la Cinquième dans la Baie de Guantanamo au lieu de profiter de l’asile et de l’immunité contre les crimes contre l’humanité.  Tels sont les privilèges spéciaux qui viennent pour être une société transnationale au-dessus des lois.

Sans surprise, la première chose que Bayer a faite après s’être emparé de Monsanto, avec son bagage supplémentaire d’irrégularités éthiques, a été d’initier une campagne pour un nouveau nom.  Comme un méchant hollywoodien tombant dans un creuset d’acier fondu pour revenir plus tard dans un état altéré, Monsanto a été englobé dans la division « Bayer Crop Science » à consonance orwellienne, dont la devise est : « La Science pour une Vie Meilleure ».

Pourtant, Bayer lui-même fournit peu de couverture de protection pour Monsanto compte tenu de sa propre histoire inégale de malversations d’entreprise.  Bien au-delà de son activité bien connue de soulagement de la douleur pour les maux de tête, la société basée en Allemagne a joué un rôle important dans l’introduction de gaz toxiques sur les champs de bataille de la Première Guerre Mondiale.

En dépit d’une interdiction de la Convention de La Haye sur l’utilisation d’armes chimiques depuis 1907, le PDG de Bayer, Carl Duisberg, qui siégeait à une commission spéciale créée par le ministère allemand de la Guerre, connaissait une opportunité commerciale.

Carl Duisberg a été témoin des premiers essais de gaz toxique et n’a eu que des rapports enthousiastes sur l’horrible nouvelle arme : « L’ennemi ne saura même pas quand une zone a été pulvérisée par le gaz et restera tranquillement en place jusqu’à ce que les conséquences se produisent ».

Bayer, qui a créé un département spécifiquement dédié à la recherche et au développement d’agents gazeux, a développé des armes chimiques de plus en plus meurtrières, telles que le phosgène et le gaz moutarde.  « Ce phosgène est l’arme la plus méchante que je connaisse », remarqua Carl Duisberg avec un mépris étourdissant pour la vie, comme s’il parlait du dernier pulvérisateur anti-insectes.  « Je recommande fortement de ne pas laisser passer l’occasion de cette guerre sans tester les grenades à gaz ».

Carl Duisberg a eu son souhait démoniaque.  L’occasion d’utiliser le champ de bataille comme terrain d’essai et les soldats comme cobayes arrivèrent au printemps de 1915 alors que Bayer fournissait quelque 700 tonnes d’armes chimiques sur le front de guerre.  Le 22 avril 1915, on estime qu’environ 170 tonnes de chlore gazeux ont été utilisées pour la première fois sur un champ de bataille à Ypres, en Belgique, contre des troupes françaises.  Jusqu’à 1000 soldats ont péri dans l’attaque, et beaucoup plus ont été blessés.

Au total, environ 60.000 personnes sont mortes à la suite de la guerre chimique déclenchée par l’Allemagne lors de la Première Guerre Mondiale et livrée par la société basée à Leverkusen.

Selon Axel Koehler-Schnura, de la Coalition contre les Dangers de Bayer : « Le nom de Bayer signifie en particulier le développement et la production de gaz toxiques.  Néanmoins, l’entreprise n’a pas admis son implication dans les atrocités de la Première Guerre Mondiale.  Bayer ne s’est même pas distancié des crimes de Carl Duisberg ».

Le comportement criminel a continué jusqu’à l’époque moderne.  Mike Papantonio, un avocat américain et présentateur de télévision a discuté d’un des actes les plus odieux commis par cette entreprise chimique sur le programme de Thomas Hartmann, La Grande Image : « Ils ont produit un facteur de coagulation pour les hémophiles dans les années 1980 appelé facteur VIII.  Cet agent responsable de la coagulation sanguine était contaminé par le VIH, et après que le gouvernement leur ait dit qu’ils ne pouvaient pas le vendre ici, ils l’ont expédié partout dans le monde, infectant des gens partout dans le monde. C’est juste une petite partie de l’histoire de   Bayer ».

Mike Papantonio, citant le rapport annuel de 2014 de Bayer, a déclaré que la société fait face à 32 poursuites en responsabilité différentes à travers le monde.

Avant de jeter vos produits Bayer dans les toilettes, vous pouvez mettre de côté une aspirine ou deux parce que l’histoire s’aggrave.

Une des conséquences directes du monstre « Baysanto » sera une hausse importante des prix pour les agriculteurs, qui souffrent déjà directement de leur subsistance à cause de prix non viables.  « Les agriculteurs ont déjà connu une augmentation de prix de 300% ces dernières années, sur tout, des semences aux engrais, qui sont tous contrôlés par Monsanto », a déclaré Mike Papantonio à Hartmann.  « Et tous les prévisionnistes prédisent que ces prix vont augmenter encore plus à cause de cette fusion ».

Pourtant, il est difficile d’imaginer que la situation s’aggrave pour l’agriculteur américain, qui fait maintenant face au taux de suicide le plus élevé de toutes les professions au pays.  Le taux de suicide pour les Américains engagés dans le domaine de l’agriculture, de la pêche et de la foresterie est de 84,5 pour 100.000 personnes, soit plus de cinq fois plus que la population générale.

Cette tendance tragique fait écho à celle de l’Inde, où il y a une dizaine d’années, des millions d’agriculteurs indiens ont commencé à abandonner l’agriculture traditionnelle pour utiliser les semences génétiquement modifiées de Monsanto. Dans le passé, suivant une tradition millénaire, les agriculteurs conservaient les semences d’une récolte et les replantaient l’année suivante.  Ces jours de suivre sagement les rythmes et les modèles du monde naturel sont presque terminés. Aujourd’hui, les semences d’Organismes Génétiquement Modifiés de Monsanto sont élevées pour contenir une « technologie de terminaison », les cultures résultantes étant « programmées » pour ne pas produire leurs propres semences.  En d’autres termes, la compagnie semencière joue littéralement à Dieu avec la nature et nos vies.  Ainsi, les agriculteurs indiens sont contraints d’acheter chaque année un nouveau lot de semences, avec le RoundUp, un pesticide de Monsanto, à un coût très prohibitif.

Mais, le monde aurait-il dû s’attendre à quelque chose de différent de la même entreprise qui était impliquée dans la production de l’Agent Orange à des fins militaires pendant la Guerre du Vietnam (1961-1971) ?  Plus de 4,8 millions de Vietnamiens ont souffert des effets négatifs du défoliant, qui a été pulvérisé sur de vastes étendues de terres agricoles pendant la guerre, en détruisant la fertilité de la terre et l’approvisionnement alimentaire du Vietnam.  Environ 400.000 Vietnamiens sont morts suite à l’utilisation de l’Agent Orange par l’armée américaine, tandis que des millions d’autres souffraient de la faim, de handicaps invalidants et de malformations congénitales.

C’est l’entreprise que nous avons autorisée, avec Bayer, à contrôler environ un quart de l’approvisionnement alimentaire mondial.  Cela soulève la question : « Qui est plus fou ?  Bayer et Monsanto, ou Nous, Le Peuple ? »

Il est important de mentionner que la convergence Bayer/Monsanto ne se produit pas dans un vide corporatif.  Tout cela fait partie d’une course de la part des sociétés agrochimiques mondiales à la foire de l’approvisionnement alimentaire mondial. ChemChina a racheté la société suisse Syngenta pour 43 milliards de dollars, par exemple, tandis que Dow et DuPont ont forgé leur propre empire de 130 milliards de dollars.

Cependant, aucune de ces compagnies ne porte la même réputation sanglante que Bayer et Monsanto, une fusion faite en enfer qui menace toute la vie sur terre.

 

Source : Strategic-Culture 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Mots clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics