Transhumaniste

Publié le 30 juin, 2020 | par Equipe de Pleinsfeux

0

PROMESSE DU TRANSHUMANISME

La promesse du transhumanisme fait appel aux personnes perdues qui veulent réaliser la vie éternelle en dehors d’un Dieu tout-puissant qui les a créées.

Par Geoffrey Grider – Le 20 juin 2020

Cela peut sembler de la science-fiction …

Un avenir transhumain dans lequel la mortalité est facultative peut sembler paradisiaque, mais s’il arrive plus tôt pour certains que pour d’autres, il pourrait se révéler être une dystopie.  Les transhumanistes, dont beaucoup sont associés à des organisations à but non lucratif et à des groupes de réflexion comme Humanity Plus et Extropy Institute, ont longtemps été motivés par la crainte que notre espèce entière ne soit anéantie par une guerre nucléaire, une collision d’astéroïdes, un accident technologique ou une pandémie.

La Covid-19 a mis en lumière la promesse et le péril du transhumanisme, l’idée d’utiliser la technologie de l’Intelligence Artificielle pour surmonter la maladie, le vieillissement et la mort, et atteindre la vie éternelle.

Depuis la Tour de Babel, l’homme déchu a rêvé, comploté et tracé un chemin pour qu’ils puissent avoir la vie éternelle en dehors de Celui qui les a créés, c’est-à-dire Dieu.  Ils ne veulent pas mourir, personne ne le veut, mais ils ne se soucient pas non plus ni ne souhaitent rendre des comptes à un Dieu saint et juste qui a le droit d’exiger cela de sa propre création.  Le transhumanisme est l’idée qu’avec suffisamment de progrès technologiques, l’homme non régénéré finira par comprendre comment être immortel.  Mais, cela n’arrivera jamais.

« Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang et à la chair, il y a également participé lui-même, afin que, par la mort, il anéantit celui qui a la puissance de la mort, c’est-à-dire le diable, et qu’il délivrât tous ceux qui, par crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans la servitude. »   (Hébreux 2:14-15)

Cela n’arrivera jamais, car pour ce faire par le biais du transhumanisme, l’homme doit en quelque sorte être en mesure de tirer parti de l’intellect que Dieu lui a donné, dans le corps que Dieu lui a donné, tout en respirant l’air de Dieu, tout en sentant son cœur qui continue de battre dans sa poitrine uniquement parce que Dieu le permet, et créer une éternité dont Dieu n’est pas autorisé à faire partie.  Saviez-vous que la Bible a un nom pour un endroit où cela se produira ?  Ça s’appelle l’enfer.  Ne partez pas.  Le transhumanisme offre l’illusion de la vie éternelle tout en vous aveuglant sur la vérité de la parole de Dieu.

Regarder vers la fin de l’humanité avec le transhumanisme.

DU WALL STREET JOURNAL : Cela semble amèrement ironique maintenant, au milieu d’une pandémie mondiale, mais il n’y a pas longtemps, certaines des personnes les plus tournées vers l’avenir du monde pensaient que l’humanité était sur le point d’abolir la mort.  « Si vous me demandez aujourd’hui, est-il possible de vivre jusqu’à 500 ans ?  La réponse est oui », a déclaré Bill Maris, le fondateur de Google Ventures, en 2015.  Trois ans plus tard, le chercheur biomédical Aubrey de Gray a estimé que « les personnes d’âge moyen ont maintenant une chance équitable » de ne jamais mourir.

La vie éternelle grâce à une technologie de pointe semble être un rêve chimérique pour une société qui, jusqu’à récemment, avait du mal à fabriquer suffisamment de masques pour sauver la vie des médecins et des infirmières. Pourtant, la Covid-19 pourrait se révéler être le genre de crise nécessaire pour dynamiser les efforts visant à créer ce que ses partisans appellent un avenir « transhumain ».  Avec notre fragilité biologique plus évidente que jamais, de nombreuses personnes seront prêtes à embrasser le message de la Déclaration transhumaniste, un programme en huit points publié pour la première fois en 1998 : « Nous envisageons la possibilité d’élargir le potentiel humain en surmontant le vieillissement, les lacunes cognitives, la souffrance involontaire et notre confinement sur la planète Terre ».

Les transhumanistes, dont beaucoup sont associés à des organisations à but non lucratif et à des groupes de réflexion comme Humanity Plus et Extropy Institute, ont longtemps été motivés par la crainte que notre espèce entière puisse être anéantie par une guerre nucléaire, une collision d’astéroïdes, un accident technologique ou une pandémie.  En mars, alors que le coronavirus se répandait dans le monde, le rédacteur scientifique Tom Chivers a observé qu’il prouve la nécessité d’une protection technologique contre de telles menaces existentielles : « Les humains pourraient exister pendant un milliard d’années, voire plus, si nous ne détruisons pas tout.  Le coronavirus ne sera pas la chose qui nous tuera tous, mais c’est une bonne illustration sanglante de la façon dont quelque chose le pourrait », a-t-il écrit dans le magazine en ligne UnHerd.

Les gens ont toujours craint la mort et rêvé d’y échapper.

Mais, jusqu’à présent, cet espoir a été formulé en termes religieux.  Le transhumanisme promet que la mort peut être conquise physiquement, pas seulement spirituellement ; Et le mouvement a le soutien de personnes ayant les ressources financières pour y arriver, si quelqu’un le peut.  Jeff Bezos, Peter Thiel et Elon Musk font partie des magnats de la Silicon Valley qui ont investi dans la recherche sur la prolongation de la vie.  En 2013, Google est entré sur le terrain en lançant la société de biotechnologie Calico, abréviation de California Life Company.

Les transhumanistes envisagent plusieurs voies possibles vers l’immortalité.  Les nanorobots pourraient vivre à l’intérieur de nos cellules et réparer constamment les dommages, interrompant ainsi le vieillissement.  Le génie génétique pourrait éliminer les mécanismes qui nous font vieillir en premier lieu.  Ces technologies sont toujours hors de portée, mais les transhumanistes pensent que nous serons en mesure de les maîtriser plus tôt que la plupart des gens ne le pensent, avec l’aide de l’intelligence artificielle superpuissante.

En fin de compte, cependant, nous espérons que nous n’utiliserons pas seulement des ordinateurs, nous les deviendrons.  Aujourd’hui, les scientifiques cognitifs comparent souvent le cerveau au matériel et l’esprit au logiciel qui y fonctionne. Mais, un logiciel n’est qu’une information, et, en principe, il n’y a aucune raison pour que l’information de la conscience soit codée dans les neurones.

Cela peut sembler de la science-fiction, mais c’est aussi la conclusion naturelle des avancées technologiques des 20 dernières années.  Internet a déjà rendu inutile la visite physique d’endroits comme les banques, les bureaux de poste et les cinémas, et le verrouillage a fortement stimulé cette tendance.  Alors que nos mondes physiques rétrécissent dans un effort pour éviter de contracter la  Covid-19, nos mondes virtuels se développent pour le compenser.  Dans un avenir prévisible, nous serons nombreux à fréquenter des écoles virtuelles, à adorer dans des églises virtuelles et à socialiser lors de fêtes virtuelles.  Et l’histoire d’Internet suggère qu’une fois que les choses bougent en ligne, elles reviennent rarement, il suffit de demander aux grands magasins et aux fabricants de CD.

La pandémie expose également l’un des plus grands défis qui émergera avec l’avenir transhumain : De nouveaux types d’inégalités sociales qui feront en sorte que celles existantes semblent mineures.  Pendant les mois de confinement, une nette division est apparue entre les personnes qui travaillent avec des informations, images, mots, chiffres, et les personnes qui travaillent avec des objets, étagères d’épicerie, livraison de colis, soins aux malades.  Les premiers peuvent s’abriter sur place et communiquer à travers des écrans, mais les seconds doivent s’aventurer dans le monde physique, s’exposant à un risque d’infection.

Comme la technologie permet d’échapper à davantage de fardeaux et de dangers de l’existence physique, cette fracture de classe et professionnelle pourrait se creuser en une fracture existentielle, avec une élite virtuelle desservie par une classe ouvrière incarnée.  Bien sûr, la richesse et le pouvoir ont toujours offert une certaine assurance contre les risques de la vie.  Pendant la guerre civile, les Américains pouvaient payer un remplaçant pour prendre leur place dans le projet ; Bientôt, vous pourrez peut-être payer quelqu’un pour prendre votre place dans le monde physique aux prises avec des maladies et des dangers, tout en restant derrière la sécurité d’un écran.

Un avenir transhumain dans lequel la mortalité est facultative peut sembler paradisiaque, mais s’il arrive plus tôt pour certains que pour d’autres, il pourrait se révéler être une dystopie.

Source:  Now The End Begins 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

Mots clés: , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics