Covid-19

Publié le 29 août, 2020 | par Equipe de Pleinsfeux

0

VACCIN CONTRE LA COVID-19

Une fois que nous avons un vaccin approuvé contre la COVID-19, quoi ensuite?  Ce n’est pas aussi simple que de claquer des doigts et d’obtenir l’immunité collective.

 

Par Andrew I. Fillat et Henry I. Miller – Le 12 août 2020

La situation est extrêmement complexe à bien des égards …

Voici une expérience de réflexion : Après la collision du RMS Titanic avec un iceberg, il est devenu nécessaire d’attribuer des sièges dans les canots de sauvetage ; Il n’y avait qu’environ 700 places pour les 2208 passagers.  Et, si des sièges avaient été mis aux enchères, le prix étant déterminé par l’offre et la demande, c’est-à-dire par les forces du marché, il est évident que les plus riches auraient évincé les autres.  Au lieu de cela, le capitaine a décidé que les femmes et les enfants devraient avoir la priorité.  Bien sûr, ce sont les enfants qui ont le plus de vie à perdre, mais pourquoi les femmes plutôt que les hommes ? Galanterie ?  Nous ne le saurons probablement jamais.

Les résultats cliniques des tests de différents vaccins, qui ont été créés à l’aide de diverses plates-formes, varieront inévitablement d’une manière que nous ne pouvons pas prévoir, et cela soulèvera de nombreuses questions.

Un exemple contemporain des limites des modèles de distribution purement libres du marché approche rapidement, car un ou plusieurs vaccins pour prévenir l’infection par le virus SARS-CoV-2, qui cause le COVID-19, arrivent sur le marché.  La situation est extrêmement complexe à bien des égards et la  « solution » impliquera inévitablement des éléments de médecine, de science, d’éthique et de politique.

Les résultats cliniques des tests de différents vaccins, qui ont été créés à l’aide de diverses plates-formes, varieront inévitablement d’une manière que nous ne pouvons pas prévoir, et cela soulèvera de nombreuses questions.  Par exemple, dans quelle mesure les vaccins seront-ils efficaces pour différents groupes démographiques, en particulier les personnes âgées, qui sont les plus vulnérables aux maladies graves et à la mort, mais qui développent une réponse immunitaire moins vigoureuse ?

Une chose semble claire, cependant : nous n’avons constaté aucun enthousiasme de la part de qui que ce soit pour permettre au prix du vaccin (c’est-à-dire aux forces du marché) de déterminer qui devrait avoir la priorité pour obtenir une protection contre le COVID-19.  Mais, cela laisse encore de nombreuses stratégies possibles pour allouer ce qui sera inévitablement une ressource rare pendant un certain temps, malgré les tentatives d’anticiper l’énigme et de produire plusieurs millions de doses, en commençant une production à grande échelle avant même que la sécurité et l’efficacité aient été démontrées à un niveau acceptable pour les régulateurs.

Dans plusieurs cas, cette production précoce est subventionnée par le gouvernement américain.  Son opération Warp Speed vise à commencer la livraison de 300 millions de doses d’un vaccin contre le COVID-19 autorisé par la FDA, sûr et efficace d’ici la fin de l’année (un objectif admirable mais probablement trop ambitieux).  Dans le cadre de cette initiative, le Département américain de la Santé et des Services sociaux (HHS) et le Département de la Défense (DoD) ont annoncé conjointement le 7 juillet un accord de 1,6 milliard de dollars avec Novavax Inc., basé dans le Maryland, afin de démontrer la fabrication à l’échelle commerciale du vaccin expérimental COVID-19 de la société. En finançant cet effort de fabrication, le gouvernement fédéral sera propriétaire des 100 millions de doses de vaccins expérimentaux qui devraient résulter de ces projets de démonstration.  Le 22 juillet, le gouvernement fédéral a annoncé un accord de 1,95 milliard de dollars avec la société américaine Pfizer Inc. et BioNTech pour la production à grande échelle et la livraison de 100 millions de doses d’un vaccin contre la COVID-19 approuvé par la FDA.  Un financement fédéral supplémentaire du développement du vaccin contre la COVID-19 est allé à Moderna, basé au Massachusetts (près d’un demi-milliard de dollars) et au fabricant britannique de médicaments AstraZeneca (plus d’un milliard de dollars).

Ces initiatives, et d’autres similaires, sont parmi les subventions les plus sages du gouvernement américain pour le « bien-être des entreprises ».  Ils accélèrent la réalisation des remèdes contre une calamité sociétale, sans laquelle les progrès seraient beaucoup plus lents.  Malheureusement, bien qu’ils puissent atténuer certains des choix d’allocation de vaccins les plus difficiles, d’autres resteront.

QUI EST « ESSENTIEL » ET QUI EST « LE PLUS VULNÉRABLE » ?

Le tri de la distribution des vaccins soulève de nombreuses options possibles concernant les personnes à prioriser et pourquoi.  Une priorité évidente serait de vacciner les populations « les plus vulnérables ».  Mais, comment définir la vulnérabilité ?  Par l’âge et les commodités, ou, peut-être, par la profession ou la situation de vie (comme les résidents des maisons de retraite ou les personnes travaillant dans des espaces restreints comme les usines de conditionnement de la viande).  Ou « la valeur pour la société dans l’atténuation de la pandémie » devrait-elle l’emporter sur d’autres considérations, avec le personnel médical de première ligne et le personnel des établissements de soins de longue durée en tête de file ?  Ceux dont le travail est à la fois essentiel et dangereux ?  Et, qu’en est-il des personnes impliquées dans le maintien de la chaîne d’approvisionnement alimentaire, comme les travailleurs agricoles, les camionneurs et les employés des magasins d’alimentation ?  (La tête de notre liste commence à être assez encombrée.)

Pourtant, une autre question est de savoir dans quelle mesure les résultats des essais cliniques devraient influencer notre définition des priorités.  Par exemple, si un essai a révélé que les sujets de groupe sanguin A obtiennent le plus grand bénéfice, devraient-ils avoir la priorité pour ce vaccin ?  Qu’en est-il des divers groupes raciaux, ethniques ou de genre qui ont une incidence statistiquement plus élevée de mortalité due au COVID-19 ?  Par exemple, les Noirs devraient-ils être considérés comme une priorité plus élevée pour la vaccination parce qu’ils meurent du COVID-19 à un taux 2,5 fois plus élevé que les Blancs ?  Et, qu’en est-il des considérations politiques : Les Américains devraient-ils automatiquement recevoir une priorité plus élevée, simplement parce que notre gouvernement a subventionné le développement du vaccin ?

Les critères d’attribution pourraient théoriquement devenir un algorithme complexe, peut-être quelque chose d’analogue à l’algorithme de triage de masse des blessés SALT de l’Association nationale des médecins EMS, qui trie les patients en trois catégories en fonction de la gravité de leur état et détermine les interventions qu’ils doivent subir et dans quel ordre.  Dans le cas de la vaccination, sur la base des variables mentionnées ci-dessus, les individus pourraient être placés dans une catégorie de la catégorie appropriée, et dans la catégorie, ils recevraient alors le vaccin dans un ordre aléatoire de loterie.  Bien entendu, une telle approche n’éliminerait pas les jugements de valeur ou étoufferait la controverse.

Nous espérons que, dans la mesure du possible, ces décisions seront prises sur la base de preuves médicales et de justifications plausibles plutôt que d’intérêts politiques.  Pour revenir à notre analogie, imaginez si seuls les membres d’un parti politique ou les citoyens britanniques étaient autorisés à monter sur les canots de sauvetage du Titanic.  (C’était un navire britannique, après tout.)  À l’époque hyper-partisane d’aujourd’hui, rien ne semble trop invraisemblable ou cynique.

LA SCIENCE, ET NON LA PERFORMANCE PARTISANE, DEVRAIT DÉTERMINER LES DÉCISIONS D’ATTRIBUTION DE VACCINS

Afin de brouiller (« résoudre » serait trop optimiste) ces énigmes, le gouvernement fédéral recevra des conseils formels d’au moins deux sources.  Le directeur des Instituts Nationaux de la Santé, Francis Collins, a demandé à l’Académie Nationale de Médecine d’élaborer des lignes directrices pour déterminer qui devrait avoir la priorité pour les premières doses d’un vaccin contre le coronavirus.

Un deuxième groupe, le Comité consultatif sur les pratiques d’immunisation (ACIP), qui conseille les Centres de Contrôle et de Prévention des Maladie sur les questions de vaccinations, a également été chargé de formuler des lignes directrices.  Le mois dernier, l’ACIP a organisé une réunion par voie électronique pour discuter de « qui compte comme un travailleur essentiel, où les enseignants devraient figurer sur la liste des priorités, les vaccinations pour les femmes enceintes et si la race et l’ethnicité devraient être prises en compte dans les considérations prioritaires. »

Il reste à voir comment et qui, au sein de l’administration, conciliera deux séries de recommandations élaborées indépendamment, et dans quelle mesure d’autres parties seront autorisées à participer au processus.  En fin de compte, la FDA pourrait spécifier les groupes prioritaires si elle accorde une autorisation d’utilisation d’urgence pour un vaccin.  Ce serait similaire à ce que la FDA a ordonné que Gilead Sciences Remdesivir, un traitement médicamenteux contre la COVID-19, soit utilisé exclusivement pour les « patients hospitalisés pour une maladie grave », lorsque les régulateurs ont accordé une autorisation d’utilisation d’urgence.

Des questions se poseront également sur le coût des vaccins pour les consommateurs, et les politiciens ont déjà commencé à faire des déclarations et à donner des signes de vertu.  Début juin, avant même qu’un vaccin ne soit à l’horizon, la sénatrice Elizabeth Warren (D-MA) a déclaré dans un communiqué : « Nous ne pouvons pas permettre aux familles américaines, qui ont déjà du mal à joindre les deux bouts pendant cette urgence de santé publique, d’être pressées encore plus par les entreprises pour gagner rapidement de l’argent. »  Et la sénatrice Patty Murray (D-WA) a fait écho à sa camarade : « Nous devons avoir la certitude que personne ne gagne des milliards dans une arrière-salle quelque part. »  Ces largesses gratuites font partie du dénigrement permanent de l’une des industries les plus innovantes et les plus prospères du pays.  (Heureusement, les principaux fabricants de vaccins semblent avoir accepté que la pandémie ne soit pas une période de profit.  Les accords que les fabricants de vaccins ont conclus avec le gouvernement fédéral suggèrent que le coût sera modeste, de l’ordre de $4 à 37 par dose.)

Plusieurs choses sont cependant certaines.  Premièrement, aucun schéma d’allocation ne plaira à tout le monde, et malgré toutes les tentatives d’analyse et de planification rationnelles, il y aura des conséquences inattendues. Deuxièmement, le débat sur les vaccins ravivera les passions concernant le prix des médicaments et les bénéfices des sociétés pharmaceutiques.  Enfin, nous pouvons être sûrs que les entreprises qui travaillent avec acharnement sur les thérapies et les vaccins pour sauver le monde des affres de la pire pandémie depuis un siècle ne recevront aucune gratitude des politiciens progressistes.

Source: Human Events 

 Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

Mots clés: , , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Conférence 2020

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics