Guerre Civile

Publié le 04 juillet, 2020 | par Equipe de Pleinsfeux

0

BOULEVERSEMENTS TRANSFORMATEURS AUX ÉTATS-UNIS

Par Samuel David Meyer – Juillet 2020

LA VIOLENCE ÉCLATE EN AMÉRIQUE

« La terre était corrompue devant Dieu, la terre était pleine de violence.  Dieu regarda la terre, et voici, elle était corrompue ; Car toute chair avait corrompu sa voie sur la terre. » (Genèse 6:11-12)

« Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point.  Pour ce qui est du jour et de l’heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père seul.  Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l’avènement du Fils de l’homme.  (Matthieu 24:35-37)

« Ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux. »   (Luc 6:31)

Dans ce bulletin, nous examinerons les événements choquants et dramatiques de ces dernières semaines.  Il est vraiment étonnant de voir ce qui s’est passé depuis que j’ai écrit le bulletin du mois dernier.  Alors que nous nous préparions à publier le bulletin de juin, la nouvelle du meurtre de George Floyd à Minneapolis, dans le Minnesota, le 25 mai 2020, a éclaté.  Floyd, un homme noir, a été tué par un policier blanc qui lui a mis le genou sur le cou de Floyd pendant près de neuf minutes, provoquant ainsi la mort par asphyxie.  Ce meurtre brutal a provoqué des manifestations à l’échelle nationale dans les plus grandes villes des États-Unis, qui se sont souvent transformées en émeutes terrifiantes. Confrontés à une triple menace de pandémie mondiale de coronavirus, de troubles sociaux et de mauvaises conditions économiques, les États-Unis dégénèrent alors que les gens luttent pour faire face au stress du bouleversement transformateur actuellement à l’œuvre.  Lorsque la poussière retombera enfin, ce pays pourrait ne plus jamais être le même qu’avant.

Alors que des foules de personnes continuent de souffrir d’anxiété étouffante, les informations indiquent qu’il pourrait y avoir des ramifications à long terme.  Un article du Wired Magazine publié le 4 juin 2020 rapporte que le peuple américain souffre d’une « crise de fatigue ».  L’auteur de l’article poursuit en expliquant que le corps humain est conçu pour faire face à des situations de stress temporaires, mais qu’il est mal équipé pour faire face à une anxiété sans fin.  « Votre corps est bien adapté pour gérer les stress temporaires, mais il peut être submergé par les pressions constantes et incessantes de cette horrible année », a écrit l’auteur, Matt Simon.  Il a ensuite cité la psychologue de la recherche clinique Adrienne Heinz qui a confirmé sa prémisse.  « Nos corps ne peuvent pas supporter ce niveau de charge nerveuse.  Les choses commencent à échouer ; Les roues commencent à tomber.  Nous subissons toute une série de conséquences, en ce moment, nous constatons une légère augmentation de l’anxiété et de la dépression nationale.  Vous commencez à voir l’insomnie, la détresse relationnelle », a-t-elle déclaré.

Alors que le niveau de stress monte en flèche, un nombre croissant d’Américains se tournent vers les produits pharmaceutiques pour les aider à faire face.  Cette tendance a conduit la Food and Drug Administration, ou FDA, à annoncer une pénurie de Zoloft aux États-Unis.  Les ordonnances du médicament ont augmenté de 12% en glissement annuel en mars 2020, avec 4,9 millions de personnes.  Selon WebMD, Zoloft, également connu sous son nom générique Sertraline, est utilisé pour « traiter la dépression, les crises de panique, le trouble obsessionnel-compulsif, le trouble de stress post-traumatique, le trouble anxieux et une forme grave de syndrome prémenstruel ».  Compte tenu des résultats des enquêtes récentes, il n’est pas surprenant que l’utilisation d’antidépresseurs ait augmenté.  Des sondages récents auprès de 5000 citoyens américains ont révélé que 83% des personnes interrogées se disent inquiètes pour l’avenir des États-Unis.  En outre, 72% ont déclaré qu’ils « croient que c’est le point le plus bas de l’histoire du pays qu’ils aient jamais vu ».  Les résultats des études ont incité Arthur C. Evans, président-directeur général de l’American Psychological Association, à dire : « Nous vivons la collision de trois crises nationales, la pandémie de la COVID-19, les turbulences économiques et les récents traumatismes, les événements liés au racisme systémique.  En conséquence, la santé mentale collective du public américain a subi un coup dévastateur après l’autre, dont des effets à long terme pour lesquels de nombreuses personnes auront du mal pour les années à venir ».  Sans surprise, l’Associated Press a rapporté le 15 juin 2020 que le peuple américain était le plus malheureux qu’il ait été en cinquante ans, selon les chercheurs.  En outre, une enquête menée par Rasmussen Reports a révélé que 34% des personnes interrogées pensent que les États-Unis connaîtront une deuxième guerre civile au cours des cinq prochaines années.  En outre, Marketwatch a alimenté les craintes et l’anxiété, selon des analystes de la Deutsche Bank, « il y a une chance sur trois qu’une catastrophe massive qui pourrait être pire que la COVID-19 » se produise au cours de la prochaine décennie.  Certaines possibilités pour cette catastrophe hypothétique incluent une éruption volcanique catastrophique, une éruption solaire importante ou une guerre mondiale.

Les gens dans cet âge actuel se sont tellement habitués aux mauvaises choses qu’ils s’attendent maintenant à plus de mauvaises choses à l’avenir.  Cette vue n’est pas en contradiction avec les Écritures.  II Timothée 3:13 déclare : « Mais les hommes méchants et imposteurs avanceront toujours plus dans le mal, égarant les autres et égarés eux-mêmes. »  De la même manière, Jésus nous avertit dans Luc 21:10-11, « Alors il leur dit : une nation s’élèvera contre une nation, et un royaume contre un royaume ;  Il y aura de grands tremblements de terre, et, en divers lieux, des phénomènes terribles, et de grands signes dans le ciel. »  Néanmoins, il y a une raison pour que le peuple de Dieu soit optimiste.  Jésus a dit dans Matthieu 24:35 : « Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point. »  Notre Sauveur nous rappelle également dans Jean 16:33 : « Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi.  Vous aurez des tribulations dans le monde ; Mais prenez courage, j’ai vaincu le monde. » Parce que Jésus a vaincu le monde, nous aussi, nous pouvons vaincre le monde. Au final, nous avons un grand héritage qui nous attendApocalypse 21:7 informe : « Celui qui vaincra héritera ces choses : Je serai son Dieu, et il sera mon fils. »  En tant que tel, j’exhorte chaque lecteur de ce bulletin à mettre votre foi et votre espérance en Dieu.  Si vous ne vous êtes pas encore repenti de vos péchés et n’avez pas encore consacré votre vie à Dieu, je vous encourage à le faire maintenant.

La violence éclate en Amérique

Sans aucun doute, cette année a été difficile pour les États-Unis.  Après avoir subi les effets de la pandémie de coronavirus et un arrêt qui a touché la majorité du pays, le meurtre de George Floyd à Minneapolis aux mains de la police a été la paille qui a brisé le dos du chameau.  Les gens étaient déjà en colère. Maintenant, ils sont furieux et la rage n’a pas diminué, même un mois après l’incident du Minnesota.

Le peuple américain a le droit constitutionnel de protester.  Le premier amendement de la Constitution des États-Unis garantit au peuple américain la liberté de religion, la liberté d’expression, la liberté de la presse, la liberté de se réunir pacifiquement et le droit de « demander au gouvernement de réparer les griefs ».  Par conséquent, je n’ai aucun problème avec les gens qui manifestent pacifiquement.  Cependant, une grande partie de ce que nous avons vu aux États-Unis ces dernières semaines ne proteste pas ; C’est une émeute violente et une insurrection.

Des choses étonnantes se sont produites dans ce pays.  Par exemple, les services secrets ont précipité le président des États-Unis, Donald Trump, dans son bunker fortifié à la Maison Blanche tandis que les manifestants faisaient rage de l’autre côté de la rue le 29 mai 2020.  Cette mesure d’urgence ne se serait pas produite si les services secrets ne pensaient pas qu’il y avait une menace imminente pour la vie du président.  Dans les jours qui ont suivi, une nouvelle clôture qui s’étend sur près de trois kilomètres a été installée autour de la Maison Blanche dans le but de transformer la célèbre résidence en forteresse.  Des informations indiquent qu’il y avait sur place un important contingent de    « gardes armés, tireurs d’élite et troupes de combat ».  De plus, des dizaines de soldats ont été déployés pour monter la garde au Lincoln Memorial à Washington, D.C., après que de nombreuses statues et monuments ont été vandalisés, et dans certains cas détruits dans divers endroits à travers le pays.  Le président Trump, pour sa part, a déclaré qu’il « prenait des mesures présidentielles immédiates pour mettre fin à la violence et rétablir la sécurité et la sûreté en Amérique » dans un communiqué du 1er juin 2020.  En outre, le procureur général des États-Unis, William Barr, a été cité en disant : « La réponse des forces de l’ordre ne fonctionnera que si nous dominons les  rues ».  Pourtant, malgré les promesses d’action présidentielle et de domination, la violence a persisté aux États-Unis.

Une tragédie à Atlanta

Alors que la nation continuait à connaître des troubles, des protestations et des émeutes, un autre incident à Atlanta, en Géorgie, a encore attisé les flammes de l’indignation.  Dans la nuit du 12 juin 2020, un homme noir ivre du nom de Rayshard Brooks s’est endormi dans son véhicule en faisant la queue au service au volant d’un restaurant rapide Wendy’s.  Bien que Brooks ait initialement coopéré avec la police, il a résisté quand il est devenu évident que les policiers allaient l’arrêter.  Une lutte s’ensuivit alors qu’un officier tentait de le menotter. Finalement, Brooks a volé le pistolet paralysant de l’agent et a tenté de fuir. Lorsque Brooks a pointé le pistolet paralysant sur les agents, l’agent Garret Rolfe a tiré sur Brooks dans le dos.  Puisqu’un pistolet paralysant n’est pas une arme mortelle et que Brooks était trop loin des officiers pour lui infliger des dommages, le tir de Brooks a été déterminé comme étant un usage excessif de la force, et Rolfe a maintenant été accusé de meurtre.  Immédiatement après l’incident, le chef de la police d’Atlanta, Erika Shields, a démissionné.  Cette tragédie a servi de catalyseur à davantage de violence et de protestations en Amérique.

Une occupation à Seattle

C’est toujours tragique quand quelqu’un meurt inutilement.  Cependant, ces incidents ont été saisis par des radicaux qui tentent de déclencher une révolution aux États-Unis.  Considérez ce qui se passe actuellement à Seattle, Washington. Début juin, des radicaux d’Antifa et d’autres groupes se sont affrontés avec la Garde Nationale et des policiers dans la région de Seattle connue sous le nom de Capitol Hill.  Cette guerre a fait rage pendant plusieurs jours jusqu’à ce que l’ordre soit rendu à la police de Seattle d’abandonner son bâtiment East Precinct.  Des radicaux se sont rapidement installés et ont pris le contrôle de la zone.  Ils ont déplacé les barricades qui avaient été laissées par la police dans une position défensive et ont déclaré que la zone était la « zone autonome de Capitol Hill » ou CHAZ pour faire court.  Une pancarte en carton a été placée au point d’entrée indiquant : « Vous quittez maintenant les États-Unis ».  Après que l’ordre eut été donné aux policiers d’abandonner leur immeuble, le chef de la police de Seattle, Carmen Best, était furieuse.  « Vous devez savoir : Quitter l’enceinte n’a pas été ma décision.  Nous nous sommes battus pendant des jours pour le protéger.  Je vous ai demandé de rester sur cette ligne, jour après jour, d’être bombardés de projectiles, de vous faire  crier dessus, menacés et dans certains cas, blessés.  Ensuite, pour changer de cap, près de deux semaines plus tard, cela semble être une insulte pour vous et notre communauté.  En fin de compte, la ville avait d’autres plans pour le bâtiment et a cédé à la pression du public.  Je suis en colère contre la façon dont tout cela est arrivé.  Je comprends que mes commentaires et ce message peuvent être divulgués au public, mais je ne suis pas préoccupée par cela.  Je maintiens ce que je dis », a-t-elle déclaré.

Après la chute du poste de police et l’arrivée de radicaux, les forces de police ne pouvaient plus atteindre les habitants de la « zone autonome », qui s’étendait sur six blocs carrés.  « Nos appels au service ont plus que triplé.  Il s’agit de réponses à des appels d’urgence, viols, vols et toutes sortes d’actes violents qui se sont produits dans la région et auxquels nous ne sommes pas parvenus à répondre », a déclaré la police de Seattle dans une déclaration.  Pendant ce temps, des radicaux lourdement armés ont patrouillé dans les zones, et des allégations ont été avancées selon lesquelles certains d’entre eux réclamaient de l’argent de protection aux résidents et aux propriétaires d’entreprises de la zone.  « Nous avons entendu, de manière anecdotique, des informations selon lesquelles des citoyens et des entreprises devraient payer des frais pour opérer dans cette zone.  C’est le crime d’extorsion.  Si quelqu’un a été soumis à cela, nous avons besoin qu’il appelle le 911 », a déclaré le chef de police adjoint de Seattle, Deanna Nollette.  Les habitants de Capitol Hill sont devenus exaspérés.  « Je pense que c’est ridicule.  Ce qui s’est passé, c’est que des gens armés retiennent des otages dans un quartier.  C’est absurde.  Ce n’est pas une manifestation.  Il n’y a pas de liberté d’expression.  On vous crie après », a déclaré un habitant.

Alors que l’occupation à Capitol Hill se prolongeait, le président de la Guilde des Officiers de Police de Seattle, Michael Solan, a déploré la triste situation en disant : « Et maintenant, ils contrôlent six blocs carrés.  Ils contrôlent l’enceinte. Et c’est le résultat direct de nos élus municipaux n’ayant pas la volonté politique de faire respecter l’état de droit.  Et c’est le plus proche que j’aie jamais vu notre pays, sans parler de la ville ici, de devenir un État sans loi lorsque les questions de sécurité publique sont profondément préoccupantes ».  Les radicaux en charge de la région de Capitol Hill ont finalement rebaptisé la zone « Capitol Hill Occupation Protest » ou CHOP au lieu de CHAZ.  Après plusieurs fusillades dans la région, la mairesse de Seattle, Jenny Durkan, a finalement annoncé le 23 juin 2020 son intention de démanteler la manifestation d’occupation de Capitol Hill.  « Les effets cumulatifs des rassemblements et des manifestations et l’atmosphère nocturne et la violence ont conduit à des circonstances de plus en plus difficiles pour nos entreprises et nos résidents.  Les impacts ont augmenté et la sécurité a diminué », a admis Durkan.  Espérons que l’occupation se terminera bientôt.  Cependant, le fait que toute cette situation se soit produite aux États-Unis et que le maire de Seattle, ainsi que le gouverneur de Washington, n’aient rien fait pour l’arrêter pendant des semaines est vraiment troublant.  Ce sont des jours d’événements sans précédent.  Faut-il s’étonner que tant d’Américains craignent que notre pays ne soit bientôt confronté à une guerre civile ?

Une bataille à Madison

Les violentes manifestations qui ont secoué une grande partie des États-Unis au cours des dernières semaines n’ont pas laissé mon état d’origine du Wisconsin indemne.  De nombreuses manifestations ont eu lieu dans la capitale de l’état, Madison, ainsi que dans notre plus grande ville de Milwaukee.  Alors que l’on s’attendrait à ce que les manifestations et les émeutes se calment après un certain temps, des centaines d’émeutiers ont fait des ravages à Madison du 23 juin au 24 juin 2020.  Selon le rapport officiel de la police, 200 à 300 personnes ont traversé le centre-ville de Madison où elles ont bloqué intersections, envahi les résidences privées et détruit deux statues sur la place du Capitole.  Les émeutiers ont ensuite tenté de prendre d’assaut le bâtiment de la capitale, mais ont été repoussés par du gaz poivré.  Une tentative a été faite pour incendier le bâtiment City-County où de nombreux fonctionnaires et policiers auraient pu être tués.

Malheureusement, au moins un citoyen privé a été pris dans le maelström alors qu’il tentait de se rendre à l’hôpital de Madison pour récupérer sa petite amie. Vers 10:30 du soir, des émeutiers ont lancé un vélo sur le véhicule de l’homme. Quand il est sorti de la voiture pour demander pourquoi ils ont jeté le vélo, un groupe d’une cinquantaine de manifestants a attaqué l’homme, le frappant et lui donnant des coups de pied alors qu’il gisait sur le sol en position foetale.  Son portefeuille et son téléphone portable ont été volés et les vitres de sa voiture ont été brisées.

En réponse à la destruction à Madison, le gouverneur du Wisconsin, Tony Evers, a activé la garde nationale.  « Les manifestations à Madison hier soir ont causé de graves blessures à des passants ainsi que des dommages importants aux biens de l’état.  La garde nationale du Wisconsin servira d’une autorisation limitée destinée à garantir que les gens peuvent exercer leurs droits du premier amendement tout en assurant la sécurité des membres dans les bâtiments et les infrastructures publics », a déclaré le gouverneur dans un communiqué de presse.  Joe Parisi, directeur du comté de Dane, a été consterné par la violence.  « Les choses sont allées trop loin.  Ce qui s’est passé pendant la nuit au cœur de la ville dans laquelle j’ai grandi et où j’ai passé toute ma vie est absolument déchirant.  Les actions erronées de quelques-uns ont compromis la sécurité et le bien-être des gens », a-t-il déclaré.  Parisi a également souligné que le bâtiment City-County à Madison abrite le centre de répartition des urgences 911, de sorte que la bombe incendiaire aurait pu supprimer ce système si l’incendie n’avait pas été éteint rapidement.

La Terre remplie de violence

Mis à part la violence reliée aux émeutes qui se sont produites dans tout le pays, la violence dans les plus grandes villes américaines semble exploser.  À Minneapolis, dans le Minnesota, la ville où George Floyd a été assassiné il y a un peu plus d’un mois, de nombreuses personnes ont été victimes de violence armée. Un rapport publié par CBS Local News indique que neuf personnes dans un rayon de deux milles ont été abattues sur une période de quatre heures le 22 juin 2020.  Dans l’ensemble, plus de 100 personnes ont été abattues depuis le meurtre de Floyd, et un stupéfiant, 1600 coups de feu ont été détectés en trente jours.

Chicago, en Illinois, qui est bien connue pour sa violence armée, n’a pas été meilleure ces derniers temps.  Le 31 mai 2020, dix-huit personnes ont été abattues dans les rues de Chicago.  C’était le jour le plus meurtrier enregistré dans la plus grande ville de l’Illinois depuis 1961.  Cela n’a fait qu’empirer à partir de là.  Le week-end de la fête des pères, qui s’est déroulé du 19 au 22 juin 2020, a vu 104 personnes abattues à Chicago.  Quinze d’entre eux ont été mortellement blessés.

Pendant ce temps, une augmentation spectaculaire des tirs à New York a incité le commissaire du département de police de New York, Dermot Shea, à tirer la sonnette d’alarme.  « Nous avons eu une centaine de tirs en mai, la première fois que nous avons atteint ce nombre en probablement cinq ans.  Nous étions dans une tendance avant la COVID.  La honte est que j’avertis les gens depuis novembre ou décembre que ça s’en vient.  Il y a un mois ou deux, je vous ai dit qu’il y avait une tempête à l’horizon ».  Cinquante-trois fusillades ont été signalées du 15 au 21 juin 2020 à New York.

Tout cela se produit à un moment où le moral des policiers est à son plus bas niveau.  Les manifestants à travers le pays ont appelé les communautés américaines à « définancer la police », conduisant un nombre croissant d’officiers à quitter leur emploi dans la frustration.  Le 27 juin 2020, il a été signalé que 272 agents du NYPD avaient déposé leur candidature à la retraite, un nombre beaucoup plus élevé que d’habitude.  Cet exode se produit alors que le maire de New York, Bill De Blasio, a promis qu’il y aurait des coupes « très substantielles » dans le budget de la police de New York.  Il convient également de noter qu’un sondage réalisé en juin 2020 a révélé que trois policiers sur quatre à Washington, D.C., envisageaient de quitter leur emploi.  Si les collectivités de ce pays définancent vraiment leurs services de police, nous pourrions voir davantage d’occupations comme celle de Seattle.  Sans surprise, les ventes d’armes à feu aux États-Unis augmentent de façon spectaculaire.  Le 1er juin 2020, il a été signalé que les ventes d’armes à feu avaient augmenté de 80% en mai 2020.

La violence qui est maintenant si répandue est l’un des signes que Jésus nous a dit de rechercher à la fin des temps.  Genèse, 6:11 nous dit qu’au temps de Noé, « La terre était corrompue devant Dieu, la terre était pleine de violence. »  Jésus a alors averti dans Matthieu 24:37 : « Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l’avènement du Fils de l’homme. »  Ainsi, la violence que nous constatons, bien que très triste, n’est pas surprenante.  Je ne doute pas dans mon esprit qu’il y ait un effort concerté pour démanteler les États-Unis d’Amérique.  Ce pays est divisé et affaibli dans le but de préparer le peuple américain à faire partie du gouvernement mondial unique des Nations Unies.  Pensez aux paroles de Hawk Newsome, l’ancien président du groupe Black Lives Matter du Grand New York.  Dans une entrevue accordée à Fox News, Newsome a déclaré à l’animatrice Martha McCallum : « Si ce pays ne nous donne pas ce que nous voulons, nous brûlerons ce système et le remplacerons.  D’accord ?  Et je pourrais parler au figuré.  Je pourrais parler littéralement.  C’est une question d’interprétation ».  En réponse à la déclaration incendiaire, le directeur général de Black Lives Matter Global Network, Kailee Scales, a tenté de distancer son groupe de Newsome, en déclarant : « Hawk Newsome n’a aucun lien avec le Black Lives Matter Global Network ».  La remarque de Scales a irrité Newsome, qui a répondu en disant : « Cela me fait mal qu’à un moment comme celui-ci, les Noirs ne collent pas ensemble.  Dire que toutes les personnes qui portent cette bannière doivent être sanctionnées est absurde…. Pour nous aliéner à un moment comme celui-ci, lorsque le président nous vise, ce n’est pas seulement contre-productif, mais c’est contre-révolutionnaire ».  Ainsi, nous voyons, sans l’ombre d’un doute, que ce que Newsome a en tête est une révolution.  Il serait naïf de penser qu’il est le seul à avoir cet état d’esprit.

Quant au racisme, sujet qui a suscité tant d’attention ces derniers jours, je crois fermement que Jésus-Christ nous a donné la solution à ce problème il y a près de deux mille ans.  Dans Luc 6:31, alors que Jésus prêchait son sermon sur la plaine, il a dit à son auditoire et, par extension, à nous : « Ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux. »  Si tout le monde suivait fidèlement ces instructions simples, il n’y aurait plus de racisme.

En conclusion, ce sont effectivement des jours dangereux.  La COVID-19 est toujours une grave menace pour ce pays.  Selon un rapport publié aujourd’hui, le 28 juin 2020, plus de dix millions de cas de la COVID-19 ont été signalés dans le monde, dont 2,5 millions aux États-Unis.  Le virus se propage en Californie, en Arizona, en Floride, en Caroline du Sud, en Géorgie, en Idaho, au Tennessee, en Utah et ailleurs.  Les Centres pour le Contrôle et la Prévention des Maladies, ou CDC, ont averti que les états pourraient être contraints de recréer des restrictions si les cas continuaient d’augmenter.  « Si les cas recommencent à augmenter, en particulier s’ils augmentent de façon spectaculaire, il est important de reconnaître que davantage d’efforts d’atténuation tels que ceux qui ont été mis en œuvre en mars pourraient être nécessaires à nouveau », a déclaré Jay Butler, directeur adjoint des maladies infectieuses à la CDC.  Il va sans dire qu’il y a encore un besoin très urgent de prières.

Merci à tous pour votre aimable soutien à ce ministère.  Nous savons qu’il y aura de nombreux défis dans les jours à venir, mais grâce à la Grâce et à l’aide de Dieu, nous allons surmonter cela.  Que la Grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec vous tous.  Amen.

Source: Last Trumpet Ministries 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

Mots clés: , , , , , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Conférence 2020

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence à venir


Real Time Web Analytics