Politique américaine

Publié le 22 juillet, 2020 | par Equipe de Pleinsfeux

0

LES CHRÉTIENS NE PEUVENT PAS IGNORER LA POLITIQUE

Par Jonathon Van Maren – Le 9 juillet 2020

Parce que la politique ne nous ignorera pas.

Deux décisions profondément décevantes de la Cour Suprême des États-Unis,  une étant une expansion spectaculaire des droits des LGBT, l’autre une réduction drastique de la législation pro-vie, ont déclenché une nouvelle série de discussions dans les cercles sociaux conservateurs sur la voie à suivre pour les communautés chrétiennes.

Donald Trump a remporté la présidence en raison d’une vacance à la Cour Suprême, et l’argument « Mais Gorsuch » a pris une véritable raclée lorsque ledit Gorsuch a écrit la décision majoritaire dans Bostock vs. Clayton County, portant sur la liberté de religion le pire coup depuis Obergefell.

Beaucoup ont voté pour Trump uniquement parce qu’il construirait les digues judiciaires nécessaires pour (au moins temporairement) freiner la révolution culturelle en plein essor.  La plupart ne s’attendaient pas à ce que les digues dégoulinent si tôt.

À la Gospel Coalition, Kevin DeYoung a suggéré qu’il était temps pour les chrétiens de jeter un second regard sur l’option Benedict de Rod Dreher, qu’il résume comme un processus en deux étapes : Avoir plus d’enfants et les élever dans la foi chrétienne.

Une grande partie de son analyse est bonne, mais je pense que DeYoung, et de nombreux autres commentateurs examinant le succès presque total de la révolution sexuelle, peut encore être trop optimiste.  Il est possible que les enclaves chrétiennes soient systématiquement et sans relâche ciblées par ceux qui pensent que les croyances chrétiennes sont abusives en elles-mêmes, en particulier en ce qui concerne la rigidité perçue en matière sexuelle.

On pouvait s’y attendre, DeYoung a subi beaucoup de tirs de la part des évangéliques qui semblent avoir intentionnellement mal lu sa chronique. Douglas Wilson de Moscou, dans l’Idaho, a ensuite rédigé une réplique, et je tiens à souligner quelques extraits qui vont au cœur du problème avec l’idée d’un désengagement politique total (aussi tentant que cela semble la plupart du temps.)  De Wilson :

Le choix qui nous attend n’est pas de nous engager sur la place publique, d’une part, ou de rentrer chez nous et d’élever nos enfants dans le Seigneur de l’autre. Aujourd’hui, le conflit sur la place publique porte sur la question de savoir s’il existe ou non « nos enfants ».

Si le conflit sur la place publique va dans le mauvais sens, comme il semble le vouloir et selon la manière dont il menace de se dérouler, il n’y aura plus de place pour la stratégie de DeYoung ou l’option Benedict de Dreher.  L’un des principes de la guerre est la poursuite, et vous pouvez être assuré que nos ennemis ne négligeront pas ce principe.  Pensez-vous honnêtement que ces gens vont nous laisser tranquillement nous retirer et nous regrouper afin que nous puissions nous reproduire dans les bois et élever plus de « haineux » ?

C’est un point très important.  Le fait est que la gauche progressiste ne croit pas que les enfants appartiennent à leurs parents, surtout pas lorsque ces parents croient que leurs enfants appartiennent à Dieu.  Au Canada, le gouvernement provincial de l’Alberta a tenté de fermer des écoles chrétiennes qui refusaient d’enseigner leur idéologie sexuelle aux enfants de familles chrétiennes et auraient réussi s’ils n’avaient pas perdu les prochaines élections.

Les militants LGBT qualifient ouvertement l’enseignement chrétien « d’abusif », et c’est un petit pas de la redéfinition des abus au retrait des enfants des foyers « abusifs » sur la base de la nouvelle définition.  (Même l’auteur de Harry Potter, J.K. Rowling, a appris qu’elle « ne pouvait pas faire confiance aux enfants » simplement pour avoir contesté l’une des manifestations les plus récentes de l’idéologie de genre.)

Et, l’enseignement à domicile n’est pas nécessairement une option infaillible, un universitaire de Harvard a récemment plaidé pour une interdiction de la pratique, et déclare explicitement que les enfants devraient être exposés à d’autres points de vue.

Je ne pense pas que l’école-maison soit en danger à court terme, mais, ces ballons d’essai visent à préparer le terrain et à déplacer la fenêtre d’Overton. Dans dix ans, cela pourrait ne pas sembler si fou.  Si des termes comme abus, fanatisme et haine sont redéfinis pour inclure les principes fondamentaux de la vision chrétienne du monde, et c’est absolument l’intention, alors nous pourrions voir des scénarios dystopiques se dérouler plus rapidement que nous ne le pensons possible.

Prenons, à titre d’exemple, l’agonie des parents en Norvège qui se sont fait enlever leurs enfants par leur gouvernement militant.  J’ai interviewé une de ces mères récemment, et les histoires sont tout simplement déchirantes.  Mais, ils se produisent, ici en Occident, au 21e siècle.

Wilson souligne également que Sohrab Ahmari et d’autres ont fait valoir dans la guerre civile en cours sur l’avenir du conservatisme en Amérique : Que le libéralisme classique ne nous protégera pas, parce que nos ennemis ne respectent pas les mêmes règles que nous :

La liberté religieuse n’est pas une valeur laïque.  La liberté religieuse est une valeur chrétienne, et vous ne pouvez pas, comme C.S. Lewis l’a si judicieusement observé il y a plus d’un demi-siècle, retirer l’organe et continuer d’exiger la fonction.  Vous ne pouvez pas tronçonner le verger et continuer à récolter les pommes …  Imaginez que nous nous tenions tous sur un boulevard américain qui est l’équivalent de Richmond’s Monument Avenue.

Ces chrétiens qui pensent qu’ils pourraient avoir un refuge stable dans leurs arguments solides pour la liberté religieuse regardent statue après statue renversée par des foules en colère.  De l’autre côté de la rue se trouvent des flics et diverses autres équipes SWAT, qui regardent également le spectacle.

Ce sont les mêmes flics qui ont été requis par leurs patrons de fermer les églises et les salons de coiffure pendant les fermetures de la COVID, mais, qui sont tenus de ne pas intervenir lorsqu’une foule indisciplinée s’arrête sur une statue de George Washington.  Visitez le Mont Rushmore, tout le monde, tant que vous le pouvez.

Penser qu’un argument en faveur de la liberté religieuse nous taillera de la place, c’est comme penser que vous pouvez battre en retraite en toute sécurité jusqu’à l’autre extrémité du boulevard, où se trouvent les statues de William Penn et Roger Williams, d’où vous pourrez regarder la consternation sur les visages des émeutiers.  « Oh, non.  Nous ne nous attendions pas à ce qu’ils se réfugient ici !  Malédictions !  Ce sont les statues de la liberté religieuse, les amis ! »

C’est exactement ça.  Je me demande souvent, quand je lis les analyses plus optimistes de la direction que prend notre culture, combien d’entre eux ont réellement vu ces foules en action.  Une fois que vous le faites, vous êtes rapidement désabusé de l’idée que ceux qui cherchent à faire taire, écraser et réprimer quiconque en désaccord avec eux peuvent être motivés.  Les chrétiens espèrent pouvoir parvenir à un consensus « vivre et laisser vivre ».  La difficulté est que les progressistes n’ont aucun désir de « vivre et laisser vivre ».

Comme Tucker Carlson l’a dit une fois, ce sont des gens qui sont assis au milieu de la nuit, terrifiés et furieux que quelque part, quelqu’un en Alabama ne soit pas à bord avec le programme complet.  Il ne vous suffit pas d’ignorer ce qui se passe, car ils exigent l’affirmation et la célébration et, lorsqu’ils ont le pouvoir de le faire, la soumission.

Kevin DeYoung a souligné à juste titre que cela ne profite à personne « s’il obtient des textualistes à la Cour Suprême mais perd ses propres   enfants ».  Mais, comme le note Wilson, le problème est un peu plus compliqué que cela :

Voici le problème.  Et, si un homme perd ses enfants à cause des manigances des soi-disant textualistes ?  Et, si les gens de la SCP venaient et emmenaient vos enfants parce qu’il a été rapporté de manière crédible que vous leur inculquiez le sectarisme ?  Que voulez-vous dire, le sectarisme ?  Pourquoi ce fameux Bigotry Bostock bien sûr.  Étiez-vous ou n’enseigniez-vous pas à vos enfants que la sodomie est un péché très grave ? …  La question n’est donc pas de savoir s’il propose une bonne chose.

La question est de savoir si la bonne chose qu’il propose sera même légale dans cinq ans.  Et si nous avons eu du mal à amener les parents chrétiens à retirer leurs enfants des écoles publiques alors que c’était parfaitement légal et sûr de le faire, mais cela signifierait vendre la cabane du lac, comment pensez-vous que nous allons faire pour les persuader de le faire quand retirer vos enfants des  « écoles sans haine » du gouvernement est un crime ?

Maintenant, il est important de souligner ici que ce n’est nullement inévitable. Nous avons pu voir une réaction contre le progressisme alors que les enfants brisés de l’expérience trans découvraient que les castrations et les mastectomies n’étaient pas le chemin du bonheur.  Bien que Bostock ait été une perte importante pour la liberté de religion, il est difficile d’imaginer que les tribunaux de la Cour Suprême aient approuvé les enfants des gens.  (Là encore, il était difficile d’imaginer toutes sortes de choses il y a quinze minutes, mais nous y voilà.)

Il n’y a aucune garantie que les révolutionnaires culturels gagneront, à l’exception du fait qu’ils sont radicaux, en nombre croissant et ont réussi à coloniser l’enseignement supérieur, le système des écoles publiques, l’industrie du divertissement et le Parti Démocrate.  Ce qui, tout bien considéré, c’est beaucoup.

Ce qui est certain, c’est que les chrétiens et les conservateurs sociaux doivent désormais fonctionner avec un état d’esprit de résistance.  La culture par défaut est maintenant celle d’un divertissement toxique qui est une pornographie omniprésente et une éducation consciemment corrompue, conçue pour produire des gens avec une vision du monde antichrétienne.  À l’heure actuelle, la politique n’est plus une ambition ni même une idéologie, mais une question de légitime défense.

Ignorer la politique n’est plus une possibilité car la politique ne nous ignorera pas.  Si nous ne nous engageons pas, nous garantissons que ceux qui recherchent la suppression et la destruction de notre mode de vie contrôleront tous les leviers du pouvoir, et quiconque y a prêté attention sait ce qu’il souhaite en faire.

L’abandon de la politique est une véritable tentation, car la politique est une mouture incessante et les conservateurs sociaux passent de plus en plus la plupart de leur temps à défendre un territoire en déclin plutôt qu’à promouvoir leurs propres valeurs.  Mais c’est précisément pourquoi la politique est une nécessité malheureuse et peut-être, si vous voulez, un mal nécessaire.

Si la politique devient une idole, elle nous détruira.  Les politiciens ne sont pas des sauveurs.  Mais se retirer dans le comté ne fonctionne que si le mal s’il est tenu à distance.  Sinon, le Shire brûle aussi.

Nous nous engageons dans la défense afin de pouvoir faire tout ce qui est proposé par Kevin DeYoung et Rod Dreher, et les autres commentateurs culturels notant, à juste titre, que cultiver la vertu et inculquer à nos familles des valeurs chrétiennes est la préoccupation première.  La politique est souvent un travail épuisant et décourageant.

Je pense que les grandes victoires seront insaisissables dans les années à venir. Mais, cela doit être fait néanmoins.

Source: Prophecy News Wath 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

Mots clés: , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Conférence 2020

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics