Publié le 13 avril, 2016 | par Equipe de Pleinsfeux

L’ÉVOLUTION D’UN « ESTABLISHMENT »

Un « establishment » évolue toujours vers une oligarchie toute puissante.

Par Ron Ewart – Le 6 avril 2016

« Lorsque Sulla est mort en l’an 676, l’oligarchie qu’il avait restaurée, régna avec une domination absolue sur l’État Romain ; Mais, comme elle avait été établie par la force, elle avait encore besoin de la force pour se maintenir contre ses nombreux ennemis secrets et ouverts. »  Theodor Mommsen, Historien Romain de 1817 à 1903.

Il doit être clair dès le début que nous n’endossons pas ni ne prenons parti dans la course présidentielle républicaine actuelle à la Maison Blanche.  Nous avons été moins qu’enchantés avec le tas de 17 candidats originaux qui ont soulevé la tête hors de l’eau pour rechercher les plus hautes fonctions dans le pays.  Néanmoins, nous avons une aversion particulière pour « l’establishment » dans les deux parties et nous en avons plus peur que n’importe quel candidat. Que

« l’establishment » fasse tout en son pouvoir pour faire dérailler la volonté du peuple est au-delà de tout mépris, mais, tout à fait représentatif de ce que la politique en Amérique est devenue aujourd’hui et l’a peut-être toujours été.

Les hommes (et certaines femmes) puissants et riches n’ont qu’un seul objectif dans la vie avant de mourir, rechercher le pouvoir sur les masses.  Le pouvoir politique est un élixir et est également, s’il ne provoque pas plus de dépendance que les drogues, un jeu sexuel sur vidéo.  En fait, beaucoup des vices de l’homme semblent apparaître ensemble dans des personnalités puissantes qui se retrouvent elles-mêmes désespérément à la recherche ou convoitent le pouvoir, le sexe, les drogues et l’argent, mais, pas nécessairement dans cet ordre.  Le gouverneur de l’Alabama, Robert Bentley, est en place pour un rappel pour une liaison avec son principal conseiller.  Deux récents gouverneurs de l’Oregon ont chuté dans des affaires sexuelles.  Le général David Petraeus, avec une carrière longue et célèbre, est tombé en disgrâce en raison d’une affaire et d’une mauvaise gestion d’informations classifiées.  Bill Clinton a perdu sa licence en droit pour avoir menti dans une affaire sexuelle et a été publiquement humilié à cause de ses exploits sexuels.  La liste de ces politiciens mécréants, qui ont du mal à contrôler leurs émotions sexuelles, s’allonge de jour en jour.  Que Dieu aide certains d’entre eux si la liste des clients de la tristement célèbre Madame Manhattan (Kristin M. Davis) est rendue publique.

De nombreux hommes politiques utilisent leur position de force pour obtenir des faveurs sexuelles d’une manière ou d’une autre.  Bien d’autres encore utilisent leur fonction dans la quête de grosses sommes d’argent.  La politique semble amplifier toutes les obsessions, les toxicomanies, les inclinations et les vices des mâles humains et probablement, des femelles humaines.

Une oligarchie est « un petit groupe de personnes ayant le contrôle d’un pays, d’une organisation ou d’une institution ».  Ce groupe de puissants hommes ensemble dans les oligarchies n’est pas un phénomène nouveau.  Ceci remonte à l’antiquité quand les Sumériens ont inventé l’argent et ont appris qu’ils pouvaient le prêter avec intérêt.  Le prêteur règne toujours sur l’emprunteur.  Les Sumériens ont été parmi les premières sociétés urbaines à émerger dans le monde dans le sud de la Mésopotamie, il y a plus de 5000 ans. Aujourd’hui, c’est la Commission trilatérale, ou les Bilderberger ou peut-être même le Conseil des Relations Étrangères.

Depuis lors, des hommes s’unissent ensemble pour former des groupes serrés qui détiennent les pouvoirs politiques et monétaires sur la population de chaque nation sur terre, à partir des tribus les plus retardées jusqu’à la plupart des civilisations avancées.  Il n’y a qu’une seule autre entité qui est plus dangereuse qu’une oligarchie, c’est un roi brutal qui invente ses propres lois et administre avec la peur, l’intimidation, la faim et les menaces de mort ou la mort elle-même. Hitler, Mussolini, Staline ou Mao nous viennent à l’esprit.

C’est un axiome du pouvoir politique que le gouvernement représentatif  transforme toujours en une oligarchie, où un groupe d’hommes (et de femmes) cherchent à contrôler tout le pouvoir au sein de leur sphère d’influence, tout en s’isolant eux-mêmes de toute responsabilité.  Pendant les 100 dernières années ou plus, tous les partis politiques dominants en Amérique n’ont fait que cela. Remarquez comment ils arrivent toujours à se soustraire aux lois qu’ils passent.

La colle de l’argent pour les faveurs cimente « l’establishment » et lui donne un pouvoir immense.  Mais, soyez un outsider, osez être différent ou sortez de la ligne et l’oligarchie arrivera en vous écrasant comme un groupe de lions sur une gazelle.

Une oligarchie n’est pas différente d’un gang de rue violent.  Ils utilisent seulement des armes différentes, mais, ils contrôlent pour les mêmes raisons. Les armes des gangs de rue sont remplacées par le pouvoir politique que l’oligarchie manie grâce à l’adoption des lois et l’application de ces mêmes lois. Les lois qu’ils passent, sont souvent directement reliées à leur drogue de choix, l’argent.  L’argent, et beaucoup d’argent, vient de ceux qui demandent des faveurs des oligarques.  En bref, l’oligarchie finalement devient tout aussi corrompue que les gangs de rue et peut devenir tout aussi violente, en poussant l’oligarchie à l’extrême comme le Politburo Soviétique.

« L’establishment », d’autre part, est, par définition, une oligarchie.  Ce que craint le plus « l’establishment » est un nouveau politicien potentiel sortant de nulle part, avec le soutien du peuple … un homme ou une femme qui n’a pas de maître et ne peut pas être acheté.  Donald Trump, bon ou mauvais, est justement un tel homme.

Avec la popularité croissante de Trump, la peur dans « l’establishment » était si grande, qu’elle pouvait être coupée avec un couteau.  Ils suintaient de dégoût pour Donald Trump.  « L’establishment » a immédiatement commencé à serrer les rangs autour d’un plan afin que Donald Trump ne puisse jamais arriver proche  de la nomination.  Les chariots ont décrit des cercles et les livres de poche se sont ouverts à coups de millions de dollars pour les super-pacs et les campagnes nationales de publicité attaquant Donald Trump.  Même, certains membres de   « l’establishment » ont approuvé Ted Cruz juste pour arrêter Donald Trump, tout en maintenant leur nez collectif.

Beaucoup de gens de « l’establishment » espèrent que la Convention Républicaine en juillet se transformera en une course pour tous, où Trump et Cruz perdront très probablement au premier tour de scrutin.  À la place de Trump et de Cruz, ils passeront un candidat qui appartient à « l’establishment » qui monopolisera le vote des délégués pour contrôler le résultat.  Des millions de personnes qui ont voté pour Trump et Cruz dans les primaires et les caucus seront jetées aux loups.  Ce qui restera du parti républicain après la Convention et l’élection de novembre ne vaudra pas la peine d’être sauvé.  C’est comme si le parti républicain avait le désir de mourir, partagé entre les oligarques qui veulent désespérément rester au pouvoir, peu importe qui gagne la présidence et ceux qui croient encore dans les principes pour lesquels le parti républicain a l’habitude de se dresser.

Les démocrates ont si bien réussi à déplacer l’Amérique vers la gauche par l’achat de votes que les républicains pensaient n’avoir d’autre choix que de suivre la tendance.  Mais, ce faisant, ils ont été contraints d’abandonner leurs principes.  Malheureusement, un homme politique une fois au pouvoir se soucie peu des principes.  Il ou elle ne se soucie que de préserver le pouvoir et les avantages de sa présumée position d’élu.  Ils feignent de se soucier de leurs électeurs afin d’obtenir leurs votes, mais, c’est une ruse.

Pour maintenir leur style de vie de personnages riches et célèbres, ils se regroupent en caucus pour se soutenir mutuellement dans la quête du pouvoir perpétuel, peu importe quelle étiquette pourrait être à côté de leur nom sur le bulletin de vote, ou la couleur de leur peau.  Ils échangent des faveurs et de l’argent dans cette poursuite. “R”, “D”, “I”, “S” ou “C” ne fait aucune différence.

Ceux de « l’establishment » excluent et chassent ceux qui ne veulent pas jouer le jeu.  « L’establishment » entoure rapidement les nouveaux politiciens à qui les règles sont expliquées.  L’explication est livrée avec un avertissement de ne jamais enfreindre les règles, ou être bannis du « club ».  Même si un nouveau politicien peut commencer avec un état d’esprit altruiste pour le bien du pays, cet état d’esprit est rapidement expulsé une fois que les « règles » leur ont été expliquées et ils établissent ainsi leurs pouvoirs comme un membre du club de « l’establishment ».

L’électeur moyen est dans l’illusion que son vote compte.  Ce n’est juste qu’une illusion.  L’oligarchie contrôle le résultat de toute élection.  Le Parti contrôle les règles et les manœuvres des délégués pour obtenir le résultat désiré.  Il suffit de le demander à Ron Paul.  Si un homme politique est une menace pour l’oligarchie, comme ils croient que Donald Trump peut l’être, (et comme Ron Paul l’était), il ou elle sera immédiatement évité ou terni au-delà de toute réparation, et ne recherchera plus jamais à occuper une fonction publique.

Alors, pourquoi Donald Trump serait-il une menace pour l’oligarchie républicaine ?  Il serait comme une pierre dans les engrenages lisses de l’oligarchie. Il joue selon ses propres règles, et non selon les règles rigides destinées à protéger le pouvoir du parti.  Il dit ce qu’il croit, même s’il le dit comme un chauffeur de camion dans une taverne.  Il n’a pas peur de tirer la queue du tigre et de jeter la rectitude politique aux vents.  Il est rafraîchissant, même s’il penche vers le côté grossier et non raffiné.  Il brasse le pot et rend le parti mal à l’aise et inquiet parce qu’il pourrait perdre l’élection parce qu’il préoccupe tant de groupes de circonscriptions … qui votent.

Le temps nous dira si Donald Trump terminera dans l’oligarchie républicaine, s’il se tire lui-même dans le pied une fois de trop, ou s’il deviendra président en dépit de tout cela.  Mais, ce que Donald Trump a fait, c’est de révéler « l’establishment » pour ce qu’il est, une oligarchie toute-puissante qui fera tout et n’importe quoi pour maintenir son pouvoir et le statu quo. « L’establishment » ne se soucie pas un seul instant au sujet de qui sera président, aussi longtemps que « l’establishment » survit après la fin de toute élection.

« L’establishment », démocrate ou républicain, fait partie d’un système corrompu qui est devenu toujours plus corrompu au cours des 100 dernières années.  Ils sont l’oligarchie.  Le « Système » (l’oligarchie) peut-il être démonté et vaincu ?  Oui !  Nous décrivons le « Système » et comment le vaincre dans un de nos articles de la fin de l’année dernière.  Dans l’article nous avons écrit :

« Le « système » est un enchevêtrement imbriqué d’intérêts nationaux et internationaux dans le commerce, les finances et les échanges, accompagnés par des facilitateurs du gouvernement du « système » dans les branches exécutives, judiciaires et législatives.  Les tentacules d’un intérêt sont inextricablement reliés dans les tentacules de tous les autres intérêts.  Trouver ce qui en actionne une, conduit à un labyrinthe complexe de portes fermées, d’antichambres, de cavernes souterraines profondes et de réunions secrètes.  Toutes les sources sont volontairement cachées et camouflées.  Les traces pour retrouver la vérité s’étirent sur des chemins sans fin, ou sont bloquées par des obstacles infranchissables.  Les sources de la puissance du « système » sont insaisissables et elles sont tout sauf constitutionnelles.  Le « système » existe en raison de l’apathie des citoyens et survit en se développant avec l’argent du peuple et des intérêts particuliers. »

Le « système » peut être vaincu, mais, pas tout à la fois.  Il doit être démonté en petits morceaux.  Un petit groupe de personnes dévouées pourrait prendre une mairie ou les commissariats des comtés.  Un plus grand groupe de personnes dévouées pourrait prendre l’état.  Ces personnes devraient être prêtes à percer le système dans leur région grâce à la recherche et à l’étude, afin de révéler ce qui se passe publiquement pour que les gens soient assez outrés pour exiger des changements.  Ces individus auraient alors à lutter pour surmonter la partialité des médias (le « système »), ce qui signifie qu’ils auraient à pousser leur message jusqu’à ce que les médias ne puissent plus ignorer « l’histoire ».

Mais, ne soyez pas dupe.  Un seul homme ne peut pas vaincre le « système ».  Le « système » ne disparaîtra tout simplement pas en une nuit parce que certaines personnes le veulent ainsi.  Il faudra les efforts conjugués de millions d’Américains qui sont d’un seul esprit et qui sont engagés à rétablir la véritable vision de l’Amérique, peu importe ce qu’il faut faire.  Le temps pour que cela se produise n’est pas encore apparu à l’horizon, mais, il le sera.  Nous espérons qu’il ne sera pas trop tard quand cela se produira.

Source : News With Views

Traduit par PLEINSFEUX


Mots clés: , , , , , , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics